Archives for mai 2017

FAMa

AXE DIABALY-NAMPALA

LES FAMa TOMBENT DANS UNE EMBUSCADE AUX ENVIRONS DE TIKEREFINADJI

Un convoi de ravitaillement des FAMa en partance à Nampala est tombé dans une embuscade ce mercredi 31 mai 2017aux environs de 17 heures vers Diabaly dans les environs de Tikerefinadji. L’on déplore des blessés et plusieurs disparus. Mais, ce bilan demeure provisoire. Deux blessés sont arrivés à Diabaly.

FAMa

UN ACCIDENT DE LA CIRCULATION FAIT DES VICTIMES A TOMBOUCTOU

Ce jour 31 mai 2017, les FAMa, au cours d’une mission d’escorte de citerne à eau de la société SOGEA-SATOM de Niafunké,  ont subi un accident de la circulation sur la route de Kassoum. Kassoum est une localité située dans la région de Tombouctou. C’est un pick-up qui s’est renversé sur la voie. Le bilan est d’un mort et 04 blessés dont 03 graves. Pour l’heure, les circonstances de ce sinistre ne sont pas encore élucidées.

Les blessés ont été évacués vers les centres de santé pour des soins. Les FAMa apportent assistance et soutien aux organisations et sociétés sur toute l’étendue du territoire national.

Des officiers reçoivent la reconnaissance de la nation

Ils sont trente-trois(33) récipiendaires tous Maliens à être décorés soit de la Médaille de Chevalier de l’Ordre National ou de la médaille du  Mérite National avec Effigie Abeille. Sur la trentaine de décorés, on dénombre cinq 5 officiers qui ont fait valoir leur droit à la retraite. La cérémonie s’est déroulée dans la cour du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants le mardi 30 mai 2017.

Selon les explications de la grande chancellerie des ordres nationaux cette distinction est sans nul doute une marque de reconnaissance de la Nation à des Hommes parfois anonymes, qui ont mis leurs compétences, leurs savoirs et leurs savoirs faire au service de la nation.

Ainsi, la grande chancellerie des ordres Nationaux du Mali, sous l’autorité de son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Grand Maitre des Ordres Nationaux, œuvre  depuis l’accession de notre pays à la souveraineté internationale à la perpétuation de cette culture du mérite. Et, cela par la détection et  la remise de distinctions honorifiques aux ayants droit.

Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants Tiéna Coulibaly a rappelé  que ces distinctions sont le résultat d’engagements des hommes et femmes qui ont rendu et continuent de rendre de loyaux services à la nation.

Ils sont 17 à bénéficier de la médaille de Chevalier de l’ordre national et 16 récipiendaires de la médaille du Mérite national avec effigie Abeille.

Les récipiendaires se disent honorés et satisfaits par cette distinction honorifique. Ils promettent de persévérer dans cette voie pour toujours mériter la confiance de l’Etat.

La cérémonie a pris fin par une photo de famille.

 

                                                                                             2Cl Aminata Diallo

Le système d’information logistique (SILOG) présenté au chef d’Etat-major général des armées

Depuis une semaine le conseil national du patronat abrite une formation sur le logiciel du Système d’Information Logistique (SILOG) qui permettra aux utilisateurs de faire la comptabilité et le suivi des ressources matérielles de façon informatisée. Ils sont trois officiers subalternes à savoir, le Capitaine Fah samba Koné, capitaine Alexander B Koné et le lieutenant Mary Coulibaly à se familiariser avec ce logiciel.

Le logiciel SILOG a été présenté au chef d’Etat-Major Général des Armées, le Général Didier Dacko, aux différents chefs d’états-majors et directeurs de services, le lundi 29 mai 2017 à l’hôtel Salam, par le Lieutenant-colonel Frederika Buelens et le Capitaine Pascal Henrotte de l’EUTM.  Le Colonel Moussa Démé a aussi expliqué aux participants l’importance du SILOG.

Selon le lieutenant-colonel Frederika de l’EUTM, le logiciel ‘’SILOG’’ a été validé après des tests de vérification au bon fonctionnement et de vérification du service régulier. ‘’Il nous semblait dès lors opportun d’organiser cette démonstration qui permettra au public ici présent de voir les possibilités du logiciel qui a conjointement été développé par la société TERISYS, les conseillers EUTM et surtout par des responsables logistiques’’, a-t-elle poursuivi.

Le Lt-col Frederika a ensuite précisé que la validation du logiciel et la réalisation des communications entre Bamako et Kati est une étape considérable dans l’implémentation du SILOG. Selon elle, il reste néanmoins du chemin à parcourir afin de pouvoir utiliser cette application et de faciliter nos prises de décisions relatives au matériel majeur des FAMa.

Elle a confirmé que l’utilisation immédiate du logiciel au sein des FAMa  est très importante. Pour ce faire, quelques actions sont encore nécessaires pour la poursuite de l’alimentation du logiciel avec une codification et un recensement complet, l’introduction, l’organigramme des FAMa et relier les bureaux aux antennes qui ont été installées dans chaque direction et état-major, a-t-elle ajouté.

Le capitaine Pascal a présenté et expliqué les différentes parties du SILOG pour faire comprendre aux participants l’utilité du logiciel.

Selon le porte-parole des stagiaires, le capitaine Fah Samba koné, ce projet est initié depuis 03 ans et de nombreuses réunions se sont tenues à l’Etat-Major Général des Armées pour la validation du logiciel. Pour lui, 03 représentants de chaque Etat-Major seront initiés   à l’utilisation de cet outil informatique.

L’une des difficultés rencontrées au cours de cette formation a été la codification d’après l’un des participants. Ce projet qui concerne pour le moment Bamako et Kati, va s’étendre dans les jours à venir sur toute l’étendue du territoire national.

En définitive le Général Didier Dacko a salué les initiateurs de ce projet et se dit satisfait de la réalisation du SILOG

2ème Cl. Aminata Diallo

 

LA PREMIERE DAME OFFRE DES MOULINS A l’Association des Femmes des Camps

L’Association des Femmes des Camps(AFC) a reçu une quarantaine de moulins multifonctionnels et leurs accessoires le 25 mai 2017 à Koulouba des mains de la première Dame Mme Keita Aminata Maiga. Ces machines qui servent à abréger la souffrance des  femmes seront dans les jours à venir reparties entre les différents camps militaires du pays.

La Directrice du Service Social des Armées, le Colonel Mariétou Dembélé a adressé à la Première dame pour son geste hautement salutaire,  le remerciement du ministre de la Défense et des Anciens Combattants ainsi que celui de toute la hiérarchie  militaire.  Pour le Colonel Dembélé, ce geste témoigne également de l’attachement des autorités au bien être des militaires et leurs familles.  La Directrice du service social a profité de l’occasion pour saluer l’adoption de la Loi qui octroie d’innombrables avantages aux militaires plus particulièrement aux familles des disparus sur le théâtre des opérations.

Le Lieutenant Moriba Doumbia coordinateur des associations des femmes des camps, parlant au nom des femmes a dans une éloquence particulière magnifié à  Mme Keïta Aminata Maïga toute la reconnaissance des femmes pour l’acquisition de ces machines. Ces machines sont  de véritables bénédictions, car elles arrivent  seulement à quelques jours du début du mois de carême, a expliqué le porte parole des femmes.

Le carême est la période où les moulins sont les plus sollicités, car la bouillie à base de farine de céréales pour la coupure du jeun est une tradition bien respectée dans notre pays. Le Lieutenant a profité de l’occasion pour soumettre à la 1ère Dame deux requêtes à savoir l’obtention d’un bus et la construction de plusieurs centres d’insertion pour les AFC.

La Présidente des femmes du camp de la base ‘’A’’, Mme Keïta Awa Fofana qui a réceptionné une des machines a exprimé toute sa gratitude à la 1ère Dame. Pour elle, ce geste dépasse tout commentaire au regard de l’importance inestimable de ces moulins.

MDL/C Geneviève S. Diallo

GARDE NATIONALE

CEREMONIE DE SORTIE DE LA 1ERE PROMOTION DU CENTRE GENERAL MOUSSA DIAWARA

La 1ère Promotion de couture du Centre Général Moussa Diawara porte désormais le nom de l’épouse dudit Général, Mme Diawara Zeïnabou Diawara. L’information a été donnée à l’occasion de la cérémonie de sortie le mercredi 24 mai 2017 au Camp des Gardes sis à N’tomikorobougou.

Deux-cent cinquante deux jours après son inauguration, le centre Général Moussa Diawara vient de donner jour à sa première promotion de couturiers. Au nombre de 10 dont 1 garçon, ces nouveaux couturiers ont acquis, à l’issue de six mois de formation rigoureuse, les techniques nécessaires pour une bonne coupe et couture.

Le centre Général Moussa DIAWARA a été construit et équipé par celui dont il porte le nom, son objectif est d’occuper et donner du travail aux épouses, jeunes et enfants militaires à travers l’apprentissage  de la couture, la coiffure, la teinture, la fabrication du savon et le mannequinat. Grâce à ces activités, il est d’un apport inestimable en soutien social voire économique pour la famille des militaires.

La marraine de la Promotion, Mme Diawara Zeïnabou Diawara s’est dit très émue et reconnaissante pour le choix porté sur elle. Mme Diawara  a demandé à la promotion qui porte son nom de continuer sur la voie de la persévérance et du courage afin de rendre des services de qualité. Elle a profité de l’occasion pour offrir au Centre une dizaine de machines à coudre pour une valeur d’1 million de francs CFA.

La Directrice du Service Social des Armées, le Colonel Mariétou Dembélé a, en marge de cette remise, donné une machine à coudre à Fanta Diallo, veuve du Garde Cheick Fantamady Sidibé décédé dans les évènements d’Aguel-Hoc 2012. Le Colonel Mariétou a déclaré que le Général Diawara et son épouse ont toujours apporté leur aide aux familles des militaires. Et que cette reconnaissance envers le couple Diawara, n’est que justice rendue. Elle a précisé que le centre n’est pas uniquement réservé aux proches des militaires, notant qu’à l’exception de cette première promotion toutes les adhésions au centre seront payantes. L’argent perçu sera utilisé pour la maintenance du centre afin d’assurer sa pérennité, a-t-elle martelé. La porte-parole de cette promotion, Fatoumata Bintou Dembélé a, au nom de ses camarades, remercié Mme Diawara pour son appui sans faille à leur endroit et la promotion demeure confiante à l’avenir. Les récipiendaires de la formation ont remis à la marraine 2 complets cousus pour la magnifier toute leur satisfaction. Le Chef d’Etat-major de la Garde Nationale, le Colonel Ouahoun Koné et la Présidente  de la Coordination des femmes des Camps du Mali, Mme Keïta Dado Bass ont exhorté les femmes et jeunes des camps à s’inspirer des nouveaux couturiers. Et ont adressé un grand merci au formateur, l’A/C Aziz Sidibé qui n’a ménagé ni son temps, ni ses efforts  pour la réussite de ladite formation.

La cérémonie a été marquée par le défilé des filles et garçons avec les habits cousus par les nouveaux couturiers et la prestation du chanteur Djibril Cissoko avec son morceau dédié aux tailleurs.

MDL/C Geneviève S. Diallo

Visite du CEM adjoint de la Garde Nationale à Yanfolila

Les autorités locales pour une présence plus accrue de la garde

En marge à la sortie du contingent 2015  de la garde nationale, le chef d’état-major adjoint de la garde nationale, le colonel Nicolas Cissé a visité les locaux en construction et en rénovation dans le  centre d’instruction. Il a également visité le site du 2ème camp de la garde de Yanfolila situé à une dizaine de kilomètre de la ville, à la sortie ouest de la localité. Le colonel Cissé a aussi rendu des visites de courtoisies au préfet de Yanfolila, M. Moustapha Timité et au chef de village, M. Zoumana Sidibé.

Lors de la visite, le colonel Cissé a transmis les reconnaissances de la garde nationale aux autorités administratives. Il a rappelé que la garde et l’administration sont comme des sœurs jumelles. Elles marchent toujours ensemble. Le préfet adjoint, M. Moustapha Timité a réaffirmé sa disponibilité à coopérer davantage avec la garde qui selon lui joue pleinement sa partition dans la sécurisation des personnes et de leurs biens.

Le chef de village, Zoumana Sidibé, a affirmé que la présence de la garde a beaucoup contribué à réduire les affrontements entre Maliens et Guinéens dans cette localité. La présence de la garde permet aux populations de dormir tranquillement. La localité est frontalière à la Guinée Conakry. Elle était chaque fois attaquée par des militaires guinéens. Il affirme avoir offert de gaieté de cœur le terrain de 23 hectares pour abriter le 2ème camp de la garde et le champ de tir.

Rappelons que la 32ème  compagnie d’intervention de la garde de Yanfolila a été créée en décembre 2007 pour lutter contre l’insécurité et les affrontements entre guinéens et maliens. Elle a abrité sa première formation classique en  2011 avec un effectif de près de 300 éléments. Une 2ème formation classique, CAT1, CAT2 ouvrier y a eu lieu en 2014. Le camp de la 32ème compagnie d’intervention rapide de la garde a accueilli pour la première fois dans son histoire une formation commune de base en 2016 avec un effectif de 350 recrues de 13 corps d’armées et services avec un personnel d’encadrement de 65 éléments dont 06 officiers.

Le capitaine Denem Pérou était le directeur  du centre de cette FCB. Yanfolila avait une faible capacité d’accueil, mais avec la réalisation de nouvelles infrastructures, ce centre a vu ses capacités agrandies. Comme structures nouvellement acquises on peut noter un celibatorium officiers et sous-officiers des douches extérieures et une direction.

A/C N.Dakouo     

Sortie du contingent 2015 de la Garde Nationale

La réforme des FAMa en marche

Le contingent 2015 de la garde nationale est désormais opérationnel. Ce contingent s’inscrit dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM). Après  12 mois de formation FCB, ces recrues . Il s’agit de 06 mois de formation commune de base et 06 mois de formation professionnelle faisant d’eux des gardes capables de relever les défis sécuritaires de notre pays. Au total, 317 nouveaux gardes viennent ainsi renforcer les effectifs de la garde nationale. C’était au cours d’une cérémonie présidée par le chef d’état-major adjoint de la garde nationale, le colonel Nicolas Cissé. Plusieurs personnalités civiles et militaires ont pris part aux festivités.

Le directeur du centre, le capitaine Denem Pérou a rappelé avoir formé en 12 mois 349  soldats  tous corps  militaires et en professionnel 318 gardes dont  un décédé suite à un accident de la circulation en occurrence l’élève garde Dramane Diarra. Le  centre, selon lui, a épuisé à temps les programmes d’instructions autant en FCB qu’en formation professionnelle. Il a signalé que des évaluations ont eu lieu régulièrement pour tester le niveau des élèves et le taux de réussite est satisfaisant.

Hymne à l’endurance physique

Il a affirmé qu’un accent particulier a été mis sur la formation et l’endurance physique avant de préciser que le centre a effectué une marche de 1013 km, soit plus de deux fois Yanfolila-Bamako en aller-retour, 37 huit-kil (lourd, semi lourd et léger), soit une moyenne de 03 huit kil par mois. Il a ajouté que son centre a aussi effectué un bivouac à Guélenikoro du 20 février au 02 mars, soit 10 jours de campagne à plus de 50 km de Yanfolila. Ce qui pour lui est très rare au cours de nos formations habituelles. Le capitaine Pérou a souligné que les recrues sont aujourd’hui des soldats aptes et prêts à la mission régalienne de l’armée qu’est la défense opérationnelle du territoire.

Il a souligné que le centre de Yanfolila a reçu plusieurs visites des hautes autorités dont le ministre de la défense le 21 juin 2016, le chef d’état-major de l’armée de terre le19 aout 2016 et le chef d’état-major de la garde nationale le 14 décembre 2016. Pour le capitaine Denem Pérou, ces visites prouvent à suffisance l’importance que ces autorités accordent à la formation des soldats de ce contingent qui constitue le levier de la réforme militaire engagée.

Sur le plan des réalisations et des perspectives, le directeur du centre a  affirmé que le centre a à son actif, l’aménagement du champ de tir avec l’appui de l’usine CEDIAM de Yanfolila, l’obtention d’un extrait de délimitation et de bornage du nouveau site du camp de garde de 23 hectares et des pourparlers sont en cours avec des mines d’or de la localité en vue d’obtenir un appui pour la mise en valeur de ce nouveau site. Il a noté qu’il a demandé et obtenu du ministère de la défense la construction de trois bâtiments, d’un forage de l’éclairage public et la rénovation de l’ancien  logement pour un montant global de plus de 156 millions de franc CFA.

Il s’agit d’une direction avec 06 bureaux, un celibatorium officier de 05 chambres, un celibatorium pour sous-officiers de 10 chambres, un forage avec un château de 20 cm3, de l’éclairage public et la rénovation des logements existants. Il a ajouté qu’avec ses collaborateurs ils ont pu négocier et obtenu également des autorités coutumières et municipales 23 lots à usages d’habitation au profit du personnelle d’encadrement, à un coût extrêmement bas. En perspective, le centre envisage la construction de 03 salles de cours, d’une guérite, d’un mur de séparation et d’une toilette publique pour les familles.

S’adressant aux nouveaux gardes, le capitaine Denem Pérou a déclaré que le plus difficile reste à venir. Ils doivent garder le bon comportement qui leur a prévalu d’être là aujourd’hui. Il les a invités à rester dignes, honnêtes et loyaux en tout temps, en tout lieu et en toutes circonstances. Il leur a demandé à se méfier du gain facile et à mettre toujours l’intérêt supérieur de la patrie au-dessus des intérêts personnels. Il a conclu en remerciant les instructeurs et encadreurs ainsi que tous ceux qui ont contribué à la réussite de la formation.

Appel aux vertus

Le chef d’état-major adjoint de la garde nationale, le colonel Nicolas Cissé a fait observer une minute de silence à la mémoire de tous les militaires tombés sur de champ de l’honneur, avant de rappeler que ce contingent 2015  a été formé dans un environnement particulier. Il a souligné que ces jeunes soldats font partie de ceux qui ont répondu à l’appel de la nation pour juguler la crise à laquelle notre pays est confronté. Il a précisé que ce contingent est le vivier de la grande réforme visant à reconstruire une armée de nos besoins.

Le CEM-adjoint de la garde nationale a rappelé aux nouveaux gardes qu’ils ont fait librement le choix de servir la nation à travers la garde nationale. Les tâches qui les attendent sont énormes surtout que le pays fait face à une situation sécuritaire particulière inédite. Il les a exhortés à relever les défis qui les attendent sur le terrain et à s’animer d’esprit de sacrifice, du gout du travail bien fait et de la compétence. Il les a invités à travailler désormais avec assiduité, droiture, ponctualité et discipline sans lesquelles  aucune réussite n’est possible pour le militaire.

Le colonel Cissé a félicité les jeunes gardes, remercié le personnel d’encadrement et d’instruction pour l’engagement dont ils ont fait preuve pour transformer ces jeunes civils en militaires. Il a également remercié les autorités administratives et coutumières de Yanfolila pour leurs soutiens.

                                                                                   A/C N. Dakouo

COMMUNIQUE DU CHEF D’ETAT-MAJOR GENERAL DES ARMEES

Le Chef d’Etat-Major Général des Armées porte à la connaissance des candidats au recrutement FAMa 2017, dont les dossiers ont été rejetés, qu’ils peuvent se référer aux Centres Régionaux de recrutement pour les vérifications.

Les centres régionaux de recrutement 2017 seront ouverts de 7h30mn à 16h00mn tous les jours ouvrables.

Les consultations sont ouvertes jusqu’au 31 mai 2017.

 

Le Chef d’Etat-major Général des Armées

Général de Division Didier Dacko

Officier de l’Ordre National

Recrutement 2015

La grande famille de la garde nationale s’agrandit de 1049 jeunes soldats

Le Sous-Chef OPS de l’état-major Général des Armées, le colonel-major Abdoulaye Coulibaly, a présidé mardi 23 mai 2017 la cérémonie de fin de formation professionnelle de 1049 élèves gardes du contingent 2015. Cette formation qui vient de s’achever a regroupé 744 élèves gardes pour le centre de Bamako et 305 formés à Yanfolila. Cet effectif est composé de 554 généralistes, 49 chauffeurs, 25 électriciens, 22 mécaniciens, 20 maçons, 18 soudeurs, 12 menuisiers 11 peintres, 10 tailleurs,07 plombiers, 04 coiffeurs, 03 techniciens en dessin bâtiment, 01 informaticien et 01 fleuriste.

La formation professionnelle a pour but d’une part de combler les lacunes des connaissances acquises durant la formation commune de base, et d’autre part, d’épouser les connaissances et qualités de l’agent des forces de sécurité à travers des disciplines comme le droit, la sécurité publique, la protection des hautes personnalités, le maintien de l’ordre, a expliqué le Capitaine Samba Monzomba Keita, directeur du centre d’instruction de la Garde nationale.

« En choisissant le métier des armes, à travers la Garde nationale, en ce moment solennel, gravez désormais dans votre esprit que ce choix engage votre vie. Vous débutez ainsi une carrière aussi noble qu’exigeante. Vous en mesurerez vite la grandeur et le prix des connaissances acquises durant les six mois. Elles vous seront utiles et vous en aurez rapidement besoin, car vous serez bientôt engagés dans des situations complexes, requérantes des grandes habilités professionnelles et humaines, comme l’ont exigé de vous vos instructeurs et encadreurs. Cependant, il faut donner le meilleur de vous-même en toutes occasions et vous ne devrez jamais décevoir comme le dit notre devise ‘‘Servir partout avec honneur, loyauté et discrétion’’ et notre serment : ‘‘Le Garde meurt mais ne se rend jamais’’ », a-t-il indiqué.

Le Capitaine a enfin salué le « travail remarquable » de l’encadrement et tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette formation.

Quant au Sous-CEM , le Colonel-major Abdoulaye Coulibaly, il a félicité ce contingent avant de l’inviter à être et à rester des soldats respectueux des valeurs pour le succès de nos armées avant de leur exhorté de ne jamais oublier que tout militaire doit avoir une obligation de réserve et se départir de toute appartenance politique. En tant que citoyen en uniforme, vous devez vous conformer aux lois, servir avec loyauté, dévouement et discrétion, a laissé entendre le Colonel-major.

Il les a invités à honorer le drapeau, respecter les traditions, s’interdire tout acte, propos ou attitude contraire aux intérêts ou à l’honneur de la Nation.

Le chef d’Etat-major de la Garde nationale, le Colonel Ouahoun Koné a exprimé un sentiment de satisfaction avant d’inviter les élèves gardes à remplir leurs missions avec professionnalisme, tout en restant respectueux de la déontologie.

Une minute de silence a été observée en la mémoire de toutes les victimes de la barbarie et du terrorisme résiduel.

La cérémonie a pris fin par une prise d’armes suivie de défilé.

                                                                                                                          2°Cl M. DEMBELE

Sports

Sébénicoro secteur III a désormais son Football Club ‘’ FC BERTHE’’

Le lancement officiel des activités du FC Berthé a eu lieu le samedi 20 mai 2017 sur le terrain de football en face du lycée Sainte Emilienne de Sébénicoro secteur III.

La jeunesse du secteur III de Sébénicoro peut désormais prétendre jouer dans la cour des grands grâce au Lieutenant de Gendarmerie Adama Berthé, ce natif de la RCI en service à l’ambassade de la Côte d’Ivoire au Mali.

Le Président du FC Berthé, le Lieutenant Adama Berthé a fait savoir qu’il a créé le FC Berthé en 2013 à partir de la sollicitation de la jeunesse du secteur III de Sébénicoro. Il a annoncé que son Club participera cette année au championnat de montée des cadets, car il a reçu son récépissé et est désormais affilié à la Fédération Malienne de Football. Le Lt Berthé a dit que le FC Berthé nourrit des ambitions d’aller loin et même très loin.

La 1ère vice-présidente du FC Berthé, le Commissaire Principal Tenimba Sangaré a indiqué que promouvoir la création des clubs de football est à l’avantage du sport malien. Pour elle, le FC Berthé va accomplir de grande chose notamment la création prochaine d’une équipe de football féminine.

Le 4ème adjoint au maire de la commune IV, chargé de la jeunesse et des sports, M. Modibo Keïta s’est dit animé d’une joie immense vis-à-vis de la création de ce Club. Il a salué le Président du FC Berthé pour l’initiative et adressé un grand merci à tous ceux qui de loin ou de près ont contribué à la réussite de la cérémonie. M. Keïta a profité de l’occasion pour dire aux jeunes qu’à cœur vaillant rien d’impossible, seule la persévérance fait remporter des victoires. Et, il les a rassurés du soutien de la Mairie.

Les matches des juniors et des cadets se sont soldés par les scores respectifs de 0 à 0 et de 5 à 4. Des prestations d’artistes et de danseurs ont agrémenté la cérémonie.

                                                                                                         MDL/C Geneviève S. Diallo

Inspection Générale des Armées et Services

L’esquisse d’une harmonisation des méthodes de vérification et d’audit au sein des forces armées

« La formation en vérification financière et audit » est le thème d’un atelier organisé du 15 au 19 mai 2017 à l’intention des inspecteurs de l’inspection générale des Armées et Services et ceux des armées et services pourvoyeurs. Les objectifs généraux dudit atelier sont : la familiarisation des participants avec les concepts de vérification, de contrôle interne et l’audit ainsi que le renforcement de la capacité en vérification financière. La formation s’est penchée aussi sur des objectifs spécifiques que sont : l’élaboration d’un programme de vérification, la collecte d’éléments probants d’une irrégularité et la constitution de la documentation de la vérification.

Selon le Contrôleur Général des Services Publics, Mme Konaté Fatoumata Diakité, son service a toujours fait du renforcement des capacités des personnels de contrôle administratif une priorité dans le cadre de l’harmonisation des pratiques de contrôle et de l’application des normes internationales en la matière. Elle a remercié les formateurs pour avoir transmis leurs savoirs aux inspecteurs tout en exhortant ces derniers à faire bon usage des connaissances acquises lors cet atelier. Elle a ajouté que ces acquis vont permettre aux participants d’asseoir la bonne gouvernance dans les services des Armées. Le contrôleur général des services publics a rassuré l’Inspection Générale des Armées et Service de sa disponibilité.

L’Inspecteur Général des Armées et services, le Général de Division Gabriel Poudiougou a noté que chacun des participants constitue un pion du contrôle à effectuer sur notre outil de défense afin qu’il donne le meilleur de lui-même pour la protection des Maliens et leurs biens. Il a noté que les ressources financières allouées pour l’accomplissement de cette mission doivent être judicieusement utilisées par les différents acteurs. Pour lui, c’est là le sens profond des tâches qui sont assignées à l’inspecteur.

Il a souligné que cet atelier vise à harmoniser les méthodes de travail d’inspection au sein des forces armées. Le général Poudiougou a déclaré   que la formation a porté sur, la collecte de l’information, les risques liés à la vérification, l’évaluation du système de contrôle interne, la revue analytique, le programme détaillé de travail, les procédés et critères de vérification, la rédaction du rapport, la documentation de la vérification et la supervision de la vérification.

L’inspecteur général des armées et services a affirmé que les participants seront désormais à l’aise dans leurs démarches de gestion des missions, d’audit et de contrôle interne au sein des Forces Armées et Services. Il a souligné que les animateurs de cet atelier ont transmis des connaissances qui leur permettront de se rendre compte si les états financiers des structures inspectées reflètent fidèlement les vraies situations ou pas. Il a ajouté qu’il est convaincu que les inspecteurs feront bon usage des techniques apprises au cours de cet atelier et que leurs missions à venir seront de meilleures qualités que les précédentes.

S’adressant aux stagiaires, il leur a demandé de partager les acquis de cet atelier avec leurs collaborateurs et constituer des banques de données qui serviront aux générations montantes. La remise d’attestations aux participants et un cocktail ont mis fin à la cérémonie.

                                                                                                                             A/C N. Dakouo

Conférence de presse

La protection civile tire son bilan à la presse

De 2015 à nos jours les services de la Protection Civile ont effectué 32.828 interventions a expliqué le colonel Seydou Doumbia Directeur général de ladite structure.

Dans le cadre des activités du centre de communication du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le Directeur Général de la Protection Civile, le Colonel Seydou Doumbia, a animé une conférence de presse le mercredi 17 mai 2017 à la Direction Générale de la Protection civile sise à ACI 2000. Parmi les sujets abordés figurent le bilan (prestations) de la protection civile de 2015 à nos jours, le recrutement en cours, les perspectives entre autres.

Abordant ces différents sujets, le Colonel Seydou Doumbia a expliqué toutes les prouesses de sa structure qui sauve quotidiennement des vies humaines. Selon le conférencier, la Direction Générale de la Protection Civile a pour mission d’élaborer les éléments de la politique nationale en matière de protection civile et de veiller à la mise en œuvre de cette politique.

A propos des conditions de recrutement, le Colonel Seydou Doumbia a précisé que les innovations intervenues dans le processus de recrutement en cours le distinguent des recrutements précédents qui sont entre autres la participation effective de la Direction des Ressources Humaines du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, l’appui conseil de la Composante Police de la MINUSMA. Selon lui, ces innovations visent à améliorer davantage la qualité du recrutement en diminuant considérablement les erreurs.

Concernant les formations, le Colonel Doumbia a affirmé que de 2015 à nos jours le personnel de la Protection Civile a suivi des formations dans tous les domaines d’activités, tant au Mali qu’à l’étranger.

Le colonel Doumbia a indiqué que 710 fonctionnaires de la Protection Civile             ont bénéficié de formations à l’intérieur, et cela grâce aux appuis de la MINUSMA et de la France, mais aussi à l’extérieur, grâce aux bons rapports de coopération avec l’Algérie, la France, le Burkina Faso, le Canada, les Etats-Unis, la Suisse et la Chine.

Sur le plan de la Restructuration du Service, le Directeur Général a souligné que, la Protection Civile a connu d’importantes réformes, qui ont porté sur la création de 7 nouvelles Sous-directions ou Services et de 3 nouvelles Directions Régionales. La création de ces Directions confirme la présence de la Protection Civile dans toutes les Régions Administratives de notre pays.

En termes de bilan, le Directeur a donné des éclaircissements : «de 2015 à nos, les services de la Protection Civile ont effectué 32.828 interventions ». Il a ensuite précisé que toutes ces interventions de secours sont exécutées à l’aide des moyens fournis par l’Etat. « Aucune de nos interventions de secours n’est payante. Ce sont des secours gratuits, mis à la disposition des populations par l’Etat », affirme-t-il.

Malgré ces multiples interventions, force est de reconnaitre que comparativement aux bilans des années précédentes, le nombre d’interventions augmentent et le nombre de victimes s’élève. Ce qui explique selon le Directeur l’insuffisance des moyens matériels pour assurer l’équipement adéquat des unités d’intervention et l’insuffisance des effectifs.

S’agissant des perspectives, le Colonel Seydou Doumbia a mis l’accent sur la réhabilitation des unités en état de dégradation, la création de plus d’unités d’intervention en vue d’assurer des secours de proximité. La Protection Civile veut également continuer à entretenir et à développer davantage les rapports de partenariat et de coopération pour un meilleur avenir.

                                                                                                           2è cl Hamadou Makounou