Archives for avril 2018

Sécurisation du centre du pays : un véhicule du GTIA Waraba a sauté sur un EEI

En plein exercice de reconnaissance offensive et de fouille des points stratégiques, notamment les forêts, les  points suspects dans les localités de Guiré (Nara) et Sokolo (Niono), la vigilance des  FAMa a pris un coup. L’un des véhicules du GTIA Waraba a sauté le 16 avril 2018 sur un engin explosif improvisé à 25km de Sokolo. Bilan: 8 combattants blessés. Ils ont été acheminés à Ségou où le chef d’état-major du PC Avancé, le colonel-major Harouna Samaké, s’est aussitôt porté à leur chevet. Le Chef d’Etat-Major du PC avancé a rassuré les blessés du soutien de la hiérarchie.

                            Lieutenant-Colonel S. Konate cons/com/pc Avancé

Flintlock 2018 : les médias à l’écoute

Dans le cadre des activités de l’exercice multinational Flintlock 2018, une journée de presse a été organisée à l’intention des journalistes nationaux et internationaux. Lors de cette journée, le commandant d’Africom, le major général J Marcus Hicks, l’ambassadeur des Etats- Unis au Burkina Faso, Andrew Young et le chef d’état-major général des armées du Burkina, le général de brigade Oumarou Sadou ont fait

le déplacement au camp Bila Zagré.

Après un accueil au camp, les trois autorités se sont rendues au champ de tir pour suivre un exercice coordonné par les militaires américains et autrichiens. Ils se sont exercés au tir avant d’assister à l’exercice montrant une réaction aux attaques terroristes.

Le commandant d’Africom le major général J. Marcus Hicks, a expliqué à la presse l’objectif de Flintlock qui est de mieux développer l’interopérabilité entre les Forces dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Il a noté que la réaction à l’embuscade s’inscrit dans le contexte de lutte anti-terroriste et constitue surtout une illustration parfaite de l’interopérabilité des forces.

Le major-général Hicks a souligné que les exercices sont adaptés aux réalités de lutte contre l’extrémisme violent dans la région. Il a affirmé que son souhait est que les connaissances acquises au cours de ce Flintlock servent dans la lutte contre le terrorisme. Il a précisé qu’il s’agit d’opérations intégrées avec plusieurs composantes civiles, militaires et la gendarmerie.

La démonstration a permis aux autorités de constater la souplesse et la capacité de réaction du contingent malien qui est formé par des éléments des forces spéciales américaines.

Cet exercice est planifié et mené avec les forces spéciales militaires des pays partenaires afin de renforcer les relations et les capacités des nations transsahariennes. Il permet de traiter le plus efficacement les préoccupations régionales qui menacent la paix, la stabilité et la sécurité.

Sous-Lieutenant N.Dakouo

FAMa: les EEI hors d’état de nuire

Le commandant GTIA ‘’Sigui’’ et son détachement en mission de reconnaissance offensive ont découvert et détruit le 16 avril 2018  une mine sur l’axe Diafarabé-Dioura. Les FAMa déterminées à mettre fin aux atrocités sur le terrain causées par les mines n’entendent plus se laisser distraire. Au fur à mesure, ils les découvrent et les détruisent sur leur passage. Avant cette action, c’est la patrouille de Dialloubé à quelques heures d’intervalle qui a saisi le centre des opérations du PC avancé de la découverte et destruction de deux mines sur l’axe Dialloubé (Mopti) à hauteur de Tongore-Modi.

Lieutenant-Colonel Sibiry Konaté (Ségou)

Samaye : le geste salutaire des FAMa

La 212ème Compagnie d’infanterie motorisée (CIM) en patrouille dans l’arrondissement de Saye a procédé le 16 avril 2018 à la remise de dons (vivres et non vivres) à la population du village de Samaye. Cette localité située à 28 km de Saye et à 22 km de Djenné avait été victime des ennemis de la paix. Ce geste a été fortement apprécié par cette  population qui se croyait abandonnée. Le même exercice est prévu à Toye dans le même arrondissement. Toutes ces actions entrent dans le cadre des actions civilo-militaires que la hiérarchie entend dynamiser pour une cohésion nationale.

Lieutenant-Colonel Sibiry Konaté (Ségou)

Tombouctou attentats à la voiture piégée

Deux véhicules bourrés d’explosifs ont forcé l’entrée du cheick-point de  l’aéroport. Le premier est un véhicule des FAMa et le second porte l’insigne des Nations Unies (UN). Ces terroristes pour tromper la vigilance des postes de sécurités ont pris les couleurs de FAMa et la MINUSMA. Les sentinelles plus vigilantes ont pu les stopper  à l’entrée. Pas de victimes sauf le chauffeur terroriste pulvérisé le second véhicule à la couleur des Nations Unies (UN) est conservé a présenté avec son contenu. Pour les tirs d’obus pas de bilan pour l’instant.

Le père de la transmission rejoint sa dernière demeure

Le Colonel à la retraite Sékou Doumbia s’en est allé sur la pointe des pieds sans crier gare. Moment difficile pour ses compagnons de lutte, sa famille et ses amis. Il fut la bibliothèque de la transmission et de l’état-major de l’Armée Terre.

Pour l’accompagner à sa dernière demeure, le vendredi 13 avril, le terrain de football de Korofina Nord a accueilli des centaines de milliers de collaborateurs, parents et amis  et surtout la hiérarchie militaire.

Il a été conduit en sa derrière demeure au cimetière de Sotuba. Incorporé comme engagé volontaire dans l’armée coloniale, le feu Sékou Doumbia regagna le bercail suite à l’éclatement de la fédération du Mali. Dès son retour au pays, il répondra sans aucune hésitation à l’appel de la Mère patrie, ‘’la République du Mali’’.

Le feu Sékou Doumbia est détenteur de la médaille commémorative du Maroc et de l’Indonésie, de la médaille coloniale agrafe E.O. Il est nommé chevalier de l’Ordre national en 1967, officier de l’Ordre national du Mali en 1997, commandeur de l’Ordre national du Mali en 2003 et enfin la dignité de Grand Officier  de l’Ordre national du Mali en 2011. Dors en paix mon colonel !

Aviateur de 1ère Classe Oumar Bagayoko

2ème Classe Lamine A. Diakité

Les nouveaux promus de la DTTA : le pot de gloire

Les transmetteurs promus de l’année 2017-2018 de Bamako et de Kati, ont organisé un pot, le vendredi 13 avril 2018, à la place d’armes de la Direction des Transmissions et des Télécommunications des Armées (DTTA).

58 Officiers et sous-Officiers nommés aux grades supérieurs ont exprimé leur reconnaissance à la hiérarchie pour leur promotion. Une tradition respectée par ces nouveaux gradés.  Ce moment était aussi une occasion de renforcer la cohésion entre les militaires des transmissions.

Pour le porte-parole des promus, le Colonel Bréhima Coulibaly, l’honneur revient au Colonel-major Moussa Traoré, Directeur de la DTTA pour son accompagnement et tout ce qu’il fait sur le plan social.

Quant au Directeur il a encouragé et félicité les promus. Il a exhorté l’ensemble des militaires de la transmission à aller de l’avant dans une armée diversifié mais liée par le service de la transmission. Il a ensuite encouragé tous les autres pour les prochains jours.

2ème Classe Sidi Mariko

Formation Commune de Base (FCB) : le Général Coulibaly dans les centres de Bapho et de Markala

Le chef du poste de commandement avancé, le Général de Brigade Abdoulaye Coulibaly, a visité, le jeudi 12 avril 2018, les Centres d’Instruction de Markala et de Bapho.

L’objectif était d’une part de s’enquérir du niveau de la formation des recrues et d’autre part d’apporter le message d’encouragement des plus hautes autorités à l’encadrement. Aux deux centres, il a donné le message du chef suprême pour la Défense de la patrie. Après des échanges fructueux, Il a encouragé et félicité ces jeunes qui ont choisi le métier des armes au moment où notre pays fait face à une crise. Il a également félicité et encouragé le personnel de l’encadrement pour le travail abattu. Pour la prochaine montée en puissance, il a exhorté les recrues aux respects des droits humains sur les théâtres d’opérations. Une visite qui a été salutaire de part et d’autres.

Sergent-Chef Aly I. Maïga

Tombouctou : civils et militaires s’adoptent

Des céréales, du sucre, du thé et des biscuits constituent le don que les famas ont remis, le 11 avril 2018, au maire de la commune d’Aglale, Ababa Ag Rhaissa, pour la population de Marmar.

En vue de renforcer la collaboration entre les populations et  les Forces armées maliennes, le commandement militaire de la 5e zone de défense  et du secteur 3 de l’opération DAMBE a pris l’engagement de réduire les besoins des populations qu’elles ont le devoir de protéger. Elles ont  ainsi procédé à des consultations et des distributions gratuites de médicaments et de vivres à Marmar, localité située à 35km de Tombouctou. Près de 165 personnes ont bénéficié de traitements médicaux.

Le commandement  promet que ces activités vont être  pérennisées  afin que tous les  villageois et même les campements environnants puissent bénéficier d’une assistance médicale. Le maire a remercié les FAMa pour ces actions à l’endroit d’une population démunie. Il a exhorté le commandement à soutenir et assister cette population. Le lieutenant Sillas Dakoua, représentant la Direction du Service Social des Armées (DSSA), a rassuré les habitants en ce qui concerne la continuité des actions. Le chef de village, Mahamed Ag Hatwa, a souligné que c’est une fierté pour lui de recevoir les FAMa. Leur présence a permis à plus d’une centaine de malades de recevoir des soins et des médicaments, a-t-il ajouté.

Caporal Alhassane Aldjoumati

FLINTLOCK 2018, une coalition des forces contre l’extrémisme violent

Le lancement officiel de l’exercice militaire multinational flintlock 2018 a eu lieu le mercredi 11 avril 2018 au camp général Bila Zagré de Ouagadougou. Cet exercice militaire organisé par les Etats-Unis regroupe plusieurs nationalités dont les forces spéciales américaines, polonaises, allemandes, autrichiennes, maliennes, mauritaniennes et burkinabés. L’exercice se déroule simultanément au Burkina et au Niger qui abrite le PC. Il vise à renforcer les capacités opérationnelles des forces spéciales des pays participants à la lutte contre l’extrémisme violent.

Le chef de la division opérationnelle de l’état-major du Burkina, le colonel Remy Kaboré, a souhaité la bienvenue aux Forces avant de signaler que cet exercice a pour objectif de renforcer les capacités de lutte contre le terrorisme dans la région transsaharienne. Il a noté que le commandement d’AFRICOM et plus de 1 500 agents des forces spéciales de 20 pays se retrouveront pendant deux semaines pour accroitre leur interopérabilité et partager leurs expériences en contre-terrorisme.

Selon lui, cet exercice est une opportunité pour nos forces armées d’acquérir des savoirs nouveaux qui permettront d’augmenter les efforts de lutte contre l’extrémisme violent dans une perspective régionale de synergie des forces. Il a conclu en invitant les pays à unir leurs efforts pour la lutte contre le terrorisme.

Le capitaine Lacine Togola des forces spéciales maliennes a souligné que face aux nouvelles formes de menace, une coopération bilatérale et multilatérale est nécessaire et indispensable pour faire face à l’extrémisme violent. Pour lui, face au terrorisme, une coopération interarmées est salutaire.

Sous-Lieutenant Nadège Dakouo

Le chef du PC avancé face à la presse : la presse, alliée des FAMa

Le chef du Poste de Commandement (PC) avancé, le Général de Brigade Abdoulaye Coulibaly, a rencontré, le mardi 10 avril 2018, les hommes de medias de Ségou pour une collaboration dans le cadre d’une sécurisation nationale. La presse étant un maillon fiable  dans le processus sécuritaire il demeure opportun d’échanger avec ces acteurs pour bien mener sa mission.

Le général Coulibaly a rappelé aux journalistes les missions assignées au poste de commandement avancé. Le chef du PC avancé a déclaré que l’Armée malienne est une armée professionnelle, républicaine, respectueuse des engagements internationaux signés par la République du Mali.

Le président de l’Union des Radios et Télévisions Libre de Ségou, M. Bandiougou Danté, a souligné que l’Armée malienne a besoin de l’accompagnement de tous les fils du pays et singulièrement les hommes de medias. Il a rassuré que la presse travaillera en étroite collaboration avec les FAMa pour les aider dans leurs missions régaliennes.

 

 

Sergent-Chef Aly I. Maïga (Ségou)

L’Armée proche de son peuple

Le PC Avancé de l’EMGA à travers le GTIA Elou a remis  en fin de semaine dernière une importante quantité de vivres et de non vivres aux populations de Togoré-Koumbé, de Dogo et Ourondia et procédé à des consultations et soins gratuits. Ces dons composés de 20 sacs de riz, 15 sacs de mil, 24 sacs de lait, 2 balles de couverture, 12 balles de moustiquaire, 30 cartons d’huile, 15 cartons de savons, 90 sachets de biscuit et  45 sacs de sucre repartis entre les trois villages tous situés dans la région de Mopti. Les consultations ont prouvé que c’est le taux de l’hypertension artérielle (HTA) qui est la pathologie la plus dominante desdites zones. Pour les spécialistes de la santé, cette maladie est liée au stress prolongé qu’éprouvent ces populations.

Lieutenant-Colonel S.KONATE/conscom/PC Avancé

La grande cérémonie aux couleurs dans la zone de défense n°2 : la communion des armes

La place d’Armes du camp Cheickou Amadou Tall de Ségou a rassemblé, le lundi 9 avril 2018, tous les corps de la zone n°2 pour perpétrer la tradition qui est un rappel des devoirs du militaire pour la Défense de sa patrie.

En effet chaque premier lundi du mois, les militaires dans les casernes se retrouvent pour dire la messe autour du drapeau. Officié par le Commandant de Zone de la 2ème Région Militaire, le Colonel Oumar Diawara, cette grande messe militaire a permis aux Forces de défense de Ségou de se remémorer des hauts faits de notre Armée d’antan.  Elle a été une occasion pour le colonel Diawara de remettre les hommes dans un esprit de combativité pour le maintien de la paix au Mali. Il a rappelé que le peuple compte sur son Armée pour la lutte contre l’insécurité et le terrorisme sur toutes ses formes en vue de créer un environnement sain. Pour cela a-t-il indiqué, notre serment de servir la nation jusqu’au sacrifice ultime demeure.

SCH Aly I Maïga (Ségou)