Archives for novembre 2018

Génie Militaire : remise d’attestations

La place d’Armes du 34ème Bataillon du Génie Militaire a abrité, le jeudi 29 novembre 2018, une remise d’attestations aux deux formations. Il s’agit là de la formation sur les techniques d’Intervention sur les Engins Explosifs Improvisés (IEEI) et celle de Moniteur Contre Engins Explosifs Improvisés (MC-IED). L’évènement était placé sous la présidence du Directeur du Génie Militaire, le colonel-major Boubacar Diallo.

Pendant 11 semaines, 9 militaires et paramilitaires maliens dont 6 du Génie et 3 de la direction de la police nationale se sont familiarisés avec les différentes techniques d’intervention sur les Engins Explosifs Improvisés(EEI) conduite par les instructeurs du service Anti-Mines des Nations Unies (UNMAS).  10 éléments ont également suivi une formation  sur le  MC-IED durant 2 semaines, grâce à l’appui de l’ambassade de France au Mali.Pour le Sous-Directeur des études et Formation, le colonel Faraban Sangaré, l’objectif était de former, d’entrainer les personnels du Génie aux techniques de neutralisation, d’enlèvement et de destruction des EEI lors de leurs découvertes. Cela, afin accroître la capacité opérationnelle du Génie Militaire et de la direction de la Police nationale.

Ce stage moniteur visait aussi à développer  le savoir-faire des différents stagiaires dans la transmission  des bons réflexes et des procédures au sein des unités, a ajouté le colonel Sangaré.

Le chef de corps du génie militaire, le lieutenant-colonel Sidy Lamine Traoré, au nom du directeur du 34ème bataillon, a remercié et félicité les formateurs pour la qualité de la formation dispensée.

 

Les larmes de la DCSSA : le Médecin colonel-major Sidiki Bérété s’en est allé à Jamais

Il était l’un des plus grands chirurgiens généralistes de l’infirmerie hôpital de Kati avant son rappel à Dieu. Victime d’une crise endémique, le médecin colonel-major Sidiki Bérété a été évacué à Tunis par la hiérarchie militaire mais hélas. Celui qui, de ses mains talentueux a sorti de milliers de ses compatriotes des atrocités des maladies, perd le lundi 26 novembre 2018 son ultime combat loin de son pays.  Hé oui ! Chaque être répondra un jour devant l’incontournable vieille dame mais y passer tôt laisse amis, parents, collègues, compagnons d’armes dans la douleur.

C’était un 17 mars 1957 quand le Médecin Colonel-major Sidiki Bérété voyait le jour à Sikasso. Il y entame ses études pour se retrouver en 1984 à l’école de médecine du Point G. Il entre à l’EMIA spéciale en 1987 après son service national des jeunes. Officier de la 13ème promotion de l’EMIA, promotion Capitaine Souleymane Kassambara, il s’envole pour la France et le Maroc pour décrocher d’autres diplômes, notamment le diplôme de la médecine de catastrophe et celui de la chirurgie générale.  Des opérations au nord du pays, il en a participé entre 1990 et 2011, Kafo, Dambé, Djiguintugu, Benso, Badenko. Tombé bistouri en main, le Médecin colonel-major Bérété laisse dernière lui une épouse et 3 enfants plusieurs de ses malades inconsolables. Dors en paix grand chirurgien.

Gao : la vigilance est le mot d’ordre

Le Commandant de Zone du secteur n°1 de Gao, le Colonel Yacouba Sanogo, a effectué une visite de terrain à Tessit, une localité située à environ 146 km de la ville de Gao. Il était accompagné du Commandant de la Force Barkhane. La délégation a ensuite procédé à la remise symbolique de vivres  à la population.  C’était le lundi 26 novembre 2018.

L’objectif de cette visite était de s’imprégner des conditions de travail et de vie des hommes engagés dans les opérations de lutte contre le terrorisme dans la localité de Tessit. L’occasion a été opportune pour le Commandant du secteur N°1 de Gao, d’apporter le message d’encouragement et de soutien des plus hautes autorités à l’endroit de ces brillants défenseurs de l’intégrité territoriale. Il se dit très satisfait de la mission accomplie par ses hommes en fin de mission dans cette localité.

Le Colonel Yacouba Sanogo a également félicité la collaboration des communautés dans la gestion de la sécurité. Toute chose qui témoigne la détermination des communautés à soutenir les Forces de défense et de sécurité dans leurs missions respectives.

Au terme de la visite, la délégation a remis un important lot de vivres à la population de Tessit. Ce geste très apprécié par les bénéficiaires s’inscrit dans le cadre du renforcement de la  solidarité de nos FAMa avec les populations.

EMP : la boussole de paix fait son audit annuel

Dans la salle de conférence de l’école de maintien de la paix le 29 novembre 2018, partenaires et staff se sont retrouvés sous la direction du ministre de la défense et des anciens combattants pour revoir et planifier la gestion future de l’école. Vérification des mandats, adoption du procès-verbal de la 20ème Session ordinaire d’Administration, bilan de l’instruction, planification de stage et signature de convention militaire entre le ministre de la Défense malien et la représentante du Royaume Uni, Emma Davis, voilà les sujets qui meublent cette journée de la 21ème session du conseil d’administration de l’école. Il s’agit là de la 21ème édition du conseil d’administration de la prestigieuse école de paix de la sous-région, Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye de Bamako.Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants (MDAC), Pr Tièmoko Sangaré a remercié les représentants des pays et organismes contributeurs pour leur accompagnement. L’Ecole de Maintien de la Paix a pu et continue de remplir correctement les missions stratégiques assignées grâce à cet appui constant de ce partenariat. Au nom du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, le ministre Tièmoko Sangaré a encouragé les partenaires techniques et financiers pour leur confiance et leur générosité au Mali.Le retour du Canada et le Royaume-Uni au sein de ce conseil d’Administration et la signature de convention de partenariat avec le Collège Royal d’Enseignement Militaire Supérieur  du Maroc sont très salutaires a indiqué le MDAC malien. Le  Pr Tièmoko a salué l’image et la renommée que l’Ecole s’est forgée dans le domaine de la formation des compétences en matière de prévention, de gestion et de règlement des crises dans le monde, de même que dans la promotion et la consolidation d’une culture de paix.

Selon le MDAC, les menaces actuelles à notre sécurité, directes ou indirectes, dépassent les frontières des Etats et chaque pays en est une cible potentielle. Dans ce contexte interdépendant, la coopération inter-pays n’est plus un devoir de solidarité, mais un impératif d’intérêt commun, a indiqué le ministre. Les problématiques liées au maintien de la paix et la volonté politique des pays à adapter et renforcer leur outil de défense et de sécurité doivent rester au cœur de nos missions. A savoir :

Assurer la formation des militaires, paramilitaires et civils des Etas africains, notamment ceux des  Etats membres de la CEDEAO ;

Permettre d’acquérir ou d’entretenir des connaissances fondamentales et de contribuer au renforcement de la culture de la paix.

Il a rappelé que l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye a formé cette année, 2019 personnes venant de plusieurs pays, portant ainsi le total de stagiaires formés depuis sa création, à plus de 21 000 personnes.

La représentante du Royaume-Uni, Emma Davis a félicité les autorités maliennes pour la bonne volonté du retour de la paix et de la réconciliation. Selon elle, son pays sera toujours disponible pour accompagner le Mali dans sa lutte contre le terrorisme. Il faut rappeler que l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye de Bamako est une Ecole sous régionale de droit malien. Elle est l’unique institution de formation francophone de haut niveau, implantée en Afrique avec pour mission, la promotion et le renforcement des capacités des Etats dans le domine difficile et complexe des opérations de maintien de la paix.

Sécurité : une délégation allemande à l’Ecole Nationale de Police

Une délégation allemande conduite par l’Inspecteur général Axe Brockmann, président de la police de la Basse-Saxe (Allemagne), était à l’Ecole Nationale de police le lundi 26 novembre 2018 pour une visite de travail. Accueillie par le directeur général de la police nationale, l’Inspecteur général Moussa Ag Infahy, les visiteurs ont eu droit à un échange fructueux pour un partenariat gagnant-gagnant.

Le commissaire principal Seydou Diarra a annoncé que ce partenariat est la volonté commune des 2 parties pour la lutte anti-terroristes. Entre l’Académie de la Basse-Saxe et l’Ecole Nationale de police, il sera désormais question davantage d’échanges d’expérience ainsi que le renforcement des compétences des instructeurs. Pour cela, la Direction  nationale de la police s’est engagée à relever des défis majeurs de sécurité dans la lutte contre la criminalité organisée transnationale dont le terrorisme ainsi qu’à assurer l’amélioration des relations entre la population et la police. «La direction de l’école nationale de police à un plan d’action qui contient deux éléments. La première consiste à réviser le curricula des trois corps pour prendre en compte les nouvelles formes de problématiques sécuritaires qui se posent aux policiers sur le terrain et le renforcement des capacités  de l’administration et des instructeurs. Le second est le partenariat avec tout établissement policier du monde qui a inscrit la déontologie et les droits fondamentaux parmi les valeurs à faire respecter par les policiers dans l’exercice de leur mission» a ajouté le Commissaire principal Diarra.

Dans le cadre de ce nouveau partenariat, 41 fonctionnaires de la police  vont se familiariser avec les méthodes de la police technique et scientifique durant 2 semaines.

PMK : les Anciens Elèves du prytanée célèbrent

Le prytanée militaire de Kati (PMK) a célébré le samedi 24 novembre 2018, la journée de l’Amicale des anciens élèves. Une journée marquée par plusieurs activités et placée sous la présidence du directeur actuel, le lieutenant-colonel Sadio Camara.

Selon le directeur, cette journée a coïncidé avec le 37ème anniversaire de l’école. L’occasion a été opportune pour le lieutenant-colonel de rappeler l’historique du PMK. Cette école appelée Prytanée Militaire Malien de Kati a ouvert ses portes aux élèves du cycle secondaire destinés à une carrière militaire en 1981. C’est en 1994 que l’école a commencé à recevoir des élèves de la sous-région comme le Burkina Faso, le Niger, la Cote d’Ivoire, le Sénégal, le Togo, la Guinée Conakry, le Gabon, le Cameroun et le Tchad. Il a ajouté que cette école est un véritable creuset panafricain du donner et du recevoir incarnant et illustrant le dynamisme et la recherche des interférences culturelles à travers les brassages au-delà du pays.L’Amicale a profité de la journée pour offrir des livres d’une valeur de plus d’un million de FCFA pour la bibliothèque. Le président de l’association (AEPM), M. Ousmane Sina Diallo,  a annoncé que l’amicale a été créée en 1995.

L’EUTM-FAMa : un renforcement de capacité opérationnelle

La place d’armes de la 5ème région militaire a abrité, le vendredi 23  novembre 2018 à Tombouctou, la cérémonie de remise des attestations aux FAMa outillés. Cette formation entre dans le cadre de lutte contre le terrorisme, elle permet également d’améliorer le travail de l’Etat-major de la dite région afin qu’elle prépare et conduit ses opérations militaires. La cérémonie a enregistré la présence du général de brigade Peter Mirow, commandant l’EUTM et le colonel Abass dembélé commandant de la 5ème région militaire et d’autres personnalités en service à Tombouctou. Plus d’une centaine d’élément ont suivi durant trois semaines cette formation, à savoir : récipiendaires du module état-major,  d’administrateur, de la tactique niveau sous-officier et des militaires du rang.Le commandant de la 5ème région militaire a salué et remercié tous ceux qui ont pris part à cette cérémonie. Il a aussi félicité l’EUTM pour tout le travail abattu pendant les trois semaines. La cérémonie a pris fin par la remise des certificats au 6 meilleurs stagiaires et par série de formation.

Le MDAC à Ségou

Accompagné d’une forte délégation le ministre de la Défense et des Anciens combattants s’est rendu, du 22 au 24 novembre 2018, à Ségou pour une visite de contact avec les structures relevant de son département. L’object de cette était d’apporter en premier lieu aux troupes le message de soutien, d’encouragement et d’engagement du président de la république IBK, Chef suprême des Armées. Du coup, le ministre s’enquérir des conditions de vie et de contrainte de travail de chaque structure en second lieu.

Au camp Cheick Amadou Tall, première étape, le ministre s’est entretenu avec le commandant de zone par intérim le colonel Toumani Koné et les directeurs zonaux sur la situation sécuritaire de la région militaire. Le ministre a ensuite échangé avec des troupes composées de militaires, gardes, gendarmes en assemblée sur tous les sujets relatifs à la sécurité et à la vie des hommes en opération.De la 4ème légion de la Gendarmerie, au 4ème groupement de la Garde nationale en passant par l’école des sous-officiers de Banankoro, les centres d’instruction Armes Blindée- Cavalerie de Tiby et infanterie de Koutiala et de Markala où des formations classiques sont en cours. Le ministre Tièmoko Sangaré  a fini sa visite avec le ministre de la jeunesse et de l’action citoyenne Amadou Goïta. Les 2 membres du gouvernement sont allés aux Ateliers Centraux militaire de Markala.

Après Markala les 2 ministres se sont rendus au champ de tir de Bapho où les recrues ont émerveillé les visiteurs. Le Pr Tiemoko, très enthousiaste a évoqué les réalisations à travers la LOPM. Une action qui continuera jusqu’à hauteur de souhait a fait croire le ministre, l’une des préoccupations du chef suprême des armées.

DCA : le Directeur en offensive pour le bien-être des hommes

Echanges, visites des ateliers, magasins d’approvisionnement sur le terrain ont meublé le passage du Directeur de la DCA, le colonel Adama Diarra. L’objectif de cette visité était de recenser les difficultés auxquelles sont confrontées certaines casernes. Les autorités sont ainsi engagées pour la mise en condition des combattants avant toute montée en puissance dans les opérations. A Sikasso, Ségou, Sévaré et Kati les problèmes et les besoins sont quasi identiques. Le Colonel Diarra promet de remonter à qui de droit les doléances des hommes, il reconnait au même titre que les chefs locaux que le commandement a beaucoup fait mais les hommes au quotidien sont à l’œuvre ce qui demande un investissement régulier dans les casernes. La Direction du Commissariat des Armées (DCA), il faut le dire est le service en charge des matériels d’Habillement, de Couchage, de Campement et d’Ameublement (HCCA). De ce fait, elle soutient les Forces de défense et de sécurité en vivres règlementaires, en matériels de cuisine. C’est pourquoi le Directeur du commissariat des armées a le souci constant de voir et revoir les conditions de vie des militaires dans les différentes des structures zonales du commissariat des armées. Il entend surtout cultiver la cohésion entre les différents corps des Forces armées et de sécurité à travers cette visite.

Coopération: l’EUCAP-Sahel appuie la garde

La Garde nationale du Mali (GNM) a organisé, le vendredi 16 novembre 2018, sur sa place d’armes, une cérémonie de fin de stage de deux mois. Cette formation a porté sur le recentrage pédagogique des formateurs en maintien d’ordre de la GNM et la formation professionnelle garde des sergents de la 12ème  promotion de l’Ecole des Sous-Officiers (ESO) de Banankoro. Elle a été organisée par l’EUCAP Sahel-Mali. Le représentant des stagiaires, le sous-lieutenant Drissa Coulibaly soutient qu’ils ont bien maîtrisé tous les modules enseignés, notamment celui relatif au  maintien de l’ordre public, la gestion d’un groupe en formation.

Le Directeur du Centre, le capitaine Cheick Oumar Touré, a déclaré que 28 sous-officiers et trois officiers ont acquis de solides connaissances dans les  différentes structures de la Garde nationale. Pour le chef de la  Mission d’EUCAP Sahel-Mali, Philippe Rio, cette cérémonie est la preuve d’une sincère coopération entre la Garde et l’EUCAP Sahel-Mali. Le Chef d’état-major de la Garde nationale du Mali, le Général Ouahoun Koné a rappelé que depuis la convention de partenariat paraphée et signée le 27 février 2015, l’Etat-major de la GNM entretient des liens de coopération étroits avec EUCAP Sahel Mali.Des attestations ont été remises aux stagiaires et des cadeaux aux instructeurs de l’EUCAP Sahel. Le chef de la mission de l’EUCAP, M. Rio a aussi remis un document au Chef d’état-major de la Garde nationale.

Fin de formation professionnelle du Génie militaire à Bapho : un nouveau contingent de soldats prêts à servir

Près de deux cents recrues du contingent 2017 du 26ème Bataillon du Génie militaire bouclé leur formation technique professionnelle. Ces personnels ont reçu leur parchemin le mercredi 14 novembre 2018 à Bapho. C’était en présence des autorités militaires, des chefs de village, et  des notables des villages environnants.

Après la formation commune de base ces jeunes recrues ont pendant 6 mois appris des connaissances techniques et tactiques nécessaires dans le domaine  du Génie militaire. Selon le Colonel Faraba Sangaré, sous-directeur d’étude et de formation de la Direction du Génie, représentant du Directeur, ces soldats ont été formés sur une dizaine de matières. Ils ont été aussi initiés à des formations sur la neutralisation des engins explosifs dénommés EOD.Pour le colonel Sangaré, les connaissances théoriques dans ces domaines d’instruction ont été consolidées et validées par des activités pratiques. Rappelant aux recrues leur engagement, le représentant du Directeur leur a demandé de travailler dans la discipline car elle est la force principale des Armées.

Clin d’œil au commandant EUTM

Le nouveau commandant est né à Hambourg le 7 juillet 1968. Marié, père de 3 enfants.  Le Général de Brigade allemand, PETER MIROW s’est engagé au sein de la Bundeswehr, formation initiale d’officier d’infanterie légère en 1987. Après la formation, il a été affecté au 67ème Bataillon de chasseurs à Breitenburg.

Décorations : croix d’honneur de la Bundeswehr, échelon Or, Chevalier de l’Ordre National du Mérite et des Médailles Commémoratives IFOR.

Expérience opérationnelle :

1996-1997 : commandant d’unité de la compagnie de Protection IFOR en Croatie ;

1997 : Commandant d’unité de la compagnie de protection SFOR Croatie,

1999 : Observateur Militaire des Nations Unies UNOMIG en Géorgie et en 2011-2012 : chef de corps du bataillon de formation et protection de ‘ISAF en Afghanistan.

EUTM : le commandement est maintenant allemand

L’EUTM a désormais un nouveau commandant. Il s’agit du Général de Brigade allemand, Peter Mirow. La cérémonie de passation de commandement s’est déroulée le lundi 12 novembre 2018 à l’Hôtel Azalai Nord-Sud de Bamako. Plusieurs autorités civiles et militaires des Nations Unies et du Mali ainsi que la presse nationale et internationale ont pris part à la cérémonie.

La montée des couleurs des Nations Unies et celles du Mali, le dépôt de gerbe en la mémoire des soldats de l’EUTM tombés au Mali et la décoration des officiers maliens et de l’EUTM ont été les temps forts de cette cérémonie. L’EUTM a honoré des officiers maliens pour leur détermination dans les missions assignées. Le Colonel-major Daouda Dembélé et le Colonel Issa Mamadou Coulibaly ont été décorés à la Médaille du Service de la Politique de Défense et de Sécurité Générale.Le commandant sortant, le Général de Brigade espagnol Enrique Millan a félicité les FAMa pour leur courage et dévouement dans les missions régaliennes. L’Armée malienne a reçu beaucoup de formation au compte de l’EUTM à Koulikoro. Elle pourra mettre en œuvre l’expertise acquise. Il a noté que des logistiques seront mises en place pour renforcer la capacité opérationnelle des soldats maliens.

La réforme des FAMa est devenue une réalité. Mes séjours au Mali m’ont rassuré du retour définitif de la paix au Mali. La mise en œuvre de l’accord témoigne la volonté des maliens d’aller en avant, a noté le commandant sortant.

La ministre de la Défense allemande, Dr Urcula Von Des Leyen, a salué le commandant sortant ainsi que les forces étrangères qui travaillent quotidiennement pour assurer la sécurité, la paix pour l’avenir du Mali. Elle s’est dit honorée de la cohésion entre les forces maliennes et ses alliés. La ministre a félicité les autorités maliennes pour les efforts consentis. Notre souci est la stabilité du Mali et la mise en œuvre de l’accord d’Alger. Le chef d’Etat-major Général des Armées, le Général M’Bemba Keïta a également remercié l’EUTM pour son soutien sans faille au Mali dans le cadre du maintien de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire. Selon le Général Keïta, c’est grâce à l’accompagnement de la communauté internationale que l’élection s’est déroulée paisiblement dans toutes les régions du Mali. Aujourd’hui, nous avons une armée bien formée, équipée et professionnelle, a déclaré le CEMGA.