Archives for vendredi 7 décembre 2018

DMHTA : des chefs de dépôt d’armes outillés

27 stagiaires de l’Armée de Terre, de la Garde, de la Police et de la Gendarmerie nationale reçoivent leurs attestations le  jeudi 6 décembre 2018. C’est suite à une formation de 4 jours sur la ‘’Gestion de la Sécurité Physique et du Stockage des Armes, des Munitions et des Explosifs’’. Ce renforcement de capacité des chefs de dépôt ou des responsables de munitions a été soutenu par la République Fédérale d’Allemagne. Un pays qui a promis de jouer un rôle important dans la formation du personnel de la DMHTA jusqu’en 2019, selon le directeur des stages EMPABB, le commandant Toni Wietck.

Enfin, les stagiaires ont rassuré que les expériences acquises au cours de cette session seront au service exclusif de la DMHTA en particulier et de l’Armée nationale en générale.

Coopération militaire sino-malienne : une vieille amitié

Le chef suprême des Armées, le président Ibrahim Boubacar Keïta a décerné aux militaires chinois en fin de carrière des mérites nationaux à titre étranger. La Direction des Transmissions et des Télécommunications des Armées (DTTA) a ainsi remis, le vendredi 7 décembre 2018, des décorations sur ladite place d’armes. C’était dans le cadre de la coopération militaire sino-malienne.

Engagée en République du Mali depuis septembre 2017 dans le cadre de la coopération militaire, l’équipe composée de 07 coopérants militaires et dirigée par le colonel supérieur Yang Xing Guo s’est investie au maintien des équipements de transmissions fournis par la République populaire de Chine et au perfectionnement du personnel de la DTTA. C’est dire combien la coopération entre les deux armées constitue un volet important de la coopération traditionnelle sino-malienne. De commandeur de l’ordre national, de la médaille du mérite militaire, de la médaille du mérite national avec effigie  lion débout,  les coopérants chinois ont été remerciés de leur lourde tâche par ces distinctions selon leur grade. Cette équipe dynamique et responsable avec une facilité naturelle à la collaboration et à la coopération a formé des dizaines de stagiaires en fibre optique, commutation, radio, froid et sources d’énergie. Elle a également formée les techniciens de la DTTA à l’installation du nouveau matériel radio numérique ‘’Hytera’’ fourni par la Chine. Ce nouveau matériel permettra une couverture en communication GSM hautement sécurisée à Bamako, Sénou, Kati et leurs environs.

L’équipe chinoise qui s’apprête donc à rentrer s’est illustrée par son engagement et son professionnalisme a déclaré le Directeur des Télécommunications et des Transmissions des Armées, le colonel-major Moussa Moriba Traoré.

Le chef d’état-major général des armées, le général M’Bemba Moussa Keïta, a souligné la reconnaissance des techniciens militaires chinois. Il apprécie ce partenariat stratégique car la chine a-t-il signalé est restée un partenaire constant qui n’a jamais vacillé pour le Mali.

Pour finir, le colonel-major Moussa Moriba Traoré se dit entièrement satisfait pour le courage, la disponibilité, la courtoisie et surtout l’expertise dans le domaine des transmissions avec l’équipe chinoise.

La Police Nationale : Bouclier des femmes et filles violentées

La Direction Générale de la Police nationale a organisé une journée d’échanges sur les Violences Basées sur le Genre (VBG) avec les ‘’Points Focaux  Genre’’ des unités de la police nationale de Bamako. Tenue le 6 décembre 2018 au ministère de la sécurité et la protection civile, cette journée était présidée par le général de division Salif Traoré, ministre de la sécurité et la protection civile. Cette journée s’inscrit dans le cadre de la célébration  de la campagne de «16 jours d’activisme» de lutte contre les violences basées  sur le genre. Cette campagne a commencé avec la commémoration le 25 novembre 2018 de la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence à l’égard des femmes et filles.

Célestine Dombwa, Point Focal Genre à la direction générale de la Police nationale, a déclaré que la pesanteur sociale est un obstacle pour les victimes de VBG. Car, les familles préconisent le règlement à l’amiable. Pour la commissaire Dombwa, il  faut  une sanction judiciaire contre  les auteurs de Violences Basées sur le Genre. Elle a déclaré que plus de 2000 cas de plaintes de violences basées sur le genre ont été enregistrés au Mali en 2017.

Les VBG sont : «tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques , sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes , la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée» selon la Déclaration des Nations Unies sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes de 1993.

Pendant la journée, les participants, au sein de groupes de travail,  vont échanger sur les violences liées aux conflits, la collaboration avec  la police et la recherche de solutions. De plus, les échanges s’étendront sur l’état des lieux de la lutte contre les violences basées sur le genre, un aperçu des statistiques, les avancées de la direction générale de police nationale en la matière afin de contribuer à l’élaboration de l’avant-projet de loi de lutte contre les VBG.

Les participants partageront leurs expériences sur la gestion des cas de violences basées sur le genre. Une restitution des travaux de groupes sera remise au Ministère de la Sécurité et de la  Protection civile.Le ministre a déclaré que les efforts des pouvoirs publics et des partenaires pour l’élimination de toutes les VBG sont immenses. Selon lui, cette volonté se traduit chaque année par la célébration des journées dédiées aux femmes comme le 8 mars, le 6 février, le 31 juillet… Le ministre a remercié la MINUSMA, l’EUCAP-Sahel, l’Institut Malien de Recherche Action pour la Paix pour leurs différents appuis dans la lutte contre les VBG dans notre pays.