Archives for samedi 15 décembre 2018

COMMUNIQUE DE LA DIRPA

Les FAMa ont interpellé quatre (04) chasseurs (DOZO) le jeudi 13 décembre 2018, en flagrant délit de destruction et d’incendie d’habitations, de bétail et autres matériels à Sadia-Peulh, cercle de Bankass (Mopti). Les intéressés ont été transférés à Sévaré.

Les FAMa ont intensifié les patrouilles au centre du pays suite à la démultiplication des affrontements communautaires. Au cours de leurs patrouilles, elles procèdent à des arrestations et à des désarmements.

Les FAMa traqueront les terroristes et autres bandits conformément à leurs missions.

EMA : Des sous-officiers prêts à administrer

30 stagiaires dont 4 femmes sous-officiers de la  20ème promotion du Certificat Technique de deuxième degré (CT-2) prêts à gérer les finances de leurs différentes armées après une formation de qualité à l’école militaire d’administration de Kayo à Koulikoro. Une école qui incarne aujourd’hui l’intégration sous régionale sous la direction de la France.

Durant 4 mois, ces stagiaires venus du Mali, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Niger, de la Centrafrique, du Djibouti, de la Guinée Conakry, du Madagascar, du Cameroun, du Togo, du Gabon et du Bénin ont pris part à cette formation. Le sergent-chef Mideton du Bénin a été le major de la promotion avec une moyenne de 17,1.

Le Directeur de l’EMA, le Lieutenant-Colonel Cheick Hamala Diarra a  exprimé aux stagiaires sa profonde gratitude, son admiration, sa satisfaction pour le travail accompli et l’état d’esprit remarquable qu’ils ont fait montre au cours de l’année. Avec une telle convivialité, de cohésion et de légendaire fraternité on peut espérer une armée sous régionale unie.

Le Directeur des Etudes le Lieutenant-Colonel Dore Graslin a affirmé que durant les 16 semaines les stagiaires se sont investis avec détermination et rigueur.

Fidèle à sa devise « S’instruire pour mieux gérer et administrer », l’EMA offre à ses stagiaires une formation de qualité qui les rend aptes à servir honorablement et dignement dans un environnement interarmées, aussi complexe que varié en temps de paix comme en temps de crise.

2ème Cl Oumou Diakité

UA : Des résolutions pour un financement durable des opérations de la paix

Les conclusions des participants prouvent et admettent que l’Union Africaine peut bel et bien financer des missions d’observations avec des budgets moyens pour une durée de 6 à 12 mois. Pour le maintien de la paix, nécessitant de la logistique convenable et une ressource humaine indispensable sur le terrain, elle doit engager des dispositions de partenariats avec l’ONU pour prendre le relais de ses missions  sur le continent. Et cela après la période initiale d’un déploiement d’une mission de combat de 6 mois à une année.

En outre, l’UA doit mettre en œuvre tous les efforts pour travailler sur les procédures en tenant compte des expériences acquises pour améliorer ses capacités à répondre efficacement aux besoins des missions d’imposition de la paix. Les participants ont recommandé une contribution du secteur privé africain au financement du Fonds pour la paix.

Une réunion des experts pour discuter avec les membres du Conseil de Paix et Sécurité de l’UA ainsi que les membres du Conseil d’Administration du Fonds pour la Paix doit se tenir en 2019.

Le Mali s’est engagé à mettre en œuvre l’application du taux de 0,2% de la taxe pour le financement de l’UA et du Fonds pour la paix.

2ème  Cl Salia dit K. Sidibé