Archives for jeudi 21 mars 2019

Service National des Jeunes new-look : la citoyenneté et le civisme recherchés

La cérémonie de présentation au Drapeau des recrues 2018 du Service National des Jeunes (SNJ) a eu lieu, le jeudi 21 mars 2019, à la place d’armes du 34ème Bataillon du Génie Militaire. Placée sous la présidence de son excellence Ibrahim Boubacar Keïta, elle a regroupé la présence du Premier ministre, du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, du ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, des autorités militaires,  administratives, civiles et des anciens du SNJ.

Ils sont environ 600 jeunes  de 18 à 35 ans dont 110 personnels féminins à prendre part à la  Formation Commune de Base (FCB). Pendant 6 mois,  ces jeunes se sont familiarisés avec des matières comme  la tactique, la topographie, le règlement du service dans l’Armée, le service en campagne, entre autres. Ils sont désormais des réservistes de l’armée au service de la nation malienne. Après cette étape, ces nouvelles recrues suivront une formation professionnelle de 10 mois et un stage de 2 mois au sein des différentes administrations publiques.

Le  Directeur du Service National des Jeunes, le Colonel-major Kéba Sangaré,  a souhaité la bienvenue à tous ceux qui ont effectué le déplacement à cette cérémonie. Il a salué le Chef de l’Etat pour l’effort qu’il mène afin de redorer l’image de l’Armée malienne. Selon lui, cette cérémonie marque  la fin de la formation commune de base de la cohorte 2018 du Service National des Jeunes d’une part et d’autre part la renaissance du SNJ par la loi n°038 du 07 juillet 2016.Cette loi traduit la vision du président de la République pour parfaire l’éducation des jeunes et préparer leur mobilisation pour les besoins de la défense nationale. Par sa renaissance, l’Etat entend rehausser l’esprit de discipline et de patriotisme, qui rappelleront les souvenirs de ces dames et hommes en treillis marron à Djicoroni Para, à Kati, à Ségou, Koulikoro, au point A et à Dougabougou a noté le col-major Kéba. Selon lui, ce passage noble et éprouvant était un préalable à l’entrée en fonction des admis de la fonction publique,  c’est dans cette dynamique que la présente disposition a été élargie aux fonctionnaires de l’Etat des collectivités nationales ainsi qu’aux jeunes non fonctionnaires. Elle visera tout en générant des emplois indirects à transformer le citoyen à un homme nouveau imbibé des valeurs physiques et sociétales, s’intégrant harmonieusement dans le processus de développement économique, social et culturel de sa communauté a-t-il martelé. Pour lui  le service national des jeunes dans sa renaissance a pour mission de contribuer à parfaire l’éducation, la formation physique, civique et professionnelle des jeunes d’où la devise ‘’ Apprendre, servir et défendre’’.Pour le Directeur du SNJ, les numéros matricules de ces jeunes s’inscrivent dans la suite de leurs ainés de 1980 et des attestations seront délivrées à la fin de la formation.

Selon le ministre de la jeunesse, de l’EMPLOI  et de la Construction citoyenne Amadou Koita c’est l’expression pour le président de la République de faire du Malien, un citoyen pétri de valeurs conscient de ces droits et devoirs et capable de bâtir un Mali fort et prospère dans le concert des Nations. Selon lui la création d’un ministère dédié à cette mission et l’adoption d’une politique nationale de la citoyenneté et du civisme assorti d’un plan d’actions quinquennal montre à suffisance l’engagement et la détermination du président de la République à promouvoir l’émergence de citoyen ancré dans les réalités maliennes et ouvert à l’idéal universel.

Pour le ministre Koïta, le service national des jeunes s’est assigné trois fonctions principales à savoir la formation physique pour façonner des jeunes pétris du sens de la maîtrise et de la connaissance de soi, capables en tout lieu et en toute circonstance de défendre ; de développer l’esprit civique et le loyalisme ; et enfin de renforcer l’employabilité et l’insertion des jeunes en vue de contribuer à l’émergence économique et sociale du pays.

Le président de la République Ibrahim Boubacar  Keita a salué le Génie Militaire pour l’organisation de cette cérémonie sur sa place d’armes. S’il fallait se convaincre de la pertinence du retour du Service National des Jeunes, il aurait fallu assister à ce à quoi on assiste, s’est-il confié. Ce besoin est imminent, la défense est une mission collective et  tous les segments de la société en devraient faire son devoir car le Mali est en guerre a noté le président IBK. Selon lui la société dans son ensemble est meurtrie et les jeunes sont formés afin de relever les défis futurs. Ainsi, il a exhorté les chefs militaires à prendre des dispositions afin d’imposer la paix et la quiétude dans le pays.

La cérémonie a pris fin par des sketchs à l’avantage de la citoyenneté et l’importance du service national des jeunes au sein de la société ainsi qu’un défilé des jeunes recrues de la cohorte 2018.

Coopération Militaire : Le Général De Division M’Bemba Moussa Keita et ses homologues français et britannique planchent sur la sécurité au Mali

Le Chef d’état-major général des Armées, le Général de Division M’bemba Moussa Keita, a reçu en audience ses homologues français et britannique, le mercredi 20 mars 2019, dans la salle de conférence de l’Etat-major général des Armées.

Le chef d’état-major des armées  françaises, le général d’armées  François Lecointre et le général  Nick Carter, chef d’état major des armées du Royaume Unis,  se sont entretenus avec le général Keïta pendant une heure. Cette entrevue a essentiellement porté sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Le Chef d’état-major malien et ses homologues ont aussi fait le point de la situation sécuritaire qui leur a permis de constater les grands progrès qui ont été réalisés depuis quelques années.

Visiblement rassuré, le Chef d’état-major des armées françaises, le général François Lecointre notera que ‘’les choses progressent ’’. Il s’est dit confiant en la capacité de notre pays de pouvoir traiter ses sujets à fond, des sujets qui paraissent complexes et difficiles, mais qui sont abordés avec beaucoup de détermination par les autorités maliennes. Le général français s’est dit satisfait de voir que « les débris » de l’Armée malienne de 2013 ont donné aujourd’hui une armée en pleine phase de reconstruction, qui se bat, qui est une armée de la Nation malienne et qui agit sur la totalité du territoire malien avec courage contre des groupes terroristes certes puissants et qui ne reculent devant aucun mode d’action mais qui sont de plus en plus affaiblis face à une armée qui est au combat avec énergie. L’officier général français se dit confiant en la capacité de l’armée malienne  d’intégrer dans ses rangs les gens du nord comme ceux du sud, facteur clé de la reconstruction d’un Mali fort et réconcilié. Le général Lecointre fait le constat d’une armée mieux équipée et bien commandée. Il a enfin réitéré son soutien au général Keïta dans son œuvre de reconstruction de l’Armée malienne.