Archives for juillet 2019

Assistance et secours aux populations : l’engagement quotidien des FAMa

Protéger sécuriser défendre mais surtout assister et secourir, telle se résume la vie des FAMa en faveur des populations maliennes.

Dans cette mission sacerdotale les FAMa affrontent moult obstacles. En plus des attaques,  embuscades dont elles sont victimes le plus redoutable des obstacles demeure la difficulté de circulabilité  sur les routes sentiers, cours d’eau,  le sable et les montagnes.

L’exemple des images ci-après  en donne une illustration à suffisance.

En effet, cette difficulté est survenue pendant que les FAMa effectuaient une mission humanitaire, notamment dans les localités de Tiguila Diougani Dinangourou et Mondoto où elles acheminaient des vivres aux populations.

Embourbée entre Koro et Dioungani le 26 juillet  2019, cette mission a pu rejoindre  le 30 juillet  2019 à Dioungani.

La mission devra certainement  attendre que le terrain soit sec pour être en mesure d’acheminer les vivres aux populations.

Alors chères populations, les FAMa ont besoin de votre soutien indispensable.

Police nationale du Mali : le Service social célèbre la journée panafricaine des femmes

Le Service social de la police nationale du Mali, en partenariat avec l’ONG canadienne Juridiction Prévention Réconciliation (JUPREC), a célébré le  mercredi  31 juillet 2019 la journée panafricaine des femmes dans l’enceinte du Groupement Mobile de Sécurité (GMS) sous le  thème : «  Violence Basée sur le Genre (VBG) ».

A travers des projections de films basés sur les violences faites aux femmes, le service social de la police a fait une large sensibilisation afin de diminuer la discrimination.Selon le chef de mission de la JUPREC au Mali, M. Aristide Nononsi, compte tenu de la situation sécuritaire au Mali, la problématique de la Violence Basée sur le Genre est un sujet salutaire. Il est impératif de rendre justice à qui de droit. Selon lui,  ces violences sont quotidiennement faites dans les administrations et même dans la vie courante. Aristide Nononsi a indiqué que la classe politique, les autorités coutumières et religieuses sont interpelées.La directrice du service social de la police, le commissaire de police Assitan Traoré, a interpellé  toutes  les couches sociales afin qu’une solution idoine soit trouvée à ce fléau. Elle a précisé que les victimes sont nos mères, nos sœurs et nos filles et ajouté que la police n’est pas là pour la répression seulement, mais aussi  pour soutenir et accompagner les personnes en détresse. La directrice a rassuré que les victimes peuvent dénoncer leurs agresseurs en toute quiétude.

Lutte contre le terrorisme : Les FAMa victimes d’EEI à Boulkessy

Le 30 juillet 2019, les FAMa ont été victimes d’un engin explosif improvisé à Boulkessy dans la région de Mopti.

L’EEI a explosé au passage d’un véhicule FAMa au niveau d’un puits à Boulkessy. Le  Bilan est de  3 personnels FAMa blessés. Des  dispositions ont été prises  pour l’évacuation des blessés  par hélicoptère de l’Armée de l’Air.

Formation Commune de Base : de nouveaux soldats pour renforcer les effectifs des FAMa

Près de 1 700 jeunes nouveaux soldats sont prêts pour renforcer les capacités des FAMa. Ils viennent des centres de formation commune de base de  Tiby, Markala et Bapho.

Ces jeunes soldats ont été présentés au drapeau le lundi 29 juillet 2019 à Bapho et à Tiby. Il est à préciser que ceux de Markala ont rejoint leurs camarades à Bapho pour la circonstance. C’était sous la supervision du Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, le Général de Brigade Kèba Sangaré. On y notait la présence de plusieurs autorités civiles et militaires.

Pendant 4 mois, sans répit, de jour comme de nuit dans des environnements particulièrement rudes, ces jeunes soldats, dont 288 personnels féminins, ont bravé les intempéries, surmonté les exigences et les contraintes afin de s’accoutumer au métier des armes. Ils sont aujourd’hui dotés d’un savoir-faire et d’un savoir être. Ils sont désormais prêts à franchir les portails du centre pour    servir avec honneur, dévouement, loyauté, dignité et patriotisme.

En prêtant serment, face au drapeau national, les jeunes soldats se sont engagés à : servir la patrie avec honneur, loyauté et fidélité ; participer en tout temps et en toutes circonstances à la défense de l’intégrité du territoire national ; se mettre au service de la République avec droiture et dignité ; accepter en toute circonstance les sujétions de l’état militaire qui implique discipline, loyauté et esprit de sacrifice ; protéger les populations civiles et leurs biens avant, pendant et après les conflits.

Le Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, le Général de Brigade Kèba Sangaré a invité les nouveaux soldats à agir toujours en militaire professionnel, à œuvrer pour leur formation continue, gage de performance. Il les a exhortés également à défendre  les couleurs nationales dans le cadre de l’intégrité du territoire. Le Général  Kèba Sangaré a rappelé que la formation commune de base est l’introduction du jeune civil dans l’armée. Elle se décline en deux fonctions principales. La première consiste à façonner des jeunes pétris du sens de la maitrise et de la connaissance de soi, afin qu’ils soient capables en tout lieu et en toute circonstance de défendre le pays. La deuxième porte sur la formation morale en vue de développer en eux l’esprit de civisme et de loyalisme.

Ces formations sont des preuves réelles de la volonté des plus hautes autorités du pays, notre le Colonel Abdou Samba Sylla, Coordinateur des Formations communes de Base 2019. Il rappelle aux jeunes soldats le sens du drapeau national de notre pays :  « Jeunes engagés volontaires de FCB 2019, je tiens à vous réitérer  solennellement ces appels  suivants: plus jamais de sommeil au-delà de 5 heures du matin, le sports quotidien est sacré, le port correcte de la tenue est credo, les règles de politesse sont votre compagnon à chaque instant».

Des attestations de reconnaissance ont été décernées aux directeurs des 3 centres (Tiby, Markala, Bapho)  et aux meilleures recrues qui se sont distinguées dans ces centres.

Il faut noter que ces recrues seront désormais à la disposition de l’Armée de Terre, de l’Armée l’Air, de la Garde nationale, de la Gendarmerie nationale, du Génie Militaire et de certains services et directions de l’Armée malienne.

Parrain de la 40ème promotion de l’EMIA : un officier hors pair

La  40ème promotion de l’EMIA est baptisée feu colonel Ousmane Coulibaly. Décédé le samedi 22 décembre 2018, il était une référence pour la nation en général et la jeune génération de l’armée en particulier. Né le 21 octobre 1938 à Koulikoroba,  feu colonel Ousmane Coulibaly a été attiré par le métier des armes en 1956, à l’âge de 16 ans. Il maîtrisait les rouages des réalités militaires et de   l’administration.

Durant sa brillante carrière, feu colonel Ousmane Coulibaly a occupé des fonctions militaires et civiles notamment chef d’arrondissement de Tessalit, commandant de la zone N°3 (Kati), chef d’état-major de l’armée de terre et chef d’état-major général des armées.

Le parrain de la 40ème promotion fut chef de la délégation malienne lors des premières négociations entre les acteurs de la rébellion de 1990-1991 et le Gouvernement malien sous le Général Moussa Traoré. Il était l’un des rares cadres qui connaissait mieux l’Adrar des Ifoghas et ses populations.

Grand bâtisseur, feu colonel Ousmane Coulibaly a reçu les plus hautes distinctions nationales et étrangères notamment Grand Officier de l’Ordre National du Mali, Commandeur de l’Ordre National du Mali, Croix du Combattant français et Commandeur de l’Ordre du Lion du Sénégal.

EMIA : la promotion feu colonel Ousmane Coulibaly renforce les rangs des officiers

Le baptême de la 40ème promotion de l’Ecole militaire interarmes de Koulikoro a eu lieu, le samedi 27 juillet 2019, à la place d’Armes du Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy. La cérémonie de prestation de serment était présidée par le président de la république, chef de l’Etat, chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar Keita. Cette promotion compte 58 officiers dont 6 personnels féminins et 10 étrangers venant de 5 pays africains (Burkina Faso, Guinée Conakry, Côte d’Ivoire, Togo, Niger) en plus de 10 éléments du cycle spécial et 18 du cycle d’adaptation. Le sous-lieutenant Adama Tessougué du Mali est le major de la promotion avec une moyenne de 16,73 /20.  La  promotion porte le nom de  feu colonel Ousmane Coulibaly, décédé le samedi 22 décembre 2018.

Apres avoir reçu leurs épaulettes, les officiers de la 40ème promotion ont juré de servir la patrie avec honneur, fidélité et loyauté.

Ces officiers ont suivi une formation intense, un enseignement militaire académique et pratique leur permettant d’acquérir les connaissances nécessaires pour la poursuite d’une brillante carrière d’officiers.

Le chef d’état-major général des armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly, a déclaré aux officiers de la 40ème promotion de l’EMIA qu’ils  commencent leur carrière au moment où notre pays fait face à une guerre à gagner. Le CEMGA a poursuivi « pour vaincre, il faut des chefs compétents, ouverts d’esprit et s’appuyant sur des valeurs essentielles qui sont : le courage, le caractère, l’humilité et surtout l’enthousiasme ». « Soyez conscients des enjeux qui vous attendent. Notre engagement est dans la constance face à une situation sécuritaire qui s’inscrit dans la durée. Vous participerez aux différentes missions en tant que soldat et dont l’action doit être un choix immédiat au physique comme au moral».

Exhortant les jeunes officiers, le général Coulibaly a rappelé une citation de Clausewitz «  Donner la mort en risquant sa vie demeure la vertu première du guerrier ». « Nos actions de tous les jours s’inscrivent dans la logique de faire émerger des militaires responsables, efficients, professionnels, imprégnés des valeurs et principes républicains, respectueux des droits humains et sous contrôle démocratique», a souligné le CEMGA.

Pour sa part, le Président de la République, chef suprême des armées a déclaré que ce baptême rend hommage à un officier de mérite avéré, d’un patriotisme ardent qui a été un modèle. Il a souhaité un bel avenir dans le métier des armes à la promotion feu colonel Ousmane Coulibaly au moment où le défi, qui est fait aux enfants du Mali, est singulier. Selon le président IBK, rarement des forces armées d’un pays auront été devant un défi aussi asymétrique, aussi pernicieux et vicieux pour autant. C’est pourquoi poursuit-il, les FAMa tiennent, chaque jour dans les conditions les plus improbables, leur rôle de défense de l’intégrité territoriale de la patrie. Et d’ajouter qu’il faudra aux jeunes officiers de se surpasser chaque jour pour être à hauteur de situations.

EMPABB : l’Amicale des Anciens Elèves du Prytanée Militaire du Mali (AEPM-MALI) se mobilise pour la paix

L’Amicale des Anciens Elèves du Prytanée Militaire du Mali (AEPM-MALI) se mobilise pour la paix au Mali et dans l’espace Sahel. Tel est le sens de la rencontre qu’elle a organisée, le samedi 27 juillet 2019, sur cette thématique au siège de ladite école. Il s’agit de mobiliser pour la consolidation de la paix et de la cohésion sociale au Mali.

L’objectif de cette conférence était de réunir une large opinion des acteurs participants à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale.

Y étaient présents, le ministre de la Cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale, M. Lassine Bouaré, des hauts responsables militaires, des chefs de différentes ONG, des directeurs de services, entre autres.Le ministre Lassine Bouaré salue cette initiative de l’AEPM-Mali.

Selon le conférencier, le capitaine Cheik H. Bayala, l’AEPM-Mali fait intervenir toutes les couches de la société ; elle constitue de ce fait la pierre angulaire dans le processus de la consolidation de la paix et de la sécurité dans notre pays.

Le président de l’AEPM-Mali, M. Ousmane Sina Diallo explique que l’approche de son association vise à désamorcer les cœurs et esprits des Maliens à travers la promotion de la culture de la paix. Par la suite il s’agit de les emmener vers la paix durable à travers les vertus de la paix et la cohésion sociale. Il a ensuite rappelé qu’aujourd’hui, l’exemple le plus représentatif de cette initiative est le dialogue politique inclusif en cours, sous l’égide du triumvirat qui doit rassembler toutes les couches de la société pour prendre en compte les aspirations du peuple.  L’AEPM-Mali compte plus de 500 membres civils et militaires évoluant dans diverses catégories socioprofessionnelles. Elle a vocation de faciliter la constitution d’un réseau d’entraide mutuelle entre les anciens élèves du prytanée militaire. 

Préparation opérationnelle : La Gendarmerie met à disposition ses stagiaires d’Ecole d’état-major et du Cours supérieur

Les formations de l’Ecole d’état-major et du cours supérieurs de la Gendarmerie ont pris fin le vendredi 26 juillet 2019. C’était à l’occasion d’une cérémonie présidée par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants au camp Balla Koné à Faladiè.

Il s’agit de la 10ème promotion de l’Ecole d’état-major et de la 21ème promotion du Cours Supérieur de la gendarmerie. Ils étaient 31 stagiaires venant du Sénégal, de la Guinée Conakry, du Benin, du Niger et du Mali.

Ces récipiendaires vont contribuer substantiellement aux opérations, notamment en matière sécuritaire et des Droits de l’Homme. Ils sont en tout cas outillés pour contribuer à la protection des populations, selon, le Directeur Général de la Gendarmerie, le colonel-major Boukary Kodio.

Ces officiers aideront à mieux faire partager et faire observer les besoins de sécurité en police judiciaire,  en circulation routière et bien d’autres.

Créée le 27 mai 2002, l’Ecole d’Officiers de la Gendarmerie Nationale a pour mission la formation initiale des officiers de la gendarmerie et la formation continue des officiers de la gendarmerie, à travers le Cours Supérieur (CS) et le Diplôme d’Etat-major (DEMG).

Le CS développe les compétences des officiers de la Gendarmerie en matière de commandement, de la gestion du personnel et du matériel. Le DEMG dispense aux officiers de Gendarmerie les connaissances nécessaires pour occuper un emploi d’officier concepteur au sein d’un état-major en tant de paix comme en tant de crise dans un contexte national et multinational, explique le Directeur des Ecoles de la gendarmerie, le lieutenant-colonel Youssouf Otto Diallo.

Un défilé et des démonstrations ont rythmé cette cérémonie.

La Gendarmerie est une force humaine au service des populations et des administrations.

Sortie de la 40ème promotion de l’EMIA : un avant-goût de la cérémonie

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général de division Ibrahim Dahirou Dembélé, était le 25 juillet 2019  à Koulikoro pour s’enquérir de l’état de  préparation de la sortie de la 40ème promotion de l’Ecole Militaire Interarmes(EMIA). Après les différentes séquences de la répétition,   le ministre Dembélé s’est entretenu avec les responsables militaires  présents à la place d’Armes du Centre d’Instruction Boubacar Sada SY de Koulikoro(CIBSSK). Il a exposé à ces derniers ses préoccupations pour la réussite de l’évènement.Le Chef d’état-major général des armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly, a   souligné que le ministre est reparti satisfait des préparatifs de cette sortie prévue le samedi 27 juillet 2019. Depuis le 16 juillet 2019, les responsables du CIBSSK, les élèves officiers d’actives et le personnel d’encadrement sont  à pied d’œuvre pour que la cérémonie de sortie de la 40ème promotion de l’EMIA soit un succès.Ces répétitions visent à donner à voir un défilé et une cérémonie impeccables au chef suprême des armées, aux populations maliennes et aux invités le jour -J. En outre, le cérémonial participe de la préparation opérationnelle des personnels militaires, ajoute le général de Division Abdoulaye Coulibaly.

Armée-Nation : Le football, facteur de cohésion

Renforcer la relation Armée-Nation, tel est le crédo du Collectif pour le Renouveau du Peuple et la Lutte contre la Délinquance Juvénile (CRPLDJ). En effet, en collaboration avec le secrétariat permanent de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres, il a été organisé un tournoi de foot. C’était le dimanche 21 juillet 2019 sur le terrain Chabba de Lafiabougou en commune IV du district de Bamako.

Ce tournoi vise la sensibilisation et le renforcement de la relation entre les populations et leur armée. Le tournoi durera un mois.

Le match d’ouverture a opposé l’équipe des forces de sécurité à celle des journalistes. C’est le colonel major Nèma Sagara qui a donné le coup d’envoi.

Ce lancement officiel du grand tournoi initié par le collectif pour le Renouveau du Peuple et la Lutte contre la Délinquance Juvénile (CRPLDJ) en collaboration avec le secrétariat permanent de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre s’est tenu le dimanche 21 juillet 2019 sur le terrain Chabba de Lafiabougou.

L’équipe des forces de sécurité à celle des journalistes. Les 20 premières minutes de cette partie seront à l’avantage de l’équipe des forces de sécurité qui mettra cette domination à profit pour marquer le premier but de la rencontre par l’intermédiaire de Moussa Kouyaté.  Le match s’est finalement soldé par le score de quatre buts à un en faveur de l’équipe des forces de sécurité.

Le représentant du ministre de la sécurité et de la protection civile, M. Amadou Sangho a salué et remercié les organisateurs de ce tournoi civilo-militaire tout en souhaitant que l’initiative se pérennise.

Le colonel Major Nema Sagara a saisi cette occasion pour lancer un appel à la population en de coopérer avec les forces de défense pour lutter contre le banditisme dans notre pays.

MDAC : Des distinctions pour Barkhane

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général de division Ibrahim Dahirou Dembélé a remis au général sortant de la tête de barkhane son grade de commandeur de l’ordre national du Mali et le général Jean Pierre Fritsch Officier de  l’ordre national. En fin de mission, ils reçoivent ces distinctions du Président de la République, chef suprême des armées pour service rendu.

Le ministre de la Défense et des anciens combattants, le général de division Ibrahim Dahirou Dembélé a confié que ces distinctions honorifiques obéissent à un protocole particulier inhérent à la reconnaissance du mérite. Le ministre Dembélé a aussi noté que ces distinctions sont le résultat d’engagements au service du Mali.

Les récipiendaires ont remercié le ministre de la Défense et des anciens combattants pour cette décoration qui est un signe de reconnaissance pour le travail abattu dans la lutte contre le terrorisme au Mali. Ils ont aussi encouragé et félicité les forces armées maliennes qui ne cessent de monter en puissance.

Coopération : Barkhane FAMa en phase

 

Le général de division Frédéric Blachon était venu faire ses adieux à ses collaborateurs maliens et présenter son successeur au MDAC avant de rejoindre son pays. Un chef part, un autre arrive mais rien ne change, a-t-il déclaré. En fin de mission à la tête de Barkhane, il a été reçu en audience ce mardi 23 juillet 2019, par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général de division Ibrahim Dahirou Dembélé, accompagné de l’ambassadeur de France au Mali, M. Joël Meyer et de son successeur naturellement. Il a affirmé qu’il garde une bonne image du comportement des jeunes soldats maliens surtout dans le Gourma. ‘’Des jeunes décidés, combatifs ne faisant aucun cadeau à l’adversaire. C’est une vraie satisfaction quand on voit ces jeunes se battre pour leur pays’’, a-t-il confié.Pour le nouveau commandant de la force Barkhane, le général Pascal Facon, sa mission est de continuer ce que le général Blachon a commencé. Il a aussi salué les actions remarquables des Forces armées maliennes qui ne cessent de monter en puissance.

C’est pourquoi, le général Facon a exprimé la détermination d’agir avec les frères d’armes maliens, la Force conjointe du G5-Sahel, la MINUSMA et l’EUTM afin d’atteindre les objectifs fixés.

La délégation a ensuite été reçue par le Chef d’Etat-major général des Armées (CEMGA), le général de division Abdoulaye Coulibaly. Au cours cette audience, le CEMGA a remis un cadeau au général Blachon en guise de reconnaissance du travail effectué au Mali. En retour, le général Blachon a remis un sabre au Chef d’Etat-major Général des Armées, un symbole de commandement pour l’officier.

Soutien aux FAMa : les populations de Baye se mobilisent

Pour la enième fois, les populations de Baye apportent leur soutien. Notamment, elles contribuent à remblayer le site FAMa du village.  Pour rappel, c’est pour la deuxième que ces populations s’investissent à cette tâche au profit des FAMa. Baye est un village situé dans le cercle de Bankass,  dans la région de Mopti.