Archives for mardi 16 juillet 2019

Soutien aux FAMa : les populations de Baye mobilisées

La population de Baye est sortie massivement pour le remblaiement du site d’installation des FAMa dans leur localité. Il s’agit plus précisément du Groupe d’Action Rapide de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (GARSI).

Baye est une localité située sans le cercle de Bankass dans la région de Mopti.

Visite du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Général de Division Ibrahima Dahirou Dembélé à Paris

Après avoir assisté, en qualité d’invité d’honneur au défilé de la fête nationale française le 14 juillet 2019 sur les Champs Elysées suivi du déjeuner officiel, la visite du ministre malien s’est poursuivie le 15 juillet par une journée de travail.Entretien avec le Chef d’état-major des armées dans sa résidence, accueil à l’Hôtel de Brienne par la Ministre des Armées, Grands honneurs dans la cour du 14 rue Saint Dominique, Hymnes nationaux et revue des troupes, photographie officielle dans le salon Rotonde, signature du livre d’or dans le salon Charles de Gaulle, entretien avec la Ministre des Armées Florance Parly dans le salon Musique, décidément des attentions de marque ont été réservées au Général de division Ibrahima Dahirou Dembélé, et qui attestent, si besoin en était encore, de la bonne qualité des relations militaires entre la France et le Mali.

Remise de matériels : la coopération militaire Mali-Allemagne se porte très bien

L’ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Mali, a remis un important lot de matériels à l’Armée malienne, le mardi 16 juillet 2019, à la place d’armes de Kati.

Le lot se compose de 29 Caspirs (véhicule de protection) ; 4100 Gilets pare-balles ; 4300 Chaussures rangers ; 2700 Casques balistiques.    Selon le diplomate son Excellence Monsieur Dietrich Becker, la situation sécuritaire dans le centre du pays constitue de graves menaces pour la population sur place mais aussi pour la stabilité de toute la région. Une situation très complexe avec des conflits multidimensionnels demande une réponse forte et compréhensive.Le gouvernement du Mali a par conséquent mis en œuvre les opérations PSIRC et Dambé pour rassurer et sécuriser les villages au centre et de lutter contre les groupes armés.

L’Allemagne a soutenu le Mali depuis presque 40 ans et cela dans le secteur militaire, ce soutien se manifeste par le renforcement des capacités des forces maliennes et certaines donations.

La présence d’un millier de soldats et policiers allemands à Gao, Mopti, Koulikoro et Bamako dans le cadre de la MINUSMA, l’EUTM Mali et l’EUCAP Sahel Mali  contribue beaucoup à la stabilisation desdites villes. Ce don et les efforts des FAMa peuvent jouer un rôle significatif dans la zone d’Opérations du 61°Régiment.

Le Chef d’Etat-Major Général des Armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly a declaré que dans le cadre de l’accord sur l’aide à l’équipement au profit des FAMa, au titre du programme de coopération 2017-2020, visant le renforcement des capacités de stabilisation et de sécurisation, la donation du présent matériel constitue, d’une part ,une étape importante dans le processus de renforcement de la logistique des FAMa ,institution socle de la souveraineté  de l’ Etat et ,d’autre part ,un pas de plus vers le renforcement des capacités de nos Forces armées et de sécurité bâties sur le respect des Droits de l’Homme.En matière d’équipement, pour rappel il a mentionné, la réception, le jeudi 21 juin 2018, la donation allemande composée de 25 camions Mercedes et 3 chariots de l’élévateur et des pièces de recharge d’un coût total estimé à 1 milliard de franc CFA.

Cet appui composé de 10 caspirs, en complément des 29 autres déjà réceptionnés, ainsi que d’un lot d’équipements militaires (rangers, gilets pare-balle, et casques balistiques), renforce significativement les capacités  opérationnelles de l’Armée Malienne, occupe une place significative dans la mise en œuvre de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) et renforce davantage les liens d’amitié séculaire qui existent entre les forces armées des deux pays.

Passation de services : le Colonel-major Boukary Kodio nouveau patron de la Gendarmerie

La passation de commandement entre le Directeur général de la Gendarmerie nationale sortant, le Général de brigade Satigui dit Moro Sidibé et entrant, le Colonel-major Boukary Kodio a eu lieu ce jour, mardi 16 juillet 2019 dans la caserne Chef d’Escadron Balla Koné, sous la présidence du Chef d’Etat-major général des armées, le général de Division Abdoulaye Coulibaly.

Considéré comme l’une des personnes les mieux placées pour prendre le relai de la Gendarmerie nationale et jouissant d’un grand respect le Colonel-major Kodio a répondu oui à l’appel en apportant avec lui une très vaste expérience a fait remarquer le maître de cérémonie.

‘’Officiers, sous-officiers de la gendarmerie vous reconnaîtrez désormais le Colonel-major Kodio comme votre nouveau chef, vous lui obéirez de tout ce qu’il vous commandera pour le succès des armes du Mali’’. C’est  par la lecture de cette formule consacrée que le Chef d’Etat-major Général des Armées a investi le nouveau patron de la gendarmerie.Le nouveau directeur général de la gendarmerie a remercié les plus hautes autorités pour la confiance placée en lui pour diriger ce corps. Selon lui, le pays souffre aujourd’hui en matière de sécurité. Pour le colonel-major Kodio les forces de sécurité ont besoin de l’accompagnement de la population pour relever ce défi sécuritaire.

C’est pourquoi, Il a aussi souhaité le concours de toute la gendarmerie et le soutien des plus hautes autorités pour mener à bien sa nouvelle mission.

Prolifération des Armes Légères : renforcement des points focaux nationaux

Un atelier de renforcement des capacités des points focaux nationaux sur la procédure d’exemption de la convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petits calibres s’est ouvert  mardi 16 juillet 2019. La rencontre est organisée par  la Commission Nationale de Lutte Contre la Prolifération des Armes légères du Mali.  Elle a regroupé plusieurs acteurs concernés au Grand Hôtel Azalai de Bamako.

Il s’agit pour les participants de passer en revue, les acquis dans la mise œuvre de la procédure et identifier clairement les moyens d’améliorer la gestion de la procédure d’exemption. Cela pour permettre un traitement efficace des différentes demandes soumises à la Commission de la CEDEAO.Selon le Secrétaire permanent de la Commission Nationale de Lutte Contre la Prolifération des Armes légères du Mali, le col /major Nèma Sagara, ces dernières années, certaines demandes d’exemption présentées auprès de la Commission de la CEDEAO par les Etats membres ont fait l’objet de retard dans le traitement dû au non-respect des procédures requises.

Dans le souci de remédier à cette situation, la Commission de la CEDEAO a décidé de renforcer des capacités des points focaux nationaux concernant les mesures concrètes à prendre lorsqu’une demande d’exemption doit être formulée par un Etat membre, a noté le colonel/major Sagara.

Il a rappelé que le Mali a joué un rôle important dans l’élaboration de la Convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petits calibres d’où son surnom de « gouvernement champion » pour avoir participé et conduit toutes étapes de ladite Convention. Le Colonel-major Nèma Sagara a souligné que le contexte sécuritaire actuel de notre pays nous interpelle tous à juste titre et nous devrons avoir un rôle de tout ce qui transfert les armes et aussi comprendre les principes clés du transfert des armes dans la région, ainsi que la procédure de dérogation et les informations  de base à fournir par la Commission de la CEDEAO pour l’acquisition des armes au compte d’un Etat membre.

Le Représentant du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, l’Inspecteur Général de Police Moro Diakité a indiqué que cette procédure pourra permettre une transmission et un traitement rapide des demandes soumises à la Commission de la CEDEAO. Selon lui, si tous les acteurs parviennent à contrôler le port illicite des armes à l’intérieur des pays, on aura un environnement  sécurisé.

Cet atelier durera deux jours. Plus d’une trentaine d’acteurs de Lutte Contre la Prolifération des Armes légères prennent part à cette rencontre.