Archives for lundi 18 novembre 2019

Terrorisme au Sahel : Les FAMa de l’opération bilatérale Tongo Tongo Mali-Niger attaquées à Tabankort

En vue de mieux traquer les terroristes le long de la frontière, le Mali et le Niger ont monté une opération bilatérale dénommée TONGO TONGO. Dans le cadre de cette opération une patrouille FAMa a été attaquée ce lundi 18 novembre 2019 à Tabankort dans la région de Gao. Au cours de cet accrochage les FAMa déplorent 24 morts, 29 blessés et des dégâts matériels. Côté ennemi l’on dénombre 17 terroristes tués, une centaine de suspects appréhendés entre les mains des forces nigériennes à Tiloa et 70 motos détruites.

E N P : Formation multidisciplinaire des sous-officiers de la Police

L’Ecole nationale de police du Mali, en partenariat avec l’Académie de Police de la Basse-Saxe en Allemagne a lancé le 18 novembre 2019 une formation diversifiée au profit de la police nationale il y’a déjà deux ans. Cette deuxième édition présidée par le Directeur Général de la Police Nationale, le contrôleur général, Moussa B Mariko et la députée allemande, Mme Susanne Mittag accompagnée du directeur de l’Académie de police de Basse-Saxe, M. Carsten Rose concerne 20 stagiaires.

L’activité entre dans le cadre de l’évaluation des instructeurs maliens qui ont suivi des formations de haut niveau en transmission de connaissances à l’Académie de la Basse-Saxe en Allemagne, Du coup elle permet de concrétiser un jumelage signé le 15 novembre 2017 à Bamako entre les deux Ecoles. Depuis l’approbation de cet accord de coopération, l’académie de la Basse-Saxe œuvre pour permettre à l’Ecole nationale de police du Mali d’avoir des formateurs bien outillés en matière de transmission de connaissances.C’est ainsi qu’au début de chaque année des instructeurs policiers maliens vont renforcer leurs connaissances en Allemagne, et vice versa. Le Directeur de l’Ecole nationale de police a affirmé qu’au regard du bilan des 2 années de partenariat déjà, 10 instructeurs maliens ont été formés à satisfaction en Basse-Saxe.

Tombouctou : le contingent Burkinabé proche des populations

Le bataillon burkinabé, Badinya de la MINUSMA, à travers son bureau Action civilo-militaire a fait, le 14 novembre 2019, don des vivres à la Pédiatrie de l’hôpital régional de Tombouctou pour accompagner la direction de l’hôpital. Le  jardin d’enfants du camp militaire Fort Cheick Sidi Bekaye a également  reçu des vivres et des fournitures scolaires. Ces donations étaient composées de riz, de mil et du lait, des kits scolaires et des jouets  pour les tous petits. Pour le chef adjoint du bureau action civilo-militraire du contingent Badinya, l’adjudant-chef Guedre Abdou, ces actions traduisent le partenariat et la fraternité  qui font le symbole du Mali et du Burkina. Les bénéficiaires ont salué et remercié le Badinya et ont souhaité que ces actions soient pérennisées. 

Lutte contre le terrorisme

Une opération bilatérale FAMa-Niger pour traquer les ennemis a la frontière Mali-Niger.

Dans le cadre d’une opération bilatérale pour traquer les terroristes à la frontière Mali-Niger, une patrouille FAMa a été accrochée ce 18 novembre 2019 à Tabankort dans la région de Gao.
Au cours de cet accrochage les FAMa déplorent sept morts et quinze blessés ainsi que des dégâts matériels.
Les blessés ont été évacués sur Tiloa au Niger.
Avec le soutien de la Force Barkhane les FAMa et les Nigeriens ont repris l’initiative sur le terrain a Tabankort. La force nigérienne y mène la fouille.

Visite de terrain du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants : rassurer les populations.

Le général de division, Ibrahima Dahirou Dembélé accompagné d’une forte délégation militaire  s’est rendu dans les postes de commandements d’Ansongo et de Ménaka. Objectif apporter le soutien des plus hautes autorités du pays aux FAMa sur le terrain.

A travers cette visite, le ministre est venu voir et comprendre les problèmes des hommes sur le terrain. Le général a également transmis aux troupes le message de soutien du président de la République EL Hadj  Ibrahim Boubacar Keïta, de son gouvernement et celui de tous les maliens. Occasion pour lui de prodiguer des conseils à ces vaillants combattants pour la réussite de leur mission qui est la défense de l’intégrité territoriale du Mal. Le visiteur du jour a donné des instructions fermes aux commandements  des postes de sécurité d’Ansongo et de Menaka  pour que leurs éléments  puissent mener  des  actions offensives contre les terroristes, et aller au contact des populations, pour gagner leur   confiance.

Au paravent la délégation ministérielle avait rendu une visite de courtoisie  aux notabilités et aux autorités administratives et politiques

Lutte contre l’extrémisme violent au Sahel : Les universitaires du Mali et du Maroc en conclave à Bamako

‘’ L’Etat de droit à l’épreuve de l’extrémisme violent au sahel, le cas du Mali’’, tel était le thème de la journée scientifique coorganisée à l’hôtel Sheraton de Bamako par l’université des sciences juridiques et Politiques du Mali et l’université Internationale de Rabat au Maroc. La dite journée était placée sous la présidence du contrôleur général de police, Samba Keita, représentant le ministre de la sécurité et de la protection civile en présence de nombreuses autres personnalités.

S’interroger  sur  les  questions des Etats fragiles, faibles, faillis et forts en Afrique en  Méditerranée et dans le Sahel ; traiter les questions d’extrémisme violent, de radicalisation et de religion; tels sont entre autres objectifs de la rencontre de Bamako.

Dans son discours introductif, le doyen de l’université des sciences juridiques et politiques de Bamako, le Prof Kissima Gakou a souligné que la réponse au terrorisme ne peut en effet être que globale et multilatérale. Cette lutte, prévient-il, doit se réaliser au travers d’instruments de coopération juridique efficaces, de sortes que ceux qui planifient, financent ou commettent des actes de terrorisme, ou encore qui en sont les complices, ne puissent rester impunis.

Pour sa part, le doyen de l’université Internationale de Rabat, le Prof Jean Noël Ferrié, a soutenu qu’une réflexion approfondie sur l’état de la violence dans le sahel, pourrait nous permettre d’agir sur le phénomène qui est si douloureux et si problématique qui met à mal l’efficience de la démocratie représentative.

Quant au représentant du ministre de la Sécurité et de la protection civile, le contrôleur général de police Samba Keita, les pays du Sahel et ceux du Maghreb doivent se doter de politiques intégrées et coordonnées afin de déployer en priorité des capacités et du savoir-faire nécessaire dans un cadre de dialogue et de concertation entre nations. En outre, le contrôleur général Keita poursuit que l’implication de la communauté universitaire  pour appréhender les problématiques sécuritaires témoigne d’un engagement fécond et responsable visant à apporter une plus-value consistante dans les réponses contre ces grands fléaux qui minent notre cohésion nationale et sapent l’harmonie sociale.

Toujours à en croire le représentant du ministre, notre pays, le Mali, a besoin de tous ses fils pour conforter sa résilience face à tant d’épreuves et restaurer sa stabilité dans le concert des nations.

Solidarité : Vers l’autonomisation des veuves et orphelins des policiers

Les rideaux sont tombés le vendredi 15 novembre 2019, dans la cour du GMS, sur les travaux de formation des veuves et orphelins des policiers et les survivantes des violences basées sur le genre en saponification. Initiée par le centre social de la police en synergie avec la Fondation Orange, la cérémonie de remise d’attestations s’est déroulée en présence du représentant du Directeur Général de la Police Nationale, le commissaire Divisionnaire, Mamady Coulibaly, de la Directrice du Centre Social de la Police, le commissaire Principal Assitan Traoré et de nombreuses autres personnalités.

Cette formation à l’intention des couches vulnérables, a porté sur la composition, la fabrication, la coupure et le conditionnement du savon.  En formant ainsi ces couches vulnérables, le Centre Social de la police et la fondation orange ont opté pour une autonomisation des femmes et l’épanouissement de toute une famille dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

La directrice du centre a précisé qu’il est important de continuer à renforcer la capacité des femmes et des jeunes à travers des ateliers de formations.

Après avoir invité les bénéficiaires à faire un bon usage des connaissances acquises, le représentant du DG  de la Police Nationale, le commissaire divisionnaire, Mamady Coulibaly a exprimé toute sa reconnaissance et sa satisfaction totale à l’endroit du Service Social de la Police et de ses partenaires, notamment la Fondation Orange, pour que ce geste de haute portée sociale ait lieu. Selon lui, le financement d’une telle activité permet de contribuer à la lutte contre la marginalisation et la stigmatisation des femmes.

La cérémonie a pris fin par la remise d’attestations et des kits aux heureuses bénéficiaires.