Visite du chef d’état-major de l’armée de terre aux militaires blessés dans les opérations au Nord

Dans le cadre de l’accompagnement  et le soutien moral des militaires blessés dans les opérations  le  Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre  organise semestriellement une visite aux malades, dans les différentes structures sanitaires de Bamako et Kati.

Le Chef d’état-major de l’armée de terre le Colonel-major Abdrahamane  Baby accompagné de son staff, du poste de commandement  sur place a Kati le Chef d’état-major a rendu visite aux 101  militaires malades hospitalisée  et  ambulatoires. Il a visité successivement  la Polyclinique de Kati, l’hôpital Infirmerie de garnison et  l’Hôpital Gabriel Toure de Bamako.  Dans ces centres, le Colonel-major Abdrahamane Baby  a déclaré qu’il est venu  voir leur état de santé et recueillir les doléances  afin de rendre compte à sa hiérarchie.

Au cours de la visite, les malades ont fait part de certaines préoccupations à savoir la non disponibilité de l’ambulance par moment à la polyclinique pour les analyses externes et le mauvais état des fauteuils roulants. Le Colonel –major Abdrahamane  Baby à donner l’assurance que l’armée de terre s’impliquera pour trouver une solution diligente à ces problèmes. Dans le cadre de la formation les malades ont demandé leurs prises en compte pour les formations classiques à venir.

Le Chef d’état-major de l’armée de terre a rappelé aux blessés que la priorité du commandement était  de s’assurer qu’ils sont  correctement  pris  en charge jusqu’à la guérison. Il a aussi rappelé que cette mesure était valable pour tous les malades militaires quel que soit le niveau de formation.

La prise en compte des blessés dans l’attribution des logements sociaux : Sur ce point le Colonel-major Abdrahamane Baby  a informé que  le  processus  était  initié au niveau des  unités  d’origine  et que l’obtention dépendait de la satisfaction des critères édictés. Les malades visités ont bénéficié d’un kit social offert par l’hôte du jour.

 

CIRPAT

Sous-Lieutenant Mansa Doumbia

Terrorisme: un poste FAMa attaqué à Markala

Un poste de la Gendarmerie de Markala (Ségou) a été attaqué hier, jeudi 11 janvier 2018, aux environs de 23 heures. Le poste a été pillé et brulé. Mais l’on ne déplore aucune perte en vie humaine.

Acte terroriste: un FAMa porté disparu à Léré

Le jeudi 11 janvier 2018, aux environs de 14 heures, un gendarme a été porté disparu. Il aurait été enlevé à Léré à la sortie de la ville. Les recherches sont en cours.

Nouvel An Les FAMa présentent leurs vœux au Président IBK

Les responsables des Forces Armées et de Sécurité ont présenté jeudi, 11 janvier 2018, leurs vœux de nouvel An au Président de la République, Chef Suprême des Armées, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keïta. C’est le Chef d’Etat-major Général des Armées, le Général de Brigade M’Bemba Moussa Keïta, qui a porté ce message au nom des FAMa.

Dans son adresse, le Général M’Bemba Moussa Keïta a admis que l’année qui s’achève a été laborieuse pour les Forces de Défense et de Sécurité. Mais que ces moments rudes de l’année n’ont pas empêché les Forces de défense d’honorer leur serment. ‘’ Les groupes armés terroristes, par des actions lâches et harcèlements de pose d’engins explosifs improvisés et de mines ainsi que par des assassinats ciblés, ont voulu installer la terreur et la peur chez la population et dans nos rangs. Ces actions ne feront pas reculer et n’entameront en rien notre moral et notre engagement d’honorer notre serment’’. Ce message fort et rassurant du CEMGA a renouvelé l’estime et la confiance du Chef Suprême envers son Armée.

Pour le Gal M’Bemba Moussa, le nom ‘’DAMBE’’ de l’opération en cours est révélateur de l’engagement et de la volonté inébranlable des FAMa pour son Peuple. Il précise également que les actions des FAMa ne sont pas seulement militaires, elles sont aussi civiles par la participation aux activités de développement.

Parlant du MOC, le chef d’Etat-major Général des Armées a expliqué qu’il contribue à renforcer la  confiance entre les FAMa et les ex-combattants des mouvements signataires de l’accord. ‘’Le MOC de Gao est fonctionnel et ceux de Tombouctou et Kidal sont attendus. L’ensemble permettra de réussir le processus de DDR’’, a-t-il soutenu.

En outre,  le Général Keïta estime que la création de la Force conjointe du G5 Sahel est intervenue dans un contexte particulier. Il ajoutera que les FAMa seront au rendez-vous du calendrier pour son opérationnalisation complète. ‘’Nous poursuivrons les efforts avec les moyens mis en à notre disposition pour le succès des Armes du Mali et en éloignant de nous tout esprit de surenchère. Nous ne pouvons que compter sur nos propres efforts en considérant ceux des autres comme complémentaires’’, a-t-il conclut.

Quant au Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keïta, il a présenté ses meilleurs vœux aux FAMa et à leurs familles avant de promettre que l’armée sera mise dans toutes les conditions quelques soit le coût. ‘’Tel est notre devoir. Telle est notre vocation. L’Armée doit être debout pour la patrie, car notre dignité et notre souveraineté n’ont pas de prix’’, a prévenu le Président IBK. Il admet que des progrès notoires ont été constatés dans l’atteinte des objectifs. Cependant, il précise qu’il reste encore beaucoup à faire pour regagner la confiance des populations. ‘’ Nous cherchons à construire une armée adaptée à la guerre asymétrique. Cela nécessite la mise en place des forces spéciales’’, a-t-il conclu.

Auparavant une minute de silence a été observée à l’endroit des compagnons et frères d’Armes tombés sur le champ d’honneur au service du Mali.

                                                                         MDL/C Dramane Dembélé

Aviateur de 1ère Cl Oumar Bagayoko

Accrochage FAMa-Terroristes à Hombori

Tôt ce matin 11 janvier 2018, aux environs de 6 heures, les FAMa sont tombées dans une embuscade à Hombori (région de Mopti).

L’embuscade avait été planifiée et précédée de l’explosion d’Engins Explosifs Improvisés (EEI).

Les FAMa ont enregistré 3  blessés et 3 véhicules endommagés.

Opérationnalisation du G5-Sahel : La vitesse de croisière prévue pour mars 2018

La réunion Ministérielle Conjointe des pays membres du G5-Sahel s’est ténue du 6 au 08 janvier 2018 à Hôtel de l’Amitié, sur l’opérationnalisation de la Force Conjointe du G5-Sahel (FC-G5S).

 Cette réunion avait pour objectif stratégique d’assurer  l’appropriation par les Etats membres des différentes dimensions du processus d’opérationnalisation de la FC-G5S, aux plans politique, institutionnel, opérationnel, financier, de l’information et la communication.

A l’ouverture des travaux, le Chef Etat-major Général des Armées, le Général de Brigade M’Bemba Moussa Keita a souligné que la réunion conjointe se situe au lendemain de l’adoption à l’unanimité de la résolution 2391 (2017) du 9 décembre 2017 du Conseil de Sécurité sur la Force conjointe du G5-Sahel.

Aussi, intervient-elle au lendemain d’évènements majeurs, qui marquent la montée en puissance de la FC-G5S comme l’inauguration du PCIAT de la force conjointe par le président en exercice du G5-Sahel, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, le 9 Septembre 2017 à Sévaré ; le déroulement de la première opération de la force Conjointe (HAXBI) dans le fuseau transfrontalier central, le 27 Octobre 2017; la tenue du Sommet de la Celle Saint-Cloud sur la FC-G5S le 31 Décembre 2017 à New York, a-t-il commenté.

Cette rencontre se tient aussi en marge de la 72ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, et la réunion ministérielle du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le rapport du secrétaire général relatif à la Force conjointe du G5-Sahel.

Le ministre des Affaires Etrangères et Président du Conseil des ministres du G5-Sahel, Tiéman Hubert Coulibaly,  a souligné que la démarche du G5-Sahel devrait avoir les capacités militaires exigées pour atteindre sa pleine opérationnalisation d’ici mars 2018; l’accélération de la mise en œuvre de la résolution 2391 (2017) sur la FC-G5-Sahel; le renforcement du ‘’ Pilotage politique ‘’ de la FCG5-Sahel, par la désignation d’un responsable chargé du plaidoyer politique et sécuritaire et la mise en place rapide d’un mécanisme d’information et de communication performant et proactif.

Il a en plus souligné que la recrudescence des menaces sécuritaires invite  les pays membres à continuer d’être davantage au rendez-vous pour traduire sur le terrain les capacités de restaurer la paix et la sécurité dans l’espace commun.

A l’issue de la réunion, les participants ont formulé des recommandations qui consistent à la création d’un mécanisme de mobilisation de coordination et de gestion des contributions à la force conjointe; l’organisation et  le fonctionnement d’un comité de soutien et de contrôle; l’organisation d’une conférence internationale sur la sécurité et le développement au sahel et enfin  l’organisation de la table ronde pour le financement de la première phase du programme  d’investissements prioritaires 2018-2020. La réunion était placée sous la présidence du  ministre des Affaires Etrangères et Président du Conseil des ministres du G5-Sahel, Tiéman Hubert Coulibaly en présence du Chef d’Etat-major Général des Armées, le Général de Brigade M’Bemba Moussa Keïta et ses pairs des Etats membres.

                                                                      S/C d’Aviation Nassoun Fané

Solidarité : Fally Ipupa aux chevets des orphelins des militaires et paramilitaires

L’artiste congolais Fally Ipupa vient de prouver sa générosité au peuple maliens, en remettant un chèque géant de 10 000 000 de F CFA aux orphelins des militaires et paramilitaires tombés sur le champ d’honneur. C’était le dimanche 7 janvier 2018  à  la place d’Armes du Génie militaire en présence de la Première Dame, Keïta Aminata Maïga.

Prenant la parole, le député de Bourèm Madame Haïdara Aïchata Cissé, a précisé que ce geste d’un artiste étranger à l’endroit d’une couche aussi vulnérable vient en accompagnement des actions entreprises par les plus hautes autorités du pays. ‘’ La Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) permet un suivi et un accompagnement sans précèdent aux veuves et orphelins de ceux qui ont donné leur vie pour la patrie. En plus de l’acquisition des moyens de combat et transport, cette loi octroie 10 ans de salaire aux familles des disparus dans les opérations de Défense du pays. Il s’agit là d’une avancée significative pour les Forces de défense et de sécurité’’, a-t-elle soutenu.

Quant au généreux donateur, Fally Ipupa, il se dit heureux de contribuer à l’épanouissement des enfants orphelins des militaires et paramilitaires. Aussi, Il a offert à la Première Dame, Keïta Aminata Maïga, son dernier album TOKOOOOS, composé de 18 titres, dont le titre phare est ‘’ELOKO OYO’’ dont la traduction est : « Voilà la chose ».

En retour, la Première Dame, Keïta Aminata Maïga lui a remercié pour  son sens élevé de panafricaniste qui vise à apporter de l’aide aux personnes nécessiteuses de tout pays confondu.  Elle a en outre annoncé que le centre de loisirs, que les enfants réclament, sera réalisé très prochainement.

                                                                            S/C d’Aviation Nassoun FANE

Tombouctou Un douanier assassiné

Aujourd’hui, le lundi 8 janvier 2018, un douanier a été abattu par des inconnus dans le quartier Abaradjou semi arabe. Son véhicule a été emporté.

La DCA rend hommage à ses partants à la retraite

La Direction du Commissariat des Armées (DCA) a célébré, le  vendredi 5 janvier 2017, la cérémonie de remise d’attestations de reconnaissance et de cadeaux aux partants  à la retraite. Présidée par le Directeur de la DCA, le Colonel Adama Diarra, la cérémonie pleine d’émotions s’est déroulée dans la plus grande convivialité.

Ils sont 4 Civils respectivement magasinier, technicien supérieur des arts et 2 tailleurs à faire valoir leur droit à la retraite.

Le Directeur de la DCA, le Colonel Adama Diarra, a souhaité une bonne et heureuse année à son personnel, en mettant en relief la qualité du parcours de ces retraités tout en rappelant leurs riches carrières et leurs contributions. Il a aussi félicité les heureux partants pour les sacrifices consentis pour relever le défi actuel.

Le porte-parole des partants, Sidi Fofana, estime aujourd’hui un sentiment de compassion et de fierté envers ce service après tant d’années de labeur. Au nom de tous les partants à la retraite il présente ses sincères remerciements à tout ce public.

2e Cl Abdoulaye Traoré

L’Armée de l’Air : pluie d’hommage pour les partants à la retraite

L’Etat-major de l’Armée de l’Air a servi de cadre, le vendredi 29 décembre 2017, à  la cérémonie de remise d’attestations de reconnaissances aux partants  à la retraite. Présidée par le chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Colonel-major Souleymane Bamba, cette cérémonie pleine d’émotion s’est déroulée dans la plus grande convivialité.

Ils sont 38 dont 19 officiers et 19 sous-officiers à faire leur droit à la retraite à partir du 31 décembre 2017. Ils sont pilotes, Techniciens, Ingénieures, Administrateurs et Fusiliers Commandos.

A cette occasion, le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Colonel-major Souleymane Bamba, a mis en relief la qualité du parcours de ces retraités tout en rappelant leurs riches carrières et leurs contributions aux rayonnements de l’Armée de l’Air.  « Vous avez souvent été poussés au bout de vos limites morales, physiques et intellectuelles, mais vous avez toujours donné le meilleur de vous-mêmes. Vous auriez pu aller chercher un meilleur profit ailleurs, mais vous êtes restés à l’Armée de l’Air pour montrer aux jeunes cet esprit de don de soi, d’abnégation et de patriotisme qui est la quintessence même de l’aviateur » a expliqué le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air.

Ainsi, Il a aussi félicité les heureux partants pour les sacrifices consentis pour relever le défi actuel.

Le porte parole des partants, le Colonel Aly Kountou Coulibaly, a  souligné que leur assistance ne ferra pas du tout défaut auprès des frères d’armes.  Cela pour maintenir plus haut et plus fort cette Armée qu’ils ont loyalement servi.

1ere Cl Anchata Coulibaly

Stagiaire Mohamed Domaké Diarra

Sécurité : l’AMIPOL offre 273 motos aux différents corps

En cette fin d’année, c’est le moment des hommages à l’intention des ex fonctionnaires de l’Etat ayant atteint leur durée de service. La Police nationale n’a pas voulu  déroger  à la règle en organisant, le mercredi 27 décembre 2017, au sein du Groupement Mobile de Sécurité (GMS), une cérémonie d’hommage à l’endroit de 74 policiers devant faire valoir leur droit à la retraite. C’était sous la houlette de son Directeur général, le Contrôleur général de police, Moussa Ag Infahy.

Il s’agit de 9 Commissaires, 9 Inspecteurs et 56 sous-officiers dont 9 personnels féminins.

L’occasion était opportune pour le Directeur Général de la Police, le Contrôleur général Moussa Ag Infahy, de remercier les futurs jeunes retraités pour leurs riche carrière au sein de la police durant des années. Selon lui, la police continuera toujours avec les actions de solidarité à l’endroit de ses retraités.

Selon le porte-parole des partants à la retraite, le contrôleur Général de Police Sabane Boubacar Touré, le départ à la retraite n’est pas une fin mais un autre début. En plus, il a rassuré la hiérarchie de leur disponibilité une fois que le besoin se présente.

Par ailleurs, l’AMIPOL a offert 273 motos à partager entre les différentes unités de Police nationale, la Gendarmerie, la Garde nationale, la Protection Civile, la Police Militaire, la Direction des Ressources Humaines et l’Office Central des Stupéfiants. Le coût total de ce don s’élève à 300 millions de F CFA. ‘’Ce geste solidaire vise à renforcer les capacités opérationnelles de nos Forces de Sécurité dans l’exercice de leurs missions’’, a déclaré son président le Commissaire Principale Mamoutou Togola.

Cependant, il est important de rappeler que l’Amicale des fonctionnaires de la Police entend de réaliser dans les dix prochaines années 20 000 logements en raison de 2 000 par an, d’un hôpital et d’un siège pour l’Amicale.

                                                                             1ère Cl Anchata COULIBALY

Stagiaire Mohamed Domaké Diarra

Attaque Terroriste à Samadougou (Mopti)

Le jeudi 4 janvier 2018, des terroristes ont attaqué le poste FAMa de Samadougou. Les FAMa ont riposté et repoussé les assaillants.Au cours de l’attaque, un militaire a été blessé. Après un échange de feux, la situation est sous contrôle des FAMa.

Nouvel an Le CEMGA au plus près de la troupe à Gao Appel aux populations

Lors de son séjour à Gao, le CEMGA avait un leitmotiv. Face aux populations ou aux personnels FAMa, le Général Bemba Moussa n’a cessé de le répéter. Les populations constituent le baromètre des opérations militaires. C’est elles les bénéficiaires. Cela leur impose aussi de soutenir et d’appuyer les FAMa en tout temps et tout lieu.

Le CEMGA invite à lui remonter tout cas d’abus documenté sans aucun esprit de vengeance. Aux personnels FAMa, il recommande courtoisie, professionnalisme dans l’exercice et l’accomplissement des missions de protection, de sécurisation des personnes et des biens.

Lors de cet entretien, deux images des FAMa ont été présentées. Pendant certains accusent les FAMa, d’autres les félicitent, les remercient et les encouragent pour leurs efforts quotidiens de protection et de sécurisation des citoyens à Gao et sur les axes routiers. Mais en réalité, les FAMa ne font que leur boulot en poursuivant, recherchant, arrêtant des suspects et en saisissant les engins, matière et armes. Du côté FAMa, l’on décrit la relaxe presque systématique des suspects interpellés sous prétexte qu’ils appartiennent à tel ou tel groupe.

Si des individus détiennent et utilisent des armes contre les populations, celles-ci ont un devoir de dénonciation. Faute de quoi, elles ne contribuent pas, ne facilitent aux FAMa de mieux les protéger.

A Gao, lors de la rencontre avec le Directeur de Cabinet du Gouverneur, le Maire, les responsables et représentants de communautés, d’associations et de groupes au gouvernorat, des témoignages ont été souvent pathétiques. Mais tous sont unanimes. Les principaux auteurs d’insécurité sont connus de tous.

Mais pourquoi pas de dénonciation ?

Les arguments divergent alors. Ce sont des protecteurs ou des défenseurs de telle ou telle communauté, soutiennent les uns. Non, ce sont plutôt des malfrats, rétorquent les autres. Nul doute, aujourd’hui à Gao, le banditisme est devenu un moyen existentiel.  Et tout le monde de conclure ou d’espérer que le processus en constitue un bon remède.

La lutte antiterroriste ressort en grande partie d’une mobilisation des populations dont l’engagement est indispensable.