Ecole d’Etat- Major Nationale de Koulikoro : la brigade ‘’MAMBA NOIR’’, des officiers œil pour chefs

La 30ème promotion de l’école d’état-major de Koulikoro a une autre dimension pour exercer dans les états-majors pour éclairer les chefs. Ces stratèges ont reçu une formation inédite pour éclairer les chefs dans les prises de décisions. Ces officiers stagiaires ont été visités, le jeudi 10 mai 2018, par une délégation de haut niveau pour une restitution d’exercice tactique de simulation de la Brigade Mamba Noir. Le Général de division Ibrahim Dahirou à la tête d’une délégation assiste à cet exercice pour évaluer et mesurer les contours de cette nouvelle formule dans le système de contrôle opérationnel. Le jeu en valait la chandelle.La brigade ‘’MAMBA NOIR’’ est une force d’intervention régionale sous mandat international intervenant dans le cadre du chapitre VII des Nations Unies. Elle doit relever une force étrangère, déployée entre les forces loyalistes et un mouvement armé dans un pays africain en crise. Les missions de la brigade consistent, entre autres, à contrôler les mouvements des groupes armés, observer et surveiller les cessez-feu entre les belligérants, assurer la sécurité et la liberté de circulation des personnes.

2ème Classe Salia dit K. Sidibé

Sortie de la 22ème promotion du CT-1 : des sous-officiers administrateurs multidimensionnels

Des sous-officiers d’administration au nombre de 32 ont reçu, le jeudi 10 mai 2018, leur certificat de fin de formation à Kayo dans la région de Koulikoro. C’était à l’Ecole Militaire  d’Administration (EMA) qui a comme devise ‘’s’instruire pour mieux gérer et administrer’’  La cérémonie était présidée par le sous-chef d’état-major de la logistique, le colonel-major Cheickna Bathily.  Ces détenteurs du Certificat Technique de 1er degré (CT-1) viennent de 15 pays d’Afrique francophone.

Les promus de cette 22ème promotion, après quatre mois de formation sur des techniques administratives (financières, comptables, de trésorerie et de gestions), seront des ambassadeurs de l’école partout où ils se trouvent  déclarent  les responsables de l’école. Le Directeur des études de l’EMA, le lieutenant-colonel Réges Dore Graslin, a indiqué que 7 sous-officiers ont obtenu leur certificat avec la mention Très Bien et les autres Bien et Assez Bien. Les trois premiers de la promotion sont : le Maréchal Des Logis (MDL) Moungabio Longanguet du Congo, le Sergent Hawa Koné du Mali et le MDL/Chef Mar Joseph Wally du Sénégal. Le major de la promotion s’en sort avec 17, 86 de moyenne. Quant au directeur de l’EMA, le Commissaire Colonel Mamady Koné, il a exhorté ces sous-officiers à servir honorablement et dignement partout où ils seront désignés.

Sergent-Chef Nassoun Fané 

 

Une sécurisation à hauteur de mission

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, dans le souci de maintenir un équilibre sécuritaire au sein de la population, a organisé un atelier d’échanges sur les problématiques de la lutte contre l’insécurité, le 10 mai 2018. L’atelier a regroupé la Gendarmerie nationale, la Garde nationale, la Police nationale et la Protection civile.

Les Forces de sécurité entendent ainsi examiner les conclusions des concertations régionales effectuées, il y’a quelques mois. Ensemble les différentes parties feront des propositions et des suggestions pour le maintien de la sécurité et la sortie de crise qui sévit dans notre pays au cours de cet atelier. Trois points étaient à l’ordre du jour : le renforcement des liens entre les forces de sécurité et la population ; le maillage du territoire et l’impact du phénomène de la circulation illicite de la drogue et des armes sur la situation sécuritaire.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Salif Traoré, a invité les uns et les autres à faire un débat de courtoisie et cela dans la discipline. L’inspecteur en chef des services de sécurité de la protection civile, le colonel-major Daouda Sogoba, a rappelé que cet atelier est une volonté du ministre pour avoir les points de vue de ses agents qui sont les acteurs sur le terrain.

                                                     2ème Classe Jacques Diarra

2ème Région militaire : le rendez-vous de la vérité

La cérémonie aux grandes couleurs est l’occasion pour les chefs dans les garnisons de rappeler aux soldats les valeurs militaires, la conduite à tenir et les vertus d’une armée. Cette armée en reconstruction demande le rappel à tout militaire d’adopter les vertus cardinales de cette institution. Ainsi sur la place d’armes du camp Checkou Amadou Tall de Ségou, le Colonel Diawara a profilé de ces moments solennels pour donner le message de la hiérarchie. Une armée au service de la Nation, Républicaine et loyale. Cette nouvelle vision permettra de redonner au Mali une armée forte, unie, combative et disciplinée. Pour atteindre cet objectif, des manuels ont été élaborés sur le droit humanitaire et le code de conduite du soldat a fait savoir le colonel Diawara. Il a, dans sa démarche, mis en garde sévèrement tout militaire qui s’adonne à la prise des stupéfiants et même son introduction dans les camps. Une situation qui ne sera plus acceptée ni tolérée  désormais sur les rangs.

                            Aviateur de 1ère Classe Oumar Bagayoko (Ségou)

Les armes des FAMa sous abris

L’ONG Mines Advisory Group (MAG), au profit des Forces de défense et de sécurité, vient de réaliser à Banankoro  et Niamana  des magasins d’armements pour permettre à l’Armée de stocker, protéger et contrôler les armes sur le territoire malien. La cérémonie de remise de ces clés s’est déroulée, le mardi 8 mai 2018, sur la place d’armes du camp Cheickou Amadou Tall de Ségou. Le chef d’état-major général adjoint des armées, le général Abdoulaye Coulibaly, a rappelé à l’occasion que depuis 2013, l’ONG MAG est un partenaire privilégié des forces de défense et de sécurité du Mali. Elle a déjà réhabilité, construit des magasins dans d’autres localités et elle entend couvrir tout le territoire pour mieux protéger la population contre les méfaits de ces armes. L’Ambassadeur de la Norvège au Mali, SEM Ole Andreas Lindeman a rappelé qu’en 2016, la Norvège avait financé un projet régional de MAG au Mali et au Tchad. Selon lui, l’objectif était de réduire le risque de détournement des armes et de munitions pour renforcer la sécurité et la stabilité du Sahel. Il faut noter que 27 officiers ont été outillés pour le suivi de ces actions.

 

      Aviateur de 1ère Classe Oumar Bakayoko

RCP : une reconnaissance méritée

Les combattants du contingent du 33ème Régiment des commando-parachutistes de retour de l’opération  Dambé ont tous été distingués par la hiérarchie. Au nombre de 94, ces officiers, sous-officiers et hommes du rang ont tous bénéficié de la médaille commémorative de campagne pour la reconnaissance nationale. La cérémonie de remise s’est déroulée ce 9 mai 2018 au Camp-para de Djicoroni. Le commandant de régiment, le lieutenant-colonel  Moussa Ongoïba a, au nom des autorités et du président de la République, remis les médailles. Il a ensuite donné le message de félicitations et d’encouragements des chefs. Ces récipiendaires ont jadis évolué sur les théâtres de novembre 2016 à  juillet 2017 dans le secteur  5 (Diabaly, Nampala).

2ème Classe Amadou Moussa  Coulibaly

La MINUSMA vient en aide aux veuves et orphelins des militaires décédés au front

Après 3 mois de formation en coupe et couture, 100 veuves et orphelins reçoivent des kits et 75 000 F CFA par participants pour leur insertion. Ce don de la MINUSMA  se compose de machines à coudre, de fil, de tissus, des ciseaux,  et d’aiguilles. La MINUSMA par ce geste entend soutenir les veuves et orphelins à travers le service social des armées pour leur devenir. La cérémonie de remise s’est effectuée au 34ème bataillon du Génie Militaire. Le représentant de la MINUSMA, M. Oshcard Kouadio, trouve que ce projet permettra à ces femmes et orphelins outillés de trouver les voies pour se remettre dans la société. La porte-parole  des bénéficiaires, Mme Aïda Sylla, se dit émue et touchée par toutes ces actions de la hiérarchie et ses partenaires afin d’améliorer leurs conditions de vie.

2èmeclasse Oumou Diakité

 

 

 

 

 

 

Les cavaliers se rappellent

Les Blindés se retrouvent pour marquer leur cohésion à travers une journée dédiée aux pères fondateurs du corps et à tous ceux qui portent ce nom au sein de l’armée. Et c’est le jeudi 3 mai 2018 que le 35ème Régiment blindé à Kati,  a organisé cette journée traditionnelle des cavaliers. Du coup, ils ont célébré les promotions aux grades supérieurs des militaires dudit régiment au titre de l’année 2017-2018. Cette journée de retrouvailles offre également l’opportunité de renforcer la cohésion et l’esprit d’équipe entre cavaliers.

Selon le commandant du 35ème  régiment blindé, le lieutenant-colonel Ismaël Diakité,  c’est le moment de faire le bilan non exhaustif des activités menées au cours de l’année 2018, si la discipline est la force principale des armées la compétence est la clé du succès. Des résultats ont été obtenus à savoir: la formation de recyclage de deux pelotons dans le centre d’instruction des blindés à Tiby, la formation de renforcement des capacités d’un peloton avec l’EUTM au compte du CMATT11, la remise en condition opérationnelle de deux BTR-60. Pour lui, les engins blindés ont participé aux différentes opérations que le pays a connues, de l’indépendance à nos jours. Plusieurs officiers généraux  sont issus de ce corps tel le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré, qui était présent à la cérémonie.

A travers cette cérémonie, il a félicité et encouragé les nouveaux promus et a exhorté ceux qui n’ont pas eu de promotion à plus de persévérance et de dévouement pour l’intérêt du service et pour le succès de l’arme blindée.

Quant au ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Salif Traoré, il s’est dit heureux de prendre part à cette retrouvaille en tant qu’élément des armes blindées. Il a affirmé que les autorités militaires sont en train d’envisager la commémoration de la date d’anniversaire de l’escadron.

L’Adjudant-chef à la retraite Dougoufana Koné a profité de cette occasion pour nous rappeler que le 1er août 1966 est la date de création de l’escadron, il a aussi remis un tableau et document d’archives au commandant du régiment. La cérémonie a pris fin par une démonstration de l’arme blindée.

2ème Classe Aminata Diallo

Opération DAMBE : un soutien considérable de l’Armée de l’Air

L’opération Dambé couvre le centre du pays caractérisé par deux zones :  une inondée ; l’autre, exondée. Ces deux zones partagent la difficulté de mobilité. Une difficulté beaucoup plus prononcée en zone inondée.

Fort heureusement que l’armée de l’air y a apporté un soutien incommensurable aux troupes au sol dans ces deux zones. En effet, dans le cadre de l’opération ‘’Dambé’’, l’aviation a effectué 650 vols, soit environ 850 heures, notamment dans la période de janvier à avril 2018.

Au titre de l’opération Dambé, les reconnaissances de zones et de liaison couvrent respectivement 235 et 189 vols. Les appuis feu et les reconnaissances armées ont été effectués en 140 vols. De nombreuses roquettes et munitions de différents calibres ont été utilisées.

Le MI-24 a effectué quatre missions de combat ; le MI-35, cinq dans les zones de Toguérécoumbé, Guanguel, Dialloubé (Wampire) et la forêt de Tina (Tenenkou). Près de 700 personnes ont été transportées. Le soutien a aussi porté sur le transport de 20 tonnes de munitions et d’armes sur le terrain.

Le soutien et l’appui de l’aviation ont contribué largement à la neutralisation de nombreux terroristes pour ainsi pacifier progressivement cette partie du pays.

En termes de missions d’évacuation sanitaire, 60 blessés ont été évacués du théâtre des opérations au cours de 60 vols. A cela s’ajoute le transport de 21 prisonniers.

Quatre enfants tués par EEI à Dia Bozo

Un Engin Explosif Improvisé  (EEI) a explosé, le 2 mai 2018 à Dia Bozo (localité située entre Diafarabé et Tenenkou), parmi des adolescents au nombre de 5. Quatre d’entre eux ont été tués et le 5ème a été blessé.

Mission de sécurisation

Un des véhicules des FAMa a sauté hier sur un Engin Explosif Improvisé (EEI) à Boudjiguiré, une localité située entre Nara et Guiré. On déplore 2 blessés et le véhicule endommagé.

L’Armée en deuil : le Général Sina Koné s’éclipse pour toujours

L’Armée de l’Air vient de perdre un de ses vaillants officiers, il s’agit du Général de Brigade Aérienne Sina Koné. Le Général Koné s’en est allé le mardi 1er mai 2018 sans crier gare après une longue maladie. Officier de la 7ème promotion de l’EMIA (80-81), il est aussi le fruit de la coopération avec l’ex URSS. Cet officier a été un excellent collaborateur à en croire ses compagnons d’Armes. Ces derniers n’ont pas tari d’éloges à l’endroit de cet officier qui a marqué les esprits sur le plan social et militaire. Attaché de Défense près de l’Ambassade du Mali à Abuja au Nigeria, le Général Koné fût également membre de la délégation spéciale des communes du District de Bamako comme Maire. La cérémonie des funérailles a eu lieu, ce mercredi 2 mai 2018, à la place d’armes du Génie Militaire en présence du Chef de l’Etat et plusieurs membres du gouvernement. Il repose désormais au cimetière d’Hamdallaye. Il laisse derrière lui une épouse et des enfants.

Dors en paix mon Général !

1ère Classe Anchata Coulibaly

Du matériel pour les FAMa

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef suprême des Armées, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a remis, le mercredi 2 mai 2018, des matériels et équipements militaires aux Forces Armées de défense maliennes. La place d’Armes de Kati a abrité l’événement.

Il s’agit d’engins roulants réalisés sur le budget national. Ils renforcent les capacités opérationnelles de nos forces sur le terrain.

Le chef suprême des Armées poursuit ainsi, sans relâche, la reconstruction des FAMa. Rééquiper l’armée demeure son souci constant.

Le président IBK, pour cet instant mémorable, était accompagné des membres du gouvernement et de la hiérarchie militaire.

2e Classe Hamadou Makounou