Le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air à la DIRPA

Le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air (CEM-AA), le Général de brigade Daouda Dembélé a effectué une visite de courtoisie à la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA) ce mardi 2 juillet 2019.

C’est aux environs de 15 heures 40 minutes que le Général de brigade Daouda Dembélé est arrivé à la DIRPA. Il a été accueilli dans une atmosphère d’allégresse par le Directeur de la DIRPA, le colonel Diarran Koné et son personnel. Juste après, ces deux personnalités se sont entretenues pendant une demi-heure sur les conditions dans lesquelles cette direction travaille. Ces échanges ont également permis au colonel Diarran Koné de donner des voies et moyens pour que la coopération soit fructueuse entre l’Etat-major de l’Armée de l’Air et la DIRPA. Il a aussi saisi l’occasion pour signaler deux grandes préoccupations. Il s’agit du manque de local et d’infrastructure audio-visuel.

Le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air (CEMAA), le Général de brigade Daouda Dembélé a ensuite rencontré le personnel de la structure pour une petite séance d’échange sur le fonctionnement de l’Armée de l’Air et ses acquis.

Le visiteur du jour affirme que la DIRPA reste la structure principale qui donne des conseils à l’Armée en matière de communication, savoir quand communiquer, où communiquer et comment communiquer. « J’ai eu une très bonne impression de la DIRPA,  ça me réconforte, ça me met vraiment à l’aise dans la collaboration future qui va exister entre nous », a ajouté le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Général de brigade Daouda Dembélé.

Formation : des stagiaires honorent les FAMa à l’étranger

L’Adjudant Daouda Doumbia de la Garde Nationale vient de boucler son stage de « Béton armé » en Allemagne. Il a été major de sa promotion à l’École du Génie de Ingolstadt.

Ce stage d’une durée de 21 mois est l’équivalent du CAP de technicien en génie civil et a regroupé des militaires Allemands et étrangers.Il est à signaler que le diplôme à l’issue de cette formation est reconnu par la chambre des métiers et d’industrie de l’Allemagne.

Ailleurs, le colonel Amara Doumbia a inscrit son nom en lettre d’or sur le tableau d’honneur de l’école de guerre en Fédération de Russie où il s’est classé major de sa promotion.

Tombouctou : Challenge sportif en Région militaire N°5

Dans le cadre général de la préparation opérationnelle des forces et dans l’objectif dual d’entretien du potentiel de combat et de renforcement de la cohésion requise pour la réussite des opérations sur le terrain, la région militaire N°5 a organisé les 27 et 28 juin 2019 un challenge sportif à caractère tactique entre les différentes unités au camp fort Cheick Sidi Bekaye.En effet, les  équipes de compétitions étaient articulées en groupe de contact et les épreuves concernaient la restitution de savoir-faire individuel et collectif. Il s’agit de course de fond, le parcours des obstacles avec une plus-value qui était le tir sous stress et sur objectifs mobiles.

Pour une saine émulation et pour stimuler le zèle des participants, tous les lauréats ont reçu des prix individuels. Chaque équipe a reçu une prime globale  pour poursuivre le renforcement de la cohésion.

EMPABB : Clôture du colloque sur la médiation en Afrique

L’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye (EMPABB) a abrité du 27 au 29 juin 2019 un séminaire de haut niveau sur la médiation en Afrique avec comme thème : ‘’Succès, limites, possibilités et perspectives d’amélioration sur la base des expériences vécues sur le continent’’.

Selon la coordinatrice, Mme Sidibé hadja Samaké ce rassemblement effectif à l’EMPABB est l’un des signes positifs et des signes d’optimisme pour le continent. Elle a souligné que cet exercice qui a vu plus d’une dizaine de nationalité d’échanger entre elle avec franchise, lucidité et responsabilité s’articule autour de la paix. C’est pour contribuer à l’amélioration des processus de médiation sur le continent. Il s’agit des maliens, des béninois, des sénégalais, des Ivoiriens, des Burkinabés, des Ghanéens, des centrafricains, des congolais, des Nigériens, des Camerounais, des Burundais, des Togolais, des Belges, des Comoriens et des Tunisiens.Le représentant des participants, le Professeur Bokolo, a remercié les cadres de l’EMPABB pour avoir voulu concevoir et organiser ce colloque. Il a aussi demandé à l’EMP de donner et d’assurer une pérennité à cette rencontre fondatrice. Le représentant du Directeur Général de l’EMP, le lieutenant-colonel Alou Bagayoko a souligné que ce colloque témoigne l’ambition d’être et surtout de demeurer dans le leadership en termes de formation et d’innovation.

La cérémonie a pris fin par la remise d’attestations de participation.

Insécurité au centre : les FAMa interpellent des suspects

Dans le cadre de la sécurité des personnes et de leurs biens, les FAMa mènent inlassablement des patrouilles au centre du pays.  Ainsi à la faveur d’une patrouille, les FAMa ont arrêté 13 suspects le samedi 29 juin 2019, à Wô, dans le secteur de Bandiagara dans la région de Mopti. Dénommée ‘’Enclume’’, cette patrouille d’opportunité a eu lieu le samedi 29 juin 2019.

En plus des suspects interpelés, les FAMa ont saisi 2 fusils de chasse et 6 Motos, ainsi que du matériel entrant dans la composition des EEI.

Coopération : le Général de Division Mamadou Lamine Ballo invité d’honneur de l’Ecole de guerre en Allemagne

Le Général de Division Mamadou Lamine Ballo a participé, en tant qu’invité d’honneur, à la cérémonie de remise de diplômes aux Officiers du Stage Supérieur International d’État-major (École de Guerre) de la Führungsakademie (Académie de Commandement) de la Bundeswehr.

Ce stage, qui a regroupé 63 Officiers originaires de 28 pays non-membres de l’OTAN dont 17 officiers allemands, a pris fin le 28 juin 2019.

En marge de cette cérémonie, le Général de Division Mamadou Lamine Ballo a tenu un exposé devant les stagiaires sur la situation sécuritaire dans le Sahel et particulièrement au Mali. Il a par ailleurs présenté la situation dans le Sahel devant un groupe de travail d’officiers stagiaires originaires des pays membres de l’OTAN.

Le Grand oral du général Ballo s’est tenu le 27 juin 2019. La remise des diplômes a eu lieu le lendemain.  C’était en présence du Général de Division Oliver Kohl, Commandant de l’Académie et de tout le staff du stage International au grand Oral. Il y notait aussi à la cérémonie de remise des diplômes, la présence du Général Khol, Cdt de l’académie, celles des Attachés de Défense, du corps diplomatique, de la Consule honoraire du Mali à Hambourg, Mme Bettina Rhensius-Krohn, ainsi que des parrains des stagiaires et des membres du Club des amis du Stage international. 
Lors de la cérémonie de remise des diplômes, le Général Ballo a fait l’historique de la coopération germano-malienne et salué le soutien de l’Allemagne au Mali dans les moments difficiles.  Il a par ailleurs procuré des conseils aux nouveaux officiers récipiendaires.

Il est à noter qu’un officier nigérien a été désigné meilleur stagiaire de la promotion.

Ce stage dure presque deux ans (1 année de langue allemande + 11 mois de stage proprement dit). Deux Maliens étaient auditeurs de l’édition 2019. Il s’agit de des Lieutenants-Colonel Cheick Amadou Tidiane Sow (Armée de l’Air) et Niamé Keïta (Génie Militaire).

De nombreux officiers maliens y sont déjà passés, au nombre le général Ballo lui-même et le colonel major Ibrahima Faguimba Kansaye, l’actuel Attaché de défense qui doit certainement être en train de faire la valise pour ses nouvelles fonctions de Chef de cabinet MDAC.

Pendant tout son séjour, le Général de Division Ballo était accompagné du Colonel major Faguimba Ibrahima Kansaye,  Attaché de Défense du Mali à Berlin.

EEMK : Fin de stage de la 31ème promotion

Des officiers africains sortent de Koulikoro ce vendredi 28 juin 2019 avec un diplôme permettant de gère l’administration militaire dans leur pays respectif. Cette promotion est la 31ème de l’Ecole d’Etat-Major de Koulikoro. Sur la place d’armes du Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Général de Division Ibrahim Dahirou Dembélé a présidé la cérémonie solennelle.  21 Officiers dont trois femmes venant du Mali, du Togo, du Sénégal, du Togo, du Bénin et du Tchad ont cohabité pendant tout le cycle.

Selon le commandant CIBSSK, cette cérémonie est en fait la deuxième d’une série de trois pour clôturer l’année académique 2018-2019.

Le capitaine Marcel David Ndiaye est le major de la promotion.

Ces Officiers sont aptes à opérer dans un environnement multinational interarmes et interarmées, dans la prise en compte de la valeur intrinsèque, de leur spécialité résume le directeur de la formation.

Gendarmerie Nationale : Des stagiaires outillés dans la gestion des frontières

La fin de formation du Programme Blue Sahel dans le cadre de la gestion des frontières couplée avec la remise de matériels à la Gendarmerie Nationale a eu lieu, le vendredi 28 juin 2019, à l’école de Gendarmerie Chef d’Escadron Balla Koné à Faladiè. Ils sont au total, 19 sous-officiers et 2 officiers issus du Mali, du Sénégal et de la Guinée Conakry. Pendant 3 semaines, les stagiaires ont été outillés professionnellement pour la surveillance accrue des frontières. A cette occasion, 6 véhicules et des matériels de sport et dressage de chiens ont été remis à la Gendarmerie Nationale via Blue Sahel.

Présidée par le représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Colonel-major Ismaël Deh, cette cérémonie a enregistré la présence de l’ambassadeur de l’Union Européenne (U.E), de celui du royaume d’Espagne et du directeur général adjoint de la Gendarmerie Nationale.

 

L’ambassadeur de l’Union Européenne au Mali, M. Alain Holeville, ravi et honoré annonce que ce stage se situe dans le cadre du projet régional Blue Sahel. Un projet cofinancé par le royaume d’Espagne et l’UE pour une somme de 2,5 millions d’Euros regroupant le Sénégal, la Gambie, la Guinée Conakry, la Mauritanie, la Guinée Bissau, le Cap vert et le Mali.

Selon lui, 4 gendarmes sont présentement en formation en Espagne sur le dressage de chiens détecteurs d’engins explosifs.

L’Ambassadeur du royaume d’Espagne Miguel Gomez de Aranda a salué l’effort consenti par les formateurs et les stagiaires.

Le directeur général adjoint de la Gendarmerie nationale, le colonel Amadou Camara a au nom du directeur général de la Gendarmerie et des hautes autorités, remercié les partenaires pour la qualité de la collaboration. Le représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile (MSPC), le colonel-major Ismaël Deh a salué les actions de l’UE pour son appui constant à la stabilisation du Mali. Selon lui, les luttes contre la prolifération des armes légères, les stupéfiants et l’immigration clandestine demandent une gestion très efficace des frontières et avec l’implication de tous.

La remise des équipements et des attestations a mis fin à la cérémonie.

DCSSA : La nouvelle stratégie de soutien opérationnel sanitaire

Les directeurs ‘’santé zone’’, les médecins chefs et les médecins militaires, qui sont dans les hôpitaux nationaux, étaient réunis ce jeudi 27 juin 2019 à la DCSSA pour échanger sur les nouvelle stratégies à adopter pour soutenir et accompagner les FAMa qui sont engagés sur le terrain.

Il s’agit du ‘’rôle 2’’ qui consiste à suivre les Groupements Tactiques Interarmées(GTIA). Tout simplement la DCSSA entend pour toute première intervention donner l’autonomie au combattant lui-même en ce qui concerne les premiers soins sur le champ de bataille. Elle veut être au contact des forces engagées pour les soutenir sur le plan médical tout en continuant à former les militaires aux premiers soins sur le champ de bataille, être au plus près des combattants.

Ce qu’affirme son directeur, le général Boubacar Dembélé. Pour y arriver, la DCSSA va adapter les hôpitaux de campagne à l’évolution sur le terrain selon la mobilité des unités déployées sur les théâtres des opérations. En outre, la nouvelle stratégie évitera le maximum d’évacuations sanitaires des militaires sur Bamako. Également, elle rapprochera les  services de santé aux populations des zones désertes de structures de santé.

PMK : les meilleurs élèves primés

Le Prytanée Militaire de Kati, pépinière de l’Armée malienne, a récompensé ses meilleurs élèves, le jeudi 27 juin 2019, dans l’enceinte de sa cour, pour leurs résultats scolaires et leurs comportements exemplaires. C’était lors de la traditionnelle ‘’Journée de l’Excellence’’, célébrée chaque année.

Le commandant du PMK, le lieutenant-colonel Sadio Camara a déclaré que les élèves ont amélioré leurs prestations et ont obtenu des résultats plus ou moins satisfaisants. Il les a encouragés et félicités pour ces résultats. Etre récipiendaire d’un prix ou ne pas l’être dépend du travail de chaque élève. Le plus grand enjeu reste les dates des examens du DEF et du BAC. La  tâche est certes difficile mais elle n’est pas impossible. Notre espoir repose sur votre succès, a poursuivi le lieutenant-colonel Camara.Cette année, la Malienne Joséphine Doussou Gnambélé a remporté le ‘’Prix d’honneur’’. Ce prix consacre la distinction de l’élève de terminale qui s’est fait remarquer par un brillant et constant travail, une bonne conduite pendant toute la durée de son séjour au Prytanée Militaire de Kati. Il est composé d’une moto Djakarta, offerte par le PMK, d’une somme de 500.000 FCFA, donnée par le CEMGA et de 250.000 FCFA de la DMHTA. Elle a obtenu une moyenne de 16,40. Le ‘’Prix de l’Excellence’’ a été décerné à l’élève Teegawendé Raoul Isaac Tiendrébéogo du Burkina Faso pour sa bonne conduite, son esprit de camaraderie et ses bons résultats scolaires et sportifs. Il a obtenu une moyenne de 16,30. Ce prix est composé d’une moto Djakarta, offerte par la Direction du Génie Militaire. En outre, les prix de l’espoir, du meilleur élève malien à l’étranger, de la propreté, de l’acclamation entre autres, ont été décernés aux élèves qui se sont fait distingués dans ces domaines.  Une progression des résultats scolaires par rapport à l’année 2017-2018

Les résultats des élèves du PMK se sont améliorés considérablement cette année malgré les grèves des enseignants et les sorties intempestives de l’AEEM.

Les 56 élèves de la 7ème année passent en 8ème année. Les moyennes vont 16,92 à 10,90. La 8ème année comptent 52 passants en 9ème année sur 54 élèves. Leurs moyennes vont de  17,26 à 9,07. Pour les élèves de la 9ème année, les moyennes vont de 16,84 à 11,01. En 2018, le PMK a fait 100% au DEF. La 10ème année, avec des moyennes de 16,73 à 9,26, compte 63 passants en 11ème année sur 65 élèves.

Tous les élèves de la 11ème année, toutes les séries, passent en terminale, avec des moyennes allant de 17,34 à 10,86. Les moyennes des élèves des terminales vont de 16,40 à 10,43. En 2018, le prytanée militaire a eu un taux d’admission de 73,91% au BAC.

Certificats de mérite plus une enveloppe symbolique

Certains anciens maîtres, professeurs et militaires à la retraite qui ont servi le PMK avec honneur et loyauté ont reçu des certificats de mérite plus une enveloppe symbolique. Il s’agit des enseignants, M. Alou Traoré, professeur chargé des sciences de la vie et de la terre, de M. Oumar Lamine Maiga, professeur de maths et l’adjudant-chef Samba Sangaré, encadreur.Certificats de reconnaissance et attestations de reconnaissance

Les responsables du PMK ont honoré leurs partenaires et certains anciens cuisiniers du PMK par la remise de certificats de reconnaissance et des attestations de reconnaissances pour leurs soutiens constants, leurs disponibilités, leurs professionnalismes et leurs paternalismes. Egalement, des attestations de reconnaissance ont été remises aux familles des instructeurs, l’adjudant-chef major Seydou Sanogo et le sergent Dramane Samaké.

 

EMPABB : Les acteurs de la médiation à Bamako

Le séminaire de haut niveau sur la médiation en Afrique a pris date le jeudi 27 juin 2019 à l’EMPABB. Avec comme thème : « Succès, limites, possibilités et perspectives d’amélioration sur la base des expériences vécues sur le continent ».Présidé par le ministre de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, en présence de la représentante spéciale Adjointe du Secrétaire général des Nations Unies, la MINUSMA et de la représentante de l’Ambassade de Canada, ce colloque de trois jours examinera des sujets qui sont entre autres, le diagnostic des processus de médiation en Afrique, la participation des femmes et des jeunes dans les processus de médiation et l’interaction entre les divers acteurs intervenant dans le processus.Le Ministre Bouaré a déclaré que ce centre d’excellence imprime une nouvelle dynamique à l’offre de formation sur les opérations de paix et des problématiques actuelles. Selon lui, échanger sur la médiation en Afrique, c’est discuter des solutions de sortie de crises aux nombreux conflits (communautés et politiques) sur le continent. Le ministre Bouaré a déclaré que le Mali a toujours été et demeure un pays de dialogue, de négociation et de tolérance. Il a ensuite souligné que le défi stratégique à long terme le plus difficile à relever est de conceptualiser et surtout de contextualiser nos mécanismes traditionnels de résolution de crises. Le ministre a remercié l’accompagnement permanent et le travail immense que les partenaires fournissent sur le terrain au quotidien pour participer au renforcement de la cohésion et de la réconciliation nationale.

Il a exhorté les participants à se focaliser sur les leçons apprises et les bonnes pratiques à engager des réflexions, à la dimension des enjeux sur l’efficacité de nos médiateurs dans la résolution des conflits.

G5 Sahel : 8ème session ordinaire du Comité de Défense et de Sécurité

La 8ème session ordinaire du Comité de Défense et de Sécurité (CDS) du G5-Sahel s’est ouverte, le jeudi 27 juin 2019 à Bamako à l’Hôtel de l’Amitié. Le coup d’envoi de cette séance a été donné par le Président en exercice du CDS du G5 Sahel, le Général de Brigade burkinabé, Moïse Miningou, en présence du Chef d’Etat-major Général des Armées du Mali, le Général de Division Abdoulaye Coulibaly.Le protocole d’échange de renseignement de la Force Conjointe avec les Etats du G5 et la Force Barkhane, l’accord sur le statut de la Force Conjointe pour validation, le rapport d’exécution du budget au titre de l’exercice 2018, le rapport d’activités et des réalisations du Comité de Défense conformément aux recommandations des dernières réunions, tels sont entre autres les points inscrits à l’ordre du jour de cette 8ème réunion. Elle permettra également de passer à la présentation du budget 2019 du Comité de Défense.Le Président en exercice du CDS, Chef d’Etat-major Général des Armées du Burkina-Faso, le général de brigade, Moïse Miningou, souligne que cette 8ème réunion ordinaire se tient à un moment particulièrement capital et ces points inscrits à l’ordre du jour devront permettre de donner un coup d’accélérateur à la lutte commune contre les forces du mal sources d’insécurité et singulièrement contre le terrorisme. Il affirme que le Comité de Défense du G5 Sahel doit également engager les réaménagements nécessaires et utiles à l’accélération du processus d’opérationnalisation de la Force Conjointe ainsi que de sa composante police.

 Les populations de notre espace commun fondent beaucoup d’espoir sur notre capacité à les rassurer et à les protéger a ajouté le général Miningou.

Le Chef d’Etat-major Général des Armées du Mali, le général de division Abdoulaye Coulibaly, souligne à son tour que la présente réunion ordinaire du CDS valorisera davantage l’entière disponibilité des Forces armées et de sécurité des pays du G5 Sahel à œuvrer ensemble pour une meilleure gestion des menaces et défis de la région. Il a réitéré le soutien inconditionnel du Mali au G5 Sahel ainsi que la ferme détermination des plus hautes autorités maliennes afin de mutualiser les efforts avec les autres pays de la région et les partenaires internationaux pour promouvoir la paix, la sécurité et le développement au Sahel.

La réunion a regroupé les différents Chefs d’Etat-major et les Responsables de la sécurité des pays du G5-Sahel (Niger, Mali, Mauritanie, Burkina-Faso et Tchad), ainsi que les experts et conseillers du G5-Sahel.

Sécurisation du centre : les FAMa neutralisent une trentaine de terroristes

A partir du 19 juin 2019 les FAMa avaient planifié une opération à Sevaré.
Les activités planifiées étaient pour répondre aux attaques de villages dans les cercles de Bandiagara, Bankass et Koro.

A l’issue trente-quatre terroristes ont été neutralisés Beaucoup d’armes, de munitions des tenues militaires ainsi que de nombreux fûts dont 2 pleins de carburant ont été récupérées.
Vingt-neuf motos ont été calcinées d’autres récupérées.

Des dispositions spéciales ont rendu possible cette opération YERE-SORO. Des troupes ont été mobilisées au sol pendant que les aéronef menaient les frappes aériennes.

Des fouilles ont été effectuées dans les forêts de Yoro Gangafani 2, Bodel et Godoware dans les secteurs de Koro et Bankass.

Suite aux frappes des lMI-24 et 35 et après des missions de reconnaissances et d’appuis, 2 bases des Groupes Armés Terroristes ( GAT) ont été détruites.

Les mesures d’anticipation terrestres et aériennes ont permis non seulement de porter assistance aux populations (EVASAN et AMP) mais aussi de déjouer 9 attaques contre les villages de Korou (vers Dialassagou), Gorel Bodié (vers Somadougou), Kori Kori (Bandiagara) Dogani (Bandiangara), Korondoli, Perou
et Batouma.

Le Bilan des frappes fait état de 7 motos brûlées aussi bien que du matériel. Les corps selon les populations auraient été emportés avant l’arrivée de la force terrestre chargée de l’exploitation.