Non à la propagande ! Oui à la solidarité et à la convergence nationale.

Les FAMa en constituent le socle et l’instrument.

Dans un article sur le Meeting de la Plateforme de lutte contre la corruption et le chômage, le journal Le Républicain écrit : La présidente des femmes du Camp de Kati accuse le Service Social des Armées de détournements et de malversations.

C’est du faux et usage de faux, usurpation de titre, complicité active, tentative de déstabilisation, incitation à la révolte.

Madame Djènèba Keita n’est pas la présidente des femmes du Camp de Kati.

Le quotidien malien Le Républicain dans sa livraison du 11 septembre 2019 se trompe donc.

La présidente des femmes du Camp de Kati se nomme Madame Diallo Awa Doumbia. Elle a été élue pars ses pairs dont les maris sont encore en activité.

Selon le journal, madame Djènèba Keita accuse le Service Social des Armées de détournements et de malversations. L’article est signé de monsieur Fakara Faïnké.

Le journal rapporte : La Plateforme de lutte contre la corruption et le chômage a battu le pavé encore le samedi, 7 septembre 2019 à Bamako, pour réitérer son soutien à l’Armée malienne et sa revendication à l’endroit des autorités en les invitant à faire toute la lumière sur l’affaire des avions cloués au sol. Soit.

Mais cet article est scandaleux. Le journal se rend complice de faux et usage de faux, usurpation, mensonge. En effet, Mme Djènèba Keita dont il rapporte l’intervention n’est pas la présidente des femmes du Camp de Kati, tel que stipulé dans l’article. Elle ne vit même pas au Camp.

Selon l’article la présidente des femmes du Camp de Kati accuse la Direction du Service Social des Armées (DSSA) de n’avoir « jamais joué jusqu’à présent sa partition pour soutenir les familles des militaires tombés sur le front, tous les dons octroyés aux militaires par le biais du Service Social des Armées n’arrivent pas à destination; aujourd’hui le Camp de Kati correspond à un Camp fantôme. Trop de veuves et d’orphelins dans les maisons sans subsistance pleurent leurs maris, leurs parents ; ce sont les intégrés qui ont bénéficié de la situation. Ils ont été gradés et ont bénéficié de toutes les attentions de nos autorités militaires ; c’est suite à la visite du président de la Commission Défense de l’Assemblée Nationale, l’honorable Karim Keita qu’on s’est rendu compte de la situation que vit le Camp de Kati.  Selon elle, c’est par cette visite que les militaires du Camp de Kati ont eu une prime de logement. Le Service Social est devenu un lieu d’enrichissement pour ceux qui dirigent ce service ».

Tout cela relève de malices.

Nous portons à la connaissance de l’opinion que tous ces faits ci-dessus rapportés sont faux, mensongers et malintentionnés. Ils visent des desseins psychosomatiques inavouables dont Le Républicain se rend complice. Pourquoi prête-t-il à Djènèba Keita la qualité de présidente des femmes du Camp de Kati alors que c’est faux ? Mesure-t-il la portée ?

Nous réfutons donc toute velléité de déstabilisation, d’incitation à la révolte, de manipulation de l’opinion, notamment en ce qui concerne les Forces Armées Maliennes (FAMa).

Nous exigeons les preuves irréfutables de toutes ces allégations. Si tant est qu’il se fourvoie il lui revient alors de présenter ses excuses solennelles, officielles non seulement dans ses colonnes mais aussi et les autres canaux utilisés pour propager cette fausse information.

L’Armée n’acceptera pas et ne toléra pas d’être instrumentalisée sous aucun prétexte de son soutien.

Tous les citoyens maliens épris de paix doivent en ce moment de dialogue et d’entente nationale se donner la main autour de l’essentiel : la paix, la sécurité.

La DIRPA

L’Amicale des Anciens Elèves du Prytanée Militaire donne du sourire aux orphelins des Anciens Enfants de Troupes (AET)

Dans le cadre de son plan d’actions, l’Amicale des Anciens Elèves du Prytanée Militaire (AEPM) a fait, le samedi 14 septembre 2019 dans l’enceinte du Prytanée Militaire de Kati, un don de kits scolaires aux enfants des AET décédés. Ces dons comprennent des sacs, des livres, des cahiers, des cartables et une enveloppe symbolique pour les maternelles.

Elle a aussi fait des dons de 600 poches de sang au profit de la population malienne à travers le Centre National de Transfusion Sanguine et de médicaments aux Forces de Défense et de Sécurité afin de renforcer leur capacité de prise en charge médicale.

Le directeur adjoint du Prytanée Militaire de Kati, le lieutenant-colonel Mama Sékou Lelinta, a noté qu’un kit scolaire n’est certes rien, mais c’est l’expression de tout l’amour que l’AEPM donne à ces nombreux enfants pour soulager leur peine.

‘’L’éducation est le meilleur héritage que l’on peut donner à un enfant, chers enfants réussir c’est la meilleure réponse que vous pouvez donner afin que vos parents, qui vous ont laissé, puissent être fiers de vous’’, a-t-il conclu.

Pour le représentant du président de l’Amicale des Anciens Elèves du Prytanée Militaire, Alhader Maïga, l’objectif de ces dons est d’établir un réseau d’entraide mutuel entre tous les anciens élèves pour œuvrer à l’amélioration de la formation donnée au Prytanée et contribuer au développement des activités sociales.

Selon lui, la solidarité étant le premier moteur de l’AEPM, ce don de kits scolaires est très important pour l’association afin de montrer à ces enfants qu’ils ont encore des pères et des mères soucieux de leur avenir. Concernant le don de sang et de médicaments, M. Maïga a souligné qu’il a pour objectif de cultiver le civisme, l’esprit de solidarité et d’exemplarité.

LE COLONEL BOUBACAR YASSANRY SANOGOH PREND LE COMMANDEMENT DE LA 5ème ZONE DE DEFENSE (TOMBOUCTOU)

 

La passation de commandement entre le colonel Boubacar Yassanry Sanogoh et son prédécesseur le colonel-major Abass Dembélé s’est déroulée  au camp fort Cheick Sidi Bekaye de Tombouctou, le jeudi 12 septembre 2019. Le colonel Sanogoh devient ainsi le commandant du secteur 3 de l’Opération ‘’DAMBE’’. C’était  en présence  du Gouverneur de la région de Tombouctou, Ahmadou Ag Koina, de plusieurs autorités administratives, politiques et coutumières ainsi que des commandants des Forces partenaires. L’événement a été présidé par le chef d’état-major adjoint de l’Armée de Terre, le colonel-major Oumar Diarra.Le colonel Yassanry Sanogoh a souligné que son objectif est d’assurer la préparation opérationnelle, l’instruction  et la formation des hommes, conformément à la vision du chef d’état-major de l’Armée de Terre.  Selon lui, sa mission est de participer  à la création d’un environnement sécurisé pour le retour des déplacés et réfugiés tout en réduisant au maximum les activités terroristes dans la région. Il ambitionne de regagner le cœur et l’esprit de la population de Tombouctou en vue de renforcer les liens entre l’armée et la Nation.

COOPÉRATION : L’EUTM a formé les officiers du PCIAT centre

Les officiers du PCIAT centre de Sévaré ont suivi, du 2 au 6 septembre 2019, une formation pilotée par une équipe de l’EUTM.  Elle a pour objectifs : permettre au PCIAT centre de coopérer et partager avec l’opérationnel, conduire une planification sur le niveau opératif, suivre l’information, et d’exécuter le “Battle Rhythm” consciemment.

Les modules enseignés au cours de ladite formation sont, entre autres, l’importance de l’ACM, le management de l’information, la messagerie opérationnelle, le cycle du renseignement et la Méthode d’élaboration d’une décision opérationnelle (MEDO).

L’équipe de l’EUTM est composée de neuf (09) éléments spécialisés dans différents domaines. Elle est commandée par le Lieutenant-Colonel Petra VISSERS. Les instructeurs ont tout mis en œuvre pour transmettre leur savoir et leur savoir-faire aux stagiaires.

Les stagiaires ont suivi avec une attention toute particulière les explications et les réponses aux questions posées tout au long de la formation. Ils ont aussi traité et exposé un exercice, donné par les instructeurs, sur la Méthode d’élaboration d’une décision opérationnelle.

A l’issue de la formation des cartables, des blocs-notes, des clés USB, entre autres, ont été offerts aux apprenants. Le Colonel Bougouri D. Diarra, CEM, et le Colonel Djibril Koné, Chef CO, du PCIAT centre ont reçu des cadeaux de la part du Lieutenant-Colonel Petra de l’EUTM.  En retour le CEM du PCIAT, le Colonel Bougouri D. Diarra, a aussi offert un cadeau au LCL Petra en guise de reconnaissance. En plus de la formation des GTIA, l’EUTM ne cesse d’apporter des soutiens multiformes aux FAMa pour leur permettre de faire face à la crise multidimensionnelle que vit notre chère patrie.

Vivement la prochaine formation à l’intention des FAMa.

1ère Région Militaire (Gao) : Remise d’attestations aux éléments du GATA

Les éléments du Guidage Aérien Tactique Avancé (GATA) ont reçu leur attestation de fin de formation en ‘’E-Cas’’ (guidage aérien), le jeudi 5 septembre 2019, à la base 103 de l’Armée de l’Air à Gao. Cette formation a été initiée par la Force Barkhane.

Ils étaient 16 éléments de différentes armes dont la Garde Nationale, l’Armée de Terre et l’Armée de l’Air à se familiariser durant 15 jours avec les savoir-faire nécessaires à la réalisation d’une mission de guidage aérien (Transmission, Topographie et procédure de guidage).

Le Com-théâtre du Secteur 1 de l’opération « Dambé », le colonel Yacouba Sanogo a remercié la Force Barkhane pour son soutien aux FAMa dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme au Mali. S’adressant aux stagiaires, il se dit certain que grâce à ces nouvelles notions acquises, ils sauveront la vie de plusieurs frères d’armes lors des opérations.

Le 33ème RCP célèbre le 58ème anniversaire du premier saut de brevet de parachutisme.

Le 58 ème anniversaire du premier saut de brevet de parachutisme des Forces Armées Maliennes a eu lieu le vendredi 6 septembre 2019 au camp para de Djicoroni. C’était en présence de l’Inspecteur Général des Armées et Services, le Général de Division Alhadji Gamou, du Chef d’Etat-major général Adjoint des Armées, le Général de Brigade Abdrahamane Baby et du Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, le Général de Brigade Kèba Sangaré.

Selon le Commandant  de la 33ème RCP par intérim, le capitaine Adama Diassana, depuis le premier saut à nos jours il y a eu 71 promotions du brevet para, avec plus de 6000 militaires brevetés.

La 72ème promotion du brevet suit actuellement sa formation au sol. Elle est constituée d’éléments  des forces spéciales et plus de 150 jeunes soldats qui viennent juste de terminer leur formation commune de base.

Selon le Chef d’état-major de l’Armée de Terre, le  Général de Brigade Kèba Sangaré, cet anniversaire est dédié aux grands Anciens qui, dès les premières années de l’indépendance ont montré leur savoir et leur savoir-faire en matière de brevet. Selon lui, les générations intermédiaires et les générations nouvelles doivent pérenniser cet acquis et surtout le consolider afin que les parachutistes dans une Armée unie et prospère puissent gagner la bataille de sécurisation des personnes et leurs biens.

Coopération militaire : Le Mali et le Niger entendent mutualiser leurs efforts contre le terrorisme

Le ministre de la Défense et des anciens combattants, le Général de Division Ibrahim Dahirou Dembélé a reçu en audience, le vendredi 6 septembre 2019, son homologue nigérien, M. Kalla Moutari. Cette visite est une prélude à la rencontre sur la situation sécuritaire, qui aura lieu demain à Bamako entre les présidents Ibrahim Boubacar Keita et Mahamadou Issouffou. Les deux pays entendent mutualiser leurs efforts afin de lutter efficacement contre le terrorisme.

Selon le ministre Ibrahim D. Dembélé, la dégradation de la situation sécuritaire dans les deux pays est dû surtout à l’effondrement du régime Libyen. c’est pourquoi dira-t-il que les efforts inlassables dans la recherche de la paix et la stabilité méritent un accompagnement de la communauté internationale.

Le Général Dembélé a précisé que la situation géographique, socio-culturelle et économique de nos deux pays, nous condamne à resserrer nos rangs dans la lutte contre l’ennemi commun et à partager au mieux nos capacités, nos compétences et nos ressources pour parvenir aux résultats attendus.

Le ministre nigérien de la Défense, Kalla Moutari a aussi abordé dans le même sens tout en rappelant que seule la mutualisation des efforts pourrait leur permettre de gagner le combat contre les forces du mal qui sèment la terreur dans le sahel. Il a enfin signalé que l’étape de Bamako sera très capitale pour la sortie de crise.

Fin de formation 1ère vague DDR

Le contingent invité à l’observation des principes républicains

La formation militaire de la première vague du contingent DDR a pris fin lundi 2 septembre 2019 à Bapho dans la région de Ségou.

Les 1006 éléments (officiers  sous-officiers et militaires du rang) ont été invités à l’observation stricte et entière des principes républicains.

Le Chef d’Etat-major Armée de Terre (CEMAT), en charge de la formation, les a exhortés à l’obligation du respect du drapeau national, les lois de la république, le respect des lois et des principes vertueux. Le général de brigade Kèba Sangaré a insisté sur l’honneur, la loyauté, la fidélité mais aussi et surtout sur la discipline militaire, humaine et sociale.

Il les invite à servir avec droiture, engagement et dignité.

Les ministres de la Défense et de la Paix et la Cohésion sociale ont rehaussé l’éclat de cette cérémonie de leur présence. On y notait également les chefs d’état-major et directeur de service, l’ambassadeur d’Algérie au Mali, les représentants CEDEAO, Minusma, UA, les responsables de mouvements, les responsables DDR, Intégration, le haut représentant du Président de la république, monsieur Diagouraga, ainsi que le Gouverneur de Ségou.

Les personnels de ce contingent ont été formés à l’EMIA pour les officiers, à Bapho, Tiby et Markala pour les militaires du rang et à Banakoro pour les sous-officiers. Il y a 66 officiers, 221 sous-officiers et 719 militaires du rang.

Le ministre Boiré, (Paix et Cohésion), exprime un sentiment de satisfaction partielle. Il félicite tous les acteurs pour l’aboutissement partiel. Il lance un appel. Certes l’accord n’est pas parfait mais il permet de nous retrouver pour l’évaluation des acquis et des attentes.  Ces premiers éléments constituent une preuve matérielle de la volonté de tous à mettre en œuvre l’Armée reconstituée  contenue dans l’Accord pour la paix et la réconciliation.

Le ministre Boiré souhaite l’accélération du reste du programme. Selon lui, il reste les questions de développement national. Et Lassine Boiré de conclure que plus ça traine plus les ressources en pâtissent. A partir de cet instant on remet au MDAC des soldats maliens, conclut-il, non sans fierté.

Le MDAC remercie tous les acteurs qui y ont contribué, notamment le comité de suivi de l’accord. Il n’oublie point les partenaires dont l’engagement ne se dément pas à nos côtés.

Le général de division Ibrahima Dahirou Dembélé salue les mouvements qui ont fait confiance aux FAMa. Il invite au respect des lois et règlements, car ces personnels sont désormais des FAMa à part entière.

Le président DDR, Zahabi salue un grand pas et un grand jour pour la construction de l’unité nationale. Il se convainc que le Mali s’en sortira.

Monsieur Fahad de la Plateforme invite ces désormais FAMa à se libérer du joug des mouvements des ethnies, des communautés s’ils veulent respecter leur choix du Mali.

Génie militaire : du sang neuf pour la musique principale des armées

La remise de diplômes, aux jeunes soldats de la musique principale des armées, a eu lieu le vendredi 30 aout 2019 à la place d’armes du Génie militaire. C’était sous la présidence du directeur du Génie militaire, le général de brigade Boubacar Diallo.

Durant 7 mois,  35 soldats dont 18 personnels féminins ont appris avec courage, volonté et abnégation, les notions et techniques de base de la musique. La formation a porté sur la théorie musicale, la lecture musicale, l’intonation  musicale et l’instrument pratique.

Selon le sous-directeur étude et  formation de la direction du Génie Militaire, le lieutenant-colonel  Niamé Keita, les évaluations et les divers commentaires témoignent tout le sérieux qui a caractérisé cette formation.

‘’Vous êtes aujourd’hui  bien familier à ces différents instruments qui vous ouvriront sans nul doute, de nouvelles perspectives dans l’appréhension et la conduite quotidienne de vos tâches et responsabilités’’, a-t-il souligné.

COOPERATION : la MINUSMA offre des infrastructures au PMK

Le Secrétaire Général du MDAC, le général de division Ibrahim Fané et M. Samba Tall, directeur RSS /DDR de la MINUSMA, ont inauguré le vendredi 30 août 2019 des infrastructures au Prytanée Militaire de Kati. C’était en présence des responsables militaires et des autorités locales de Kati. Elles comprennent une infirmerie, une salle de gymnastique, un logement pour les encadreurs étrangers, un forage et un terrain de sport multidimensionnel.

D’une valeur d’environ 500 millions de F CFA, ces infrastructures ont été réalisées par la MINUSMA pour améliorer les conditions de vie et de travail des pensionnaires du PMK. Ces infrastructures mettent fin à certaines préoccupations qui grandissaient au fil des ans, d’où la joie du commandant d’Ecole, le lieutenant-colonel Sadio Camara. Il a  remercié la MINUSMA avant de réaffirmer sa  détermination à relever les défis.

Le Secrétaire Général du MDAC, le général Ibrahim Fané, a affirmé que la MINUSMA a compris la nécessité d’améliorer le cadre de vies des élèves et que ceux-ci tireront le maximum de profit de ces infrastructures. Il a  témoigné sa reconnaissance à la MINUSMA pour ce don. Le général Fané a exhorté les bénéficiaires à promouvoir la santé physique et à resserrer les liens de coopération. «Je me dois d’adresser mes vives félicitations au corps professoral et à l’encadrement pour le succès des deux classes de 9ème année au DEF de cette année avec  un taux de 100%. J’appelle le corps professoral et le commandement militaire de cette école à prendre soin de ces infrastructures» a conclut le Secrétaire général du MDAC.

Selon M. Samba Tall, Directeur RSS/DDR de la MINUSMA, la remise des infrastructures au PMK témoigne de l’excellence de la collaboration entre les FAMa et la MINUSMA. Il a ajouté que le renforcement des capacités du PMK par la réalisation des présentes infrastructures est l’aboutissement d’un engament et  d’une promesse faite depuis 2015  dans le but de soutenir la pépinière des cadres de l’Armée.

Direction de la Protection Civile : 501 recrues renforcent les rangs

La présentation au drapeau des 501 recrues de la protection civile dont 141 filles a eu lieu, le vendredi 30 août 2019, à la place d’armes du Centre d’Instruction de Markala.

Cette cérémonie de sortie a été présidée par le Chef d’État-major de l’Armée de terre, le général de brigade Kéba Sangaré, en présence du Gouverneur de la 4ème région, l’Inspecteur général Biramou Sissoko, du directeur de la protection civile, le colonel-major Seydou Doumbia et de plusieurs autres personnalités civiles et militaires.

Pendant 4 mois, ces recrues ont appris des connaissances militaires techniques et tactiques. Le Directeur du Centre, le capitaine Moussa Arama a félicité les jeunes soldats. Il les a prodigué des encouragements pour leur  formation de spécialisation.

Selon le Commandant par intérim du Commandement des Organismes  de Formation, d’Entrainement et d’Expérimentation de l’Armée de Terre (COFEEAT), le colonel Issa Kaloga, ces recrues ont été mieux outillées pour servir de grenadier voltigeur afin d’entamer leur formation professionnelle.

« Il vous appartient désormais de consolider ces acquis par une quête perpétuelle du savoir et votre maintien en condition physique par la pratique quotidienne du sport. Il ne sera pas toléré que l’un d’entre vous soit incapable de creuser un trou individuel ou de mettre un impact entre les deux yeux de l’ennemi à 200 mètre ou plus » a ajouté, le colonel Kaloga.

Le directeur général de la protection civile,  le colonel-major Seydou Doumbia, a noté que cette formation militaire est le soubassement pour servir dans les  rangs de la protection civile. Selon le directeur, Il est prévu dans les textes que pour devenir un sapeur-pompier,  il faut au préalable 4 mois de formation militaire. Le colonel-major Doumbia a invité les jeunes à persévérer dans la discipline avant de remercier les autorités militaires qui ont contribué à la réussite de cette formation.

Composés de spécialistes et de généralistes, ces jeunes vont continuer avec la formation de spécialisation à l’école de la protection civile à Bamako.

Formation : les photographes de la DIRPA outillés par l’EUTM

Les photographes de la DIRPA sont désormais mieux outillés pour faire face aux défis du quotidien. En effet, ils ont bénéficié durant une semaine d’une formation sur les cours de base en photographie. Organisée par l’EUTM, en partenariat avec la DIRPA, cette session a été sanctionnée par la remise d’attestations aux stagiaires. C’était le vendredi 30 août 2019, dans la salle de conférences de la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées sous la présidence de son directeur, le colonel Diarran Koné en présence du  directeur adjoint du commissariat des armées et des responsables de l’EUTM.

Durant une semaine, les stagiaires ont appris le réglage d’appareils, le traitement de vue, le processus de sélection des photos et les règles de  retailler des photos. Toute chose qui a été apprécié par les stagiaires, qui par la voix de leur porte-parole, le soldat de 2ème classe Broulaye Traoré, ont remercié les responsables de la DIRPA et de l’EUTM, singulièrement les formateurs pour la qualité et la pertinence des cours dispensés. Ils ont en outre pris l’engagement de mettre en œuvre les connaissances acquises au profit des FAMa et du Mali.

Le porte-parole des formateurs de l’EUTM, le sergent Laurent Forst a rassuré les responsables de la DIRPA de leur engagement et de leur disponibilité. De quoi réjouir le directeur de la DIRPA qui a rappelé que cette formation sera d’un apport considérable pour les photographes de sa structure dans leurs missions quotidiennes. C’est pourquoi, le colonel Koné a exhorté le personnel la DIRPA à plus de volonté et professionnalisme.  En guise de reconnaissance, des cadeaux ont et offert aux représentants de l’EUTM pour service rendu aux FAMa et au Mali tout entier.

Auparavant, les responsables de l’EUTM avaient également procédé à la remise d’attestations aux éléments de la Brigade Spéciale d’Intervention (BSI) à l’école nationale de Police. Cette unité est spécialisée dans la lutte contre le terrorisme, la protection des hautes personnalités et le désamorçage des bombes, explosifs et le déminage.

ONAC : M. Gilles Gobillion fait ses adieux aux pensionnés français du Mali

Le régisseur diplomatique de l’ambassade de France au Mali, M. Gilles Gobillion, a fait ses adieux aux anciens combattants, pensionnés français du Mali. C’était le 29 août 2019 à la Maison des Anciens Combattants de Bamako. En poste depuis 2014, M. Gobillion a débloqué les pensions des veuves qui étaient suspendues auprès des Centres de Gestion des Retraités.  Il a aussi mis fin au retard du paiement  des pensions.

Le régisseur diplomatique a également initié un nouveau système de programmation de paiement des pensions. Toutes choses qui ont permis  de soulager les souffrances des pensionnés. M. Gobillion sera remplacé par Mme Eveyyne Renard.

Le directeur de l’Office National de Anciens Combattants, le colonel major Sambou Minkoro Diakité, a remercié M. Gilles Gobillion pour sa disponibilité et son soutien aux pensionnés français du Mali. Il lui a remis un Ciwara, en  reconnaissance de ses efforts en faveur des anciens combattants. Notre pays compte plus de 200 anciens combattants, pensionnés français.