Le MDAC au pas de course…

La journée du mardi a été pleine pour le MDAC qui s’est rendu dans plusieurs structures de son département. De l’état-major de l’armée de terre à la direction du service social des armées en passant par la direction générale de la gendarmerie, le constat était acceptable. Pour lui, les conditions de travail des hommes sont à hauteur de souhait.

Le ministre se dit partout porteur de deux messages clés pour les hommes et leurs chefs. Il s’agit de celui du président la République qui vise à mettre les FAMa dans des conditions requises pour leur mission régalienne, et celui de sa mission qui consiste à maintenir les forces de défense au top. Chaque responsable à son niveau a fait une présentation succincte de son service en dégageant les activités et missions déjà réalisées et leurs perspectives.

C’est un ministre satisfait de la gendarmerie, de l’armée de terre et de la direction du service social des armées qui promet de transmettre le message à qui de droit. Et cela pour permettre de prendre vite en charge les difficultés qui entravent la bonne marche des services. Il a ensuite félicité les différents chefs pour tout ce qu’ils entreprennent dans le cadre de la défense et de la sauvegarde de la Nation.

SCH Aly I. Maïga

2ème Classe Djénébou dite M. Diakité

Un nouvel engagement de l’Allemagne pour l’EMP

L’Allemagne vient en aide à l’école de maintien de Paix Alioune Blondin Bèye avec un montant de 1,4 millions d’euro, soit plus 600 millions de CFA. La signature  s’est déroulée ce 9 octobre 2018 entre l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, Diedrich Becker, et le directeur de l’école, le général de brigade Cheick Fantamady Dembélé.

L’Ambassadeur Becker se dit très heureux et considère que ce fonds sera bien utilisé par l’EMP. Il permettra  a-t-il signalé de financer beaucoup de cours dans le domaine du maintien de la paix comme par exemple pour des observateurs militaires,  pour la coopération civilo-militaire. La République Fédérale d’Allemagne est un partenaire financier privilégié de l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye de Bamako. Le Directeur de l’école très enthousiaste n’a pas tari d’éloge les actes que pose l’Allemagne.

Prise de contact : le MDAC à l’écoute des chefs militaires

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants (MDAC), le Pr Tiémoko Sangaré poursuit sa visite et prise de contact au sein des structures militaires. A l’Etat-major Général des Armées et à la Direction des Finances et du Matériel, le ministre a échangé avec le personnel et les chefs, notamment le général M’Bemba Moussa Keïta et son staff. Le Pr entend comprendre le fonctionnement interne des deux structures et connaitre les difficultés et opportunités des différents services. Le MDAC s’est entretenu avec le chef d’état-major général des armées. Il a saisi l’occasion pour rappeler que depuis l’application de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM),  beaucoup d’efforts ont été consentis pour mettre l’Armée dans les conditions idoines. Le ministre se dit rassurer de l’engagement des chefs militaires. Il a signalé la nécessité du renforcement de la cohésion au sein des Forces armées et de sécurité.Tout en prêchant pour la cohésion des forces, il a beaucoup insisté sur le rehaussement du moral des troupes au moment des opérations. L’Etat-major Général des Armées a-t-il fait savoir est le fondement de l’Armée malienne, pour cela il demande une attention particulière.

Le MDAC dans les locaux de l’IGAS

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants (MDAC), le Pr Tièmoko Sangaré, a effectué une visité de prise de contact à  l’Inspection Générale des Armées et Services(IGAS), le 8 octobre 2018.

Le service de contrôle des armées a été le premier à recevoir le nouveau ministre de la Défense et des Anciens Combattants.   Le ministre a échangé avec les responsables de ladite structure. Les échanges ont permis au Pr Tièmoko Sangaré de constater les efforts, les difficultés de l’inspection générale des armées et services.Ces difficultés sont, entre autres, le manque de ressources humaines, le manque de locaux adéquats pour l’IGAS.  A cela s’ajoute la non-prise en compte des rapports d’inspection des inspecteurs.

Le Pr Sangaré a rassuré  l’inspecteur en chef des armées et services, le Général de Division Ibrahim Dahirou Dembélé, de sa disponibilité à accompagner, à travailler avec l’IGAS. Il a déclaré qu’il fera tout son possible afin de remédier les difficultés de l’Inspection Générale des Armées et Services.

CEDEAO : les centres se concertent

Cette réunion des centres de formation d’excellence de la CEDEAO est une activité biannuelle inscrite dans le mémorandum d’accord signé entre la CEDEAO et les 3 centres de formation d’excellence, à savoir le Collège de la Défense Nationale (NDC), le Centre Kofi Annan de maintien de la paix (KAPTIC) et l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye (EMPABB).

Cette rencontre itinérante a pour objet d’examiner les questions relatives à la formation de la Force en Attente de la CEDEAO (FAC) afin de maintenir l’état de préparation opérationnelle des pays membres. Au terme de cette rencontre, les chefs des différents centres ont été reçus par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le professeur Tiemoko Sangaré. Les échanges ont porté sur le bilan annuel de l’organisation et les perspectives pour la paix et la stabilité des pays membres.

Journée de la Police Nationale : la Police Nationale a 58 ans

La Police Nationale du Mali a commémoré sa journée nationale, le jeudi 04 octobre 2018, à l’Ecole Nationale de Police Amadou Touré dit Ghandi. Le thème retenu pour cette 3ème édition est : « Police Nationale, creuset de l’unité nationale ; une région, un quota ».

Le 04 octobre 1960 marque la date de création de la Police Nationale. C’est à cette date que le dernier directeur de la sûreté du Soudan français, le Commissaire Divisionnaire Morette Elysée, passa le témoin à l’officier de police malien Mahamane Touré, consacrant ainsi la naissance de la Police Nationale du Mali.

Selon le Directeur Général de la Police Nationale, l’Inspecteur général Moussa Ag Infahi, la célébration de cette journée est un moment de communion entre la police et la population. « Le thème de cette 3ème édition participe de la volonté du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile de donner la chance à chaque malien de toutes les régions d’être informer et de pouvoir ensuite postuler au recrutement ouvert de la Police Nationale afin que la Police Nationale, notre Police, soit le reflet de notre peuple dans sa diversité géographique et démographique, gage de l’unité nationale et de cohésion sociale », poursuit-il.

La Police Nationale est en restructuration depuis 2013 conformément à la politique de réforme du secteur de la sécurité voulue par le gouvernement. Cette réforme porte essentiellement sur la qualité des ressources humaines, les infrastructures, l’équipement et la formation afin de construire une police républicaine. Dans cet élan de réforme, l’Ecole Nationale de Police peut évoluer vers une académie de police. A ce jour, elle assure la formation professionnelle de 96 élèves commissaires, 41 élèves officiers, 750 élèves sous-officiers. Bientôt 2 200 autres recrues en cours au titre de 2018-2019 s’ajouteront à la famille.

La Police Nationale satisfait aujourd’hui au thème choisit pour cette 3ème édition de la commémoration de la journée de la Police Nationale. Cependant elle s’inquiète d’un fait de société, les atteintes aux bonnes mœurs.

Cette journée a été l’occasion pour remettre des kits scolaires aux orphelins de policiers défunts et également l’occasion pour des anciens policiers à la retraite d’évoquer leurs parcours au sein de la Police Nationale qu’ils qualifient de corps d’excellence.

2ème Classe Valentin Roger Diallo

Cérémonie de commémoration : le GTIA waraba trône royalement

200 éléments du Groupement Tactique Interarmes (GTIA) Waraba ont été décorés de la médaille commémorative de campagne, le mercredi 03 octobre 2018 à la place d’armes du camp Soundjata Keita de Kati. Ces éléments sont en fin d’engagement opérationnel dans les secteurs de Nara et Guiré au compte de l’opération DAMBE et de la Force Conjointe du G5 Sahel.

Il faut rappeler que le Groupement Tactique Interarmes (GTIA) waraba est composé des éléments de l’Armée de Terre, de l’Armée de l’Air et du 34e bataillon du Génie Militaire avec à sa tête le Lieutenant-Colonel Ogotémou Poudiougou.Le commandant de la 3ème région militaire, le colonel Daoud Aly Mohammedine très enthousiaste a rappelé le message de la hiérarchie qui n’est autre que la reconnaissance de la patrie envers ceux qui se font remarquer sur le terrain. Le Commandant du GTIA Sigui, le Lieutenant-Colonel Adama Abdoulaye Diarra a aussi reçu une médaille de campagne et une lettre de félicitation. Cette lettre a été délivrée par le Chef d’état-major de l’Armée de Terre pour l’engagement exemplaire sur le front du commandant Sigui.

Direction Générale de la Police Nationale : opération don de sang

Mois d’octobre, mois de la solidarité ! C’est dans ce cadre et en vue de la commémoration de la journée de la Police Nationale que la Direction Générale de la Police Nationale en collaboration avec l’Amicale des anciens Elèves du Prytanée du Mali ont organisé, le 3 octobre 2018, un don de sang à l’Ecole Nationale de la Police.

L’objectif du don de sang, en ce mois de solidarité, est de soutenir la population malienne car le sang se fait rare dans les hôpitaux.Le don de sang a commencé par le Directeur Général de la Police Nationale, l’Inspecteur Général Moussa Ag Infahi, qui a été le premier à donner l’exemple. Il dira que donner son sang est un geste utile, car le sang est une denrée rare. L’inspecteur Général Ag Infahi invite également tous les porteurs d’uniforme et l’ensemble de la population à venir donner du sang pour contribuer à sauver des vies.

Ont pris part à cette journée de don de sang les éléments de la Police Nationale (y compris les recrues) et la MINUSMA.

Remise d’attestation de fin stage en communication : quand Mohamed D. Diarra amorce les marches de son ascension

Le stagiaire Mohamed Domaké Diarra a reçu son attestation de fin de stage en communication, le mercredi 3 octobre 2018 à la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA). La cérémonie a été présidée par le directeur adjoint de la DIRPA, le lieutenant-colonel Mariam Sagara.

Issu de l’Institut Universitaire de Technologie (IUT), Mohamed Domaké Diarra a suivi un stage en communication, du 28 août 2017 au 2 octobre 2018 à la DIRPA.

Le directeur adjoint, le lieutenant-colonel Mariam Sagara, a félicité le récipiendaire pour son courage et sa persévérance, avant de l’inviter à toujours se cultiver. Il lui a aussi souhaité un avenir radieux.

Quant au stagiaire, Mohamed Domaké Diarra, il a remercié le personnel de la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées pour son soutien au cours de sa formation. « Je savais qu’à la fin de mon stage, j’aurais une attestation. Mais organiser une telle cérémonie pour la remise de l’attestation est un honneur et une fierté pour moi », a-t-il ajouté. Il a promis de faire bon usage des connaissances acquises.

Journée de l’Armée de Terre : Gao célèbre

‘’L’amour de la patrie pour le Mali, sacrifice au service de la patrie le Mali, reconnaissance de la patrie envers ses serviteurs’’, tel était le thème de la journée de l’Armée de Terre célébrée  le 1er octobre de chaque année. Ladite cérémonie qui s’est déroulée sur la place d’armes du camp Fihroun de la première région militaire a enregistré la présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles, le commandant de zone de Gao, le colonel Yacouba Sanogo, le coordinateur du MOC, les représentants des forces partenaires et les autorités administratives et politique de la cité des Askia.Revue de troupe, cérémonie aux couleurs, dépôt de gerbe de fleurs, remises de kits scolaires et de médailles, voilà en substance les temps forts qui ont marqué la troisième Journée commémorative de l’Armée de Terre dénommée ‘’JAT’’. Dans son mot de bienvenu, le commandant de zone de Gao a expliqué toute l’importance qu’engendre la date du 1er octobre pour les forces armées maliennes, avant de la placer dans son contexte.En outre, il a salué l’engagement et la détermination des plus hautes autorités à doter notre armée des moyens adéquats pour faire face aux défis contre l’insécurité grandissante et le terrorisme, avant de pousser ses éléments à redoubler d’efforts dans l’atteinte des objectifs. Des kits scolaires composés de sacs, de cahiers et des matériels géométriques ont été remis aux enfants des militaires tombés sur le champ d’honneur et le repas de corps ont mis fin à la cérémonie.

MINUSMA : le général Deconinck fait Commandeur de l’Ordre National

Le commandant de la force de la MINUSMA, le général de Division Jean Paul Deconinck, en fin de mission dans notre pays a été décoré de la médaille de commandeur de l’ordre national à titre étranger le mardi 2 octobre 2018 à la place d’armes du génie miliaire.

Cette cérémonie, présidée par le chef d’état-major Général des Armées (CEMGA), le général M’Bemba Moussa Keita, a enregistré la présence de l’ambassadeur du royaume de Belgique au Mali, M. Adrien Théâtre et plusieurs autres personnalités notamment les chefs d’état-major et directeurs de service. Le général Belge, Jean Paul Deconinck passera le témoin au général Suédois, Guibs Paul dans l’après-midi.

Pour le chef d’état-major général des armées, le général de division M’Bemba Moussa Keïta, c’est le lieu de rendre un hommage au général Deconinck qui s’est illustré en apportant une contribution décisive pour affronter les défis sécuritaires au Mali et dans le Sahel. Cette décoration reconnait le rôle que la MINUSMA joue au Mali et salue l’investissement personnel et professionnel du général Deconinck à promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité au Mali.

‘’Mon général, nous vous remercions de votre dévouement, professionnalisme et de votre volonté de contribuer à la consécration du mandant de la MINUSMA qui constitue le ciment de la consolidation de la paix au Mali auquel vous êtes attaché’’, a noté le CEMGA.

Enfin, le commandant de la force de la MINUSMA, le général Deconinck se dit très fier d’être décoré de la médaille de commandeur de l’ordre nationale du Mali à titre étranger. Selon lui, il avait pour tâche de participer à la sécurisation de l’ensemble du Mali, et d’apporter la paix et la sécurité à la population malienne. Il a aussi rendu un vibrant hommage aux forces de défense et de sécurité malienne pour le travail abattu.

Commémoration du 1er octobre 1960 date de la création de l’Armée de Terre du Mali

La région militaire N°5 a célébré, le lundi 1er octobre 2018, la journée de l’Armée de Terre au camp fort Cheick Sidi Bekaye en présence de toutes les autorités administrative, politique et culturelle.

Le commandant de zone du secteur 3, le colonel Abass Dembelé, a rappelé que de la symbolique du 1er octobre 1960 tient son origine de la dislocation de la Fédération du Mali. C’est jusqu’à la rupture entre le Sénégal et le Mali que la nécessité s’est posée de créer une armée malienne, dont le 1er chef d’état-major fut le capitaine Sékou Traoré.

A l’instar de toutes les autres structures de la défense, l’Armée de Terre est en pleine réorganisation avec l’application de LOPM. Elle acquière de nouveaux matériels et augmente les effectifs pour faire face au nouveau défi.« Dans cette même dynamisme la 5ème région militaire poursuit les efforts d’entretiens des matériels qui leur sont affectés et l’entraîne des hommes pour la réussite des opérations assignées « , a ajouté le colonel Abass Dembélé.

Repas de corps de la Direction du Commissariat des Armées : un moment de consolidation confraternelle

La Direction du Commissariat des Armées(DCA) respecte la tradition à son tour en rassemblant tout le personnel de sa structure, de la DIRPA et la Direction des finances du matériel pour partager le repas de l’année. Un festin appelé repas de corps chez les militaires qui permet de communier, de marquer la cohésion et le vivre ensemble des hommes sous le drapeau. Pour la DCA, elle a été organisée le lundi 1er octobre 2018 dans les locaux de la dite direction.  C’est dans le cadre toujours des festivités du 22 septembre. C’est dans une atmosphère cordiale et chaleureuse que les hommes ont savouré ce menu riche et inoubliable.

Pour le Directeur de la DCA, le colonel Adama Diarra : « le repas de corps renforce la solidarité entre les militaires. C’est aussi une manière pour les frères d’armes de passer souvent des moments agréables et de renforcer la cohésion sociale au sein des forces armées et de sécurité».