56ème Anniversaire de l’Indépendance du Mali : Sous le signe du Renouveau

dsc_0652Notre pays le Mali a célébré le jeudi 22 septembre 2016, le 56ème anniversaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale. C’est dans ce cadre que le président de la république, chef suprême des Armées son excellence Ibrahim Boubacar Keita a consacré à la tradition en procédant dans la matinée à un dépôt de gerbe de fleurs au monument de l’indépendance. L’événement riche en couleur s’est déroulé en présence de nombreuses personnalités, notamment le premier ministre, chef du gouvernement, Modibo Keita, le président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Issiaka Sidibé, des membres du Gouvernement, des diplomates accrédités au Mali, les pères de l’indépendance et une foule nombreuse.

C’est à 08h35 que le véhicule du président IBK est arrivé au monument de l’indépendance. A sa descente du véhicule, il a tout de suite été accueilli par le premier Ministre Modibo Keita avant de passer ensuite en revue les troupes au rythme de la fanfare nationale. Après la revue il a procédé au dépôt de gerbe de fleurs avant de s’entretenir avec les pères de l’indépendance du Mali.

C’est à la suite de cette phase protocolaire que le président de la République, chef de l’Etat, chef Suprême des Armées, son excellence Ibrahim Boubacar Keita s’est volontiers prêté aux questions des journalistes. Dans son entretien avec la presse, le chef suprême des Armées a reconnu que ce jour est différent des autres au regard de tout ce qu’il signifie pour le peuple Malien. ‘’Ce jour ne peut pas être comme les autres. Nous sommes à l’anniversaire de notre accession à la souveraineté internationale. Chaque Malien a senti quelque chose dans son cœur’’, a-t-il évoqué.

Le président IBK a saisi l’occasion pour rendre hommage au premier président de la République, Modibo Keita et ses compagnons qui se sont battus pour que ce jour soit. ‘’C’est le sentiment de plénitude qui vous envahi quand l’essentiel est assuré et cela a été fait de fort belle façon par le président Modibo Keita et ceux qui l’accompagnaient. Nous avons avec émotion servi nos derniers médaillés de l’indépendance. Ces hommes de mérite avéré dans leur modestie exemplaire, leur simplicité qui sont restés pour nous des modèles de vie. A chaque instant, chacun de nous dans les temps que nous vivons a le devoir de s’inspirer de leur exemple et de savoir que ce pays est un pays qui n’est grand que dans la dignité, dans la grandeur et de ce fait, assure son destin au quotidien malgré toutes les difficultés du moment auxquelles il est confronté. C’est ça le Mali’’, s’est-il réjoui.

En outre, IBK se dit confiant et porte espoir sur la jeunesse pour donner un souffle nouveau au grand Maliba. ’’On croit à l’espoir d’un renouveau. On en voit des signes partout. Chacun a vu il y a deux (02) jours combien nous avions été heureux de présider cette cérémonie de remise de trophées à nos enfants qui ont mérité d’être aujourd’hui dans l’élite de la connaissance et qui vont être des dirigeants du Mali de demain. C’est eux qui vont nous conduire davantage sur le chemin du développement et de la prospérité. Nous en sommes confiants’’, a enfin laissé entendre son excellence Ibrahim Boubacar Keita.

MDL Dramane Dembélé

Iba Faye (Stagiaire)

Conseil Supérieur de la Police La Réforme du Secteur de la Sécurité en marche

dsc_0178La salle de conférence du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a servi de cadre jeudi 13 octobre 2016 au Conseil Supérieur de la Police qui a abordé des sujets relatifs à la clarification des missions et les positions des fonctionnaires de la police ainsi que la détermination des conditions d’organisation et de fonctionnement des services.

Cette rencontre présidée par le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Salif Traoré, avait pour objectif de soumettre au Conseil Supérieur de la Police les projets de textes relatifs au statut et décret d’application, au plan de carrière des fonctionnaires de Police, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement de la Direction Générale de la Police.

A l’entame des travaux, le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile a déclaré que l’évolution croissante de l’insécurité classique et l’apparition de nouvelles formes de criminalités notamment le terrorisme, le trafic de drogue et la cybercriminalité justifient aujourd’hui que de nouvelles orientations soient données à la politique sécuritaire de notre pays. Pour lui, ces orientations passent par l’adoption des textes adéquats et adaptés permettant de clarifier les missions, l’organisation et le fonctionnement des services de la Police.

Le ministre assure que cette vision s’intègre bien dans le processus de réforme du secteur de la sécurité enclenché par les hautes autorités du pays,  se traduisant par le renforcement de la sécurité dans un contexte particulier où les forces de sécurité sont constamment confrontées à d’énormes défis sécuritaires. D’où, la nécessité de doter la Police nationale d’instruments juridiques appropriés pour mener à bien ses missions de protection des personnes et de leurs biens.

La relecture des projets de textes qui trouve son explication dans l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires doit être menée avec raison eu égard aux ressources limitées de l’Etat, a-t-il souligné.

S’adressant aux participants, le Ministre Salif Traoré dira que leurs observations et contributions doivent être faites dans l’intérêt général des fonctionnaires de Police, aussi qu’il reste convaincu que le résultat des travaux permettra d’améliorer substantiellement la lisibilité des textes. Enfin il les a invités à plus de courtoisie dans les échanges.

Par ailleurs, il a profité de l’occasion pour annoncer au Directeur de la Police Nationale que le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta octroi dix (10) motos au nouveau commissariat ouvert à Kalabancoro.

 

MDL/C Geneviève S. Diallo

Alima Berthé, stagiaire

Inauguration du Centre social de la Garde Nationale à N’Tomikorobougou Le Général Moussa Diawara honoré

dsc_0532L’inauguration du 1er Centre Social au profit des femmes du camp des Gardes a eu lieu le mercredi 21 septembre 2016 au Camp de Garde de N’Tomikorobougou.

Cette cérémonie entrait dans le cadre des activités commémorant le 56ème anniversaire de l’indépendance de notre pays. Le nouveau centre financé à plus de 30 millions de francs CFA est l’œuvre de l’épouse du Directeur de la Sécurité d’Etat, Mme Diawara Zeïnabou Diawara et ses partenaires.

Ce centre comprend deux salles de formation, une salle de conférence, une salle d’accueil, un bureau avec douche intérieure ainsi que deux toilettes extérieures. Ce nouveau joyau servira à la promotion des activités génératrices de revenus (AGR) comme la fabrication de savon artisanal, la teinture, la transformation des produits alimentaires ainsi qu’à l’apprentissage de la coiffure et de la couture.

La donatrice, Mme Diawara Zeïnabou Diawara estime que ce centre est un facteur d’amélioration des conditions de vie des femmes du camp à travers les formations et les activités génératrices de revenus qui y seront menées. Elle a remercié ses partenaires techniques notamment le PMU Mali et la BMS avant d’appeler les bénéficiaires qu’elle considère comme ses sœurs, à faire bon usage de ce joyau. Mme Diawara a demandé à ses partenaires la pérennisation des actions en faveur des femmes dans d’autres camps.

Le Chef d’Etat-major de la Garde Nationale, le Colonel Ouahan Koné a invité les femmes à prendre soin de ce nouveau centre social baptisé Général Moussa Diawara. Il précisera que le choix de ce nom n’est pas fortuit car, le Général Diawara est non seulement le premier Général de la Garde mais également une personnalité qui n’est jamais restée en marge du bien-être et le développement de la famille« garde ».

La Présidente du Bureau de Coordination des Associations des Femmes des Camps, Mme Keïta Dado Bass a salué cette action en faveur des femmes particulièrement celles du camp de Garde, soulignant qu’il jouera un rôle important avec un impact certain dans la vie quotidienne des femmes. Elle a annoncé que le nouveau centre bénéficie déjà de 5 machines de couture et de 6 machines à filature qui ont été gracieusement offertes par un de leurs partenaires stratégiques qui offre également des formations gratuites en coupe et couture.

La cérémonie a été marquée par la coupure symbolique du ruban par le représentant du Chef d’Etat-major Général des Armées, le Colonel-major Cheichna Bathily.

Un sketch magnifiant l’utilité du centre social et la prestation de l’artiste-musicien Nampé Sadio dans son morceau ‘’Bouton rouge’’, ont mis fin à la cérémonie.

MDL/C Geneviève S. Diallo

Le nouveau chef d’État-major de la Garde Nationale, le Colonel Ouahoun Koné face à la presse

La sécurité des personnes et leurs biens au menu des débats

Dans le cadre de la politique de communication du département de la sécurité, le chef d’Etat-major de la Garde Nationale du Mali, le Colonel Ouahoun Koné était face à la presse le jeudi 29 septembre 2016 dans la salle de conférence du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

L’objectif de ladite conférence de presse était d’informer les populations maliennes des efforts déployés par la Garde Nationale dans le domaine de la sécurité des personnes et de leurs biens.

Le chef d’État-major de la Garde Nationale du Mali a rappelé que le but de cette rencontre était d’informer les Maliens des missions de la Garde Nationale et en particulier ses opérations de maintien d’ordre, son organisation, sa coopération avec les autres forces de l’ordre, des activités que la Garde Nationale mène et les difficultés auxquelles elle est confrontée.

Le Commandant du Groupement de Maintien d’Ordre (GMO) de la Garde Nationale du Mali, le commandant Mamady N’fani Diakité a fait une présentation détaillée des missions de la Garde Nationale.

Il a ajouté que le Groupement de Maintien d’Ordre (GMO) fut créé au sein de la Garde Nationale du Mali pour faire face aux besoins de sécurité publique, en renfort aux autres forces de sécurité, notamment la Police et la Gendarmerie, suivant l’arrêté interministériel N°08-1854/MDAC-MSIPC-SG du 1er juillet 2008. Selon le commandant Diakité, le GMO est un maillon essentiel du dispositif de sécurité de la capitale. La Garde Nationale participe aux différentes missions de service d’ordre, de service de garde et des missions d’interventions spéciales dans le cadre de la lutte anti-terrorisme.

Les principales missions dévolues à ce service sont : participer au maintien et rétablissement de l’ordre public, participer à l’application des mesures de police administrative, sécuriser les institutions et les autorités administratives et politiques, protéger et garder les édifices publics et enfin participer à la défense opérationnelle du territoire.

Après avoir dégagé l’organisation dudit corps et celle du maintien d’ordre, le Commandant Mamady N’Fani Diakité a précisé qu’une opération de maintien d’ordre se caractérise par sa souplesse et sa rapidité dans la projection sur le terrain, la modularité et le dynamisme et enfin la grande réactivité face à une prise à partie par arme à feu.

Par rapport aux activités que la Garde Nationale mène, il dira qu’elles sont entre autres des services d’ordre dans le District et ses périphéries, de patrouilles de grande envergure et mixtes dans la capitale et périphéries, de maintien et rétablissement de l’ordre public au besoin, de l’application des mesures de police administrative et de décisions de justice, de sécurisation des institutions, des installations sensibles, des autorités administratives et politiques, des instructions continues des hommes et la participation aux exercices conjoints avec les autres forces.

Au niveau des patrouilles que la Garde Nationale a effectuées de 2015 à 2016, il est enregistré un bilan de 442 personnes arrêtées, 274 engins à 02 roues, 81 engins à 04 roues, 01 arme et 05 cartouches saisis, a-t-il précisé.

Après avoir cité et expliqué les différentes gestions des cas d’interventions communes avec les autres forces, le Commandant Diakité n’a pas manqué de souligner les difficultés auxquelles le corps est confronté. Dans le cadre de son bon fonctionnement, le GMO rencontre d’énormes difficultés, entre autres l’insuffisance du personnel, la vétusté et l’inexistence des infrastructures, des problèmes logistiques (équipement, moyens roulants, hydrocarbures, etc.) et des besoins en formation.

Le Colonel Ouahoun Koné, en répondant aux préoccupations des journalistes, dira que malgré toutes les difficultés citées auxquelles la Garde Nationale est confrontée, elle donne le meilleur d’elle-même pour répondre aux attentes et aux sollicitations du peuple. Avec l’application de la Loi de Programmation Militaire et celle de la sécurité, la Garde Nationale pourrait balayer toutes ces difficultés, espère-t-il.

Pour accomplir à hauteur de souhait ses missions, le chef d’État-major de la Garde Nationale du Mali a sollicité la franche collaboration des populations maliennes en fournissant des informations aux forces de sécurité. Avant de les inviter à ne pas avoir peur des porteurs d’uniforme qui sont là pour elles.

A propos de la discipline dans son corps, le Colonel Ouahoun Koné a rassuré qu’il va s’investir pour que la discipline règne au sein de la Garde Nationale. Car, selon lui, la discipline constitue la force principale des armées, une vérité immuable qui va toujours résister à l’usure du temps, a-t-il conclu.

Sgt Aly I. Maïga

Renforce des capacités de l’Armée de l’Air Le parc aéronautique se renforce d’un hélicoptère ‘’Super Puma’’

dsc_0104Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Abdoulaye Idrissa Maïga a visité le lundi 17 octobre 2016, l’hélicoptère ‘’Super Puma’’ que l’Armée de l’Air a reçu dans le cadre de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM).

A l’arrivée du Ministre de la Défense à la Base aérienne 101, le chef pilote du projet ‘’Super Puma’’ le commandant Adama Bagayoko a expliqué les spécificités de cet hélico qui est un aéronef de transport troupes, de frets et également de transport de VIP. Selon lui, l’appareil peut être utilisé soit pour le transport des troupes (24 personnes), soit de VIP (15 personnes) et ou en matière de frets (1 tonne 800 kg).

Le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Colonel-major Souleymane Bamba se dit très honoré de recevoir la visite du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants. Ainsi, il a révélé que notre pays le Mali est aujourd’hui en plein dans la mise en œuvre de la Loi d’Orientation et Programmation Militaire. C’est pourquoi, le colonel-major Bamba a expliqué que la visite du MDAC ne peut être qu’un plus pour pousser d’avantage tous les dossiers concernant la LOPM en général et aussi tous ceux qui concernent la réforme de l’armée de l’air en particulier.

‘’ L’hélicoptère de transport de troupe et de manœuvre ‘’Super Puma’’ va permettre non seulement aux FAMa d’assurer l’aéromobilité sur le théâtre, mais aussi et surtout de permettre à l’Armée de l’Air d’assurer des vols d’évacuation sanitaire et éventuellement des vols de largage de matériels et de personnels tout en assurant des vols de soutien’’, a précisé le CEM-AA. Il a poursuivi que cet avion de fabrication française ne sera pas le seul que possédera l’armée de l’air. Le deuxième est terminé, nous attendons quelques semaines pour faire l’acceptation technique en Angleterre et faire voler l’appareil au Mali’’, a-t-il ajouté.

Saisissant l’opportunité de la présence du Ministre, les responsables militaires ont une présentation de la situation l’Armée de l’air et ont fait visiter quelques installations de la Base Aérienne. Le ministre de la Défense a visité notamment le BASLER, le hangar et les hélicoptères de combat MI-24.

S’agissant toujours de la LOPM, le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air a expliqué que des travaux importants sont prévus à Bamako, Sénou, Sévaré, Gao et d’autres localités où l’Armée de l’Air va avoir une existence concrète à travers des détachements air.

En outre, le colonel-major Bamba a prévenu que le nombre de pilotes et de techniciens doit être revu à la hausse d’ici à l’horizon 2019 pour pouvoir répondre aux besoins du pays dans ce domaine.

Pour le colonel-major Bamba, d’autres hélicoptères, notamment MI-35, seront reçus en 2017. Des personnels de l’Armée de l’air seront envoyés en formation sur ces hélicos de combat. Il a aussi parlé des avions d’attaques ‘’Super Tucano’’ qui ont été commandés au Brésil. ‘’ Ils sont capables de faire des appuis et des attaques en profondeur. Le montage de ces aéronefs est aussi terminé, ils ont même fait des vols d’essai. A l’issue, les personnels seront formés sur ces matériels dès qu’ils seront près et seront automatiquement engagés sur les théâtres’’, a-t-il rassuré.

Sgt Aly I. Maïga

dsc_0111dsc_0010

L’Armée de Terre célèbre le 1er octobre 1960 Devoir de mémoire

dsc_0699Créée le 1er octobre 1960, l’Armée de terre vient de boucler ses 56 ans d’existence. Pour commémorer cet anniversaire les nouvelles autorités de ce corps viennent d’initier une journée de retrouvaille dont la première édition s’est déroulée le Samedi 1er Octobre 2016, sur la place d’armes du camp Soundiata Keïta de Kati.

Le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, le colonel-major Abdrahamane Baby, par la Décision n°2127/CEM/AT/CAB du 5 septembre 2016, a proclamé la date du 1er Octobre comme ‘’Journée de l’Armée de Terre’’ (JAT) qui correspond à la date de création de l’Armée de terre.

Cette cérémonie était destinée à donner un modèle d’identification autour de l’appel du premier chef d’état-major de l’Armée de Terre, le Capitaine Sékou TRAORE. Elle a enregistré la présence des anciens Chefs d’états-majors de l’armée de terre, des officiers généraux, des anciens combattants et les autorités locales et coutumières de Kati.

La cérémonie aux couleurs et le dépôt de gerbes de fleurs sur la stèle dédiée aux morts ont été les temps forts de l’évènement.

Cette date, correspond à l’appel historique lancé par le capitaine Sékou Traoré, Chef d’état-major de l’Armée du Mali lors de sa création comme ce qui suit : « officiers, sous-officiers, caporaux et soldats de l’Armée du Mali ; la journée du 1er Octobre 1960 fera date dans notre histoire car, elle a vu la naissance de notre Armée Nationale. C’est avec une joie et une fierté bien légitime que je vous adresse le salut fraternel de celui que le gouvernement a voulu désigner pour vous commander. Je mesure dans toute son ampleur le redoutable honneur qui m’échoit.

Le Peuple de la République du Mali et le gouvernement vous font confiance et sont convaincus que par votre tenue, votre discipline, votre dévouement exemplaire et votre sens élevé du devoir, vous serez les dignes héritiers de nos pères, de nos anciens qui nous ont légué tant de traditions d’honneur, de loyauté, de fidélité et d’héroïsme.

Maintenant que vous avez une armée, une armée nationale, un drapeau et une patrie retrouvée à défendre contre les ennemis de l’intérieur et ceux de l’extérieur, vous saurez, j’en suis persuadé, utiliser pleinement votre bravoure légendaire. La noble et exaltante mission qui nous incombe exige le don total de soi-même allant jusqu’aux sacrifices suprêmes. Vous manifesterez l’esprit d’abnégation qui vous caractérise, sans défaillance pour que la République vive, libre et prospère.

Officiers, sous-officiers, caporaux et soldats de l’Armée du Mali, aujourd’hui plus qu’hier, ici plus qu’ailleurs, le Peuple et le gouvernement de votre pays compte sur vous, je suis convaincu que vous ne les décevrez pas quoi qu’il arrive. Je salue vos drapeaux et étendards ».

Le commandant de la 3ème Région Militaire, le colonel Mamary Camara a invité les militaires de la 3ème RM à suivre l’esprit de sacrifice de nos anciens dans ce camp. Ce camp qui porte le nom de l’illustre empereur du Mali, Soundiata Keïta fut créée en 1886 par l’Armée coloniale pour abriter l’un des plus grand régiment de l’Afrique occidentale française, le 2ème Régiment de Tirailleurs sénégalais, a-t-il laissé entendre. Il a aussi ajouté que c’est dans ce camp que le premier Président du Mali indépendant a choisi pour annoncer le 20 janvier 1961 le départ du dernier soldat français de notre territoire avant de rappeler aux uns et aux autres l’appel du chef d’Etat-major du 18 juin 2016 :’’Ce que notre Armée attend de nous collectivement est plus ancien que chacun de nous et est bien plus important que nos individualités ».

Pour le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, le colonel-major Abdrahamane Baby, cette date a été retenue pour célébrer l’Armée de Terre ou encore la ‘’Journée de l’Armée de Terre’’. Il a souligné qu’un des axes majeurs de notre stratégie d’approche est le renforcement de la confiance et de la cohésion entre les militaires de l’Armée de Terre en particulier et au sein des Forces armées et de sécurité en général.

Selon le CEM/AT, l’Armée étant une grande famille, il est nécessaire d’approcher les anciens en vue de s’inspirer de leurs expériences. Cette année a été placée sous le signe de la mémoire institutionnelle, la mémoire de l’Armée de Terre, la mémoire de l’Armée malienne et le devoir de souvenir. Il a en outre ajouté qu’il est important de faire appel à nos anciens pour communier ensemble et chercher les voies et moyens pour la sortie de crise.

Sgt M. TANGARA

L’ARMÉE DE L’AIR ACQUIERT DEUX HÉLICOPTÈRES

armee-de-lairNotre pays vient de se doter de deux hélicoptères militaires de transport.
Cette acquisition est l’une des retombées de la mise en oeuvre de la loi d’orientation et programmation militaire. Le premier appareil de type « Super Puma S 332 L » a été présenté lundi au ministre de la Défense et des Anciens combattants, Abdoulaye Idrissa Maïga, à la base aérienne de Sénou. Le ministre Maïga était accompagné de ses proches collaborateurs. On notait aussi la présence du général de division, Gabriel Poudiougou, du chef d’état-major de l’Armée de l’air, colonel-major Souleymane Bamba, du formateur, Fréderic Pinat et de plusieurs pilotes et responsables de l’Armée.
Selon le commandant Adama Bakayoko, chef pilote du programme Puma, le Super Puma est un hélicoptère de marque française avec une capacité de 1600 tonnes. Il permet d’assurer la liaison en période de guerre pour effectuer le transport des logistiques et de la troupe militaire dans des zones de combat. L’appareil répond à toutes les caractéristiques techniques d’un bon hélico. C’est une machine qui dispose d’un système de pilotage automatique très performant.
Doté d’une puissance de 1800 chevaux avec 2 moteurs, le Super Puma peut voler à 260 km/h. C’est un hélicoptère tactique dont l’intérieur peut être modifié en fonction des transports. Il a une capacité de 25 places en troupes standard et de 15 places pour les VIP, selon les spécialistes.
Le chef d’état-major Souleymane Bamba expliquera ensuite que la visite du ministre se situait dans le cadre de la présentation du nouvel appareil. « Cet hélicoptère permet de renforcer les capacités de l’Armée. Nous avons eu la chance d’avoir des programmes de formation pour les pilotes de Puma. Une première formation de 3 mois sur la conduite de l’hélico et un programme de 24 mois sur les aspects techniques. Les formations sont assurées par des professionnels français », précisé le haut gradé.
Après la présentation de l’hélicoptère, le ministre Maïga a effectué une visite de terrain pour s’imprégner des réalités de la base.
C’est ainsi qu’il a été informé par le chef d’état major des difficultés auxquelles le service est confronté, notamment l’entretien des avions, les infrastructures vieillissantes, le manque de personnel qualifié.
Le ministre de la Défense et des Anciens combattants relèvera que les investissements doivent être suivis impérativement de résultats. Car, pour Abdoulaye Idrissa Maïga, si l’Etat injecte de l’argent, c’est pour des objectifs bien précis.
Il a instruit au chef d’état-major Bamba de faire une proposition de projet global qui sera étudié. Cette proposition doit prendre en compte toutes les préoccupations.
Le ministre de la Défense et des Anciens combattants n’a pas manqué de souligner que l’acquisition de ces appareils montre que la loi d’orientation et de programmation militaire est sur la bonne voie.
L’objectif est de doter l’armée de moyens et de ressources humaines adéquats pour faire face à sa mission de sécurisation et de protection des populations. Le deuxième hélicoptère sera livré dans un délai de 2 mois

Appui aux FAMa : La CANAM fait un don en équipements et matériels médicaux d’une valeur de 500 millions

fama-soldatsLes matériels qui viennent ainsi d’être offerts, par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM), sont destinés aux différentes infirmeries de garnison des forces armées du Mali (FAMA). La cérémonie de remise s’est déroulée, le jeudi 13 octobre 2016, dans l’enceinte du Ministère de la Défense et des anciens combattants.

Le don est constitué de mobiliers de bureau et de matériels médicaux. S’y ajoutent des équipements de bloc pour les petites chirurgies, des équipements de laboratoire, des équipements d’imagerie médicale, des équipements de stérilisation. Le tout pour un montant global de Cinq cent-quarante-neuf millions cent-quatorze mille quatre cent soixante-seize francs CFA (549.114.476).

Ce geste de la CANAM s’inscrit non seulement dans le cadre de la 22ème édition du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, mais aussi et surtout dans la dynamique de la convention de prestations de soins de santé signée, le 31 décembre 2014, entre la CANAM et l’Etat-major Général des Armées. Laquelle convention a été signée pour le renforcement des plateaux techniques et l’amélioration permanente de la qualité des soins dans les infirmeries militaires.
Le ministre en charge de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadoun Konaté, fera savoir que les assurés AMO des forces armées bénéficient des mêmes modalités et avantages offerts aux autres assurés au sein des établissements hospitaliers, des pharmacies, des laboratoires et autres établissements de soins conventionnés par la CANAM. Et de donner l’assurance que cette dotation, du reste une première opération de renforcement et de maintien des plateaux techniques des structures sanitaires des forces armées, se poursuivra au fil des années et s’étendra sur toute l’entendue du territoire.
Le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Abdoulaye Idrissa Maiga, a salué l’initiative à sa juste valeur. Il a par ailleurs indiqué que les FAMAs sont globalement satisfaits de l’AMO.
Il est à préciser que le coût total de ces équipements et matériels médicaux s’élève à Cinq cent-quarante-neuf millions cent-quatorze mille quatre cent soixante-seize francs CFA (549.114.476 FCFA). Il a été mobilisé sur deux exercices budgétaires : Cent Quarante-Neuf Millions Neuf Cent Quatre-vingt-dix-neuf Mille Sept cent soixante-dix Francs CFA (149.999.770 FCFA) en 2015 et Trois Cent Quatre-vingt-dix-neuf Millions Cent Mille Sept Cent Six Francs CFA (399.114.706 FCFA) au titre de l’année 2016.

Seydou Karamoko KONE
Source: Le Flambeau

Dons de la CANAM aux forces de défense et de sécurité : Faire remonter le moral et le potentiel combatif des troupes

Les locaux du ministère de la Défense et des Anciens Combattants a servi de cadre le jeudi à la cérémonie de remise officielle d’un important lot d’équipements et de matériels médicaux au profit des infirmeries de garnison des forces armées et de sécurité du Mali. Présidée par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Abdoulaye Idrissa Maïga, la cérémonie de remise des équipements et matériels médicaux offerts par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, s’est déroulée en présence du ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire, Hamadoun Konaté, du ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, du ministre du Travail et de la Fonction Publique, Mme Diarra Racky Talla, du parrain du mois de la solidarité et de lutte contre l’exclusion, l’Archevêque de Bamako, Jean Zerbo, du directeur général de la CANAM, Ankoundio Luc Togo, du Chef d’Etat- Major Général des Armées, General Didier Dakouo et plusieurs responsables des services centraux des Forces Armées maliennes. Cette donation, symbole de la solidarité agissante du ministère de la solidarité et de l’action humanitaire, qui s’inscrit dans la mouvance du mois de la solidarité et de la lutte contre, vise à exprimer sa reconnaissance aux Fama pour le travail abattu dans l’accomplissement de leur mission régalienne au service de la préservation de l’intégrité territoriale du Mali.

Le ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire, Hamadoun Konaté a rappelé qu’en intégrant le dispositif de l’Assurance Maladie Obligatoire, le secteur de la défense et de la sécurité a contribué à éteindre significativement la proportion des assurés. A ses dires, dans le cadre de la convention de prestations de soins de santé signée le 31 décembre 2014 entre la CANAM et l’Etat-major général des Armées, le renforcement des plateaux techniques et par ricochet, l’amélioration permanente de la qualité de soins des infirmeries des garnisons avait été retenu comme prioritaire par le département de la solidarité et de l’action humanitaire et celui de la défense et des anciens combattants. Au regard des dispositions de cette convention, les acquis pour l’accès gratuit aux soins dans les infirmeries des garnisons militaires sont préservés au profit des éléments des forces armées, a indiqué le ministre Hamadoun Konaté. A en croire le patron de la Solidarité et de l’Action Humanitaire, les assurés de l’AMO des forces Armées et de sécurité, bénéficient des mêmes modalités sanitaires et avantages offerts aux autres assurés au sein des établissements hospitaliers, des pharmacies, des laboratoires et autres établissements de soins conventionnés par la CANAM. A cet effet, il a souligné que la CANAM met à la disposition des infirmeries des garnisons militaires, de la gendarmerie nationale, de la Garde nationale, des mobiliers, du matériel et divers équipements sanitaires, acquis sur budget propre pour renforcer le plateau technique de ces structures en vue d’améliorer la qualité de leurs prestations sanitaires. A l’entendre, le coût total de ces équipements et matériels médicaux s’élève à 549.114.476 FCFA, mobilisés sur deux exercices budgétaires soit 149.999.770 FCFA en 2015 et 399.114.706 en 2016. Selon lui, cette donation qui est une première opération de renforcement et de maintien de plateaux techniques des forces armées, se poursuivra au fil des années et s’étendra sur toute l’étendue du territoire national en vue d’assurer la fourniture et l’amélioration des prestations fournies dans le cadre du régime de l’AMO au profit de population en général et des éléments des forces armées en particulier. Pour terminer, le ministre Konaté a invité les récipiendaires pour un bon usage des équipements et matériels acquis qui sont composés d’appareils échographiques Doppler couleur, de poupinels électriques stérilisateurs, d’appareils de Radiographies numériques etc.

Après avoir reçu de façon symbolique des mains de son collègue de la Solidarité et de l’Action Humanitaire, les équipements et matériels, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Abdoulaye Idrissa Maïga a à l’entame de ses propos demandé à l’assistance de bien vouloir observer une minute de silence en la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires depuis le début de la crise malienne. Il a ensuite dit que le mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion sociale institué en 1995 par l’Etat du Mali vise à renforcer les valeurs essentielles qui ont fait la grandeur de notre pays et fondé notre histoire. Pour lui, cet évènement annuel vient comme une réponse à l’effritement progressif de certaines valeurs. Aux dires de Abdoulaye Idrissa Maïga, cette mesure de solidarité est aussi une occasion renouvelée pour l’Etat d’insuffler une dynamique nouvelle à la solidarité de proximité dans notre pays. Cette action de développement social propre au Mali, dit –il, incite à l’optimisme quand on mesure la participation croissante et active de l’Etat à l’appropriation du mois par tous les acteurs du développement économique et social du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion. Au-delà du rituel, le ministre Maïga a déclaré que cette cérémonie participe aux chantiers de redressement et de reconstruction nationale. Le pays fait face à des défis immenses et inédits, a-t-il précisé. Avant de mentionner que ces défis doivent stimuler notre volonté commune et notre capacité de riposte face aux difficultés inhérentes à l’environnement globale marqué par une menace persistance. Face à cette menace, ajoute-il, il ne s’agit pas de s’adapter au contexte, mais d’anticiper les problèmes pour un futur meilleur. Au nom du Président de la République, Chef suprême des Armées, Abdoulaye Idrissa Maïga a remercié le département de la Solidarité et de l’Action Humanitaire pour avoir offert cet important lot d’équipement et de matériels médicaux au profit des structures sanitaires des forces de défense et de sécurité. Ces équipements et matériels médicaux offerts par le ministère de la Solidarité et de l’Action Humanitaire vont renforcer les capacités de prise en charge surtout des blessés venant du théâtre des opérations tout en aidant à remonter le moral et le potentiel combatif de nos forces armées et de sécurité. Selon lui, la présence effective de plusieurs ministre à cette cérémonie témoigne non seulement l’engagement du gouvernement à se mobiliser pour rendre opérationnel l’outil de défense, mais aussi et surtout d’exprimer sa solidarité agissante et généreuse à l’endroit du personnel des forces armées et de sécurité malienne et de leur famille. Il a aussi repris un des passages du Chef de l’Etat qui disait qu’« aucun effort ne sera de trop pour mettre à hauteur de souhait les forces armées et de sécurité de notre pays ». C’est pourquoi, il a lancé un message de foi et d’espoir en l’avenir, un message de foi en notre volonté d’agir ensemble dans la durée. Pour terminer, il a d’abord fait comprendre que les forces de défense et de sécurité sont globalement satisfaites des prestations de l’Assurance Maladie Obligatoire, avant de rassurer que des instructions strictes seront faites pour le bon entretien des équipements et matériels médicaux acquis.

Jean Goïta
Source: Le Pouce

Coopération Mali-Fédération de Russie Consultations politiques très prometteuses à Bamako

Annoncées depuis quelques jours par le Ministère des Affaires Étrangères, les consultations russo-maliennes ont été ouvertes ce mercredi 12 octobre à Bamako dans l’objectif commun de renforcer et d’élargir les relations de coopération et de partenariat entre les deux pays solidement liés depuis 56 ans.

mali-federation-de-russieLes deux délégations dont l’une dirigée par le Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’intégration africaine S.E M. Abdoulaye DIOP et l’autre par M. Mikhaïl BOGDANOV, Vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie ont eu une séance bilatérale dans l’après midi juste avant une haute audience  avec le Président de la République son Excellence M. Ibrahim Boubacar KEÏTA  à Koulouba.

Au cours de cette séance les deux parties ont abordé  à huit clos plusieurs questions d’intérêt commun, prioritairement celles bilatérales nous a-t-on signalé.

Au cours du point de presse prononcé à la suite de cette rencontre qui a duré plusieurs heures, les deux ministres ont salué l’excellente qualité des relations politiques entre le Mali et la Fédération de Russie illustrée par une convergence de vues sur plusieurs dossiers chers à notre pays dont la souveraineté des pays, l’intégrité territoriale du Mali, la préservation de la paix et de la sécurité, etc.

Au moment où le Mali compte sur la présence particulière de ses amis à ses côtés, le Chef de la délégation russe a annoncé de belles perspectives de coopération avec Bamako. Au cœur de cette relance sont articulés en bonne place le secteur de la sécurité, la lutte contre le terrorisme,  la formation militaire, les projets économiques et la formation professionnelle. Sur l’ensemble de ces questions, le soutien du Président Vladimir POUTINE aux efforts du Mali a été réaffirmé avec force. Dans ce cadre plusieurs dossiers seront examinés dans l’intérêt des deux parties avec un pragmatisme rassurant.

mali-federation-de-russie1D’autre part, une note d’information du service de la communication de la Présidence nous apprend qu’à sortie d’audience avec SEM Ibrahim Boubacar KEITA Président de la République, Chef de l’État, le Vice-ministre Russe Michail BOGDANOV à déclaré à la presse qu’il était venu transmettre au président de la République, les salutations fraternelles du Président Russe Vladimir POUTINE. Avec le Président de la République, ils ont également parlé de la coopération bilatérale entre nos deux pays dans les domaines socio-économique et tout ce qui touche à l’intégrité territoriale du Mali, notamment les efforts communs dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Sur le plan militaire, il a déclaré que depuis de nombreuses années son pays participe à la formation des militaires maliens et cela n’a jamais cessé, pour preuve sa venue au Mali va certainement contribuer à la redynamisation de cette formation de militaires maliens.

Les consultations se sont poursuivies mercredi soir dans un hôtel de la place dans le cadre d’un diner de travail.

Le Mali entretient des relations diplomatiques avec l’ex-URSS depuis le 14 octobre 1960 et l’ouverture de la Mission diplomatique malienne en Russie remonte à avril 1961. De 1961 à 1978, la coopération entre les deux pays s’est développée sur la base de plusieurs accords sectoriels dont les Maliens gardent de bons souvenirs.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants informe l’opinion nationale et internationale que des assaillants armés ont attaqué les Forces Armées maliennes, dans la matinée du jeudi 13 Octobre 2016. Une attaque complexe au cours de laquelle l’ennemi a utilisé des mines posées sur la route avant d’ouvrir le feu. L’attaque est survenue dans le secteur de Goma-Coura et a visé un détachement de Nampala en mission de ravitaillement. Les Forces Armées déplorent quatre soldats tués, sept autres blessés. Des véhicules ont également été endommagés.

Une mission a été dépêchée sur les lieux en vue de secourir les blessés et procéder au ratissage de la zone.

Dans ces circonstances douloureuses, le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants présente ses condoléances aux familles durement éplorées et les assure de la reconnaissance éternelle de la nation malienne.

Le Ministre de la défense condamne avec vigueur, ces attaques lâches et barbares et réaffirme la détermination des Forces Armées maliennes à poursuivre leurs missions de sécurisation des populations et de leurs biens sur l’ensemble du territoire.

 

Pour le Ministre et par ordre

Le Secrétaire Général

La Chancelière Angela Merkel est arrivée à Bamako

La Chancelière de la République Fédérale d’Allemagne Madame Angela MERKEL est arrivée ce dimanche 9 octobre dans le cadre d’une visite de travail dans notre pays.

14671139_10154174566083702_8570254762090625960_nAccompagnée d’une importante délégation de collaborateurs et de journalistes, la chancelière a été accueillie à 15H30 sur tarmac de l’aéroport Modibo KEÏTA par son Excellence Monsieur le Président de la République Ibrahim Boubacar KEÏTA, le Premier ministre, les membres du gouvernement, des Institutions et plusieurs Ambassadeurs en poste à Bamako.

Après un premier entretien avec le Chef de l’Etat au salon présidentiel de l’Aéroport auquel a pris part le ministre malien des Affaires Etrangères, les deux personnalités ont animé un point de presse devant la presse locale, allemande et internationale.

Le Président de la République a salué le choix de la Chancelière de venir au Mali en ce moment précis et surtout la constance de l’Allemagne aux côtés du Mali depuis 1960 et son intervention utile pour de nombreux secteurs comme la sécurité, la gouvernance, l’agriculture et bien d’autres domaines au plan bilatéral et multilatéral.

La Chancelière a réaffirmé l’accompagnement de son pays aux efforts de stabilisation et de développement dans les secteurs ci-dessus cités y compris l’environnement, l’eau et l’assainissement ainsi que l’immigration irrégulière. Elle a insisté sur la combinaison aide au développement et soutien à la stabilisation sécuritaire.

Après ce point de presse, Madame Merkel s’est rendue au siège du contingent allemand à la MINUSMA et a eu des entretiens avec la Société civile (leaders religieux) puis les représentants de la Coopération allemande au Mali en matière de stabilisation et de développement. Un diner de travail est prévu ce dimanche soir à Koulouba avant le départ de la délégation demain dans la matinée.

14590248_10207376746036448_7947673728841664605_nLa coopération entre l’Allemagne et le Mali est aussi vieille que l’indépendance de notre pays. Le soutien de ce pays ami pour le Mali a atteint 1,115 milliard d’euro soit plus de 730 milliards de FCFA. Elle vise globalement à favoriser le développement du Mali dans un partenariat fiable, une expertise et des moyens d’investissements tout en renforçant les capacités locales. Celle-ci touche à de nombreux secteurs comme les infrastructures, les secteurs productifs, sociaux-environnementaux, l’eau et l’assainissement ainsi que la gouvernance, la décentralisation et la gestion des finances publiques. La coopération bilatérale avec l’Allemagne au delà de la solidarité exprimée dans le cadre des organisations comme l’ONU ou l’UE, présente de bonnes perspectives. Aux dernières négociations intergouvernementales sur la coopération tenues à Berlin en novembre 2015, le Gouvernement allemand s’est engagé à consentir pour le Mali une enveloppe financière de 73,74 millions d’euros soit environ 48 milliards FCFA.

La visite de Madame MERKEL au Mali suite aux visites récentes du vice-président indien, du commissaire européen à la coopération et au développement et d’autres visites annoncées constituent une marque de confiance et de solidarité pour notre pays qui consacre des efforts importants dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, les reformes politiques et du développement.

Premier pays à reconnaître l’indépendance du Mali en 1960, l’Allemagne a le troisième plus grand contingent militaire dans notre pays dans le cadre de sa stabilisation. A titre de rappel, cette visite intervient après celle de Son Excellence Joachim GAUCK, Président de la République Fédérale d’Allemagne, le 12 février 2016 et confirme si besoin en était la bonne santé des relations d’amitié et de coopération entre l’Allemagne et le Mali.

Casimir SANGALA

Renforcement des capacités à la Garde nationale du Mali Des nouvelles techniques de franchissement acquises

Plus de 200 éléments de la garde nationale sont désormais bien outillés pour pouvoir faire face à des obstacles naturels  tels que les cours d’eau.  Après trois mois de formation sans relâche, ces stagiaires ont réussi à obtenir avec brio leurs diplômes de nageur. La remise des attestations s’est déroulée le vendredi 16 août 2016 dans l’après midi à la piscine olympique du stade omnisport Modibo Keita. L’événement était placé sous la présidence du ministre de la sécurité et de protection civile, le Général de Brigade Salif Traoré. Il avait à ses côtés le chef d’Etat-major adjoint de la garde nationale, le Colonel Nicolas Cissé.

dsc_0026Durant trois mois de formation les  201 stagiaires de la garde nationale dont 11 officiers, 52 sous-officiers et 138 hommes de rang se sont familiarisés avec  des nouvelles techniques qui étaient jusque-là méconnues du grand public.Il s’agit entre autres du franchissement avec le matériel militaire (armes et bagages), de la traversée d’un cours d’eau avec un blessé de guerre et enfin, la progression du combattant isolé dans l’eau. Toute chose qui n’a pas laissé le public indifférent.

dsc_0023Pour le porte-parole des récipiendaires, Soumaila A Guindo, l’occasion est bonne pour rendre un vibrant hommage à l’Etat-major de la garde nationale qui n’a ménagé aucun effort pour que cette formation soit un succès.

De son côté, le chef d’Etat-major adjoint de la Garde nationale, le colonel Nicolas Cissé ne pouvait pas non plus cacher sa pleine satisfaction par rapport au stage de formation en natation. ‘’ J’ai été impressionné par la rapidité avec laquelle les hommes ont appris ces nouvelles techniques découvertes grâce à la coopération du colonel Copel. Ce sont des activités qu’on ne connaissait pas auparavant. Grâce à lui aujourd’hui, on peut dire que les hommes sont suffisamment outillés pour surmonter ces défis de franchissement qui s’imposaient à nous’’ a laissé entendre le colonel Cissé. C’est pourquoi, il a exhorté les bénéficiaires à faire bon usage des connaissances acquises pendant la formation pour pouvoir les transmettre à d’autres.dsc_0041

 

MDL Dramane Dembélé