ACTION CIVILO MILITAIRE FAMa et MINUSMA autour d’un CIMIC DAY A NAMPALA

Dans le cadre de l’opération LUKCHAM, une journée CIMIC DAY a été organisée le 15 Décembre 2045 à Nampala. Cette journée initiée par la Minusma à travers l’hôpital nigérian a connu la participation des FAMa et d’un Bataillon burkinabè.
En marge de l’opération LUKCHAM, la commune de Nampala a bénéficié d’un CIMIC Day (Journée de CIMIC) à laquelle ont participé plusieurs autorités militaires dont le Général Hervé GOMA, chef d’Etat-major général des forces de la minusma à Bamako, le Général Sidiki Daniel TRAORE, commandant du Secteur Ouest de la MINUSMA à Tombouctou et le Colonel Oumar DIARRA, commandant le secteur 3 de l’Opération MALIBA. Avant d’atterrir à Nampala, la délégation a effectué une escale à Léré où elle a pris contact avec le Bataillon burkinabé stationné dans cette localité dans le cadre de l’opération Gergovie.
C’est dans une atmosphère de liesse populaire que les autorités militaires ont été accueillies à l’école de Nampala où se déroulera la cérémonie de donations en présence du chef de village, le 1er adjoint au maire, le représentant du CSCOM de Nampala par l’intermédiaire de la matrone, le directeur de l’école et d’une foule nombreuse sortie massivement pour manifester leur joie.
DSC_2282Prenant la parole, le directeur de l’école a souhaité la bienvenue à la délégation et remercié les forces qui, grâce à leurs efforts et sacrifices, ont concouru au retour de la paix.
Le Général Sidiki Daniel TRAORE, commandant le Secteur Ouest de la MINUSMA, qui après avoir remercié la population de l’accueil, a donné un aperçu de la cérémonie du jour. Il s’agit, a dit le Général TRAORE, de l’accomplissement des activités civilo-militaires qui se focaliseront sur une donation de médicament au CSCOM de Nampala par l’hôpital du Nigeria, des vivres offerts par les Famas et des kits scolaires par le Bataillon Burkinabé. Pour lui, le seul but de cette activité est le rapprochement des populations aux forces en présence dans la localité.
Quant au Colonel Oumar DIARRA, commandant le Secteur-3 de l’Opération MALIBA, il a évoqué les missions de sécurisation, de protection des personnes et des biens des FAMa à l’endroit des populations bien qu’elles soient épaulées par d’autres forces multinationales. Il a également sollicité une franche collaboration des populations dans la sécurisation et surtout les a exhorté à une communication rapide de tout fait qui leur semble étrange. Le Colonel DIARRA a ensuite remis au premier adjoint du maire de Nampala l’échantillon du vivre que les Famas ont offert à la population nécessiteuse avant de rendre visite aux check points en vue de prodiguer des conseils aux militaires s’y trouvant.
Même son de cloche chez le Colonel nigérian O. Adibayor qui a remercié la population de l’accueil avant de remettre à la matrone l’échantillon des médicaments offert par l’hôpital Nigérian au sein de la MINUSMA à Tombouctou.
Le Général Hervé GOMA a aussi remercié la population de l’accueil qui leur a été réservé avant d’annoncer que la seule et unique mission des forces présentes est d’assurer la protection des populations afin qu’elles puissent jouir des soins de santé, de l’instruction et du développement économique.
Avant de prendre congé de la population de Nampala après un repas copieux partagé avec les autorités locales, la délégation s’est ensuite envolée pour Tombouctou via Léré où elle s’est entretenue avec le BAT Burkina s’y trouvant.
Cette journée de CIMIC DAY à Nampala a véritablement été une réussite ayant permis de capturer la perception de la population vis-à-vis des forces. Perception qui, à partir de ces actions, a amorcé la flèche ascendante.
Lt MAIGA, OFFICIER ACM
Lt-Col DEMBELE, DIRPA

EUCAP Sahel Mali se mobilise pour les Droits de l’Homme et contre la violence faite aux femmes

Les activités de la mission EUCAP Sahel Mali dans le domaine des Droits de l’Homme ont pris une valeur particulière pendant les 16 jours d’activisme, qui ont commencé par la Journée Internationale pour l’Élimination de la Violence à l’égard des Femmes, le 25 novembre, et terminé par la Journée Internationale des Droits de l’Homme, le 10 décembre.
Le renforcement des connaissances en Droits de l’Homme et Genre est considéré comme un élément essentiel de toutes les activités d’EUCAP Sahel Mali afin d’assurer le respect des principes de la part des Forces de Sécurité Intérieure. Les formations en ces matières font partie de chaque formation généraliste de la mission européenne. Pendant les deux séances de formation « Droits de l’Homme, Droit International Humanitaire et le Genre », tenues pendant cette période d’activisme, les stagiaires de la Garde Nationale et de la Gendarmerie ont pu approfondir leurs connaissances sur les principes fondamentaux de ces matières. Ils ont également eu l’opportunité de discuter les défis relatifs à l’application de ces principes dans le cadre de leur travail quotidien, pour mieux répondre aux besoins sécuritaires des Maliens en accordance avec les Droits de l’Homme et le cadre législatif malien. En ce qui concerne la problématique de la violence faite aux femmes, le mardi 8 décembre, la Mission a lancé des « Lignes Directrices pour la Prise en Charge des Femmes et Filles Victimes de Violence ». Cette publication, fruit d’une collaboration avec des organisations de la société civile et la Police Nationale, a été conçue comme outil de formation et de référence destiné aux forces de sécurité maliennes. «L’objectif, c’est d’approfondir les connaissances dans le domaine et d’appuyer le travail des forces vis-à-vis des victimes en leur donnant une introduction aux typologies de violence et des bonnes pratiques en ce qui concerne l’accueil, l’écoute et l’orientation de la victime », explique Róisín Drury Tully, Conseillère des Droits de l’Homme et de Genre à EUCAP Sahel Mali. «Les violences basées sur le genre touchent tous les secteurs de la société malienne, exerçant un effet nocif surtout sur la protection des femmes et des enfants, d’où la décision de travailler sur cette problématique avec les forces de sécurité intérieure», ajoute Drury Tully. Lors de l’évènement de lancement des lignes directrices, Kirsi Henriksson, Chef de Mission Adjointe, a souligné le lien entre la violence faite aux femmes et la construction d’une paix durable en évoquant le slogan de cette édition des 16 Jours d’Activisme: ‘De la paix au Foyer à la Paix dans le Monde’.

Visite du ministre de la Défense espagnole à l’EUTM MALI à Koulikoro

Les soldats espagnols apportent une contribution importante à la mission européenne

Le lundi 30 novembre 2015, le ministre de la Défense espagnol Pedro Morenés Eulate a effectué une visite à Bamako et à Koulikoro. Il a d’abord été accueilli à sa descente d’avion par le ministre malien de la Défense, M. Tiéman Hubert Coulibaly. Ensuite, il a rencontré à l’aéroport de Bamako, la partie espagnole de l’état-major multinational de l’EUTM Mali.

Après environ 45 minutes d’échanges, il s’est rendu à Koulikoro à bord d’un hélicoptère. Il a été reçu au Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro avec les honneurs militaires. Sur place, il a eu droit à une présentation de la Mission par le Commandant de l`EUTM MALI, le Général de brigade Franz Xavier Pfrengle, sur les activités en cours et la planification ultérieure.

Encore une fois le ministre de la Défense espagnole a profité de l’opportunité pour discuter avec les soldats espagnols dans les domaines qui sont les leurs. Dans son entrevue, M. Morenes Eulate salué la valeur des soldats espagnols et souligné l’importance de la Mission. Cela a été confirmé par le commandant de la mission allemande qui témoigne que « Les soldats espagnols accomplissent leur service dans diverses tâches. Aussi bien dans la protection des forces que comme instructeurs en artillerie ou en l’infanterie. Ils apportent une contribution importante à la mission européenne! »

Après avoir signé le Livre d’Or du Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy, il est retourné en hélicoptère à Bamako.

C’était l’une des dernières visites à l’étranger de Pedro Morenés Eulate en qualité de de ministre de la Défense espagnol, car il ne participe pas aux élections à venir en Décembre dans son pays. Il a profité essentiellement de cette visite de dire au revoir à ses soldats en mission au Mali.

Lieutenant-Colonel (OF4) Torsten Stephan (DEU Army)

EUTM Mali – Chief PAO

La Police nationale se précipite vers l’ère numérique

Grâce au soutien de la mission européenne EUCAP Sahel Mali et la Coopération française, le centre de documentation de l’école de la police à Bamako est dorénavant entrée dans l’ère numérique. Il a été muni de 5 ordinateurs, 2 imprimantes et une connexion internet. D’ici à la fin de l’année, EUCAP aura transmis aux forces de sécurité intérieure une centaine d’ordinateurs pour soutenir leur modernisation.
Ce mardi 24 novembre, quatre ordinateurs et deux imprimantes ont été transmis par la cellule « Projets » de la mission européenne, un autre ordinateur et la connexion internet ont été offerts par la Coopération française dans le cadre de son programme de formation des formateurs. Le commissaire divisionnaire Mamy Sylla, directeur de l’école nationale de police, n’a pas caché son contentement lors de la remise du matériel informatique : « Ces ordinateurs vont être au service des stagiaires de l’école, mais aussi des visiteurs qui viennent consulter des documents », a-t-il expliqué tout en remerciant l’EUCAP et la France de leur soutien.
Pour EUCAP Sahel Mali, il s’agit d’un premier lot d’un total d’une centaine d’ordinateurs qui vont être destinés à la Gendarmerie, la Police et la Garde nationale. Les besoins des trois forces ont d’ores et déjà été identifiés, et les ordinateurs vont très prochainement être offerts aux directions et aux écoles des trois forces ainsi que dans de leurs services spécialisés.
« EUCAP Sahel Mali vise à renforcer les capacités des forces de sécurité intérieure, et nous sommes contents de pouvoir apporter ce soutien matériel à nos partenaires pour moderniser les procédures de travail et améliorer la circulation de l’information», constate Isabella Vettolani, la coordinatrice des projets EUCAP Sahel Mali.
Anuliina Savolainen Chargée de presse et d’information publique

Cérémonie de fin de formation à l’Ecole des Sous-officiers de Banankoro La 9ème promotion est enfin opérationnelle

La cérémonie de baptême de la 9ème promotion de l’Ecole des Sous-officiers de Banankoro a eu lieule Vendredi 30 Octobre 2015, dans l’enceinte de ladite école.
Elle était présidée par le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert COULIBALIBALYets’inscrivaitdans le cadre de sa traditionnelle cérémonie de sortie.
La 9ème de l’Ecole des Sous-officiers de Banankoro portera désormais le nom de l’Adjudant Moussa Elegueye Alassane CISSE.
L’homme que la 9ème promotion de l’ESO a choisi est né vers 1964 à Tombouctou, fils de Elegueye ALASSANE et de Founé ELHAYE. Il fut engagé dans l’armée malienne pour cinq (5) ans pour compter du 01/07/1984 au compte de l’Armée de l’Air, soldat de 2ème classe le même jour, pris en solde et aligné en vivres suivant la décision N°0013/EEM/AA du 02/07/1984.
De la formation commune de base, il a été affecté à la Base 100 pour compter du 05/02/1985, à la DCSSA pour compter du 11/11/1989, à la 212°CIM de Diabalypour compter du 28/11/1994, l’Infirmerie de Garnison de Diabalypour compter du 15/07/2002 et l’Infirmerie de Garnison d’Aguel-hoc (relève du grand nord) comme infirmier-major pour compter du 09/05/2011.
Bon travailleur, courageux et toujours animé du désir de bien servir, il a été nommé à l’emploi de soldat de 1ère classe à titre exceptionnel pour compter du 01/06/1986, Caporal le 25/10/1989, Caporal-chef le 01/10/1993, Sergent pour compter du 01/01/1997, Sergent-chef le 01/01/2002 et Adjudant pour compter du 01/01/2008.
Bon infirmier, intelligent et bien apprécié de ses chefs, il a effectué avec succès le CAT-1 Santé en 1989 et CAT-2 Santé en 1996.
Dévoué au travail et très à l’aise dans son emploi, il a participé à l’opération « FASO » secteur 4 en 1994, la relève du poste de Nampala en 1997 et l’opération « BADENKO » à Aguel-hoc en 2011.
Aux premières heures de l’insurrection de 2012, après avoir épuisé toutes leurs ressources dans des combats très acharnés, les braves combattants de sa caserne furent lâchement exécutés par l’ennemi le 24 Janvier 2012.

Youssouf SAMAKE, Stagiaire

Cérémonie d’ouverture solennelle des écoles militaires Une année académique placée sous le signe de la qualité

La place d’armes du centre d’instruction Boubacar SadaSy de Koulikoro a servi de cadre vendredi 6 novembre 2015, à la cérémonie d’ouverture solennelledes écoles militaires, placée sous le signe de la qualité.
DSC_0529Cette cérémonie est une tradition qui consacre le démarrage officiel des activités académiques des écoles militaires, sur instruction du Chef d’Etat-major Général des Armées après la période des grandes vacances.
La cérémonie était présidée par le représentant du Chef d’Etat-major Général des armées,le Colonel-major Ibrahim Fané,Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre. Etaient également présents les différents Chefs d’Etat-major et Directeurs de services, les Attachés de défense accrédités au Mali, le représentant du Gouverneur de la région de Koulikoro, les notabilités et les chefs coutumiers.
La direction des écoles militaires couvre cinq (05) écoles nationales et une (01) école nationale à vocation régionale,fruit d’un partenariat exemplaire entre le Mali et la France. Ces écoles reçoivent les stagiaires venant de pays africains amis (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gabon, Togo, Mauritanie, Guinée Conakry, Bénin, Niger, Cameroun, Sénégal et Madagascar). Eu égard aux résultatsélogieux, elles constituent des références continentales en matière de formation dans leurs domaines respectifs.
Il s’agit de l’Ecole d’Etat-Major avec 640 stagiaires formés de sa création à nos jours soit 290 nationaux, 350 étrangers. L’école comptait 20 stagiairesen 2015 avec un taux de réussite de 100°/° ;
L’Ecole d’Application des Officiers est à sa première promotion. Le taux de réussite est de 95,55°/° avec un effectif de 45 stagiaires dont un Centrafricain;
L’Ecole Militaire d’Administration a, à son actif 541 Officiers formés dont 130 maliens et 411 des pays africains, 526 Sous-officiers stagiaires en Certificat Technique N°2 (CT2) dont 131 maliens et 395 des pays africains, 552 Sous-officiers stagiaires en Certificat Technique N° 1 (CT1) dont 144 maliens et 408 des pays africains soit 90 stagiaires pour 100°/° de réussite en 2015.
L’Ecole Militaire Inter Armes a, au cours de l’année académique 2014-2015, formé 231 élèves officiers d’actives avec un taux de réussite de 100°/° pour les trois (03) classes du cycle normal ainsi que du cycle spécial ;
L’Ecole des Sous-officiers a formé 283 élèves sous-officiers d’activesdont 03 de la côte d’Ivoire avec un taux de réussite de 100°/° pour les deux (02) classes.
DSC_0535Et enfin, le Prytanée Militaire de Kati avec un taux de réussite de 100°/° pour la 9èmeannée et 43,08°/° pour le baccalauréat en fonction du taux national pour l’année académique 2014-2015.
Selon le Directeur des écoles militaires, le Colonel-major BakayeThiéro, aujourd’hui plus que jamais l’outil de formation doit juguler les problèmes qui minent l’environnement national et multinational que sont entre autres la lutte contre le terrorisme, la gestion du stress sur le champ de bataille et la formation morale et psychologique des hommes. Le Colonel-major Thiéro dit garder espoir quant à l’accompagnement des autorités à travers la Loi de Programmation Militaire en vue d’améliorer les conditions de vie et de travail des écoles.
Le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, représentant le Chef d’Etat-major Général des Armées, le Colonel-major Ibrahim Fané a, au nom des plus hautes autorités militaires,remercié les partenaires bilatéraux et multilatéraux pour leurs efforts en matière de soutien matériel, financier et psychologique. Le Colonel-major Fané a exhorté les stagiaires à plus de perspicacité afin d’aboutir à l’objectif sous lequel se place cette rentrée académique qui est la qualité.
Un défilé militaire et un cocktail ont marqué la fin de cette cérémonie.

MDL/C Geneviève S. Diallo

Clôture de l’atelier sur la stratégie nationale du DDR LARGE CONSENSUS DES ACTEURS AUTOUR DU PROGRAMME PRESENTÉ

Le Mercredi, 18 Novembre 2015, s’est tenue dans la salle de conférence de l’école de Maintien de la Paix, Alioune Blondin Bèye, la cérémonie de clôture de l’atelier d’échanges sur le document de Stratégie Nationale du Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR). Elle était placée sous la présidence du Secrétaire Général du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, le Général de division Mamadou Lamine Ballo.

La cérémonie a enregistré la participation de certains membres du gouvernement, de la Plateforme et de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Cette rencontre constitue l’une des variantes du processus du DDR.

L’objectif était de renouer avec le dialogue, de partager avec les mouvements signataires de l’Accord de paix les expériences du conflit et de voir les possibilités d’encadrement pour le programme national du DDR.

Selon le représentant de la CMA, M. Ahmed Mohamed Ag Grisi, l’appropriation de ce document par tous les acteurs de l’accord de paix va répondre aux besoins réels et stratégiques des combattants ainsi que celui de leurs différentes structures de soutien. Il a fait remarquer que la réussite de ce document dépend de l’implication de tout le peuple malien.

Le 1er vice-président de la plateforme, M. Hama a déclaré que toutes les parties sont d’accord avec le contenu du document DDR car, il prend en compte l’attente des combattants et des populations affectées par le conflit avant d’ajouter que des aménagements peuvent y être apportés.

Il a affirmé que la plateforme et la CMA travaillent aujourd’hui ‘’Main dans la main’’ dans l’espoir de mener à bien cette variante du DDR pour qu’elle soit profitable à l’ensemble des communautés. M. Hama a remercié le Ministre de la Défense, Tiéman Hubert Coulibaly, pour l’organisation et la tenue de ce séminaire.

Pour sa part, M. Seydou Maïga, consultant et expert en DDR, a encouragé le gouvernement dans cette démarche. Il s’est réjoui de la tenue de cet atelier qui, selon lui, a été un véritable succès.

1°Cl Oumar BAGAYOKO

Partenariat Malitel-FAMa Cent veuves retrouvent le sourire

La Sotelma-Malitel a remis un don aux veuves des militaires tombés sur le champ de l’honneur, le lundi 09 novembre 2015, à la Direction du Service Social des Armées.
DSC_0611Ce don destiné à 100 familles est composé de 60 sacs de riz, 40 sacs de sucre et 05 sacs de lait en poudre.
Cette cérémonie s’inscrit dans le cadre du mois de la solidarité, organisé par la Sotelma-Malitel.
Le directeur du service social des Armées, le colonel SAMAKE Mariétou DEMBELE a, au nom du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, du chef d’Etat-major Général des Armées, remercié le Directeur Général de la Sotelma-Malitel et tout son personnel, pour ce geste de bienfaisance qu’ils viennent de réaliser au profit des veuves des militaires tombés sur le théâtre des opérations.Selon la Directrice du Service Social, le critère d’octroi se fait sur 100, 80% est accordé aux veuves de 2012 à nos jours et le reste est donné aux autres.Pour elle, celles-ci ont des orphelins de bas âge qui ont plus besoin d’aide.« Certaines d’entre elles ont des maris qui n’ont pas fait 05 ans de service », a-t-elle précisé.
La représentante des veuves, Mme KONE Awa, a remercié la Sotelma-Malitel qui est restée au chevet des veuves.Selon elle,ce geste leur va droit au cœur.« Nous souhaitons que cet acte soit pérenne par la Sotelma-Malitel ainsi que pour les autres donateurs », a-t-elle indiqué.
Il est à noter que le vendredi 06 novembre 2015, a eu lieu dans la même cour, la cérémonie de remise de cinq tonnes de maïs et une tonne de sucre aux familles des militaires tombés au champ d’honneur. Chaque veuve a reçu respectivement 50kg de maïs et 10kg de sucre. Ce don était offert par la Direction du Service Social des Armées.

Kadidia COULIBALY stagiaire

EUTM et EUCAP travaillent ensemble pour une gendarmerie forte

mercredi 4 novembre, le Chef de Mission d’EUCAP Sahel Mali Albrecht Conze s’est rendu à Koulikoro pour visiter le centre d’entraînement de la Mission EUTM.

Chefs EUTM EUCAP KOULIKORO2Ce voyage lui a permis d’observer comment était organisée la formation militaire des gendarmes, une force actuellement formée par les deux missions européennes.
L’Union européenne contribue au rétablissement de la sécurité et de la défense au Mali via deux missions de formation et de conseil : EUCAP Sahel Mali soutient la restructuration des forces de sécurité intérieure et EUTM Mali celle des forces de défense. Le mercredi 4 novembre, EUCAP Sahel Mali était invitée par le commandant d’EUTM, le général Franz XaverPfrengle à suivre une partie de la formation du septième Groupe tactique Interarmes, GTIA7.

Chefs EUTM EUCAP KOULIKOROLes bataillons formés par EUTM sont organisés selon cette structure regroupant environ 600 soldats.
Pour la première fois, EUTM forme une unité mixte avec non seulement des soldats mais aussi 154 gendarmes, qui seront par la suite amenés à conduire des missions de la défense du territoire. Raison pour laquelle EUCAP Sahel Mali porte un intérêt particulier pour cette formation :EUCAP forme de son côté des cadres de la gendarmerie dans des matières telles que le commandement du service, la déontologie, le management, les techniques de renseignement, l’intervention professionnelle, la police judiciaire ou le maintien de l’ordre, ainsi que des formations de formateur.
Les formations EUCAP ont une vocation de sécurité publique générale,complémentaire à la formation militaire d’EUTM, qui se concentre sur la défense opérationnelle du territoire.La gendarmerie est une force à double compétence : elle mène des actions civiles et militaires.
Une complémentarité au profit desforces de sécurité et de défense au Mali
Chefs EUTM EUCAP KOULIKORO3Les visiteurs EUCAP ont assisté entre autres à des opérations de reconnaissance d’engins explosifs, à des exercices de communication pendant le combat et de positionnement des tireurs d’élite.
Les chefs des deux missions européennes ont souligné leur volonté de travailler ensemble pour encore plus de complémentarité dans leurs actions, toujours au profit d’un rétablissement de la sécurité dans tout Mali.La question de mutualisation de certaines parties des formations a été évoquée.
« Cette visite nous a permis de constater une complémentarité et une bonne séparation des tâches des formations EUCAP et EUTM. J’étais par ailleurs ravi de compter parmi les stagiaires actuellement en formation par l’EUTM des gendarmes déjà formés par nos soins » a constaté le Chef de Mission EUCAP Sahel Mali.

Cérémonie de remise de kits scolaires à la Direction du Service social des armées Ils sont 100 orphelins à recevoir des effets scolaires

La Direction du Service Social des Armées a abrité, le mercredi 30 Septembre, la cérémonie de lancement de remise de kits scolaires aux orphelins de militaires tombés sur le champ de l’honneur.
Cette 3ème édition en prévision de la rentrée scolaire de l’année 2015-2016, initiée par la Direction du Service Social des Armées, intervient dans le cadre de l’assistance aux familles des militaires décédés sur le théâtre des opérations.
Ce don composé de 100 sacs scolaires ; 500 cahiers de 200 pages ; 500 cahiers de 100 pages ; 500 cahiers de 50 pages et de 400 bics est destiné à 100 orphelins.
Ces orphelins sont repartis comme suit : l’Armée de Terre 50 bénéficiaires, Génie Militaire 10, DCSSA 10, DTTA 5, Garde Nationale, l’Armée de l’air 5 et la Gendarmerie Nationale 10.
Selon Aminata Dolo, maman d’une des bénéficiaires, ce don vient à un bon moment amoindrir les frais de fournitures scolaireset cela juste après les dépenses de la fête de Tabaski.Elle a invité les bonnes volontés à imiter cet exemple de la Direction du service social des armées.
MDL/C Geneviève S. Diallo

EMP : Remise à niveau de 70 journalistes maliens à l’école de maintien de la paix

L’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blonde BEYE a abrité la cérémonie d’ouverture de (O3) stages de formations, le lundi 5 octobre 2015, dans l’Amphithéâtre de l’EMP.

DSCF0370Ces stages conjoints, initiés par l’EMP vont concerner les droits de l’homme, la police des Nations Unies (l’UNPOL) et les journalistes.Ils sont financés respectivement par la Fédération Suisse, la Fédération d’Allemagne et le gouvernement malien. Cette cérémonie, première du genre, était présidée par le directeur des études, Colonel Philipe KLEB représentant le directeur général de l’EMP.
Pendant une semaine ces stagiaires se sont familiarisés avec la thématique « Connaissances fondamentales sur les Opérations de Maintien de la Paix ». Le choix de ce thème n’est pas fortuit,selon les initiateurs, car il s’agit d’un rappel des qualités humaines et professionnelles que doivent avoir les soldats à l’endroit de la population.
Le directeur des études, le Colonel Philipe KLEB, a au nom du Directeur Général, souhaité la bienvenue aux participants tout en soulignant l’importance de ce stage.Pour lui les stagiaires sont là pour apprendre et comprendre le milieu où ils sont. Selon lui,ce stage d’information est une volonté du Général Moussa Sinko COULIBALY, directeur de l’EMP.
Le Colonel KLEB a rendu hommage à feu Me Alioune Blonde BEYE pour son engagement pour la cause des opérations de soutien à la paix en Afrique. L’école de maintien de la paix porte le nom Me Alioune Blonde BEYE, celui-là même qui a perdu la vie sur le chemin de la recherche de la paix.
La cérémonie a été illuminée par une présentationhistorique de l’EMP, de sa création à nos jours ; sa mission ;sa vision et ses bailleurs de fonds.Une des missions de l’école est de former des forces à l’attente qui sont : les civils, les militaires et les policiers. Il a noté que le monde souffre aujourd’hui de l’insécurité et que les premières victimes de ces crises sont les civils. Cette souffrance a plusieurs causes :politiques, environnementales, sociétales etépidémiques. « Pour une Afrique émergente dans un monde globalisé, il faut qu’il y ait la prise en compte des contraintes », a-t-il martelé. Selon lui, sans la paix, il n’ya pas de développement, d’industrie ou d’agriculture. L’EMP forme par an 35% de civils, 21% de policiers et 37% de militaires. Ces stagiaires sont 45% de Maliens et 55% de la CEDEAO
Kadidia COULIBALY (stagiaire)