Visite du Chef d’État-Major Général des Armées du Burkina Faso au Mali

Renforcement de la coopération militaire entre les deux pays

En visite dans notre pays pour s’enquérir des conditions de ses troupes déployées dans le cadre de la MINUSMA, le chef d’Etat-major général des armées du Burkina Faso, le Général Pingrénoma Zagré a été reçu en audience le 25 février 2016 par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly.

Cette audience qui a eu lieu dans la salle de conférence du département a enregistré la présence du chef d’Etat-major Général des armées, le Général Mahamane Touré, du Secrétaire Général du ministère de la défense, le Général Mamadou Lamine Ballo, du Chef de cabinet le Général Adama Dembélé, du Directeur de la Sécurité Militaire le colonel-major Boubacar Keita.

Au sortir de cette audience qui s’est tenue à hui-clos, le Général Pingrénoma Zagré a déclaré qu’il était dans notre pays pour visiter le contingent Burkinabè de la MINUSMA tout en rappelant qu’il était le 24 février à Diabali. Il a souligné que cette audience visait à transmettre les salutations de son ministre de la défense à son homologue malien. Selon lui, cette visite entre dans le cadre du renforcement des relations séculaires d’amitiés entre nos deux pays.

Il a signalé que son pays est entièrement disposé à apporter son soutien au Mali dans la lutte contre le terrorisme. Avant d’indiquer que les bataillons burkinabés sont déployés au Mali depuis 03 ans et le Burkina Faso est conscient des enjeux, la communauté internationale sait  les intérêts et les liens historiques qui unissent le Mali et le Burkina Faso, il a réaffirmé son soutien et celui du pays des hommes intègres à notre pays au point de vue engagement.

Le Général Zagré a souligné que l’engagement pris par nos chefs d’Etats et les relations de fraternité qui lient nos deux pays nous obligent à persévérer pour que la paix et la sécurité reviennent au Mali afin de poursuivre les efforts de développement socio-économique.

Le chef d’Etat-major Général des Armées du Mali, le Général de Division Mahamane Touré a pour sa part affirmé que cette visite est normale et s’inscrit dans le cadre de la consolidation des relations militaires entre nos deux pays. Il a noté que le ministre a encouragé les deux pays pour un partage des ressources et moyens surtout que nos pays collaborent dans le cadre de la CEDEAO et du G5 Sahel.

Il a déclaré que l’attaque terroriste qui s’est déroulée au Burkina Faso est similaire à celle du Radisson Blu de Bamako avec le même mode opératoire et les mêmes revendications. Ce qui veut dire que nous sommes face aux mêmes menaces. « Il nous appartient de nous retrouver le plus souvent afin d’échanger, voir ensemble quelles sont les actions que nous pouvons mener conjointement, les directives que nous avons tracées afin de conforter les citoyens dans leur quotidien » a-t-il souligné.Selon lui, il faut que nos deux pays se retrouvent le plus souvent pour discuter des voies et moyens visant à garantir la sécurité des citoyens. En guise de conclusion le CEMGA a  déclaré que cette visite s’inscrit dans l’ordre normal des relations de bon voisinage qui unissent les deux pays et que nos pays doivent collaborer pour la paix et la sécurité.

A/C.N.Dakouo

Deux audiences consécutives au Ministère de la Défense et des Anciens Combattants

DSC_4198Vers une synergie d’actions pour contrer les forces du mal
Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tièman Hubert Coulibaly, a reçu en audience dans la salle de conférence de son département vendredi 22 janvier 2016,deux délégations. La première à être reçue est la délégation onusienne conduite par M. Samuel GAHIGI et la seconde celle de la République Fédérale d’Allemagne, dirigée par le Lieutenant-Général Wernicke Dieter.
La délégation onusienne était venue s’enquérir de l’évolution de la MINUSMA après 3 ans au Mali afin de voir ce qu’elle peut apporter comme amélioration dans le cadre du maintien de la paix.Selon le chef de la délégation onusienne, M. Samuel GAHIGI, durant les trois ans de séjourde la mission Onusienne au Mali, le niveau de sécurité est passé de 3 à 5 ce qui implique que la capacité sécuritaire de la MINUSMA n’est pas encore totalement en mesure de faire face aux défis.M. GAHIGI pense que la mission de la MINUSMA ne mérite pas d’être changée mais, un renforcement capacitaire s’avère nécessaire.Il informera que la lutte contre le terrorisme ne fait pas partie de ses missions.
DSC_4168Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly a décrit la situation d’ensemble en rappelant son inquiétude quant à la recomposition des forces du mal et des forces terroristes en lien avec le contexte mondial. Pour lui, l’heure n’est pas aux dénonciations, accusations, mais plutôt à la conjugaison des efforts dans une synergie d’action pour réorienter la mission en vue d’un succès. Il a informé ses hôtes du renforcement progressif des capacités des forces armées maliennes. Selon le ministre, il est nécessaire de diligenter le cantonnement en vue d’identifier les différents acteurs pour éviter et diminuer les attaques sur le terrain. Ila demandé l’appui de tous pour l’accompagnement du DDR.
Cette délégation a passé une semaine sur le sol malien et entend mettre à profit ce séjour pour les corrections nécessaires à la réussite de la mission de la MINUSMA.
Quant à la délégation allemande, le ministre de la Défense Tiéman Hubert Coulibaly a d’abord salué l’excellente coopération entre le Mali et l’Allemagne. Il dit qu’à moins de 3 mois, il y’a 3 délégations de haut niveau qui sont venues au ministère de la Défense malienne, ce qui dénote l’intérêt que l’Allemagne porte au Mali et en particulier aux FAMa. Le Lieutenant-Général Wernicke Dieter a affirmé que c’était un challenge pour eux, mais aussi pour l’Allemagne de réussir sa mission dans le contexte de la MINUSMA.
Tiéman Hubert a saisi l’occasion pour soumettre certaines préoccupations du Mali et des FAMa à la partie Allemande. Le ministre a demandé à la partie allemande de nous appuyer dans le partage du renseignement.

Sgt Malamine TANGARA

Intervention des représentants de la Société civile dans une formation à la Gendarmerie :

photo de classe gendarmerieEUCAP soutient le rapprochement entre les Forces de Sécurité et la population
Ce lundi 15 février, EUCAP Sahel Mali a invité des représentants de deux organisations de la société civile à intervenir dans une formation des cadres de la Gendarmerie. Cette intervention visait à faire connaitre les préoccupations sécuritaires de la population recueillies par les organisations invitées et à réfléchir ensemble sur comment rétablir la confiance entre les forces de sécurité et les citoyens.
Dans le cadre d’un cours d’EUCAP intitulé « Comprendre le terrorisme », Monsieur Zoumana Fané de l’IMRAP et Monsieur Mahamadou Togola du WANEP sont intervenus aux côtés de formateurs européens pour rencontrer les officiers de la Gendarmerie nationale. Au coeur des échanges : la confiance entre la population et les forces de sécurité intérieure. IMRAP et WANEP sont membres de la plateforme d’échange et d’action FSI – partenaires internationaux – Société civile, initiée par EUCAP, et présidée maintenant par IMRAP. Mahamadou Togola de WANEP (West African Network for the Peacebuilding) a éclairé le nouveau concept de “la sécurité humaine”, une approche axée sur
les individus et leur sécurité, et non seulement sur la sécurité des États. Zoumana Fané de l’Institut malien de recherche-action pour la paix (IMRAP) a expliqué que l’IMRAP encourage les citoyens à développer un agenda pour la paix. Les responsables de l’Institut ont sillonné le territoire national et certains camps de réfugiés maliens, consultant les citoyens sur les obstacles de la paix.
Une vidéo illustrant les dialogues entre des représentants des forces de sécurité et de défense et des citoyens dans plusieurs localités du Mali a été projetée. On y voit les porteurs d’uniforme dénoncer le manque de moyens, des ordres illicites de la part de certains supérieurs hiérarchiques et l’intouchabilité de certaines familles. En revanche, les citoyens mettent l’accent sur la complicité suspectée entre certains policiers et des malfaiteurs et sur l’inexpérience de certains agents de la Police ou de la Gendarmerie qui ne seraient pas en mesure de se confronter à la délinquance. Le documentaire a suscité un échange fructueux entre les stagiaires et les intervenants. Des solutions pour regagner la confiance ont été proposées, telles que l’organisation de journées portes ouvertes pour présenter au public les conditions de travail et de vie des gendarmes. L’idée des rencontres entre la population et les gendarmes a également été bien accueillie. Zoumana Fané a résumé que le manque de confiance est souvent dû à des malentendus. « Il suffit qu’on se réunisse autour d’une table et qu’on discute », a-t-il dit – un constat partagé par tous.
Les formations délivrées par EUCAP Sahel Mali portent sur tous les sujets nécessaires au bon fonctionnement des forces de sécurité intérieure (le management, les droits de l’homme, la police judiciaire, la sécurité publique générale, le maintien de l’ordre…). La société civile est un acteur primordial pour accompagner les réformes afin qu’elles soient comprises par la population. EUCAP la soutient dans sa participation à la conception des réformes sécuritaires, et parallèlement, la société civile apporte son expérience pour la mise en oeuvre des activités d’EUCAP.

Source: EUCAP SAHEL

L’armée de terre en phase avec les TIC

DSC05759Dans le cadre de la formation continue des militaires placés sous son      commandement, l’Etat-Major de l’Armée de Terre à travers sa cellule informatique a organisé la formation des secrétaires sur l’outil informatique.

La dite formation s’est déroulée du 03 Novembre au 04 Décembre 2015 dans l’enceinte de l’Etat-Major de l’Armée de Terre.

La cérémonie de remise des  attestions a requis un caractère solennel en raison de la présence du Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, le Colonel-major Ibrahima Fané.

Ce dernier a exhorté les récipiendaires à profiter de  la formation acquise et à  se familiariser avec l’outil informatique dans le but de traiter les dossiers avec diligence. Il a félicité les récipiendaires et a promis de multiplier ce genre de formation.

Les récipiendaires ont salué l’initiative et  ont promis de relever le défi.

 

 

Major Mansa  DOUMBIA

Cellule Com EMAT

 

Communiqué Les FAMa victimes de mine à Mondoro (Douentza)

Ce jour 09 février 2016, un véhicule d’une patrouille des Forces Armées Maliennes (FAMa) a sauté sur un engin explosif improvisé (EEI) dans le secteur de Mondoro, région de Mopti.
Les Forces armées maliennes déplorent trois morts et deux blessésévacués sur Mopti.
Aux familles des disparus, le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants présente les condoléances attristées, et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.
Le ministre condamne cet acte lâche et criminel, encourage les FAMa dans leur lutte contre le terrorisme, et invite les populations à continuer à apporter leur soutien dans la traque des terroristes.
Bamako le 09 février 2016
Le ministre

Attaque du 5 février 2016 à Tombouctou Le Ministre Tiéman Hubert Coulibaly aux obsèques du commandant Niang à Tombouctou

IMG_2521Le samedi 06 février 2016, le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, accompagné d’une forte délégation, a effectué une mission à dans la 5ème Région militaire Tombouctou. C’était pour prendre part aux obsèques du commandant Karim Niang tombé sur le champ d’honneur la veille, lors d’une attaque terroriste. La délégation a effectué le déplacement à bord du Basler de l’Armée de l’Air.
Accueillie à l’aéroport par les autorités de Tombouctou, la délégation s’est dirigée à l’Hôpital régional. Là, feu commandant Karim Niang a été décoré, à titre posthume, de la médaille de Chevalier de l’ordre national du Mali, avant d’être conduit dans sa dernière demeure au cimetière des « Trois Saints ». Les cérémonies sacrificielles ont eu lieu au camp militaire de Tombouctou. Le grand Imam, Seyouti, de la ville est venu accompagner par ses prières.
Après ces cérémonies, la délégation ministérielle s’est rendue au chevet des blessés à l’Hôpital régional. Les six blessés ont été décorés de la médaille de Blessé. A chacun, le ministre a remis une enveloppe symbolique.
IMG_2515Avant de regagner Bamako, le ministre s’est rendu sur le lieu de l’attaque terroriste pour constater de visu l’ampleur des dégâts liés à la puissance de détonation de la charge explosive utilisée par les criminels.
« Je suis venu transmettre le message de compassion en même temps de félicitation du chef suprême des armées, le président Ibrahim Boubacar Kéita… », a confié le ministre de la Défense et des Anciens Combattants. Tiéman Hubert Coulibaly est allé à Tombouctou, suite à cette attaque terroriste, pour maintenir haut le moral de la troupe dont il salue la volonté, la détermination et le courage.
« La réaction énergique et instantanée des FAMa face à cette attaque terroriste du 05 février 2016 à Tombouctou donne une preuve des bons points de la réforme », se réjouit le ministre. Et Tiéman de conclure que le gouvernement fera face à toute sollicitude aux côtés des Forces de défense et de sécurité pour leur permettre de mener leur mission à souhait.
Col Diarran Koné

Cérémonie de remise de trèfles à l’EMIA : Le jour de gloire ….. encore si loin !

Après 90 jours d’épreuves physiques et morales, ils sont cinquante élèves de cinq nationalités (Mali, Bénin, Togo, Côte d’Ivoire et Guinée Conakry) dont 10 personnel féminin de la 2ème année de l’Ecole militaire Inter armes de Koulikoro à recevoir leurs attributs d’élève officier d’active le vendredi 18 décembre 2015, à la Place d’Armes du Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro.
Le ‘’Bahutage’’ est une activité traditionnelle au sein de l’Ecole Militaire Inter armes de Koulikoro au cours de laquelle les élèves de la 2éme année sont soumis à de rudes épreuves physiques et morales.
Les jeunes futurs officiers de la 2ème année de l’EMIA n’ont pas dérogé à cette règle. Ils ont été largués le 12 octobre dernier à Tiénfala sur une distance d’environ 30 kilomètres de Koulikoro. Ils ont bravé toutes les intempéries, la faim et la soif. Ce rituel de trois mois est destiné à forger le caractère de l’officier et à raffermir la cohésion entre les membres d’une même promotion ainsi qu’entre les promotions successives.Elle demeure une activité indispensable à la formation des cadres de nos forces armées. Au cours de cette ‘’formation’’, les futurs officiers reçoivent une préparation psychologique, morale et physique dans toutes les conditions climatiques et environnementales.
A l’issue de ce ‘’test de bravoure’’, les insignes dela prestigieuse Ecole sont confiés aux bahutés qui doivent les garder avec honneur, dignité et rigueur. Ils reçoivent égalementleurs attributs d’élèves officiers d’active.
Cette présente édition était placée sous l’autorité du Commandant de l’Ecole Militaire Inter armes de Koulikoro, le Lieutenant-Colonel Issa Kaloga en présence de plusieurs hauts gradés de la hiérarchie militaire de la région ainsi que les parents et amis des nouveaux élèves officiers d’active.
Les activités ont pris fin par un défilé militaire des troupes de la région (La 321ème Compagnie d’appui, la Garde nationale, la Gendarmerie nationale, la Protection civile et les élèves officiers d’active de la 2ème et de la 3ème année scolaire de l’EMIA.
La direction de l’Ecole Militaire Inter Armes de Koulikoro a offert un cocktail aux invités pour marquer la fin de la cérémonie.
Mdl/Chef Sékou Moussa KEITA

EUCAP Sahel Mali visitée par la Force de Gendarmerie Européenne

Visite Général FGE Philippe RIO (2)La Mission de l’Union européenne EUCAP Sahel Mali a accueilli cette semaine le Général Philippe RIO commandant la Force de Gendarmerie Européenne. Objectif de son voyage : rencontrer les gendarmes européens, notamment des formateurs et conseillers au sein d’EUCAP, pour mieux connaître leur travail et mieux préparer les futurs recrutements depuis l’Europe.
La Force de Gendarmerie Européenne (FGE) regroupe les forces de police à statut militaire de l’Union européenne. Du 2 au 4 février, son commandant le Général Philippe RIO s’est rendu au Mali pour rencontrer les personnels FGE dans la Mission EUCAP SAHEL Mali et de voir leurs activités opérationnelles, ainsi que leur installation et leur environnement. Il a rencontré à cette occasion les responsables des principales forces, missions et organisations partenaires.
La Garde civile espagnole, la Gendarmerie française, les Carabiniers italiens, la Maréchaussée royale néerlandaise, la Garde nationale républicaine portugaise, la Gendarmerie roumaine et la Gendarmerie militaire polonaise sont les forces de police ayant un statut militaire dans l’Union européenne et appartenant à la Force de Gendarmerie Européenne. La mission EUCAP Sahel Mali emploie des hommes et des femmes de ces forces européennes en tant que formateurs et conseillers auprès de la Gendarmerie, de la Garde nationale et de la Police maliennes. Pour ainsi dire, ces membres de la Mission font souvent partie de la FGE et sont souvent entraînés et recrutés par elle.
Visite Général FGE Philippe RIO (1)Lors de sa visite, le Général RIO a rencontré le Chef de la Mission EUCAP Sahel Mali et son personnel. Il a assisté à plusieurs formations EUCAP à la Gendarmerie et la Garde nationale, ce qui lui a permis d’observer le travail des formateurs et d’échanger avec les stagiaires maliens. « L’Union européenne a bien compris l’importance de porter la formation aux cadres. J’espère que cette formation vous sera utile et que vous pourrez appliquer ces acquis dans le cadre de votre travail. Nous allons continuer à vous épauler dans vos missions visant à assurer la sécurité de vos concitoyens et l’état de droit», s’est-il exprimé lors d’une séance de formation destinée aux chefs d’unités de la Gendarmerie venus de plusieurs régions du Mali.
Une formation conjointe EUCAP/UNPOL MINUSMA portant sur la Police Technique et Scientifique (PTS) se déroule actuellement dans l’Ecole de la Gendarmerie à Faladié. Le Général Rio a ainsi pu observer la bonne collaboration entre les deux missions de soutien aux forces de sécurité maliennes. Plusieurs autres rencontres ont été organisées : il a notamment échangé avec le Ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile ainsi qu’avec le Directeur Général de la Gendarmerie et le Chef d’état-major de la Garde Nationale. Il a visité la Délégation de l’Union européenne au Mali, la la composante Police de la MINUSMA, la mission d’entraînement militaire européenne, EUTM et des ambassades des pays dont les forces participent à la FGE.
Rappelons que la FGE vise à améliorer les capacités de gestion de crise hors du territoire de l’Union européenne, en particulier dans le cadre de missions internationales sous l’égide de l’UE, l’ONU ou l’OTAN. L’état-major de la Force de Gendarmerie Européenne est situé à VICENZA, en Italie.

Source: EUCAP SAHEL

40ème Anniversaire de l’Armée de l’Air Des progrès réalisés en dépit des difficultés

DSC_0623L’Armée de l’Air a célébré vendredi 05 Février son 40ème anniversaire à la Base Aérienne 101 de Sénou. Pour célébrer l’événement,l’équipe de la Base Aérienne 100 a croisé le fer avec l’équipe de la Base Aérienne 101 sur le terrain de foot de Sénou. L’équipe de la Base 100 a difficilement gagné face à celle de la Base 101 sur le score de 10 buts à 09.
Pour le capitaine de l’équipe de la Base 100,l’Adjudant d’aviation Lamine cette victoire est celle de l’Armée. Avant d’indiquer il n’y a ni vainqueur ni vaincu. .
Après le tournoi, le Chef d’Etat-major adjoint de l’Armée de l’Air, le colonel-major Bougary Diallo s’est dit comblé par l’atmosphère fraternelle qui règne entre les aviateurs. Il a exhorté les jeunes aviateurs à suivre l’exemple des anciens et même de les surpasser pour que l’anniversaire de l’Armée de l’Air soit une tradition.
Devoir de mémoire oblige les aviateurs tombés en mission commandée n’ont pas été oubliés. Le chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air le colonel-major Souleymane Bamba et le Chef d‘Etat-major Général Adjoint des Armées, le Général Didier Dackouo, ont déposé une gerbe de fleurs sur la stèle dédiée aux aviateurs décédés sur le champ de l’honneur.
Au cours de la cérémonie, le chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air a souligné que la nouvelle année commence alors que les autres années ont mis à rudes épreuves les forces aériennes. Aussi, a-t-il indiqué, ces épreuves ont coûté la vie à certains aviateurs et d’autres ont été blessés. Il a rendu hommage aux morts et souhaité prompt rétablissement aux blessés. Il n’a pas manqué d’évoquer les progrès qui ont été réalisés en dépit des difficultés rencontrées.
Pour l’année 2016 les perspectives sont bonnes, a assuré le colonel-major Bamba car, a-t-il dit, elle sera une année charnière pour l’équipement de l’Armée de l’Air. Il a révélé que pour sortir de la crise que traverse le Mali, un processus politico-militaire de réforme des Forces de Défense et de sécurité a été enclenché avec l’adoption en 2015 de la Loi d’Orientation et de Programmation militaire. Selon lui cette loi va sensiblement améliorer les conditions de vie et de travail des hommes treillis pour les cinq prochaines années. Avec cette loi, l’Armée de l’Air disposera d’ici 2020de moyens aériens adaptés à nos besoins, capables de rayonner dans les airs (transport, vol de reconnaissance, attaque au sol, appui aérien rapproché), ce qui permettra de protéger (fusiliers-commandos de l’Air, Groupement de défense anti-aérienne), et assurer la logistique (maintenance aéronautique, autonomie logistique, infrastructures, communications) et de se former.
S’adressant aux aviateurs, le CEMAA a insisté sur l’esprit collectif des hommes pour que les objectifs de l’Armée de l’Air puissent être atteints en dépit des difficultés aux postes de sécurité et dans les différentes spécialités à savoir pilotage ingénierie.
Les anciens chefs d’Etat-major de l’Armée de l’Air notamment les généraux Hamed Sidibé, Youssouf Bamba, Mamadou Togola, les retraités, la MINUSMA, le personnel de l’aéroport, les populations de Sénou et beaucoup d’aviateurs ont par leurs présences donné à la cérémonie tout son sens.

Sgt d’Aviation Malamine TANGARA

Pour soulager les FAMa, le Groupe« KAMA- Sa » fait don de deux ambulances

DSC_4378La cérémonie de remise officielle des deux ambulances a eu lieu dans les locaux du ministère de la Défense et des Anciens Combattants (MDAC) le mardi 4 février 2016.
La remise des dons s’est déroulée en présence du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman H. Coulibaly, à ses côtés le chef d’Etat Major Général des Armées le Général de Division Mahamane Touré et le Président Directeur Général du Groupe KAMA Sa, Mamadou Sacko.
Ces ambulances médicalisées de marque Mercedes 4×4 UNIMOG 1300L, ont une capacité de 4 civières en 2 lits superposés en plus d’un fauteuil pour le médecin.Leur coût est estiméà 50 millions de FCFA. Les clefs, une fois réceptionnées par le Ministre Tiéman ont été remises séance tenante au Chef d’Etat-major Général des Armées qui, à son tour les a remis au DCSSA.
Le MDAC a remercié le Groupe KAMA pour ce geste combien noble. Il a indiqué que ce don est un plus dans le renforcement des capacités des forces de défense garante de la sécurité qui est une étape indispensable pour la concrétisation de la paix.Pour lui au-delà de l’aspect matériel, ce don est un bel exemple de citoyenneté et de considération humaine pour les militaires engagés sur le terrain.
DSC_4386Le Président Directeur Général (PDG) du Groupe KAMA Sa, Mamadou Sackoa déclaré que ce geste est un élan de solidarité que son Groupe a décidé d’effectuer à l’endroit de l’armée après une analyse poussée de la situation. Pour lui, au delà des critiques c’est la réalité sur le terrain qui compte, il est donc de son devoir en tant que citoyen malien d’apporter son aide à l’armée car, qui dit développement doit dire sécurité. Au passage, le PDG de KAMA Sa a fait savoir que son Groupe à une vocation sous régionale et opère dans le secteur de l’énergie notamment la vente des matériels électriques, le transport de gaz et d’hydrocarbure ainsi que l’installation de réseau électrique. Il a signalé que son Groupe est aussi promoteur privée à l’intérieur du pays depuis 2006.
DSC_4393Enfin M. Sacko de souligner que ce don n’est qu’un premier geste car l’ambition du groupe est de soutenir le gouvernement dans le processus de restructuration des forces armées pour la protection de notre chère patrie.
Une photo de famille et un cocktail ont mis fin à la cérémonie .

MDL/C Geneviève S. DIALLO

Communiqué du Ministre de la Défense

Ce jour jeudi 28 janvier 2016, aux environs de 07 heures, au cours d’une mission d’escorte de camions civils, un véhicule des Forces Armées maliennes (FAMa)a sauté sur un engin explosif improvisé (EEI) sur l’axe Gao –Gossi.
Suite à cette explosion, les FAMa ont perdu trois hommes en même temps qu’un véhicule, et enregistré trois blessés.
Les blessés ont été évacués sur Gao où ils reçoivent des soins. Aux familles éplorées des disparus, le ministre présente ses condoléances les plus attristées et souhaite prompt rétablissement aux blessés. .
Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, condamne de tels crimes à un moment où tous les efforts convergent vers la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.
Le ministre rassure que tout sera mis en œuvre pour traquer et punir les auteurs de ces crimes. Le ministre invite les populations à ne pas céder aux menaces et intimidations.
Le ministre en appelle à l’esprit de diligence de tous les signataires de l’accord afin de favoriser le démarrage rapide du processus de cantonnement, gage de l’efficacité de la lutte contre les attaques terroristes au Mali.

Bamako le 28 janvier 2016

Le Ministre de la Défense
et des Anciens Combattants
Tiéman Hubert Coulibaly
Chevalier de l’ordre national

OPERATION « SENO » La grande offensive contre les ennemis de la paix se poursuit

Depuis un certain temps, les cercles de Bankass, Koro, Douentza, Bandiagara, Djenné dans la région de Mopti et Tominian dans lerégion de Ségou, connaissent une recrudescence des attaques de bandits armés et des groupes terroristes. Face à cette situation et en vue de mieux protéger les populations, le haut commandement a lancé une opération dénommée ‘’ SENO ‘’. Cette opération estune offensive musclée des FAMa contre les terroristes dans la partie Est de la région de Mopti, le long de la frontière avec le Burkina-Faso. Cette zone montagneuse était devenue le sanctuaire des djihadistes.

La zone était devenue ces derniers temps une véritable poudrière avec son corollaire d’assassinats, d’enlèvements d’animaux et des pillages de paisibles populations dont le seul tort est de vivre dans cette partie du pays.
La fréquence des attaques à Dioura, Boni, Boulkessi, Ténénkou, Diafarabé, et Kouleinzéa créé non seulement la psychose chez les populations, mais a provoqué aussi la reponse de la hiérarchie militaire. Face à cette situation dramatique, les chefs d’Etat-major et Directeurs de service sous l’impulsion du ministre de la Défense et des anciens combattants se sont réunisau Camp Ba-Lobbo de la 6ème région militaire à Sévaré pour mettre en place urgemment une opération afin de faire face à ce narco-terrorisme d’où la naissance de l’Opération SENO.
L’opération porte le nom de la plus grande plaine de la région de Mopti qui s’étend sur tous les cercles de ladite région. Elle a été planifiée au mois d’octobre dernier pour une durée de trois (03) mois.
Elle a pour mission de bouter hors de la zone les terroristes et les narcotrafiquants et appréhender leurs complices pour des fin d’enquête, ce qui va instaurer un climat de paix et de quiétude dans la région.
Ladite opération s’étend de Tominian à Mondoro sur une distance de 290 Km d’Ouest en Est et de 105 Km du Nord au Sud.
Sa composition est mixte et comprend les éléments des armées de Terre, de l’Air et des forces de Sécurité.
Après sa mise en place et son déploiement sur le terrain, ‘’SENO ‘’ a commencé d’abord par le renseignement auprès des populations, la reconnaissance aérienne et enfin le démantèlement des réseaux terroristes.
Dans sa mission de sécurisation, SENO a organisé des patrouilles de grandes envergures avec toutes les forces de Défense et de Sécurité en compagnie de la MINUSMA, de jour comme de nuit, pour sillonner la ville de Sévaré et environs. Une patrouille exceptionnelle est aussi organisée tous les vendredispour la sécurisation de la prière de ‘’Jouma’’.
Depuis la prise d’otage de l’hôtel BYBLOS de Sévaréla psychose, même si elle se dissipe progressivement, avait gagné les esprits d’une bonne partie de la population de la Venise malienne.Pour leChef de BataillonTièmoko Mamadou Coulibaly commandantdu 61ème Régiment et Coordinateur sous-secteur 4 de Sévaré, cette patrouille organisée par les FAMa a pour but non seulement de sécuriser les populations et leurs biens, mais aussi de rassurer cette population par la présence de l’armée nationale.
Pour la réussite de l’opération ‘’SENO’’, l’armée de l’Air amené des missions de reconnaissance aérienne, la surveillance, le guidage des troupes au solet en cas de necessité des appuis feux.Ses missions de reconnaissance sont effectuées par des avions Tétras qui font des photos.
Au cours de l’opération, les appareils ont effectué plus d’une quarantaine de sorties aériennes soit à peu près 100 heures de vol. Selon,le Capitaine d’aviation Abdoulaye Diakité, Chef de Centre de coordination des opérations aériennes du théâtre (CCOAT), les difficultés majeures rencontrées sont le manque de couverture aérienne efficiente de la zone d’extension de l’opération dans un temps record et le passage des populations dans des zones suspectées lors desmanœuvres.
La Gendarmerienationale aégalement joué une part active lors des opérations à travers ses brigades territoriales basées àYouwarou, Ténénkou, Douentza, Hombori et Boni. Elle aaussi assuré la protection des points sensibles de la région et la recherche de renseignements au profit du poste de commandement. Elle a déployé un peloton de gendarmes en vue d’assurer la mission de prévôté.
Le commandant de la 5ème Légion de Gendarmerie de Mopti à Sévaré, le lieutenant-colonel Olivier Diassana a précisé qu’avec l’opération SENO, 45 présumés terroristes ont déjà été déférés devant le juge anti-terroriste à Bamako.
Présente sur toute l’étendue du territoire national, même dans les hameaux, la Garde nationale a un Peloton à Mondoro et une unité spécialisée dans la lutte anticriminalité qui est une composante de l’opération SENO.
La Police et la Protection civile participent respectivement à la fouille systématique des véhicules, des sacs, l’identification des personnes suspectes en vue de les conduire à la Gendarmerie ou au commissariat de police le plus proche. Elles assurent aussi l’évacuation des blessés, etc…
Pour le Directeur régional de la Protection civile de Sévaré, le commandant Naman Keïta, depuis le début de l’opération SENO, la Protection civile n’a enregistré aucun cas d’évacuation comme pour dire que tout se passe dans un professionnalisme envié.
A l’Est de Sévaré dans les montagnes escarpées et difficiles d’accès aux véhicules, les terroristescommettaient leurs forfaitsen opérant sur motos et par petit groupe de 2 à 4, voir au maximum 10 personnes. Leur mode opératoire étant connu, les FAMas’y adaptent d’où l’envoie de plusieurs motos par le ministère de la Défense et des anciens combattants.
Au cours d’une offensive contre les terroristes et leurs alliés, les FAMa ont réalisé une bonne moisson en saisissant sur l’ennemi une vingtaine de motos Sanily, des ordinateurs portables, des clés USB, des téléviseurs, des téléphones fixes, des tenues treillis, des munitions de calibres différentes et des armes. Cette offensive a permis aussi la destruction des réseaux de communicationsterroristes.
Selon, le colonel Daoud Aly MohammedineCommandant de la 6ème région militaire, le début de l’opération n’a pas été facile puisque la collaboration de la population manquait, elle se montrait méfiante craignant les représailles des éléments terroristes. Mais à travers la communication et des missions de sensibilisation des FAMa, l’opération ‘’SENO’’ a portéses fruits grâce aux soutiens despopulations qui ont compris l’importance de la mission. Cette collaboration a abouti à des arrestations et des démantèlements de groupes terroristes, etc. Il soutient que lapopulation constitue un maillon solide pour les FAMa.
Pour le colonel Daoud,les FAMa ne ménageront aucun effort pour la sécurisation des personnes et leurs biens. Il les a invités à maintenir ce niveau de collaboration avec les FAMa pour réussir ce combat contre le terrorisme qui est une lutte de longue haleine.
Quant au moral de la troupe, le colonel a profité de l’occasion pour féliciter ses hommes et les encourager. Il n’a pas caché sa satisfaction et sa fierté à l’endroit de ses hommes pour le travail accompli avant d’affirmer que l’opération ‘’SENO’’ se porte à merveille et l’espoir est permis.
A Bankassoù se trouve déployée une unité de la force, le préfet, le maire et le président du Conseil de Cercle ont tous apprécié l’opération. Le président du Conseil de cercle de Bankass, Amadou Yarro a lancé un appel solennel à l’endroit de la jeunesse pour qu’elle dénonce les ennemis de la Nation quel que soit le prix à payer, car, pour lui, la jeunesse constitue le bras valide des djihadistes, elle a intérêt à se ressaisir, a-t-il prévenu.
Pour honorer la mémoire des soldats tombés en janvier 2013 à Konna, le Col Daoud Aly Mohammedine, les élus et les notabilités deKonnaont rendu un hommage à plus de 50 soldats qui reposent désormais dans le cimetière de Sama-Konna.
Dans sa déclaration le Gouverneur de la région de Mopti, KamanKanéavant de saluer l’opération a fait un rétrospectif sur les attaques des djihadistes courant 2015. Il a indiqué que le 6 janvier 2015 l’arrondissement de Dioura a été attaqué par les Djihadistes qui ont ensuite brûlé l’arrondissement et les locaux de la mairie. Peu après le préfet de Ténénkou sera assassiné. Ces forfaits ont été suivis par plusieurs meurtres, a déploré le chef de l’exécutif régional.
Selon le gouverneur, depuis la mise en place de l’opération ‘’SENO’’, la région de Mopti a connu une accalmie, même si elle reste relative. Dans les cercles de Bankass etKoro les populations vaquent tranquillement à leurs occupations. Ténénkou qui était l’épicentre même de l’insécurité dans la région renoue avec les activités, a indiqué le gouverneur. Il a souhaité une extension de l’opération ‘’SENO’’aux cercles de Ténénkou et de Youwarou.

Envoyé spécial
Sgt d’aviation Malamine TANGARA

Cérémonie de remise de décoration à l’Attaché de Défense Mauritanien au MDAC Le colonel Hassane Koné reçoit la reconnaissance du Mali

Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants a abrité le jeudi 21 janvier 2016, la cérémonie de décoration de l’attaché de défense de l’ambassade de la République Islamique de la Mauritanie, le colonel Hassane Koné en fin de mission dans notre pays. Cette cérémonie qui était présidée par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants Tiéman H. Coulibaly a enregistré la présence de l’honorable Aguissa S. Touré, représentant le président de la Commission Défense, Sécurité et Protection civile de l’Assemblée Nationale.

Le colonel Hassane Koné a été fait Chevalier de l’ordre national du Mali à titre étranger par le ministre de la défense. Cette noble distinction témoigne de la reconnaissance du Président de la République, Chef Suprême des Armées, son Excellence Ibrahim B. Kéita pour les efforts consentis par le colonel Hassane dans sa mission de raffermissement de la coopération entre les deux Etats.

L’attaché de défense, le colonel Hassane s’est dit très honoré de recevoir cette distinction après 3 ans passés sur le sol malien. Selon le récipiendaire, cette décoration revêt une importance particulière car, elle marque une reconnaissance des efforts consentis et donne une nouvelle vie à tous les projets de coopération bilatérale. Il soutient qu’elle a permis de faciliter les contacts dans le cadre des crises qui ont ébranlé le Mali ces dernières années.

Selon l’officier mauritanien, cet honneur est un motif de satisfaction parce qu’il coïncide avec le 20 janvier, date anniversaire de l’Armée malienne, héritière de glorieux soldats qui se sont vaillamment battus pour défendre la liberté et la dignité humaine, a-t-il rappelé.

Le récipiendaire, tout en souhaitant voir les efforts des Forces Armées et de Sécurité couronnés de succès, il a souligné que l’Armée malienne monte en puissance et retrouvera bientôt ses capacités et son lustre d’antan. Il a aussi souhaité que 2016 soit une année où le Mali tournera définitivement la page des crises cycliques, pour renouer avec la paix, la stabilité et l’essor économique auxquels aspire le peuple.

Sgt Daouda Fofana