Cérémonie d’ouverture des écoles militaires : Le RESPECT D’UNE TRADITION

Présidée par le Chef d’état -major Général Adjoint des Armées, le général de brigade Didier DACKOUO, la cérémonie d’ouverture solennelle des Ecoles Militaires a eu lieu le Vendredi 31 Octobre 2014, sur la place d’armes du Centre d’Instruction Boubacar SADA SY de Koulikoro.
DSC_1892Le Centre d’instruction Boubacar Sada Sy a accueilli ce jour plusieurs autorités militaires et civiles et un public très nombreux venus témoigner leur attachement à la chose militaire.
Ont pris part à cette cérémonie le représentant du gouverneur de la région de Koulikoro, l’Inspecteur général des armées et services, les Chefs d’Etats Majors et Directeurs de services, les attachés de défense des pays amis accrédités au Mali, le préfet du cercle de Koulikoro, le président du conseil de cercle de Koulikoro, le maire de la commune urbaine de Koulikoro.
DSC_1908Avant de prendre place sous la tribune, le Chef d’Etat-major Général Adjoint des Armées, le Général de brigade Didier DACKOUO a procédé à la revue des troupes.
Le Commandant dudit Centre, le Colonel Nouhoum TRAORE, dans son discours de bienvenue, relèvera que cette cérémonie obéit à une tradition fondée sur les meilleures expériences de l’enseignement militaire issues de l’histoire récente de notre armée.
DSC_1929Dans un discours inspiré des conseils de sagesse, le colonel Traoré dira que les grandes âmes ont la volonté, les faibles n’ont que des souhaits avant d’ajouter que le succès est final, l’échec n’est pas fatal, c’est la volonté de continuer qui compte.

Pour le Colonel Nouhoum TRAORE, le courage, l’abnégation et le don de soi sont des vertus que tout militaire doit cultiver dans un environnement fraternel et convivial qui sont seules gages du succès.
Le Directeur des Ecoles Militaires, le Colonel-major Issa OULD ISSA, ajoutera qu’instruire est un métier noble qui s’apprend. Une école efficace de son point de vue est peut-être une école plus claire sur les finalités et plus stricte sur les procédures et les dispositions à prendre pour y parvenir.
DSC_1866 DSC_1986Il est à noter également que le Centre d’Instruction Boubacar SADA SY de Koulikoro continue d’héberger les formateurs de la mission européenne chargée de la remise à niveau opérationnel des forces armées du Mali. Avec son deuxième mandat European United Training Mission a assuré la formation du bataillon Debo qui est sorti le 22 Aout 2014.
Une formation des futurs commandants d’unité regroupant 20 officiers est en cours.
Le Directeur des Ecoles Militaires dans son bilan a souligné que l’Ecole des Sous-officiers de Banankoro, de sa création à nos jours, a formé 1.138 Sous-officiers dont 195 filles. La dernière promotion, la 8ème compte 157 Sous-officiers comprenant 127 personnels masculins et 30 personnels féminins. Il faut noter également que là-bas, la présence de 23 Sous-officiers féminins instructeurs traduit la volonté de donner aux femmes toute leur chance.
Le Prytanée Militaire de Kati a enregistré des taux de réussite de 100% au DEF contre 47% de moyenne nationale et au BAC 46,28% contre 16,24% de moyenne nationale.
L’Ecole Militaire d’Administration (EMA), école nationale

à vocation Régionale, a formé un effectif total de 60 officiers issus de 13 nationalités et 30 Sous-officiers venant de 17 pays africains, tous des francophones. Cette école dont le diplôme équivaut à celui délivré en France, dispense des cours aux techniques administratives, financiers et comptables. Les cadres qui y sont formés, sont destinés essentiellement, à servir en chancellerie, dans un état -major, ou à servir dans une unité, dans un cadre national, multinational ou opérationnel.
Ensuite la cérémonie a été agrémentée par un défilé militaire. On assista ainsi aux passages successifs des différents corps des forces armées et de Sécurités, sous les notes de la fanfare, du drapeau et sa garde, de la police, de la protection civile, du service pénitencier, de la gendarmerie, des élèves de différentes écoles du Centre d’ Instruction Boubacar SADA SY.
Un cocktail a mis fin à la cérémonie.

Youssouf SAMAKE, stagiaire