La Société Malienne de Médecine Militaire du Mali à sa 6ème édition

Le 6ème Congrès de Médecine Militaire du Mali organisé par la Société Malienne de Médecine Militaire (SoMaMeM) et la Direction Centrale des Services de Santé des Armées (DCSSA) a ouvert ses portes, le mardi 5 mars 2019, à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) sous le thème : « MALADIES NON TRANSMISSIBLES : le partage d’expérience des services de santé des armées ». Ce congrès est coparrainé par le président IBK et le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Pr Tièmoko Sangaré.

Un vibrant hommage a été rendu au père de la société de médecine militaire à l’ouverture. Il s’agit de feu le Pr général de Brigade Gangaly Diallo, décédé il y’a juste une année.

Le président de l’association de Médecine Militaire du Mali, le colonel-major Karim Camara et le directeur centrale du service des santés le gal Boubacar dembélé égrené les grands actes du défunt qui s’est battu pour que ce jour puisse être.

Cette rencontre de 3 jours verra la participation de l’Allemagne, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Sénégal, du Niger et de la Tunisie. Elle permettra aux professionnels de la santé d’échanger et de réfléchir sur des voies et moyens afin de soulager les personnes atteintes de maladies non transmissibles.

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants a souligné l’importance et la nécessité d’un tel congrès dans notre pays. Il s’est réjoui de la tenue de ce congrès de spécialistes en santé. Il a affirmé que c’était une étape importante dans la progression en matière de médecine de nos Forces armées maliennes.

Le Pr Tiémoko Sangaré a rassuré que toute décision qui sortira à l’issue de ce congrès ouvrira la voie à des solutions concrètes et efficaces afin de lutter contre les maladies non transmissibles.

Selon le Directeur de la DCSSA, le Général de Brigade Boubacar Dembélé, au-delà de la formation qu’il procure, le congrès de médecine militaire donne à la fois aux praticiens militaires, un espace d’expression et de révélation de leurs talents, expériences et compétences, mais aussi, il offre l’occasion à tous ces praticiens militaires de bénéficier au moins d’une formation continue par an.

A cela, le général Dembélé a sollicité la prise en charge total de l’institutionnalisation du congrès de médecine militaire avant d’ajouter que ça ne sera pas inutile et ne sera pas non plus de trop car ce congrès reste et demeure le seul.

La cérémonie d’ouverture a pris fin par la visite des stands.