L’Armée de l’Air a 43 ans

L’Armée de l’Air mature aspire à une autonomisation dynamique pour ses 4 décennies bouclées. 6 février 1976, 6 février 2019, 43 ans déjà pour une armée de l’air qui de sa création à nos jours a fait ses preuves malgré les turbulences sur le parcours des ans.  Cette armée avait des meilleurs pilotes dans la sous-région qui en son temps ont égayé les populations maliennes en noircissant le ciel malien pendant les fêtes d’indépendances, Ils ont aussi fait le bonheur de la population au nord du pays dans le transport aérien. Ils ont mené des missions les plus difficiles pour la protection du territoire à la satisfaction de la Nation. Si pendant un temps l’armée de l’air s’est retrouvée clouée au sol, les autorités actuelles redonnent vie à ce corps qui s’affirme aujourd’hui avec des acquisitions de l’effort du chef suprême des armées, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita.

Afin de commémorer ce 6 février 1976, une cérémonie riche en couleur a été organisée. C’était à la place d’armes de la base aérienne 101 de Sénou, sous la présidence du chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Général de brigade, Souleymane Bamba, qui avait à ses côtés, le sous-chef d’Etat-major des Opérations de l’Etat-major général des Armées, le Général Abdoulaye Cissé.

Après le traditionnel dépôt de gerbe et la remise des médailles de mérite militaire et de campagne à certains éléments pour service rendu à la nation, l’honneur revenait au chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Général Souleymane, de dresser le bilan de l’exercice écoulé mais aussi d’évoquer les perspectives de l’année en cours.

Selon lui, avec le renforcement du parc avions par l’acquisition de nouveaux vecteurs courant 2018, l’Armée de l’Air a efficacement contribué au rayonnement des FAMa face aux défis sécuritaires. C’est pourquoi, il a précisé que les vecteurs aériens ont réalisé 3000 heures de vol en 2 041 sorties dans des missions de reconnaissance, de surveillance, d’escorte et de guidage de convois, d’appui feu et d’évacuation sanitaire.

Par ailleurs, il indiquera que l’objectif final est de s’inscrire dans une dynamique d’autonomisation de l’armée de l’air comme nous le prescrit la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM).