Tièna Coulibaly désormais installé nouveau patron

Dès sa prise de fonction le samedi 15 Avril 2017 le Ministre Coulibaly a rassuré ses très proches collaborateurs de sa disponibilité de jour comme de nuit, à œuvrer  pour la restructuration de la Défense.

Arrivé au Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, le samedi 15 avril 2017 aux environs de 16 heures, le ministre Tiéna Coulibaly a été accueilli par le Chef d’Etat-major Général des Armées, le Général de Division Didier Dacko.

Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire Général du MDAC, le Général Salifou  Koné a rappelé les moments difficiles que notre pays traverse. Et au général Salifou Koné de souligner  que tous les espoirs sont tournés vers les Forces Armées, socle de stabilité sur lequel devra être bâti l’avenir du Mali. Selon le Ségal MDAC, le département a inscrit  son action en trois axes stratégiques pour relever le défi sécuritaire. Il s’agit de la réforme des FAMa, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger et les opérations de stabilisation.

S’agissant de la réforme des FAMa, le Segal a indiqué qu’elle a été entreprise en 2013 et a conduit à l’adoption de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire en mars 2015. Elle constitue le volet financier qui consent une rallonge budgétaire de plus de 500 milliards de francs CFA pour renforcer les 4 piliers capacitaires des forces armées, notamment les effectifs, l’équipement des forces, la formation et l’entrainement des unités et l’amélioration des conditions de vie et de travail des Hommes.

Le second axe consiste à la mise en œuvre de l’Accord de paix. Les forces armées sont partie prenante de la phase intérimaire en cours à la consolidation du processus de stabilisation. Parmi les actions réalisées durant la période intérimaire, il y a l’élaboration de la stratégie nationale pour le Désarmement Démobilisation et Réinsertion (DDR) et l’intégration, la mise en place des commissions nationales de DDR ainsi que le Commissariat à la Reforme du Secteur de la Sécurité, l’équipement du MOC de Gao par le MDAC à travers la mise à disposition de véhicules, la réalisation d’effets personnel et collectif pour les éléments du bataillon et leur prise en charge pécuniaire hors solde ainsi que la désignation des représentants dans le processus de paix.

Le dernier axe concerne la sécurisation du territoire. En plus des zones de déploiement où elles sont en contrôle, les FAMa mènent en permanence des missions afin de protéger les personnes et leurs biens. Des actions de sécurisation du territoire se déroulent dans le cadre de l’Opération ‘’Dambé’’  qui vise à réduire la menace terroriste Pour ainsi favoriser le retour de l’administration et des refugiés. Le Général Koné a signalé au nouveau titulaire de la Défense que le Chef d’Etat-major Général des Armées, le Général Didier Dacko reviendra sur les aspects opérationnels en général et les actions conjointes avec les forces partenaires, notamment la MINUSMA et Barkhane ainsi que les pays voisins dans le cadre de la mise en œuvre du partenariat militaire conjoint transfrontalier du G5 Sahel.

Le Général Koné a noté que les difficultés que connait le ministère de la Défense et des Anciens Combattants sont, entre autres, le renforcement des capacités, le besoin de réarmement moral des hommes ainsi que la protection de l’image des forces armées dans les médias et les réseaux sociaux. Ce récit a pour but de baliser les défis à atteindre. Un calendrier sera établi par le chef d’Etat-major Général des Armées, les Chefs d’Etats-majors et Directeurs de services pour détailler au ministre tout ce qui a été précité.

Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéna Coulibaly a remercié le Président de la République et le Chef du Gouvernement pour la confiance placée en lui à travers sa nomination à la tête du MDAC. Il dit être conscient de la situation que vit notre pays et espère que la montée en puissance des FAMa serait un facteur positif dans la décantation de cette situation. Le ministre Tiéna Coulibaly a rappelé sa position pendant les évènements de 2012 quand il avait en charge les finances.

Il reconnait avoir beaucoup de fois dit non, lorsqu’il s’agissait de la gestion des finances du pays à une époque de conjoncture. Cependant, cette position d’hier ne doit en aucun cas constituer un a priori (point de blocage) dans sa collaboration avec les uns et les autres.