Les larmes de fin d’année : Les FAMa perdent des Soldats de marque

 Des funérailles se sont suivies à la deuxième quinzaine du mois de décembre. Après le colonel Ousmane Coulibaly sans compter ceux qui sont tombés sur le théâtre, voilà que le Général de brigade Pangassy Sangaré sans crier gare s’éclipse en plein nuit aux mains des siens impuissants. La cérémonie funèbre de cet autre ancien Chef d’Etat-major Général des Armées a eu lieu ce dimanche 30 décembre 2018 à la place d’Armes du 34ème Bataillon du Génie Militaire. C’était sous la présidence du Chef suprême des Armées, son excellence Ibrahim Boubacar Kéita.

Ce brillant cavalier Officier Général, d’une riche carrière militaire et d’une allure a gravé son empreinte à jamais dans l’histoire de l’Armée Malienne. 72 heures avant la nouvelle année, c’est-à-dire le 28 décembre, le général humble face à la volonté du Tout Puissant a arrêté de se battre contre la mort. Il n’a pas été vaincu mais plutôt a répondu à l’appel du Seigneur qui le recrute pour une mission céleste. Il a fait sa part ici-bas, son héritage entre les mains de ceux qui ont travaillé avec lui et les premiers élèves du prytanée restera et servira de repère de génération en génération.

Quant à son parcours, il servira d’école pour ceux qui se battront pour sortir notre armée du méandre des ennemis de la paix.

Né le 11 juin 1947 à Kati, fils de feu Capitaine Aly et de feue Niessemè Denou, très tôt, Pangassy Sangaré, à 9 ans, intègre l’Ecole des Enfants de Troupe de Saint-Louis au Sénégal.

Enfant de troupe et enfant de militaire, il entame une carrière militaire après ses études secondaires et supérieures et sa vocation se confirme. Ainsi commence pour lui une carrière d’officier. C’est ainsi qu’il sera admis au concours d’entrée de l’EMIA et incorporé dans l’Armée comme engagé volontaire pour 3 ans à compter du 3 novembre 1969.

Travailleur, assidu, très courageux, exemplaire dans le port de l’uniforme et doté d’un gout élevé pour le commandement, l’Elève Officier Pangassy Sangaré réussira son examen de sortie de l’EMIA en 1972. Avec ses camarades de la promotion Général Soumaré, il est nommé au grade de Sous-lieutenant pour compter du 1er octobre 1972.

Le nom du parrain de Promotion et la composition de leur chant de promotion « Mali Sordasiouw » en disait déjà long sur leur sens de l’honneur, du devoir accompli et de l’esprit de sacrifice.

A l’issue de son séjour au nord du pays, le Lieutenant Pangassy Sangaré est nommé Commandant du 1er Escadron de Chars (EC) du 1er Groupement Blindé de Reconnaissance pour compter du 1er juillet 1978. Pendant son temps de commandement d’unité élémentaire, il est promu au grade Capitaine pour compter du 1er octobre 1978.

C’est ainsi que le capitaine Sangaré fera des stages à l’extérieur dans le cadre de ses formations de carrière. Il fréquenta l’Ecole Militaire Interarmes d’Odessa (ancienne URSS) d’Aout 1979 à juin 1980. Il effectua le cours de capitaine à l’Ecole d’Application de l’Arme Blindée Cavalerie de Saumur en France du 8 Aout au 19 décembre 1980.

De retour au pays, il servira encore un temps dans l’Arme Blindée Cavalerie, avant d’être mis en mission pour faire atteindre la vitesse de croisière au Prytanée Militaire de Kati qui venait d’ouvrir ses portes en  Novembre 1981.

En effet, le capitaine Pangassy Sangaré fut nommé le 2ème Directeur du Prytanée Militaire de Kati le 15 février 1982. Sa vision de la mission, son engagement, sa rigueur, son esprit paternel, son allure exemplaire ont marqué et dressé toute une génération d’élèves, de militaires, d’encadrement, de professeurs civils et bien d’autres personnels qui servaient au Prytanée. Ils sont plusieurs aujourd’hui en activité, ici et ailleurs, fruits et bénéficiaires de ce travail propre abattu à la tête du Prytanée Militaire de Kati.

Le  général Pangassy Sangaré a participé à tous les conflits armés que le Mali a connu de 1974 jusqu’en 2002. Son parcours est éloquent et forge le respect et de la considération. Il est une référence et une source d’inspiration.

La qualité des services rendus au-delà de sa riche carrière a été reconnue et récompensée aussi par les médailles suivantes : Médaille du mérite militaire en 1996, Croix de la valeur militaire en 1998, Chevalier de l’Ordre National du Mali en 1996, Officier de l’Ordre National du Mali en 2001, Commandeur de l’Ordre National du Mali en 2006 et enfin Grand Officier de l’Ordre National du Mali en 2016.

Selon les témoignages du Chef d’état-major général des Armées, le général Pangassy Sangaré au-delà de son humanisme fut un officier charismatique, un patriote invétéré qui ne pensait qu’au développement de l’Armée et était connu de tous.

Dormez en paix mon Général !

2ème Cl Djénèbou dite Mah Diakité

Share this: