MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD : le processus DDR lancé à Gao

La mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation connait une avancée. Le processus de Désarmement Démobilisation Réinsertion (DDR) a été lancé officiellement à Gao. C’était le mardi 6 novembre 2018, sous la présidence du Ministre de la Cohésion, la Paix et la Réconciliation, Lassine Bouaré. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte du Commissariat de Police de Gao.

Le DDR lancé à GAO concerne les Mécanismes Opérationnels de Coordination (MOC) de Gao, Tombouctou et Kidal.

Sur chaque site du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion, il existe 12 guichets pour le screening des ex- combattants membres du MOC. Il s’agit, entre autres, de l’accueil, le désarmement, l’enregistrement, le test militaire, la visite médicale, la formation et la sensibilisation.

Une détermination du gouvernement malien

Selon le président de la Commission Nationale du DDR, Zahabi Sidi Ould Mohamed, le processus du DDR accéléré est conforme à la décision du chef de Gouvernement, Soumeylou Boubèye Maïga. Le Premier ministre a ordonné à son gouvernement en commun accord avec les responsables des mouvements pour que le processus soit accéléré et planifié sur 12 mois. Ce lancement du DDR est salutaire. Tous les leaders des groupes armés sont présents. La représentante du Secrétaire Général des Nations Unies, Mme M’Baragwan Gasarabwe se dit honorée de cette avancée dans le processus de paix au Mali. Selon la représentante, le DDR témoigne la volonté des hautes autorités du Mali pour le retour de la paix et la stabilité du pays. Elle rappelle que l’Accord d’Alger prévoit le déploiement des FAMa sur toute l’étendue du territoire, la stabilité du pays et le Désarmement, Démobilisation et Réinsertion des ex- combattants. Selon elle, les parties prenantes de cet accord ont présenté un chronogramme en matière de Défense et de Sécurité du pays. La construction de la paix ne réalise pas en un seul jour. Les Nations Unies seront toujours prêtes pour accompagner le Mali, note la RSSG Mali.

Le ministre de la Cohésion nationale porte-étendard

Le ministre de la Cohésion Sociale, la Paix et de la Réconciliation, Lassine Bouaré a appelé aux parties prenantes de conjuguer les efforts pour l’intérêt des Maliens. Selon le ministre Bouaré, le processus du DDR est complexe. Il faut la mise en œuvre collective de nos expériences pour résoudre les problèmes de la République. Il rassure que le gouvernement prendra toutes ses dispositions pour la réussite de cette opération du DDR dans les trois régions du pays. Aucune question n’est et ne sera tabou. Toute préoccupation sera transmise avec équité, diligence, transparence pour permettre à l’Etat malien de pouvoir y faire face, étant entendu que son engagement en la matière est sans faille, rassure le ministre.

La part congrue au volet défense et sécurité

Le volet défense sécurité et réinsertion permet une nouvelle armée reconstituée pour ainsi construire un environnement de paix et de sécurité nationale. C’est pourquoi le ministre Bouaré en appelle à tous les acteurs et toutes les parties à s’engager sans réserve pour le succès de l’opération. Il n’en a d’ailleurs aucun doute. Le ministre et félicite au passage les FAMa et leurs partenaires de la Minusma et de Barkhane, ainsi que la force du G5 Sahel pour leurs efforts au quotidien dans la mise en œuvre de l’Accord.

Le Chef d’Etat-major Général des Armés, le Général M’Bemba Keita a noté que les combattants du MOC qui remplissent les critères de l’armée seront dans les rangs des FAMa pour assurer la protection des personnes et de leurs biens. Ils suivront obligatoirement les formations et les recyclages. Ceux qui seront déclarés inaptes ne seront pas aussi abandonnés au bord de la route. Ceux -ci seront réinsérés dans d’autres fonctions conformément à l’Accord, a-t -il signalé. Selon le CEMGA, le Mali veut mettre en place une armée républicaine, démocratique, professionnelle, respectueuse des droits et des valeurs du pays. Il n’y a pas d’armée sans la discipline, la loyauté et le sacrifice, a conclu le Général Kéita.

Engagement et caution des leaders de mouvements

Les leaders de mouvements ont apporté leur pierre précieuse à l’édifice. Tous : Algabass, Ag Intalla, Me Harouna Toureh ou encore Djimmy, invitent à l’apaisement, à la discipline et à la sagesse pour la mise en œuvre de l’Accord, notamment pour le succès du processus de DDR. Tous expliquent et affirment avoir ou être en train de poser toutes les problématiques ad hoc pour la bonne marche.

Les préoccupations des personnels concernés par le DDR au MOC à Gao portent entre autres, sur le manque d’information sur le processus, la question précise et spécifique des galons.

Un screening

Le processus DDR constitue en fait un examen au cas par cas des candidats dont chacun sera réintégré, intégré, inséré ou réinséré dans les forces armées et de sécurité, les structures étatiques ou à son propre compte en fonction de : son choix, ses capacités, des critères et ou des capacités d’accueil ou de financement. Dans tous les cas, des conditionnalités président à cette nouvelle vie.

Les visites des notables de Gao, des locaux du site du DDR et les échanges avec les leaders de la CMA et de la Plateforme ont été les temps forts de cet évènement.

Une forte et large participation

Le Chef d’état-major général des armées, des responsables et leaders de mouvements, le président de la Commission Nationale DDR, celui de l’Intégration, plusieurs autres autorités, responsables et cadres civils et militaires, ainsi que les représentants des organisations, organismes internationaux, la Minusma et Barkhane y ont pris part.

Notons que la délégation ministérielle s’est déplacée à bord du Casa de l’Armée de l’Air.

Sergent d’Aviation Alou Kola Traoré