Archives for novembre 2019

Le commandant de Police Flacoro Samaké a tiré sa révérence

L’ex-directeur général adjoint de la Police Nationale, le commandant de Police à la retraite Flacoro Samaké s’en est allé le 27 novembre 2019 des suites d’une longue maladie à Korofina à l’âge de 84 ans. Ce vendredi 29 novembre 2019, il a été accompagné à sa dernière demeure par ses parents, amis, collègues et compagnons d’armes au cimetière de Djélibougou. La cérémonie funèbre a eu lieu chez lui-même. Elle a été présidée par le directeur général de la Police Nationale, l’Inspecteur général de police Moussa Ag Infahi.
Cet homme d’un grand calme, et très jovial a marqué son temps actif par son patriotisme, son engagement et sa détermination à faire de la police malienne une référence dans la sous-région. Le commandant Flacoro Samaké a loyalement servi son pays, selon un de ses chefs. L’officier supérieur à la retraite qui nous a quitté a-t-il ajouté était un gros travailleur, très ponctuel, discipliné et très rompu à la tâche. Il a occupé plusieurs postes, commissaire de Police de Tombouctou, conseiller à l’ambassade du Mali à Paris et directeur national adjoint de la Police, tous ces efforts lui ont valu la médaille de l’Officier de l’Ordre National du Mali,
Le commandant de Police à la retraite Flacoro Samaké accède au corps des inspecteurs de Police par voie de concours en 1963. il est admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 2 Août 1991.
Le secrétaire général par intérim de la Grande chancellerie du Mali, le commandant Hamidou Maïga, a au nom du président de la République IBK présenté les condoléances les plus attristées à la famille du défunt. Dors en paix mon commandant, que la terre te soit légère !

L’EUTM- l’EMGA : La revue trimestrielle du programme de coopération

La rencontre trimestrielle FAMa-EUTM s’est tenue le jeudi 28 novembre 2019 à l’hôtel Sheraton de Bamako. L’évènement était co-présidé par le chef d’état-major Général des Armées du Mali et le Commandant de l’EUTM.
Cette rencontre de haut niveau entre les deux parties sur les activités de coopération, avait pour but de faire les points des avancées des trois mois écoulés et de se concentrer sur les activités des mois à venir. Elle permet également de tirer des leçons sur les évènements qui se sont passés sur le terrain pour prendre en compte les directives du CEMGA par rapport aux besoins opérationnels.
Le chef d’Etat-major Général des Armées, le général Abdoulaye Coulibaly a déclaré que l’EUTM est un outil de formation pour l’Armée malienne. Il a affirmé que depuis 2012, l’EUTM assiste les FAMa dans leur réforme, avant d’indiquer qu’après des échanges de coordination, il a été jugé nécessaire que les formations de l’EUTM soient le plus près possibles des réalités du Mali.
Le général Abdoulaye Coulibaly a demandé au commandement de l’EUTM de lui communiquer périodiquement la liste des meilleurs stagiaires pendant les différentes formations afin de mieux sélectionner les soldats de qualités. Il a déploré le nombre de morts que les FAMa enregistrent sur le terrain. Le général Coulibaly a noté que la présence de l’EUTM dans les centres de formation doit être sanctionnée par des actes concrets, notamment la formation de personnel qualifié et l’acquissions de matériel.
Le chef de pilier conseil de l’EUTM, le colonel Chipot a affirmé que l’EUTM s’adapte en permanence aux besoins opérationnels des FAMa. Selon lui, l’EUTM a pour mandat de former les FAMa et de les conseiller. ‘’Nous formons également des unités maliennes et conseillons quotidiennement les états-majors sur les grands sujets organiques notamment la LOPM, les ressources humaines, la logistique et la préparation opérationnelle’’, a-t-il ajouté.
Face à l’insécurité grandissante, nous allons nous recentrer sur l’entrainement des soldats maliens avant leur déploiement dans les opérations, a-t-il conclu.

23ème session ordinaire de l’EMPABB : Que des défis relevés

Le ministre de la défense et des anciens combattants, le général de division Ibrahima Dahirou Dembélé a présidé, le jeudi 28 novembre 2019, la 23ème session ordinaire du conseil d’administration de l’école de maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye. C’était au sein de ladite école en présence de tous les partenaires de l’établissement.
A l’ouverture des travaux, le ministre Dembélé a souligné qu’en dépit d’énormes difficultés, l’école de maintien de la paix continue de répondre à sa vocation première, à savoir un pôle de préparation de l’architecture de paix et de sécurité de l’union africaine.
Selon lui, le nouvel élan pris par l’EMPABB en initiant une formation en masters en maintien de la paix et en reconstruction post conflit, constitue un effort louable afin de promouvoir la prise en compte des perspectives locales dans l’identification des réponses aux questions majeures qui nous interpellent en matière de paix et de sécurité. Malgré des résultats forts louables, le MDAC a prévenu que tous devront continuer assidument à renforcer l’école afin de lui permettre de toujours être à la hauteur des défis auxquels elle doit faire face.
Pa ailleurs, il a remercié les partenaires qui ont contribué au déroulement de la première cohorte du Master en maintien de la paix et en reconstruction post conflit, tout en exhortant les autres à envisager un accompagnement.
Auparavant, une minute de silence a été observée à la mémoire des soldats maliens et étrangers morts sur le champ de l’honneur dans la lutte farouche contre l’expansion du terrorisme au Mali et dans la sous-région

Le Royaume du Danemark et la Garde Nationale en phase contre le terrorisme

Pendant 3 semaines, les stagiaires au nombre de 39 dont 29 éléments de la FORSAT et 10 éléments du GMO, se sont familiarisés avec des modules basés sur le combat en zone urbaine, la technique de réaction en embuscade et l’escorte du personnel et du matériel.
Cette formation entre dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. L’état-major de la Garde Nationale en partenariat avec l’Ambassade du Royaume du Danemark a organisé cette séance à l’intention des éléments de la FORSAT et du Groupement de Maintien d’Ordre (GMO). La cérémonie de fin de formation qui s’est déroulée, ce jeudi 28 novembre 2019, sur la place d’armes de la Garde Nationale, était placée sous la présidence du chef d’état-major adjoint de la Garde Nationale, le colonel-major Nicolas Cissé.
Le représentant des stagiaires, le sous-lieutenant Barthelemy Koné a rassuré la partie danoise que les connaissances acquises ne seront pas mises dans les oubliettes. Elles seront plutôt entretenues par des exercices et des pratiques soutenus. En outre, il a sollicité l’accompagnement du Royaume du Danemark pour rehausser davantage le niveau de nos unités qui doivent relever plusieurs défis sur le plan sécuritaire.
Le colonel-major Nicolas Cissé a remercié l’Ambassade du Royaume de Danemark pour l’effort colossal qu’elle ne cesse de déployer au profit de la Garde Nationale du Mali en particulier mais surtout de l’Armée malienne en général.
L’ambassadrice du Royaume du Danemark au Mali, Mme Marianne Kress a rassuré les autorités présentes que son pays mettra tout en œuvre pour consolider et renforcer cette coopération.

GAO : Les condoléances du MDAC à Barkhane

Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général de Division Ibrahima Dahirou Dembélé accompagné d’une forte délégation et de l’ambassadeur de la France au Mali, Joël Meyer se sont rendus, le mercredi 27 novembre 2019 au Camp de la Force Barkhane à Gao. Le MDAC était venu présenter les condoléances du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et de l’ensemble du peuple malien. Dans la nuit du lundi 25 novembre 2019, 13 militaires français dont six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef ont trouvé la mort dans la collision de deux hélicoptères de combat dans le Liptako Gourma.
Occasion pour le MDAC d’accueillir son homologue français Florence Parly, d’exprimer la compassion de tout le Mali suite à la disparition accidentelle des soldats français. Par ailleurs, ils se sont entretenus sur des problèmes sécuritaires qui prévalent dans notre pays et dans le Sahe

Clôture du Congrès de l’ACVGM : Le Gal Minkoro Kané désormais aux commandes

Le 8ème Congrès ordinaire de l’Association Nationale des Anciens Combattants, Veuves et Victimes de Guerre du Mali (ACVGM) a clos ses travaux avec un nouveau bureau. Ce bureau complètement renouvelé a comme Président, le Général de brigade à la retraite Minkoro Kané. Accompagné de 43 collaborateurs dont 5 femmes, il a en charge pendant 5 ans de relever les défis légués par son prédécesseur. La cérémonie de clôture a eu lieu ce mercredi 27 novembre 2019 à la Maison du Combattant en Commune III du District de Bamako.
Les délégués venus de 55 sections ont pendant 3 jours concentrés leurs travaux sur l’examen des rapports d’activité et financier du bureau national sortant. Le Gal Kané succède ainsi au colonel à la retraite Issa Ongoïba qui a passé 10 ans à la tête de l’Association. De plus, les congressistes ont adopté les nouveaux statuts et règlements de l’Association des Anciens Combattants, Veuves et Victimes de Guerre du Mali.
Le nouveau président du bureau national, le général de brigade à la retraite Minkoro Kane souhaite une coopération plus dynamique avec les Forces Armées actives afin d’améliorer les méthodes de combat par une communication positive de leurs expériences. Il a indiqué que le Mali est dans une situation sécuritaire nécessitant en urgence l’intervention de tous ses enfants.
Le nouveau président national de l’ACVGM a déclaré que les anciens combattants du Mali sont prêts à apporter leur contribution afin de chasser définitivement les mercenaires qui ont osé salir l’islam et troubler notre existence. Selon lui, la paix que nous voulons pour notre pays doit être imposée coûte que coûte contre les ambitions de cette armée d’assassins digne de Satan.
Il a ajouté que tous ceux qui veulent nous aider ne nous aident pas. Et que le Mali et ses richesses constituent l’enjeu des combats. «L’avenir de nos enfants ne doit pas être compromis. Ils ne doivent pas devenir des esclaves dans leur propre pays » a souligné le général à la retraite Minkoro Kane. Il a affirmé que tous les personnels des services de l’Etat méritent la reconnaissance de la nation. Le nouveau président national de l’ACVGM a salué la combativité et la détermination de son prédécesseur pour les causes de l’Association et du Mali.
Le général Moussa M. Traoré, représentant le MDAC, a remercié les congressistes pour le travail accompli et la qualité des débats qui se sont déroulés dans un climat de paix et de respect mutuel. Il a témoigné la gratitude et la reconnaisse de la nation aux membres du bureau national sortant pour le travail gigantesque accompli à la tête de l’ACVGM, et a souhaité plein succès au bureau national rentrant.

Obsèques du Capitaine Momon Saye : Un dernier hommage de la nation

La cérémonie funèbre du capitaine Momon Saye a eu lieu le mardi 26 novembre 2019 à la place d’armes de la 2ème Région Militaire (Ségou). C’était en présence du Directeur du Génie Militaire, le Général de Brigade Boubacar Diallo et plusieurs compagnons d’armes

C’est suite à une courte maladie que le capitaine Momon Saye a rendu l’âme chez lui à Pelengana (Ségou) le dimanche 24 novembre 2019. Né le 13 mars 1983 à Bamako, feu capitaine Momon Saye a fréquenté l’école primaire et secondaire à Sangha puis à Bamako pour le reste de sa formation académique. Très doué et animé d’un sens patriotique, il a vite pris goût au métier des armes.

Ainsi, désireux de faire carrière dans l’armée, le capitaine Saye fut incorporé comme engagé volontaire le 26 décembre 2001 et mis en route sur Bapho pour la formation commune de base. Après l’obtention du Certificat d’Aptitude Technique N°1 du Génie, il est nommé au grade caporal à compter du 1er avril 2009. En décembre 2010, le jeune caporal intègre l’Ecole Nationale des Officiers d’Actives de Thiès au Sénégal.

A son retour au bercail, il est promu sous-lieutenant pour compter du 1er octobre 2012 et lieutenant à partir du 1er octobre 2014. Enfin le défunt a été nommé au grade de capitaine pour compter du 1er octobre 2018. Le capitaine Saye a fréquenté d’août 2015 à juillet 2016 l’Ecole d’Application des Officiers du Génie d’Angers en France. Dans sa riche carrière militaire cet officier était particulièrement apprécié de tous grâce à son comportement exemplaire, son courage et sa loyauté. Rigoureux et très assidu au travail, il a été Chef de section, Adjoint au commandant de la 261ème CCSG, Commandant de la même compagnie. Le capitaine Momon Saye a été également directeur du Centre de formation commune de base de Bapho du 4 avril 2019 au 17 septembre 2019.

S’étant bien illustré par sa bravoure et son dévouement, il a été décoré de la médaille commémorative de campagne le 28 mars 2018.
Feu capitaine Momon Saye repose désormais au cimetière de Ségou.
Dormez en paix cher compagnon et que la terre vous soit légère.

8ème congrès ordinaire de ACVGM : Vers une reforme capitale

Le 8ème Congrès ordinaire de l’Association Nationale des Anciens Combattants, Veuves et Victimes de Guerre du Mali (ACVGM) s’est ouvert le 25 novembre 2019 à la Maison des Anciens Combattants en Commune III de Bamako. Le Directeur des Transmissions et des Télécommunications des Armées, le général Moussa M. Traoré, représentant le Ministre de la défense et des anciens combattants, a présidé la cérémonie d’ouverture de ce congrès en présence de certains directeurs de services.

Durant 3 jours, les congressistes examineront le rapport d’activités et le rapport financier du bureau national. Ils vont également procéder à la relecture des statuts et règlement de l’Association avant d’élire 22 nouveaux membres du bureau national et cela pour 5 ans.

Dans son intervention, le directeur de la DTTA, le général Moussa M. Traoré, représentant le MDAC a invité les anciens combattants à soutenir et à accompagner notre pays dans la situation actuelle qu’il traverse. Selon lui, l’appui des ainés sera d’un atout capital afin de relever les nombreux défis qui s’imposent à nos Forces Armées.

Quant au président sortant du bureau national, le colonel à la retraite Issa Ongoïba, il a souligné que l’esprit de défense dans un cadre pédagogique doit être révélé aux générations montantes. Et d’ajouter qu’il faut un réveil de conscience. En outre, le colonel à la retraite Issa Ongoïba a affirmé qu’il y a un manque d’aguerrissement des troupes et qu’il est difficile pour l’Europe et le monde occidental d’assurer notre défense. Enfin, il souhaite une politique mémorielle à l’ACVGM pour apporter des réponses au besoin de mémoire.

Il faut rappeler que l’Association Nationale des Anciens Combattants, Veuves et Victimes de Guerre du Mali a été créée en 1961. Elle compte 55 sections reparties sur toute l’étendue du territoire national. Le congrès de l’ACVGM est précédé du Conseil national qui a lieu tous les ans.

Auparavant, une minute de silence avait été observée à la mémoire des membres du bureau national sortant décédés.

 

2ème Cl Salia dit K. Sidibé

La Coopération Militaire Burkina-Mali se redéfinit

Le Chef d’Etat-major Général des Armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly a reçu en audience, ce 21 novembre 2019 dans les locaux de son département, le Directeur de la Coopération Militaire et de Défense du Burkina Faso, le colonel-major Silas Keita.

Les deux parties ont échangé sur les grands sujets préoccupant nos deux pays frères, notamment la situation sécuritaire dans le sahel.

Selon le général Coulibaly, l’objectif de cette rencontre consacre la relance des activités dans le cadre de la coopération militaire entre le Mali et le Burkina Faso comme le souhaitait le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants du Mali lors de sa visite à Ouagadougou. Pour cette première relance, il  a évoqué que tous les sujets seront traités pour que nos deux pays parviennent à contrer l’insécurité qui se trouve aujourd’hui à nos frontières.

Le Directeur de la Coopération Militaire et de Défense du Burkina Faso, le colonel-major Silas Keita a fortement souhaité qu’à l’issu des travaux que les deux armées puissent avoir une position concrète pour la soumettre à l’appréciation des chefs hiérarchiques. Pour mieux combattre le terrorisme, il a évoqué qu’il faut que le rapprochement de nos deux armées soit une réalité. Le colonel-major Keita a rassuré le CEMGA de la disponibilité de son pays à accompagner le Mali pour relever les défis sécuritaires.

Cal Oumar Bagayoko

1ère Région Militaire (GAO) : Hommage aux militaires tombés à Tabankort

30 combattants des Famas ont été inhumés ce matin dans la ville de Gao en présence toutes les autorités de la ville, une foule nombreuse et leurs compagnons d’armes. L’émotion était grande ce 20 novembre dans la ville des Askias. Le ministre de la défense et des anciens combattants le général de Division Ibrahima Dahirou Dembélé au nom du chef suprême a rendu le dernier hommage à nos vaillants soldats tombés dans la zone frontalière du Niger à Tabankort.

La Direction Régionale de la Protection Civile de Gao a servi de cadre pour ce cérémonial militaire et religieux pour accompagner ces officiers, sous-officiers et hommes de troupe.  Ces combattants étaient désignés pour entrer dans la composition de l’opération Bipartite baptisée « Tongo-Tongo » avec le Niger, la Force Barkhane et la Force du G-5 Sahel. Le détachement des Forces Armées Malienne, après D’In-Fouka Ratène à 60 km de Ménaka, est tombé dans l’embuscade des groupes terroristes aux abords du village de Tabankort.

Le bilan a été lourd. Ce détachement était composé des éléments de divers corps de l’Armée de Terre et de la Garde Nationale. Ils sont tous de la localité de Gao, Ménaka et Bourem.

Après les honneurs funèbres militaires, les défunts ont été conduits à leur dernière demeure au cimetière du quartier Bakoundjê à Gao.

2ème Cl Jacques Diarra.

 

Coopération Le Directeur central des services de santé des Armées en Allemagne Une volonté commune de renforcer les capacités de la DCSSA

Du 11 au 15 novembre 2019 le Directeur Central des Services de Santé des Armees du Mali a effectué une visite de travail en Allemagne.
Le général de brigade Boubacar Dembélé était au Régiment de Reaction rapide du Service de Santé « Ostfriesland » de la Bundeswehr à Leer, en Allemagne.
Le DCSSA était accompagné du Médecin Colonel Mamadou Seydou Cissé, Sous-Directeur Scientifique et Technique à la Direction Centrale des Services de Santé des Armées.
Cette visite entre dans le cadre du programme d’échange d’experts, elle avait pour but de s’enquérir de l’expérience allemande et d’échanger sur les possibilités de coopération notamment en matière de formation et d’appui logistique.
La délégation malienne a ensuite visité le Centre de Ravitaillement et de Maintenance Santé à Quakenbrück.
Cette mission a permis au Directeur DCSSA de se féliciter de ce que les échanges cadrent et répondent aux attentes de la partie malienne.
Les échanges ont été francs et fructueux en intégrant des présentations théoriques et dynamiques, des activités culturelles et à des visites de terrain.
La partie allemande a réaffirmé sa disponibilité à renforcer sa coopération avec le Service de Santé des Armées du Mali.

EMP : Klaus fête ses 40 ans de service dans la police allemande

Une délégation allemande conduite par Susanne Mittag, député au parlement allemand a décoré le mardi 19 novembre 2019, le commissaire colonel Klaus Dietier Tietz pour ses 40 ans de service dans la police allemande, à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye.

Le colonel klaus a fait 2 ans à la MUNISMA avant de devenir instructeur à l’EMP il y a quelques mois. Très expérimenté, il a formé beaucoup de personnes à la MUNISMA aussi bien qu’à l’EMP et dans plusieurs  domaines différents. Ses collaborateurs ont évoqué et salué les qualités qu’ils ont observé de lui.

Le colonel-major Mody Berethé directeur de l’EMP, a remercié la délégation. Il s’est dit satisfait de l’appui financier de la République fédérale d’Allemagne mais aussi des officiers de l’école.

Le commissaire colonel Klaus Dietier Tietz a salué la présence des uns et des autres pour l’avoir accompagné dans ces moments spéciaux pour lui. Il s’est dit honoré de travailler avec le personnel de l’EMP et de la MUNISMA.

1ère Classe Sidi Mariko

Gao : Fin de la visite du MDAC

Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général Ibrahima Dahirou Dembélé a bouclé leur périple sur le théâtre des opérations le lundi 18 novembre 2019.  Accompagné d’une forte délégation, il a rencontré les Forces de Défense et de Sécurité de la première région militaire de Gao. L’objectif était de transmettre le message de soutien du président de la République, chef suprême des armées Ibrahim Boubacar Keïta, à ces hommes engagés dans la traque des terroristes.

Après Ansongo, Ménaka et Bourem, c’était aux forces de défense et de sécurité de la première région militaire de Gao d’accueillir la délégation ministérielle. Les hommes de la première région militaire ont à leur tour reçu les mêmes messages, les mêmes attentions pour une opérationnalisation à hauteur de souhait

Au paravent, le MDAC avec sa délégation avait rendu une visite aux éléments du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) et au tout nouveau bataillon d’unité spécial basé à Gao.

2ème Cl Jacques Diarra