Barkhane : l’opération Nivose pour affirmer la liberté d’action de la force

Du 19 au 24 avril 2016, la force Barkhane a mené une opération de contrôle de zone entre Tessalit et Aguelhok, au Mali, afin d’accentuer la pression sur les Groupes armés terroristes (GAT) et leur interdire toute liberté d’action. En s’attaquant à leurs lieux de refuge et de transit, Barkhane affecte durablement leurs capacités de combat et contribue à sécuriser cette région du Grand-Nord Mali.
Environ 150 soldats de la force Barkhane ont été mobilisés sur le terrain dans l’opération baptisée Nivose. Elle avait pour but de contrôler l’axe allant de Tessalit à Aguelhok, le long de la transsaharienne. Cet axe, très emprunté par les forces internationales comme par les civils, est souvent miné par les GAT.
Nivose s’inscrit dans la continuité des opérations de contrôle de zone et de sécurisation menées ces dernières semaines par Barkhane dans les régions de Kidal et Tessalit. Elle utilise la liberté d’action de la force, sa capacité à mener plusieurs opérations simultanément pour ne laisser aucun répit aux GAT et leur interdire toute possibilité d’action.
L’effort du Sous-groupement tactique désert (SGTD) engagé dans cette opération a plus particulièrement porté sur les villages de Taghlit et d’Aguelhok, ainsi que sur l’entrée de la vallée d’Assamalmal. L’oued (fleuve) d’Assamalmal constitue un important point de passage. La végétation qui pousse sur ses bordures offre des possibilités de caches, d’observation et de dissimulation aux GAT. Au cours de cette opération, le SGTD a par ailleurs contrôlé plusieurs campements en vue de caractériser la région et la menace présentée par les GAT.
Au cours de cette opération, le SGTD a été appuyé par les hélicoptères du sous-groupement aéromobile mis en place à Tessalit : les drones Harfang et Reaper du détachement de drones de Niamey et les Rafale du détachement chasse de N’Djamena.
L’opération Barkhane compte 3500 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armées terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.
Sources : État-major des armées (France)