Conférence de presse du Directeur de l’Office Central des Stupéfiants (OCS)

Une moisson de 150 interpellations et plus de 10500 Kgs de stupéfiants saisis au cours des cinq dernières années

La salle de conférence du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a abrité, le vendredi 28 Mai 2016 sa traditionnelle point de presse mensuelle. Le Directeur de l’Office Central des Stupéfiants (OCS), le Magistrat Lieutenant-colonel Adama Tounkara était à l’honneur de cette rencontre.

Après les Directeurs de la Gendarmerie, de la Garde Nationale et de la Police, c’était au tour du Directeur de l’Office Central des Stupéfiants, le Magistrat Lieutenant-Colonel Adama Tounkara d’expliquer aux hommes des médias les missions, les résultats et les perspectives de son service.

Cette rencontre avec les médias s’inscrit dans le cadre de l’internalisation de la convention des Nations Unies sur les stupéfiants. Le Mali a pris un certain nombre de mesures législatives et institutionnelles parmi lesquelles la loi n°01-078/AN-RM du 18 juillet 2001, portant sur le contrôle des drogues et des précurseurs, modifiée par l’ordonnance n°2013-012/P.RM du 02 Septembre 2013 qui crée l’Office Central des Stupéfiants (OCS).

L’OCS est un service central du ministère de la sécurité et de la protection civile, composé d’agents de tous les services impliqués dans la lutte contre le trafic illicite de drogues à savoir la Police, la Gendarmerie, la Douane, la Justice, la Santé ou tout autre service d’apport nécessaire. Les agents servant en son sein sont sélectionnés à base de volontariat et l’accent est mis sur la qualité professionnelle et l’intégrité morale. L’Office Central des Stupéfiants se compose d’une direction basée à Bamako et d’antennes dans chaque capitale régionale du pays.

Selon le Magistrat Lieutenant-Colonel Tounkara, toutes les antennes sont opérationnelles, exceptée celle de Kidal qui s’est repliée à Bamako en 2012 suite à l’occupation des régions du nord. Il a spécifié que le District de Bamako dispose de 3 antennes dont l’une sur la rive droite, une autre sur la rive gauche et une troisième à l’aéroport international de Bamako-Sénou abritant la cellule Aéroportuaire Anti-Trafic/ Antenne de l’Office Central des Stupéfiants (CAAT/A.OCS).

Le Directeur de l’OCS a déclaré que son service a pour mission d’intervenir sur toute l’étendue du territoire notamment dans les potentiels points de passage des stupéfiants tels que les aéroports, les postes frontières, les gares et les ports fluviaux. L’OCS procède également au contrôle et à la recherche de passagers suspects et leurs bagages en provenance ou en destination des pays-cibles des trafiquants de stupéfiants. Des fouilles sont également effectuées dans les terminaux à conteneurs, les frets, les aéronefs et parking. L’OCS établit aussi annuellement des rapports et statistiques sur les saisies et les tendances de l’abus et du trafic illicite des stupéfiants.

Pour le Magistrat Lieutenant-Colonel Tounkara beaucoup d’efforts sont déployés pour palier au problème de drogues, mais la tâche est ardue à cause de la position géographique de notre pays qui fait de lui un pays de transit par excellence. Cependant, pour plus de perspicacité l’Office Central des Stupéfiants s’assure de la coordination opérationnelle des actions de lutte contre le trafic illicite de drogues menées par les autres services de répression.

Abordant les résultats de sa structure, le Magistrat Lieutenant-Colonel Tounkara a  souligné aux hommes de médias que de 2012-2015, l’OCS a enregistré 150 interpellations de nationalités différentes. Elle a également procédé à la saisie de 36,400 kg de méthamphétamine d’une valeur de 5,915 milliard de FCFA, 20 kg de cocaïne d’une valeur marchande de plus de 900 millions de FCFA et environs 10 tonnes de Cannabis d’une valeur d’1milliard de FCFA. S’agissant des personnes interpellées, elles peuvent encourir de 3 à 5 ans d’emprisonnement ou d’une amande allant de 100.000 FCFA et plus. Et les produits saisis subissent des contre pesées afin d’éviter tout recyclage et perte. Ils sont ensuite stockés au niveau de la Pharmacie Populaire en attendant que la commission nationale de destruction mise en place à cet effet, décide du moment opportun pour les détruire.

Le directeur de l’OCS, le Magistrat Lieutenant-colonel Adama Tounkara a rassuré la presse que sa structure ne connait pas d’inaction mais qu’elle prend le temps de vérifier toutes les informations avant d’agir. Il a fait comprendre que dans l’avenir l’OCS aspire à un système qui se veut moderne afin de faciliter l’analyse des informations en temps réel entre les différentes unités d’enquêtes narcotiques.

Touchant les points d’actualités, le Lieutenant-colonel Tounkara a fait savoir qu’au sujet du dossier du 13 mai 2016 relatif à la saisie des 2 tonnes 700 kg de drogues que les recherches du chauffeur sont toujours en cours. Mais précise-t-il que les investigations ont permis d’identifier le chef du réseau qui est un Malien.

Pour illustrer l’ingéniosité des trafiquants, le Directeur OCS a fait passer des images d’objets ayant servi de caches aux drogues et précurseurs. Des objets tels qu’un vélo d’appartement, des sacs à main et des peluches.

A la fin de la conférence de presse, le Directeur de l’Office Central des Stupéfiants a dévoilé le thème de la journée internationale de cette année qui est : ‘’Femme et drogues’’ et il a profité de l’occasion pour appeler les hommes de presse à plus de collaboration.

 

                                                           MDL/C Geneviève S. Diallo