Coopération Militaire

L’Algérie et le Mali jaugent leur coopération militaire

Pour adapter leurs liens de coopération militaire aux défis de l’heure, les hiérarchies militaires algériennes et maliennes se retrouvent pour la 10ème fois à Bamako pour évaluer la coopération afin de déceler les failles à corriger. Les travaux d’évaluation qui dureront 4 jours ont été ouverts, le 6 mars 2017, sous la présidence du Secrétaire Général du ministère de la Défense et des Anciens combattants, le Général Salifou Koné.

La coopération militaire Algérie-Mali se porte bien. Le Comité Mixte de Suivi de la Coopération militaire et technique entre les deux pays en est un réel baromètre de cette bonne santé. La rencontre qui se tient régulièrement répond au souci constant des initiateurs de la rendre bénéfique aux deux pays à savoir : l’Algérie et le Mali. Et, c’est pour respecter cette tradition que les membres du comité sont en conclave depuis le 6 mars 2017 au ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Durant 4 jours, ils passeront en revue tous les domaines de la coopération. Des dossiers de la sécurité des frontières, du terrorisme et de la lutte contre toutes les formes de criminalités sévissant dans la région meubleront ces 04 jours de travaux. Selon le chef de la délégation algérienne, le Général-Major Mustapha Oudjani, cette rencontre traduit la volonté des deux pays d’insuffler à leurs relations militaires une nouvelle dynamique en se conférant la dimension et la portée substantielles qu’elles exigent. « La tenue de cette 10ème session répond à des soucis d’orientation de haut commandement de nos deux armées en vue d’évaluer et stimuler le développement de notre relation militaire», a expliqué Mustapha Oudjani.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le Secrétaire Général du ministère de la Défense, le Général. Salifou Koné a mis un accent particulier sur la vitalité de la coopération militaire Algéro-malienne qui, selon lui, se renforce davantage sous le leadership des présidents Abdelaziz Bouteflika et Ibrahim Boubacar Kéïta. Comme fruits de cette coopération, il a cité l’habilité de la conduite de l’Algérie dans le processus inter maliens qui a abouti à la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale et la formation en Algérie de deux compagnies de l’Armée de terre dans le domaine de la lutte antiterroriste. « C’est dire que la coopération militaire entre nos deux pays s’inscrit dans le cadre d’une solidarité agissante et tangible pour le bénéfice de nos armées et de nos populations. Il a exhorté le comité à procéder à une évaluation exhaustive des activités de coopération de l’année 2016 afin de nous soumettre des propositions pour l’année en cours qui répondront aux attentes des deux parties pour le bénéfice de notre coopération militaire bilatérale ».

2° Cl Youssouf Z. KEITA