EAO : Les stagiaires édifiés sur les méfaits des stupéfiants.

Le Directeur adjoint de la Direction Centrale du Service des Santé des Armées, (DCSSA), le Colonel-major Moussa Boï Coulibaly était ce jeudi 6 mai 2021 à l’Ecole d’Application des Officiers. Son passage à l’Ecole d’Application des Officiers s’inscrit dans le cadre de la série de conférence organisée par cette école. Le thème abordé par le Colonel-major portait sur ‘’ les méfaits de l’alcool, des drogues et du tabac en milieu militaire’’.  Dans son exposé, le directeur adjoint de la DCSSA a expliqué que l’alcool, la drogue et le tabac peuvent être considérés comme des armes de destruction massive. Ces substances provoquent à la longue une accoutumance et une pharmacodépendance. Selon le conférencier le drogué se convainc que sa réussite dépend de cette consommation. Cela est seulement psychologique insiste-t-il.Toujours dans son explication, le Colonel-major Moussa BoÏ Coulibaly précise que ces substances nuisibles entrainent le plus souvent des hallucinations visuelles ou auditives très riches chez le militaire consommateur. Toutes choses qui peuvent l’amener sur le terrain à se tromper d’ennemis. Il prévient qu’en terme de dangerosité, l’alcool est la drogue la plus dangereuse avec 72 % pour soi même et autrui, loin devant l’héroïne avec 55% et le crack avec 54%.

Il souligne en outre que les effets les plus courant de l’alcool sont entre autres la dépendance, la diminution de l’appétit, qui peut entrainer l’affaiblissement du consommateur et même l’érosion du corps à l’extérieur. En ce qui concerne le tabac, le conférencier dira qu’il est responsable aujourd’hui de nombreux cancers notamment de la gorge, du poumon ou de la langue. « La consommation de ces produits a plus d’inconvénients que des avantages. Ça détruit le soldat », a-t-il déclaré.

En l’occurrence, le Directeur Adjoint de la DCSSA invite les stagiaires qui sont appelés à être des commandants d’unités ou des chefs de section à être très vigilants en essayant de protéger leurs éléments des risques judiciaires et sociaux que ces produits nuisibles peuvent entrainer. Des risques sociaux qui selon lui correspondent à des risques d’exclusion sociale et de jugement vis-à-vis des autres individus. Avant de conclure qu’une unité qui regorge de toxicomanes, ressemblent à un pont inachevé ou mal exécuté.

Le stagiaire Younoussa Traoré a, au nom de tous ses camarades, remercié le conférencier pour la pertinence du thème qui va surement les édifier sur les méfaits de ces substances.