Exploitation des aéronefs de transport militaire.

Les affrètements légaux en république du Mali.

Des informations circulent sur les réseaux sociaux tendant à mettre en doute l’affrètement des aéronefs militaires au Mali par des civils et autres associations, organisations ou institutions.

Il est utile de préciser que l’affrètement des aéronefs militaires en république est pratique depuis l’existence des avions de transport militaire.
Il ne s’agit pas d’une location mais d’un affrètement.

C’est quoi l’affrètement ? Ni une location ni non plus gracieux.
L’affrètement consiste à assurer le service au prix coûtant sans aucun bénéfice pour l’Armée de l’Air.

Dans l’affrètement le demandeur assure les frais inhérents à la mission, l’Armée de l’Air ne paie rien, elle ne demande pas non plus un quelconque bénéfice.
Il s’agit donc d’une assistance militaire en faveur de nos populations et de nos partenaires.

L’on peut citer quelques exemples la famille Niang a affrété l’avion militaire pour ses besoins à Kayes; le Ministère des Sports a affrété l’avion militaire pour transporter les Aigles au Tchad; Somapep a affrété l’avion militaire pour Tombouctou;
la Commission Défense Sécurité a affrété l’avion militaire pour soutenir les FAMa à Kayes; la famille Kane a affrété l’avion militaire pour leur besoin à Nioro du Sahel.

L’on pourrait citer beaucoup d’autres exemples. La pratique de l’affrètement des avions militaires remonte à la période d’acquisition d’aéronefs de transport militaire, très loin dans notre histoire récente du Mali indépendant. En aucun cas l’affrètement ne peut distraire une mission militaire. L’affrètement est autorisé par le Ministre chargé des Armées.

Oui l’affrètement participe du souci de l’Armée d’accompagner les populations.