Flintlock 2018 : les médias à l’écoute

Dans le cadre des activités de l’exercice multinational Flintlock 2018, une journée de presse a été organisée à l’intention des journalistes nationaux et internationaux. Lors de cette journée, le commandant d’Africom, le major général J Marcus Hicks, l’ambassadeur des Etats- Unis au Burkina Faso, Andrew Young et le chef d’état-major général des armées du Burkina, le général de brigade Oumarou Sadou ont fait

le déplacement au camp Bila Zagré.

Après un accueil au camp, les trois autorités se sont rendues au champ de tir pour suivre un exercice coordonné par les militaires américains et autrichiens. Ils se sont exercés au tir avant d’assister à l’exercice montrant une réaction aux attaques terroristes.

Le commandant d’Africom le major général J. Marcus Hicks, a expliqué à la presse l’objectif de Flintlock qui est de mieux développer l’interopérabilité entre les Forces dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Il a noté que la réaction à l’embuscade s’inscrit dans le contexte de lutte anti-terroriste et constitue surtout une illustration parfaite de l’interopérabilité des forces.

Le major-général Hicks a souligné que les exercices sont adaptés aux réalités de lutte contre l’extrémisme violent dans la région. Il a affirmé que son souhait est que les connaissances acquises au cours de ce Flintlock servent dans la lutte contre le terrorisme. Il a précisé qu’il s’agit d’opérations intégrées avec plusieurs composantes civiles, militaires et la gendarmerie.

La démonstration a permis aux autorités de constater la souplesse et la capacité de réaction du contingent malien qui est formé par des éléments des forces spéciales américaines.

Cet exercice est planifié et mené avec les forces spéciales militaires des pays partenaires afin de renforcer les relations et les capacités des nations transsahariennes. Il permet de traiter le plus efficacement les préoccupations régionales qui menacent la paix, la stabilité et la sécurité.

Sous-Lieutenant N.Dakouo