La Police Nationale : Bouclier des femmes et filles violentées

La Direction Générale de la Police nationale a organisé une journée d’échanges sur les Violences Basées sur le Genre (VBG) avec les ‘’Points Focaux  Genre’’ des unités de la police nationale de Bamako. Tenue le 6 décembre 2018 au ministère de la sécurité et la protection civile, cette journée était présidée par le général de division Salif Traoré, ministre de la sécurité et la protection civile. Cette journée s’inscrit dans le cadre de la célébration  de la campagne de «16 jours d’activisme» de lutte contre les violences basées  sur le genre. Cette campagne a commencé avec la commémoration le 25 novembre 2018 de la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence à l’égard des femmes et filles.

Célestine Dombwa, Point Focal Genre à la direction générale de la Police nationale, a déclaré que la pesanteur sociale est un obstacle pour les victimes de VBG. Car, les familles préconisent le règlement à l’amiable. Pour la commissaire Dombwa, il  faut  une sanction judiciaire contre  les auteurs de Violences Basées sur le Genre. Elle a déclaré que plus de 2000 cas de plaintes de violences basées sur le genre ont été enregistrés au Mali en 2017.

Les VBG sont : «tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques , sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes , la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée» selon la Déclaration des Nations Unies sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes de 1993.

Pendant la journée, les participants, au sein de groupes de travail,  vont échanger sur les violences liées aux conflits, la collaboration avec  la police et la recherche de solutions. De plus, les échanges s’étendront sur l’état des lieux de la lutte contre les violences basées sur le genre, un aperçu des statistiques, les avancées de la direction générale de police nationale en la matière afin de contribuer à l’élaboration de l’avant-projet de loi de lutte contre les VBG.

Les participants partageront leurs expériences sur la gestion des cas de violences basées sur le genre. Une restitution des travaux de groupes sera remise au Ministère de la Sécurité et de la  Protection civile.Le ministre a déclaré que les efforts des pouvoirs publics et des partenaires pour l’élimination de toutes les VBG sont immenses. Selon lui, cette volonté se traduit chaque année par la célébration des journées dédiées aux femmes comme le 8 mars, le 6 février, le 31 juillet… Le ministre a remercié la MINUSMA, l’EUCAP-Sahel, l’Institut Malien de Recherche Action pour la Paix pour leurs différents appuis dans la lutte contre les VBG dans notre pays.