Le Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité échange avec les Partenaires Techniques et Financiers sur l’état de mise en place des Comités Consultatifs de Sécurité

 Le Commissaire à la Réforme du Secteur de la Sécurité par intérim, le Colonel Major Philippe Sangaré a présidé la cérémonie d’ouverture d’un atelier d’échanges avec les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) sur l’état de mise en place des Comités Consultatifs de Sécurité (CCS). C’était le vendredi 25 juin 2021, au Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité (C-RSS) sis à Hamdallaye ACI en présence du Représentant du PNUD au Mali, M.Philippo Di Carpegna,.

Il s’agissait au cours de cette rencontre de faire le point des Comités déjà installés à ce jour, partager la méthodologie de mise en place des Comités Consultatifs de Sécurité (CCS) et les perspectives des étapes à venir. Il sera question de recueillir les avis des PTF pour un éventuel accompagnement du Commissariat.

Dans son discours d’ouverture, le Colonel Major Philippe Sangaré a souligné que le présent atelier est une occasion pour le Commissariat à la Réforme du secteur de Sécurité de dresser l’état d’avancement et les perspectives d’avenir de l’opérationnalisation des CSS. Il constitue une étape essentielle dans le processus global de la RSS, et permettra aux diverses parties prenantes de mesurer l’immensité du chantier et des missions attendues.

Selon lui, les CCS contribuent à créer un cadre d’échange ouvert et bidirectionnel entre les acteurs du secteur de la sécurité pour asseoir les bases d’un partenariat entre gouvernants et gouvernés. Ils permettent également de rétablir la confiance entre les populations et les Forces de défense et de sécurité (FDS), ainsi que le redéploiement de l’Administration et des services sociaux de base dans les régions du Nord et du Centre de notre pays.  

Le Représentant du PNUD, informe que la présente rencontre rentre dans le cadre du Programme pour la stabilisation du Mali qui prévoit trois niveaux d’intervention. Le premier consiste à renforcer la résilience des populations face au dynamisme du conflit. Le second appuie le renforcement des acteurs de la paix dans certaines zones du pays afin de rétablir la confiance des populations envers ses institutions et enfin un appui aux efforts des autorités tactiques en matière de prévention de lutte contre la corruption et l’extrémisme violent.

Les résultats attendus à l’issue de cet atelier sont entre autres, le processus de mise en place des CCS, imprégner les participants de la méthodologie de mise en place des CCS et des perspectives du Commissariat dans la poursuite de l’installation et du renforcement de ces organes.