Le lieutenant-colonel Attaher A Maïga prend autre grade

Le lieutenant-colonel Attaher A Maïga a soutenu le lundi 5 octobre 2020 une thèse de doctorat sur ‘’ les logistiques de construction d’une Armée malienne face aux attaques terroristes : précis sociohistoriques et stratégiques de défense du territoire – apports de l’EUTM entre enchantement et désillusion’’ à l’ex ENA.

A l’issue des travaux présentés, le jury, après avoir reconnu la très bonne qualité de la thèse a élevé le candidat au grade de docteur en sciences politiques avec mention très honorable.

L’objectif principal de cette thèse est d’expliquer le rôle de l’Armée républicaine dans l’Etat de droit. Un sujet de sciences politiques, le thème de cette thèse porte sur la situation sociopolitique et sécuritaire du Mali. Il évoque les raisons de la crise de l’Armée tout en essayant de proposer des solutions aux stratégies de défense nationale.

La crise de 2012 a durement éprouvé l’outil de défense et de sécurité malienne, ce qui a affecté l’accomplissement efficace des missions régaliennes de défense de l’intégrité du territoire, de protection des populations et de leurs biens. Elle se caractérise par la recrudescence des attaques des groupes terroristes, des conflits intercommunautaires, des trafics de drogues, des armes, des enlèvements et des crimes organisés.

Pour aider le Mali à sortir de cette impasse l’Union Européenne a initié un programme de formation EUTM-Mali. Cette mission a pour vocation de renforcer les capacités opérationnelles des militaires maliens et de réduire la menace terroriste à travers des formations et des conseils.

Etablie en février 2013, la mission de l’EUTM a formé plusieurs bataillons à Koulikoro. Chaque bataillon est élaboré selon la formation interarmes donc,  des groupements tactiques interarmes (GTIA).  Après deux mois et demi de formation aux techniques de base, ils sont déployés sur le terrain et  contiennent un Détachement français d’Assistance Opérationnelle (DAO) d’une vingtaine de Soldats.

Malgré la formation de ces groupements tactiques interarmes, malheureusement la crise sécuritaire a avancé du Nord au Centre du pays.

Pour endiguer définitivement cette crise sécuritaire, Le désormais Docteur Attaher A Maïga officier actif de son Etat propose à l’Armée un document en 2 parties. La première est « le contexte sociopolitique et sécuritaire du Mali de l’Indépendance à l’intervention de l’Union Européenne ». Elle comprend 2 chapitres traitant le contexte d’affaiblissement de l’Etat malien et de son Armée et les acteurs et organes de réforme de l’Armée. La deuxième partie parle de « la contribution du programme EUTM-Mali dans la stabilisation du Mali ». Elle traite aussi en deux chapitres les conditions dans lesquelles l’Armée malienne a évolué depuis sa création le 20 janvier 1961 jusqu’à nos jours.

Le candidat du jour a annoncé que pour une nouvelle Armée, il faut impérativement insister sur les valeurs militaires. Travailler les valeurs du patriotisme au niveau des recrutements et des formations. Nous avons nos propres règles de formation, on doit les mettre en avant pour compléter celles de nos partenaires.

Le Docteur Maïga pense que pour avoir une Armée régalienne et républicaine pour défendre l’intégrité du territoire, le pouvoir politique doit mettre l’Armée dans toutes les conditions.

Le directeur de l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye, le général de brigade Mody Béréthé s’est dit très satisfait d’avoir dans les rangs des FAMa un militaire qui peut faire le pont entre l’Armée et le monde universitaire. Selon lui l’Armée est sensible à la recherche universitaire et s’apprête petit à petit pour que cette recherche soit prise en compte dans des formations militaires. Il a souligné que son école a en son sein des officiers à la retraite qui rassemblent toutes les productions des  militaires au niveau des écoles d’état-major, des écoles de guerres afin qu’elles soient rendues publiques pas seulement pour les militaires mais aussi pour les universitaires.