Les groupes signataires de l’accord pour la paix au rendez-vous !

La deuxième session de la réunion de haut niveau sur l’opérationnalisation des actions prioritaires sur la Défense et la sécurité de l’Accord pour la paix et la réconciliation, présidée par le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré, s’est ouverte le mercredi 12 décembre 2018, à l’hôtel de l’Amitié de Bamako.

Pendant 3 jours les parties signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali regroupées avec l’ensemble des acteurs de la vie politique et de la société civile vont échanger sur le bilan partiel des réalisations du programme DDR/Intégration (défis et perspectives). Ils vont du coup  élaborer des modalités et le calendrier de réintégration des déserteurs évoluant dans les rangs des mouvements signataires, définir le concept, la doctrine d’emploi, le mode de fonctionnement des Unités spéciales. Ainsi mettront-ils un point sur le processus de la Réforme du Secteur de la Sécurité sera fait.

Le Chef d’Etat-Major Général des Armées CEMGA, général de division M’bemba Moussa Keita, dans son mot de bienvenu s’est dit honoré pour la tenue de cette seconde réunion du genre. Il a salué la détermination du Président Ibrahim Boubacar Keita à faire de la mise en œuvre de l’Accord une priorité et a donné une impulsion nouvelle à l’application des dispositions essentielles de l’accord visé par la feuille de route du 22 mars 2018.

Sur le volet DDR, un total de 32 908 Ex-combattants, dont 13 019 candidats à l’intégration et 4 998 postulants à la réinsertion ont été enregistrés, affirme le Chef d’Etat-Major Général des Armées. Des travaux de sept des huit zones de cantonnement ont aussi été finalisés, poursuit-il.

Pour le général Keita, ces résultats sont remarquables mais il reste des défis de taille à surmonter, pour la restauration d’une paix durable au sein de la population meurtrie. Il invite les participants à une réflexion sincère, lucide et désintéressée pour la mise en œuvre de l’accord.

Quant à la Représentante Adjointe du Représentant Spécial des Nations Unies, Joanne Adamson, le bon déroulement du récent processus de DDR et d’intégration des unités mixtes du MOC et la signature du Pacte pour la Paix rassure et chemine vers une stabilité et une paix pérenne. Elle exhorte les participants, à garder à l’esprit les critères admis par toutes les parties signataire dans le « Mode Opération Cantonnement» et ainsi que les critères d’Intégration, agrées par tous en novembre 2017, afin que les travaux avancent.

Avant de déclarer la séance ouverte, le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré, a remercié les participants pour leur présence massive à cette réunion de haut niveau. Il a rappelé que lors de la précédente réunion, des recommandations fortes et pertinentes avaient été faites et qu’il s’agit d’opérationnaliser lors de ce deuxième forum. Il a aussi ajouté que malgré les enjeux politique et institutionnel, sécuritaire, économique et de développement, la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation reste le souci majeur des autorités du Mali. S’adressant aux participants, il reconnait leurs compétences et les invite à redoubler d’effort, parce que c’est une question vitale pour le pays qui a souffert.

2ème Cl Jacques Diarra