Opération Kélètigui-1 : frontière Mali- Burkina passée au peigne fin

Dans le but de sécuriser et de nettoyer le long de la frontière Mali-Burkina, les FAMa ont lancé du 15 au 29 janvier 2021, une patrouille de grande envergure dans le secteur 4 et 5 du théâtre Maliko. L’opération consistait dans un premier temps à contrôler le quadrilatère Madiakuy-Tominian-Timissa-Koro, qui constitue une véritable zone de prédilection pour les Groupes Armés Terroristes et les bandits armés et dans un second temps, contester aux GAT leurs libertés d’action et rassurer les populations. Cette volonté de l’Armée d’aller traquer les terroristes jusque dans leur fief a été vivement saluée par les populations des villages environnants.

C’est au poste de contrôle de Bénéna que l’opération Kèlètigui1 a pris son départ. Ce choix est loin d’être fortuit. Il y a juste quelques jours avant le début de cette opération, ce poste avait été attaqué par des hommes lourdement armés. Toute chose qui avait créé la psychose dans le secteur. Le chef de village de Bénéna qui attendait impatiemment ce jour, se réjouit de ce passage des FAMa dans son village. « Leur présence rassure la population. Malgré des attaques passées, nous sommes aujourd’hui en sécurité. Mais, nous aurions surtout souhaité que l’état songe au déploiement d’une force d’intervention afin de garantir la sécurité de la localité ».

Des propos soutenus également par le 1er adjoint au maire de Ouenkoro, Housseini Sangaré. ‘’ C’est un plaisir pour nous de voir les FAMa dans notre commune. En hivernage, on a eu toutes sortes d’atrocités. Le cri de cœur est parti un peu partout. La paix commence à revenir. Les populations des villages commencent à comprendre que rien ne vaut la paix. Les villages coopèrent ensemble pour essayer de rester sur place et de s’occuper de ce qui est l’essentiel : Le développement’’.

Partout où les FAMa sont passées, elles se sont entretenues avec les notabilités. Ces échanges ont porté principalement sur l’insécurité grandissante dans le secteur. C’est pourquoi, elles ont encouragé les FAMa à effectuer des patrouilles régulières afin de neutraliser les terroristes qui opèrent dans la zone. Selon eux, cela contribuera sans doute à étendre une large couverture de sécurité sur tout le long de la frontière avec le Burkina-Faso.

Occasion pour le chef d’Escadrons Ousmane DABITAO, coordinateur de l’Opération Kélètigui-1 pour l’exécution du FRAGO-3 de rassurer les notabilités que l’objectif de cette Opération consistait à terme de détruire tous les lieux servants de refuges aux groupes terroristes afin de permettre à la population civile de vaguer librement à ses occupations. Tout en marquant sa grande satisfaction par rapport à cette Opération pour vaincre le terrorisme, le CES DABITAO a sollicité l’accompagnement et le soutien de la population civile.

 ’’ J’invite les populations à collaborer plus avec les FAMa dans la lutte contre le terrorisme. Nous faisons face à un ennemi versatile qui profite de la moindre faille pour commettre ses forfaits. ‘’ En effet, cette lutte de longue haleine requiert par conséquent l’implication de tous. C’est ensemble que nous parviendrons à bouter ces forces du mal hors de nos contrées ’’, a précisé l’officier supérieur.

Pour sa part, le chef du détachement du RCP, le capitaine Sibiry dit Ousmane Camara se dit impressionné par la qualité de la coopération interarmées qui a prévalu tout au long de l’opération. ‘’ Cette mission a été très bénéfique pour moi. Il y avait une synergie d’action et une franche collaboration entre nous. Toutes choses qui nous ont facilités la tâche’’

Il faut cependant rappeler que les zones des localités concernées par cette patrouille étaient entre autres Madiakuy, Yerakuy, Behekuy, Koula, Yèrè, Fangasso, Kouna, Bidi, Bambara, Toun, Pêh, Lanfiala, Ouenkoro et Soukoura.