Police Nationale : funérailles du sergent-chef de Police tombé à Bougouni

Les obsèques du sergent-chef de police Badara Alou Baradji a eu lieu, le jeudi 15 octobre 2020, à l’Ecole Nationale de Police Amadou Touré dit ‘’Gandy’’. Tombé lors d’une embuscade tendue par des terroristes, le mercredi 14 octobre 2020, contre les éléments de relève du poste frontalier de Manankoro, le sergent-chef Baradji a reçu les hommages de la patrie. C’était en présence du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le colonel Modibo Koné et du directeur de la Police Nationale du Mali, l’inspecteur général Moussa Ag Infahi.

Né le 18 octobre 1988 à Ségou, fils d’Adama et de Assetou Sanogo, après ses études fondamentales sanctionnées par le DEF et titulaire d’un permis de conduire, le sergent-chef Baradji s’est présenté au concours directe de recrutement d’élèves sous-officiers en 2008, spécialité chauffeur. Admis définitivement, il a été nommé élève sous-officiers de police le 25 février 2010. Déclaré admis à l’examen fin de cycle des sous-officiers de l’Ecole Nationale de Police, Promotion feu Adjudant de Police Fadoua Keïta, il a été nommé sergent stagiaire de police le 17 octobre 2011. Ayant satisfait aux exigences du stage probatoire, il a été titularisé dans son emploi et nommé sergent de police 1er échelon pour compter du 1er juillet 2012 et sergent-chef en janvier 2019.

Au cours de sa carrière, le sergent-chef Badara Alou Baradji a successivement servi au commissariat de police du 2ème arrondissement de Sikasso de 2011 à 2017, au commissariat de police de Kadiolo de 2017 à 2018 et enfin de 2018 à 2020 au commissariat de police de Bougouni, son dernier poste.

Fonctionnaire émérite, doté d’une conscience professionnelle aigue et d’un sens élevé du devoir, il a été noté et apprécié par ses différents chefs hiérarchiques.

Le sergent-chef Badara Alou Baradji repose désormais au cimetière d’Hamdallaye.

Au paravent, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le colonel Modibo Koné avait rendu visite aux malades admis à l’infirmerie de l’Ecole Nationale de Police pour s’enquérir de leur état de santé.