Pour la prolifération des armes légères, les décisions taillées sur mesure ont été prises pour contrer le fléau

C’est à l’issue des 3 jours de travaux à l’hôtel Onomo de la deuxième rencontre des représentants des Commissions Nationales en charge de la Lutte contre la Prolifération des Armes Légères de petit calibre et des forces de Défense et de sécurité des pays du Liptako-Gourma. Une rencontre mis en évidence pour appeler les pays membres à une lutte conjointe contre le fléau de la prolifération des armes légères.

A l’issu de cette rencontre de Bamako, les participants ont adopté plusieurs recommandations afin de contrer la prolifération des armes légères et de petit calibre, qui constitue aujourd’hui un véritable danger pour les pays du Liptako-Gourma, notamment le Mali, le Burkina et le Niger. Il s’agit de la nécessité de renforcer le partage des renseignements entre les trois pays, la nécessité de faire des rencontres transfrontalières, mais aussi de sensibiliser les populations locales sur les dangers de détentions des armes légères et de petit calibre.

Ainsi, la rencontre de Bamako a été  une étape importante pour l’atteinte des objectifs, ayant permis de discuter de la dynamique sécuritaire dans le Liptako-Gourma et  les actions conjointes qui doivent être menées le long des trois frontières. Les participants ont également estimé que le secrétariat permanent du Liptako-Gourma puisse avoir une action décisive dans la lutte contre les armes légères.

De quoi réjouir le secrétaire exécutif de la Commission Nationale de Lutte Contre la Prolifération des Armes Légères, le colonel-major Néma Sagara, qui a expliqué que tout le monde est conscient aujourd’hui du danger que représentent les armes légères. Selon elle, l’apport des autres forces de la sécurité est plus que nécessaire pour l’atteinte des objectifs.

MDL/C Dramane Dembélé