Recrutement dans l’Armée

TRANSPARENCE INCLUSIVITE REDEVABILITE CREBILITE

Le processus du recrutement 2017 dans l’armée était au centre d’une conférence de presse tenue le mardi 09 mai 2017 à la Direction de l’Information et des Relations Publiques des armées. Cette conférence était animée par le directeur, le colonel Diarran Koné. Il s’agissait d’expliquer et de partager avec les journalistes la stratégie de transparence adoptée par le département de la défense dans le cadre du recrutement de 5000 nouveaux personnels, conformément à la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM).

Ce recrutement s’inscrit dans un esprit d’inclusivité, de transparence, de crédibilité et de redevabilité, explique le conférencier. C’est pourquoi le processus a été étendu à toutes les localités du pays où cela était possible. Selon lui, les critères et conditionnalités ont été définis et les centres de dépôt des dossiers ont été clairement indiqués par localité.

Il a noté que le ministère de la défense avait produit un communiqué qui a été suivi par les Etats-majors ou services recruteurs sur leurs spécificités. Le colonel Koné a affirmé que la première phase de ce recrutement est presque à terme car les résultats du dépouillement des dossiers vont paraitre dans les jours à venir.

Il souligné qu’il est utile de préciser que la transparence, la crédibilité, l’inclusivité et la redevabilité fondent ce processus. Il a ajouté qu’après la proclamation des résultats, les directions du sport militaire et des services de santé des armées se chargeront de la détermination de l’aptitude physique et médicale pour ainsi permettre la sélection définitive pour la formation commune de base (FCB).

Il a déclaré que la proclamation se fera à travers l’ORTM, le site des FAMa : www.fama.ml, et les affiches dans les différents centres de dépôt des dossiers. Le DIRPA a signalé que l’objectif du processus est que les Maliens sachent que ceux qui seront recrutés vont répondre aux normes des forces armées maliennes.

A propos de l’examen des dossiers, il a affirmé que 60 139 dossiers ont été réceptionnés dont : 2018 à Gao, 10 685 à Koulikoro, 2860 à Mopti, 4807 à Ségou, 7656 à Sikasso, 2617 à Kayes, 27233 à Bamako et 2260 à Tombouctou. Il a souligné qu’après examen, 9273 dossiers ont été validés dont 378 pour Gao, Koulikoro 1100, Mopti 457, Ségou 1144, Sikasso 1872, Kayes 485, Bamako 3706 et 131 pour Tombouctou.

Selon le colonel Diarran Koné, les dossiers non conformes ont été rejetés pour fraude documentaire et fraude identitaire. Il a précisé que dans ce registre figurent la carte Nina falsifiée, des âges ne correspondant pas, des filiations pas correctes, des numéros de carte Nina pas corrects, des cartes Nina appartenant à des sexes féminins détournées par des sexes masculins et vice versa, etc., etc.

Le colonel Koné a insisté sur le fait que l’objectif est de donner plus de chance aux méritants. Pour lui, il faut que ceux qui seront recrutés soient engagés. En somme cet exercice de communication atteste de la volonté de transparence et de crédibilité du commandement. Le colonel a noté que l’armée est une question d’aptitude physique, morale et intellectuelle. Il a invité à renier la corruption car tant qu’on ne change pas de choix, on n’aura pas l’armée de nos besoins. Il a conclu en affirmant que l’armée malienne regorge de combattants intrépides et que c’est la combativité du soldat qu’il faut améliorer. Et de conclure que la presse est la chaine angulaire de ce changement.

                                                                                                                     A/C.N.Dackouo