Sécurité : Les Chefs d’état-major des quatre pays membre du CEMOC évaluent ses missions pour lutter efficacement contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière

La salle de conférence de l’hôtel Salam de Bamako a servi de cadre vendredi 28 octobre 2016 à la cérémonie d’ouverture de la réunion du Comité d’Etat-Major Opérationnel Conjoint (CEMOC). L’événement était presidé par le Président en exercice du CEMOC, le Chef d’état-major Général des Armées du Mali, le Général de Division Didier Dacko en présence du Chef d’état-major de l’Armée Nationale de la République Algérienne Démocratique et Populaire, le Général Zerrad Cherif, du Chef d’état-major Général Adjoint des Armées de la République Islamique de Mauritanie, le Général de Brigade Hanana Sidi Hanana, du Chef d’état-major Adjoint des Forces Armées de la République du Niger, le Général de Division Ahmed Mohamed ainsi que des chefs d’Etat-major et directeurs de Service.

L’objectif était d’évaluer l’évolution des missions assignées dans le cadre du processus de mise en œuvre des dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation afin de permettre au CEMOC de lutter efficacement contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière qui affectent tous les Etats.

Le Président en exercice du CEMOC, le Général de Division Didier Dacko a indiqué que cette réunion du Conseil des Chefs d’Etat-major d’Algérie, du Mali de la Mauritanie et du Niger est la quatrième session qui se tient sur le sol malien et couronne la présidence malienne de ce conseil. Cette réunion donne l’opportunité de procéder à une évaluation d’espace après la relecture des textes de Mémorandum en janvier 2015 à Tamanrasset. Ainsi, le CEMGA a saisi cette occasion pour remercier ses homologues pour leur accompagnement tout au long de son mandat et leur exprimer dans la même veine sa profonde gratitude pour leur constante disponibilité et leur engagement pour faire aboutir les objectifs fixés.

Selon lui, il est important de souligner la mise en œuvre des nouvelles propositions entérinées lors de la rencontre du 16 Septembre 2015 à Tamanrasset, en ce qui concerne notamment la planification au niveau des commandements opérationnels et les patrouilles conjointes à exécuter le long des frontières communes, elles sont essentielles pour permettre au CEMOC d’engranger plus de résultat dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

La première réunion des Chefs de renseignements militaires tenue à Gao du 21 au 23 Décembre 2015 a participé à cette dynamique et a surtout permis d’échanger sur les activités des groupes terroristes dans les Zones Frontalières. « La recrudescence des activités terroristes, notamment à la frontalière Mali-Niger nous commande d’aller vers plus d’initiatives pour contenir l’action des forces négatives dont les objectifs demeurent le maintien d’un climat de terreur favorable à l’activité criminelle et illicite de toutes natures », a-t-il souligné.

Le Général Dacko a ajouté que les attentes du Mali par rapport au CEMOC restent grandes « en raison de sa situation géographique, car partageant une ligne de frontière avec les autres pays du champ de notre organisation, mais aussi du redéploiement imminent des FAMa au nord du pays dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ». Il précisa que le Mali passera le témoin du comité d’Etat-major opérationnel conjoint à la République Islamique de Mauritanie qui présidera suivant les textes en vigueur aux destinées de l’organisation les 12 prochains mois.

Prenant la parole, le Chef d’Etat-major de l’Armée Nationale de la République Algérienne Démocratique et Populaire, Ahmed Mohamed a félicité le Général Dacko pour sa promotion et sa nomination à la tête de l’état-major Général des Armées du Mali.

Selon lui, depuis la dernière réunion du CEMOC tenu le 05 Mai dernier à Bamako, le concept sécuritaire demeure préoccupant « et par conséquent, c’est une situation qui nous interpelle à poursuivre la coopération et la coordination pour faire face à cette menace commune afin d’assurer une meilleure protection de nos frontières respectives ». Il a ajouté que son pays a déjà pris une initiative préventive pour poursuivre la réadaptation du dispositif déployé pour la sécurisation des frontières en fonction de la situation sécuritaire et transmet tous les renseignements obtenus à ses partenaires du CEMOC. Ces mesures ont donné comme résultat la neutralisation des terroristes, la récupération d’armes et de munitions ainsi que la saisie de grande quantité de stupéfiants particulièrement dans les zones frontalières en termes de lutte contre le terrorisme et la criminalité.

Le chef d’état-major Général Adjoint des Armées de la République Islamique de Mauritanie, le Général de Brigade Sidi Hanana a exprimé sa gratitude et sa reconnaissance pour la qualité de l’accueil et l’hospitalité. Il a rappelé que depuis quelques décennies, nos pays sont confrontés à une menace transfrontalière de la part des groupes armés terroristes au Sahel et les efforts consentis pour lutter contre les terroristes doivent se consolider d’avantage par une meilleure synergie d’action conformément à la volonté politique de nos pays. Pour lui, les rivalités politico-militaires de nos frères Libyens ayant engendré la présence du Groupes Islamo-Arabe, la recrudescence de la violence au sud du lac Tchad, la guerre en Syrie ainsi que le développement du pseudo état Islamique sont des situations chaotiques qui affectent la stabilité de nos pays. C’est pourquoi, nos forces de sécurité doivent désormais conjuguer davantage leurs efforts pour relever ces défis sécuritaires qui constituent une entrave aux projets de développement dans la zone. En perspective, il est persuadé que grâce à la volonté commune, le CEMOC a permis de pérenniser la confiance entre Armées et cette confiance ne doit pas nous permettre de baisser la garde car la menace est toujours présente.

Pour le Chef d’état-major Adjoint des Forces Armées de la République du Niger, le Général de Division Ahmed Mohamed, un accent particulier doit être apporté à la situation sécuritaire dans notre espace commune surtout que nos pays sont confrontés à la menace des groupes terroristes tels que boko-haram et autres que nous combattons énergiquement depuis quelques années avec l’aide de nos partenaires. Il a notifié qu’un autre foyer de tension auquel nous sommes confronté est le « chevron Libyen »qui est en train d’ébouillir depuis quelques années et Dieu seul sait ce qu’il va en sortir. C’est l’une des raisons qui fait que nous sommes préoccupés et demandons que des initiatives soient prises par le CEMOC pour palier à ce fléau.

Ailleurs, le Chef d’Etat-major Général des Armées, le Président du Comité d’Etat-Major Opérationnel Conjoint, le Général Dacko a fait savoir que c’est le lieu de remercier tous les Chefs d’état-major des quatre pays d’avoir fait le déplacement pour accroitre la capacité opérationnel de nos différentes pays frontalière afin de lutter efficacement contre le terrorisme et la criminalité. La cérémonie a pris fin par un dîner gala à l’hôtel Salam.

MDL Aminata Konaté