Session extraordinaire du Conseil supérieur de la fonction militaire Vers une harmonisation des textes

La session extraordinaire du Conseil Supérieur de la fonction militaire s’est déroulée le mardi 23 août 2016 dans la salle d’audience de la direction de la Justice Militaire. Cette session était présidée par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly en présence du Général Gabriel Poudiougou Inspecteur général des Armées et Services, du chef d’Etat-major général des armées, le Général de Division Didier Dacko, du président du conseil supérieur de la fonction militaire, le colonel-major Zakaria Koné et du Directeur adjoint de la justice militaire le colonel Abdoulaye Hamidou.

La cérémonie a également enregistré la présence du Secrétaire Général du ministère de la Défense et des Anciens Combattants, le Général Salifou Koné, du chef de cabinet, le Général Adama Dembélé, des chefs d’Etat-major et directeurs de services des forces armées ainsi que plusieurs officiers, sous-officiers et militaires du rang des forces armées et de sécurité.

Cette session extraordinaire du conseil supérieur de la fonction militaire visait à faire de la réforme des forces armées le chantier de la modernisation. Il s’agissait d’examiner le projet de décret fixant les conditions des militaires et les possibilités d’avancements des Officiers, sous-officiers et militaires du rang, ainsi que le projet de loi partant modification du décret n°05 002PRM du 07 janvier 2007 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement de l’Etat-major général des armées.

Selon le président du conseil, le colonel-major Zakaria Koné, le premier projet consacre la vision de l’ensemble des textes régissant l’avancement des militaires et le 2ème projet répond à un besoin d’adaptation à la réalité actuelle, notamment la prise en compte de certains facteurs dans un contexte sécuritaire marqué par la recrudescence du terrorisme. Il a noté que les participants ont la lourde tâche d’examiner ces projets en vue de formuler des recommandations devant contribuer à leur amélioration. Il les a exhortés à faire preuve de curiosité pour la réussite de la session.

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, quant à lui, a affirmé que le conseil supérieur de le fonction militaire est un cadre institutionnel très utile visant à faire passer les préoccupations des militaires au niveau de la hiérarchie dans l’ordre et la discipline. Pour lui, il permet à la hiérarchie de partager les informations importantes avec la troupe afin d’aboutir à l’initiation de cette troupe. Il a noté que cette session doit examiner des textes et l’exercice consiste à recueillir l’avis des participants avant de les mettre dans le circuit d’approbation du gouvernement. Le Ministre Coulibaly a signalé que l’avancement est l’aspect sensible de la carrière militaire car, chaque changement de grade est un moment important dans la vie du militaire.

Il a saisi l’occasion pour signaler que nous traversons des moments difficiles et qu’aucune difficulté n’est sans fin. Il a aussi noté que c’est au bout de l’effort qu’on viendra à bout des difficultés avant de déclarer que les difficultés ne doivent pas nous amener à ne pas être concentrés sur l’essentiel.

Selon le ministre de la Défense, les périodes difficiles doivent être une raison de motivation afin que notre armée se redresse enfin. Il a souligné qu’il faut tout faire pour éviter de jeter l’opprobre sur l’armée tout en invitant à la cohésion et à la discipline pour faire face aux différents enjeux qui sont les nôtres. Il a affirmé que quelle que soit la vitesse à laquelle le mensonge se propage, selon un dicton bien connu chez nous, la vérité finira toujours par triompher.

Le ministre Coulibaly a déclaré que l’armée malienne s’occupe des militaires aussi bien de leur vivant qu’en cas de décès. «Ce que nous faisons aujourd’hui pour l’armée est inédit y compris les investissements pour la reconstruction de l’armée, l’accroissement de la puissance de feu et le renforcement des capacités », a-t-il précisé.

Il a ajouté que les autorités travaillent pour le Mali et que c’est pourquoi les travaux de cette session sont importants afin que les textes présentés à l’armée fassent l’objet d’harmonisation. Le ministre a rappelé aux participants que les textes qui seront examinés vont régir la vie des militaires et qu’il faut faire en sorte que nul ne puisse contester leur pertinence. Il a enfin invité les participants au courage et à l’engagement.

A/C.N.Dakouo