Théâtre des opérations au Mali : Le danger des EEI au sein des populations civiles et militaires

Selon des estimations des partenaires engagés sur le terrain Barkhane et la MINUSMA, courant les six derniers mois la proportion des incidents liés aux Engins Explosifs Improvisés ayant touché des civils, des éléments des forces de Défense et de Sécurité et des groupes armés est de 56 pour cent. En juillet 2020 sur 12 incidents enregistrés, des Maliens ont été victimes de six attaques EEI. La plupart de ces attaques ont visé les FAMa. Les cercles les plus impactés sont ceux de Douentza et Koro dans la région de Mopti avec 70 pour cent d’incidents. Les régions de Kidal et de Tombouctou restent sous pression depuis deux mois avec des tirs aux mortiers sur les camps de Tessalit et de Gossi. Le taux de neutralisation de ces EEI est de 30%.

Comme mesures préventives il faut toujours poursuivre les sensibilisations à la menace EEI. Il faut la remise à niveau des équipes EEI/EOD avant leur déploiement.

Pour toute précaution, il est nécessaire de prendre en compte la menace du piégeage des abords des cadavres et des véhicules volés ou saisis.