USFAS : La deuxième fois sera-t-elle la bonne ?

DSC_2169Après une première finale jouée et perdue en 1993 contre le DAC les militaires accèdent pour leur 2è fois à la fête nationale du football malien.

Le stade omnisport ‘’Modibo Keïta’’ sera, le samedi 13 août 2016, le socle de la 56ème édition de la coupe du Mali. Cette importante rencontre sera discutée par l’USFAS et les 11 créateurs de Niaréla.

Depuis sa dernière participation en 1993 à la finale de la coupe du Mali soit 23 ans aprèsl’USFAS fait son grand retour. En effet après une bonne saison cette année, le club militaire de football entend à travers cette 56ème édition offrir à ses supporteurs le goût de la victoire.

Le Directeur des sports militaires, le Colonel-major Moussa Moriba Traoré a déclaré cette finale est d’une importance capitale car, non seulement l’USFAS se bat en vue de remporter la coupe mais également pour rehausser le moral de leur camarade sur le théâtre des opérations. Le Colonel Traoré a souligné qu’il a constaté que chaque victoire de l’USFAS est un booster de moral chez les FAMa qui même étant sur le théâtre des opérations suivent avec intérêt l’évolution de l’équipe militaire de football.

Entraineur de l’USFAS bientôt 3 ans, M. Ibrahim Diallo se dit très optimiste quant à la victoire de son équipe face aux 11 créateurs de Niarélacar, cela s’explique par l’évolution positive qu’a connu l’équipe sur les 3 dernières années. Pour lui, cette évolution est également le fruit du travail que ses joueurs font sur leurs personnes mais aussi à l’accompagnement de la Direction des Sports militaires. L’entraineur a souligné que la configuration de son équipe par des militaires et des civiles font de l’USFAS un cocktail détonnant.

Pour le capitaine de l’équipe, l’adjudant de la gendarmerie Ibrahim Diabaté, tout au long de cette saison l’équipe avait pour objectif d’arriver à la finale et qu’elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Selon Diabaté, la victoire de son équipe ne tient qu’à la tenue du match de samedi. A ses dires la cohésion entre les joueurs ne laissera pas de place à l’échec.

MDL/C Geneviève S. Diallo