Visite de la Commission Défense, Sécurité et Protection Civile de l’Assemblée Nationale à Tombouctou

Les députés s’imprègnent des conditions de vie et de travail des militaires sur le terrain

Après Gao et Mopti, la Commission Défense de l’Assemblée Nationale du Mali est arrivée à Tombouctou le 07 avril 2016 pour une mission d’évaluation des capacités opérationnelles et des conditions de vie des forces armées et de sécurité de la dite région. Elle a été accueillie à sa descente d’avion à 14 h00 par le commandant de zone de Tombouctou, le colonel Oumar Diarra. La délégation était conduite par le président de la Commission, l’Honorable Karim Keita.

La délégation a d’abord rendu une visite de courtoisie au gouverneur de la région. Le représentant du gouverneur, le conseiller administratif et aux affaires juridiques, Bani ould Mohamed Cissé a salué la délégation venue pour s’imprégner des conditions de vie et de travail de notre armée.

Le président de la Commission a affirmé qu’il est venu pour trois objectifs à savoir, la défense nationale, la sécurité et la protection civile. « Nous sommes venus pour écouter, échanger et voir comment améliorer les conditions de travail et de vie des militaires et des forces de sécurité. Cette démarche s’inscrit dans le souci de redonner le moral à ceux qui défendent la sécurité du pays», a-t-il déclaré.

Après le gouvernorat, la délégation s’est rendue au Camp militaire où elle a été reçue avec tous les honneurs. Après le cérémonial d’accueil elle s’est inclinée devant la stèle dédiée aux morts de la reconquête. Elle s’est réunie ensuite à huis-clos avec l’état-major de la région. La rencontre a porté sur le terrorisme, l’insécurité, le banditisme, l’équipement, les conditions de vie des hommes, la collaboration avec les forces de la MUNISMA et Barkhane, bref tous sujets relatifs aux défis sécuritaires de la région.

Le président de la commission accompagnée de sa délégation s’est ensuite rendu au camp de la garde Nationale où il a été reçu par le commandant de groupement, le commandant Dao DIARRA qui a exposé les difficultés et les besoins de ses hommes. Le premier défi selon lui est lié à l’effectif pour une région aussi vaste ; le groupement manque d’effectif pour faire face aux défis sécuritaires, des logements pour les familles des gardes et des bâtiments pour les hommes, car, la plus part dorment en ville exceptés les militaires du rang.

Il manque aussi de bureau pour le commandant de groupement, de clôture pour le camp et d’équipements lourds pour l’exécution des missions. Mais dans le cadre de l’amélioration des conditions de logement, un logement pour le commandant de compagnie est déjà en chantier avec la clôture de la compagnie même si c’est insuffisant, a signalé le commandant Diarra.

Le président de la commission Défense et Sécurité, l’honorable Karim Keita a reconnu que les besoins sont énormes dans un pays pauvre. Il a donné l’assurance que toutes les doléances seront exposées à qui de droit et que des ressources seront mobilisées afin que les hommes travaillent et exécutent leurs missions dans les conditions acceptables.

Il a été beaucoup question du vecteur aérien car vue la capacité de nuisance de l’ennemi, seul des matériels roulants blindés appuyés par une aviation de frappe peuvent changer les données sur le terrain. Selon le président de la Commission Défense-Sécurité et Protection Civile de l’AN, l’accroissement de la capacité opérationnelle des forces armées est déjà lancé et l’acquisition du vecteur aérien n’est plus qu’une question de court temps. Le gouvernement avec la volonté du Président de la République tient à ce que ce pays soit une nation de paix, de sécurité et de développement et cela passe par une armée bien formée et réellement équipée. Cette tournée s’inscrit dans ce cadre, a précisé, l’honorable Keita.

Karim Keita a transmis le même message à la police nationale, à la gendarmerie nationale et à la protection civile. Toutes les corporations ont dressé un tableau de leurs besoins.

Partout, il a été question de justice, d’équité, de mauvaise répartition des ressources humaines, et de complaisance. La police manque cruellement d’effectif car, une centaine d’éléments affectés ont été réaffectée sans aucun remplacement. Pour le représentant du commissaire de police, l’inspecteur Hamidou Diakité, une cinquantaine d’éléments ne peuvent pas exécuter toutes les missions au niveau de la région de Tombouctou. Lors des patrouilles mixtes la police de la MINUSMA est dans des véhicules blindés alors que nos éléments sont exposés, a déploré l’inspecteur Hamidou DIAKITE qui a aussi demandé à la Commission de revoir les allocations et les primes de logements de la police qui restent inférieures à celles allouées aux autres corporations.

La Commission a effectué une visite guidée à l’intérieur de la caserne à savoir l’intendance, le magasin de session, la poudrière, le garage, l’équipement roulant, la soute, la cuisine, l’infirmerie et la transmission. Au nom de la commission Défense-Sécurité et Protection Civile de l’AN, son président a offert une enveloppe symbolique aux FAMa basées à Tombouctou.

Avant de quitter, la délégation s’est rendue au siège de la MINUSMA.

Cal Alhassane ALDJOUMATI