Centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro : Fin d’un cycle

Les 41ème, 42ème promotions et les officiers du Cycle Spécial et d’adaptation de l’EMIA quittent enfin Koulikoro avec le visa du chef suprême des Armées.

Cette sortie des 41ème, 42ème promotions et les officiers du Cycle Spécial et d’adaptation de l’Ecole Militaire Interarmes de Koulikoro (EMIA) a eu lieu, le vendredi 4 septembre 2020, sur la place d’armes du Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro (CIBSSK). Elle était Placée sous la haute présidence du président du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), le colonel Assimi Goïta, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées.

La 41ème promotion constituée de 57 Officiers dont 13 du personnel féminin et 9 étrangers venant de 5 pays à savoir 01 de la Côte-d’Ivoire, 04 du Gabon, 01 de la Guinée Conakry, 01 du Tchad et 02 du Togo est la toute dernière du cycle classique de trois ans. Celle de la 42ème promotion qui comprend 32 Officiers dont 6 du personnel féminin et 15 étrangers de 7 pays, à savoir 02 du Burkina Faso, 02 du Congo Brazzaville, 02 de la Côte-d’Ivoire, 02 de la Guinée Conakry, 03 du Tchad, 02 du Togo et 02 du Sénégal est la première de la réforme de l’école ayant suivi un cycle normal de deux ans. Les Spécialistes qui comptent 49 sont des médecins généralistes et spécialistes ainsi que ceux issus des pays partenaires du Mali. Ces derniers ont suivi successivement un cycle académique et un cycle d’adaptation de trois mois. Le Sous-lieutenant Solange Zala est le major de la 41ème  promotion avec une moyenne de16, 39, Celui de la 42ème promotion est le Sous-lieutenant Sinaly Diané avec une moyenne de 16,70 et le major du cycle spécial est le Lieutenant Bilaly Boré avec une moyenne de16, 63. Les majors des différentes promotions sont tous du Mali.

Ces officiers après avoir reçu de la part de leurs parrains, leurs sabres et épaulettes ont prêté serment devant le président du CNSP, Chef suprême des Armées.

La 41ème promotion porte le nom de feu Commandant Karim Niang, un officier émérite au parcours exceptionnel. Né le 25 août 1982 à Bamako, il fréquenta le Prytanée Militaire de Kati avant d’être incorporé dans l’Armée de Terre comme engagé volontaire le 01-11-1999 pour cinq ans. Il termina l’EMIA en juillet 2002 au sein de la 24ème promotion. Officier calme, réfléchi, imperturbable préférant les affres du terrain à la monotonie des bureaux tièdes fut décoré de deux médailles commémoratives de campagnes dans le cadre des opérations Djiguitougou et Maliba. Son courage, sa rage de vaincre et son sens de l’honneur lui permirent très tôt d’être décoré de la plus prestigieuse des médailles des FAMa, la croix de la valeur militaire qu’il obtint en 2005. Sa rigueur, sa ténacité et son bienveillance lui ont valu d’être décoré de la médaille française de la défense nationale avec échelon or en 2013. Ce fut pour récompenser ses exploits lors de la reconquête des régions Nord du pays. Ce valeureux Officier nous quitta le vendredi 5 février 2016 armes à la main entrain de secourir des partenaires qui étaient attaqués.

La 42ème promotion de l’EMIA fut baptisée au nom d’un Soldat, un guérisseur du corps et de l’âme. Il s’agit de feu médecin Général de Brigade Mady Macalou. Né le 16 juin 1950 à Kroukéto, le médecin général Macalou a été incorporé dans l’Armée de Terre comme engagé volontaire le 16 octobre 1972 à l’âge de 22 ans pour une durée initiale de 4 ans. Attiré par le métier des armes mais surtout de ce qu’il a de plus noble, il obtint rapidement une bourse d’études de médecine pour la Roumanie en 1973. Nanti de son parchemin rare, il fut nommé médecin chef de la place d’armes de Kati en 1978. Mettant le malade au-dessus de sa personne et de tout, le général a gravit l’ensemble des échelons de la hiérarchie des FAMa pour accéder au grade de Général de Brigade en 2011. Travailleur acharné, professionnel infatigable et Soldat pondéré et réfléchi, le général Macalou s’est investi corps et âme dans la profession médicale pour sauver ses compatriotes et adoucir les souffrances de ses frères d’armes. La Nation malienne lui en a été reconnaissante à travers l’attribution des distinctions honorifiques les plus prestigieuses. Son dévouement et son attachement à l’humain furent également reconnus en dehors des frontières nationales. Il fut ainsi décoré de la médaille de l’ordre national du mérite français avec échelon argent. Il fait valoir ses droits à la retraite le 31 décembre 2014 et décède le 06 août 2017 au Maroc des suites d’une longue maladie.

Cette cérémonie est une tradition qui marque chaque année le renforcement des rangs des cadres militaires. C’est une circonstance à travers laquelle les élèves officiers reçoivent leur galon de sous-lieutenant pour le cycle ordinaire et de lieutenant pour le cycle spécial, faisant d’eux des officiers aptes à servir la patrie avec honneur et dévouement.

Le Chef d’Etat-major Général des Armées le Général de brigade Oumar Diarra a invité les nouveaux officiers à faire preuve de professionnalisme. Pour lui, cette cérémonie marque un moment fort et singulièrement solennel qui consacre la fin d’un enseignement militaire académique et pratique et le début d’une carrière professionnelle au service de la nation malienne et de l’Afrique en général. ‘’En ma qualité de CEMGA, je vous instruis et vous recommande au moment où vous vous apprêtez à rejoindre vos unités de suivre les traces de vos valeureux aînés’’, a-t-il ajouté.

Le président du CNSP, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, le Colonel Assimi Goïta s’est dit animé d’un sentiment de fierté et de gloire. Selon lui, ces jeunes viennent d’entrer dans la grande famille des officiers et cela aura certainement un impact positif sur les opérations. Ils doivent être des officiers de caractère, dignes pour mener à bien les missions qui leur seront confiées. Il a profité de l’occasion pour remercier et encourager les FAMa qui sont actuellement déployées sur les théâtres d’opérations. Le président du CNSP a enfin réitéré son engament et son soutien indéfectible aux FAMa.

Rappelons que l’Ecole Militaire Interarmes (EMIA) a été créée le 1er octobre 1962. Elle s’est installée dans l’ancienne école des Enfants de Troupe actuelle Prytanée Militaire de Kati de sa création jusqu’en 1980. A cette période, 8 promotions avaient été formées. Depuis le 1er octobre 1980, l’Ecole fut transférée à Koulikoro sur les bords du fleuve Niger, à proximité du Nianan Kulu, site chargé d’histoire. L’école fut ouverte  au reste du continent africain en 1993, formant depuis cette date des élèves venus de 13 pays amis. A ce jour, cette prestigieuse école a formé 1644 officiers dont 167 venant des pays amis.