Archives for vendredi 16 mars 2018

DSSA : rencontre avec les épouses des casernes, toutes les épouses comptent

Pour toucher toutes les épouses des militaires et dans tous les camps que composent les casernes et bases du Mali, la Direction du Service Social des Armées (DSSA) envisage des pourparlers intense et large. A la suite des camps de Kati et autres c’est au tour de la base 101 de Sénou de recevoir la forte délégation composée des marraines, des présidentes des camps et des membres du service social. Ensemble ces femmes ont échangé sur l’avenir et le devenir de toutes celles qui vivent dans cette base sans aucune activité rémunérant pour une condition de vie descente. Pour ce faire, les femmes de la base ont présenté leurs doléances au service social des armées. Ce service qui est l’interface entre la hiérarchie et la couche sociale des casernes. La politique du gouvernement est de mettre les militaires dans des conditions adéquates et cela à travers des familles épanouies dans un environnement de développement acceptable et considérable. Diawara Nabou Diawara, la présidente des femmes des camps se dit combler de tout ce que les autorités militaires sont en train de mettre en œuvre pour une armée forte et unie.

2e Cl Abdoulaye Traoré

L’EUTM : sensibilisation sur le Droit International Humanitaire (DIH). Congola dans le visuel de l’EUTM

Situé à 68 km de Bamako, le Village de Congola a été le choix de l’EUTM-Mali pour la réalisation d’un film. Une réalisation sur le Droit International Humanitaire (DIH).  Ce film est composé de 4 épisodes de 15 mn. Sa première projection a eu lieu le jeudi 15 Mars 2018 à Congola dans la Commune rurale de Siby. C’était en présence du Général de Brigade Enrique Millan, Commandant des Forces de l’EUTM-Mali et du représentant du Chef d’Etat Major Général des Armées, le Colonel Moriba Koné  ainsi que  plusieurs autres invités.

Le  film démontre principalement que ‘’l’Armée n’est pas que guerre, mais elle apporte aussi de l’aide et de l’assistance à la population’’. Il sensibilise sur 4 axes qui sont : l’engagement des Forces Armées avec la communauté locale, la violence sexiste, la protection des civils et l’usage de la force.

L’acte 1 du court métrage porte sur l’impact d’un engagement de l’armée avec la communauté locale. Cet engagement apporte des modifications de décisions au niveau de l’Armée. Conclusion cela peut réduire des inconvénients pour la communauté locale sans diminuer son effectivité. Une manière d’encourager la communauté à aider l’Armée.

Le second recommande de respecter pleinement le Droit International applicable aux Droits de la protection des femmes et des enfants. Le troisième acte explique qu’il est nécessaire de considérer les enfants soldats comme des victimes et pas comme des ennemis. Ils doivent être traités de façon souple et être orientés vers des services qui peuvent les aider. Quant au dernier, l’usage de force physique doit être toujours proportionnel. Travailler avec la population apporte des bénéfices pour les forces de défense.

C’est dire en tout que le soutien des populations contribue pleinement à l’amélioration des conditions de sécurité. Et le respect du Droit International Humanitaire constitue un facteur de développement d’un pays. La production de ce film en 2 mois a été assurée par l’Agence de communication « Looba SARL ». Elle a été financée par l’EUTM-Mali et le Royaume Uni.  Le film existe en trois versions. Une version originale en Langue Bamabara, mais aussi en Peulh et en Sonrhai.

Avant de commencer la  Cérémonie de projection, L’EUTM en collaboration avec ses partenaires a remis un cadeau de reconnaissance au Chef du Village Congola pour sa forte collaboration. Plusieurs autres cadeaux ont été distribués aux habitants du village.  L’EUTM a également équipé  un espace de jeux d’enfants  pour l’épanouissement des tout-petits.

2e Cl Hamadou Makounou

Fin formation Certificat Inter Armes (CIA): des sous-officiers détiennent leur visa pour l’échelon supérieur

Trois mois de formations intenses de sous-officiers venant de toutes les armes ont été sanctionnés ce vendredi 16 par le Certificat Interarmes (CIA). Un passage obligé pour tout sous-officier qui prétend à un grade supérieur. Ce n’est pas tout, il donne au sous-officier un esprit beaucoup plus ouvert et plein de discernement pour les futures activités à mener dans un contingent combatif. Ce certificat inter armes comme son nom l’indique est un brassage de tout corps composant les Forces de défense et de sécurité. Il est en somme le cordon ombilical entre armes dans les missions régaliennes des forces unies. Il est aussi le renfort des liens pour maintenir une cohésion opérationnelle sur les théâtres. Du coup cette formation permet d’évaluer la valeur combative des militaires aptes et admis à se soumettre à cet exercice. Pour cette année, trois centres ont été choisis pour recevoir les 1380 stagiaires de l’Armée, de la Garde et de la Gendarmerie. Le camp de N’tomikorobugu en a reçu 390 pendant que la base 101 de Sénou et l’Ecole de la Gendarmerie recevaient respectivement 596 et 394.

Cette formation intense de 3 mois demande aussi toute l’aptitude physique, psychique et intellectuelle du stagiaire dans les normes militaires. Parce qu’elle permet aux commandements de réunir les Forces de frappe composées de tout corps. Pour un plan opérationnel efficace, ces détenteurs du certificat interarmes entrent dans la composition des contingents évoluant dans un dispositif de combat. Les différents chefs d’état-major présents aux cérémonies ont exhorté les nouveaux détenteurs du certificat à renforcer la cohésion interarmes afin de resserrer les liens et les rangs contre les multiples ennemis du Mali. Conscients des défis énormes que connait notre pays, les stagiaires en fin de formations se sont engagés à faire de l’Armée malienne une force combattante des lustres d’antan afin que le Mali puisse sortir de cette situation d’insécurité jamais connue par les fils et filles du pays.

MDL/C Dramane Dembélé

2e Cl Valentin R. Diallo

2e Cl Abdoulaye Traoré

 

Passation de commandement à la Région militaire n°6

Le colonel Cheick Tidiane Diarra s’installe.

Le colonel Cheick Tidiane Diarra a pris les commandes de la 6e Région militaire (Sévaré). La cérémonie de prise de commandement a eu lieu le jeudi 15 mars 2018 à Sévaré. Elle était présidée par le chef d’Etat-major Armée de Terre, le colonel-major Abdrahamane Baby.

Le colonel Daoud Aly Mohamedine prend les rênes de la 3e Région militaire (Kati).

Journée Internationale des Femmes : 08 mars 2018

Le personnel féminin des Forces Armées et de Sécurité de la Cité des Askia donne la cadence

Le personnel Féminin des FAMa  et de la MINUSMA de la Cité des Askia ont commémoré jeudi 08 mars 2018  la Journée Internationale des Femmes. Ladite cérémonie s’est déroulée dans la salle de conférence de la MINUSMA. Thème retenu : « Le rôle des femmes dans le processus de paix ». Le Commandant Flaurent de la République du Bénin principal conférencier a  mis l’accent sur  la résolution du Conseil  de Sécurité des Nations Unies 1325. Plusieurs exposés étaient à l’ordre du jour notamment l’historique de la journée, l’égalité des sexes, agressions, discrimination et harcèlement sexuels. Cette initiative du personnel féminin du Mali et les autres pays présent dans la cité a été soutenue par le représentant de la MUNISMA à Gao.