BIOGRAPHIE DE FEU CAPITAINE SEKOU TRAORE DE LA 37ème PROMOTION DE L’EMIA

DSC_2034Koulikoro, le 05 août 2016

Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Armées ;

Monsieur le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants ;

Monsieur le Chef d’Etat-major Général des armées ;

Honorables invités ;

En vos rangs, grades et qualités respectifs ;

Tout protocole observé ;

Mesdames, messieurs.

Permettez-moi à l’entame de mes propos de joindre aux salutations et remerciements du Commandant du Centre d’Instruction Boubacar Sada SY les miens pour préserver un peu de votre temps précieux.

Néanmoins je ne saurais commencer sans souligner Monsieur le Président de la République Chef Suprême des armées que les conseils que vous aviez prodigués ainsi que les bénédictions que vous aviez faites aux Officiers de la 36ème Promotion ont porté fruit car ces jeunes officiers presque tous sont déployés sur le terrain et servent honorablement.

C’est un bien douloureux devoir qui m’incombe en ce jour de joie mais aussi de peine, celui d’avoir l’honneur et le privilège de lire ce matin la biographie d’un de mes très chers élèves que j’ai formé pendant trois (03) longues années dans cette même cour, d’un soldat valeureux, Feu Capitaine Sékou TRAORE, Parrain de la 37ème Promotion de l’Ecole Militaire Interarmes.

L’honneur que le Président de la République son Excellence Ibrahim Boubacar KEITAT vient de faire aux militaires disparus c’est-à-dire baptiser une promotion au nom de l’un d’entre eux est bien inspiré. C’est une marque de reconnaissance envers les Forces de Défense et de Sécurité et qui fait l’envie et le courage de se battre pour ce pays.

Né le 14 juillet 1978 à Koutiala de Aliou et Néné Salimata SOW

Il fréquente successivement :

De 1985 à 1990 le premier cycle de l’école du quartier de Sogomougou de Koutiala.

De 1991 à 1993 le second cycle du groupe scolaire public de Koutiala.

De 1994 à 1997 le Lycée Danzier KONE de Koutiala.

De 1998 à 2002 la Faculté des Langues, Lettres, Sciences du Langage (Ex ENSUP).

Le premier octobre 2002, il est admis au concours d’entrée à l’Ecole Militaire Interarmes de Koulikoro au titre du concours direct d’où il sortira Sous-lieutenant en juillet 2005, il passe lieutenant deux ans plus tard au compte de l’avancement automatique.

Le premier janvier 2012 il est promu Capitaine soit quelques jours seulement avant sa disparition. Au titre des stages et formations, 1999-2000 Diplôme d’Etudes Universitaires Générales à la Faculté des Lettres, Langues, arts et Sciences Humaines.

2002-2005 Diplôme de l’Ecole Militaire Interarmes.

2005 Certificat de Maintien de la paix.

18-03-2005 Certificat du Projet de Développement des Capacités en Maintien de la Paix et de Sécurité.

Du 14-09-2009 au 27-01-2010 Stage d’officier des Opérations Spéciales à l’académie d’Infanterie Mécanisée de Shjiazhuang en Chine.

Au cours de sa jeune et brillante carrière, il a successivement occupé les fonctions suivantes :

A sa sortie de l’EMIA il fut affecté à la 624ème CIR en qualité de Chef de Section, unité qu’il commandera par intérim pendant quelque temps.

En 2009 il participa au deuxième séminaire de l’Institut International des Etudes de Droit du Département de la Défense au Etats-Unis à l’intention des Unités ayant reçu des équipements ACOTA.

Le 01-08-2009 il a été désigné Commandant d’Unité Adjoint de la 624ème CIR et mis en route la même année sur Gao dans le cadre de la relève de « l’Opération DJIGUITOUGOU »

Jeune chef courageux et brave, son attachement à son serment d’officier qu’il a prêté ici même sur cette place d’Armes, son refus de céder une portion du territoire à l’ennemi en engageant le combat avec ses hommes jusqu’à l’épuisement total de ses moyens ont fait de ce jeune Officier le symbole de l’héroïsme. Le feu Capitaine Sékou TRAORE était intègre et loyal; son sens des responsabilités et de l’honneur ont fait de lui un homme d’une solide réputation. Permettez-moi Monsieur le Président de la république Chef suprême des armées de vous raconter une anecdote, un jour l’Elève Officier d’Active Sékou TRAORE est venu me voir à l’époque j’étais Capitaine Instructeur dans cette même école pour me dire qu’il souhaite servir au nord à sa sortie d’ici, je l’ai répondu qu’il faut sortir d’abord il m’a dit que sortir d’ici n’est pas un problème pour lui j’ai répliqué en disant d’attendre d’abord avoir une petite expérience, il m’a enfin dit que s’il s’agit de l’expérience il va l’avoir sur le terrain, j’ai alors compris la détermination de cet élève, Monsieur le président de la République Chef Suprême des Armées, l’histoire fût que ce jeune Officier et moi-même fûmes retrouvés dans cette partie de notre pays lui à Aguel-hoc et moi à Ménaka à la tête de l’Echelon Tactique Interarmes N°5.

En ce jour de joie, mais aussi de profonde méditation, ayons une pensée pieuse et prions pour tous ces valeureux militaires africains, français et autres nationalités tombés sur le champ d’honneur.

Formulons le vœu que le MALI, après les progrès constatés dans la mise en œuvre de l’accord de paix que le Mali retrouve la quiétude la stabilité afin que le lourd sacrifice consenti par les plus hautes autorités de ce pays pour redonner au peuple malien son honneur et sa dignité mais aussi de tous ces soldats africains, français et autres nationalités ne reste pas vain.

Excellence Monsieur le Président de la République Chef Suprême des Armées sous la clairvoyante impulsion des plus hautes autorités civiles et militaires l’Ecole Militaire Interarmes s’est imposé comme un modèle d’école en matière de formation de base des officiers permettant aujourd’hui à ces jeunes Officiers d’atteindre un niveau opérationnel satisfaisant pour se hisser à hauteur de mission pour commander une section d’infanterie motorisée en temps de paix, de conflit ou de crise. Au terme de trois années de dur labeur ; ils ont par leur courage acquis les savoirs nécessaires et indispensables de base pour servir dans les Forces Armées de Défense et de Sécurité. Les dimensions atteintes par le terrorisme nous imposent de former les officiers avec une plus grande rigueur, des officiers imbus d’un sens de patriotisme très élevé possédant des qualités physiques et mentales inébranlables. Ces brillants résultats obtenus ne doivent cacher les difficultés que nous rencontrons tous les jours dans l’accomplissement de notre mission, elles sont d’ordre matériel et humain.

Monsieur le Président de la République Chef Suprême des Armées, nous assurons la ferme conviction que ce groupe cohérent d’Officiers fera la fierté de notre Ecole et des Armées africaines. Le sens de la responsabilité, le respect de l’éthique et de la déontologie de l’Officier, le don de soi, le goût de l’effort et l’esprit de sacrifice ont été les vertus visées par notre formation et qui constituent désormais le prix à payer pour figurer parmi l’élite des armées africaines.

Ayant compris très vite depuis leur rentrée dans cette Ecole toute la dimension des tâches futures et faisant preuve de volonté inébranlable en toute circonstance malgré les difficultés liées à l’insuffisance des infrastructures et des moyens techniques, ils ont su surmonter les dures épreuves et obtenir d’excellents résultats.

Vous consoliderez vos connaissances sur le terrain au contact de la réalité en appliquant avec toute la rigueur que cela comporte les connaissances apprises à l’école en n’oubliant pas la devise de l’EMIA « S’INSTRUIRE INSTRUIRE ET VAINCRE ».

Chers Officiers des pays frères et amis du Mali, pendant trois (03) ans vous avez surmonté avec beaucoup d’abnégation et d’humilité les difficultés de la vie courante telles que l’éloignement de vos familles et la différence de cultures en faisant honneur à vos pays respectifs, trouvez ici mes chaleureuses félicitations.

Officiers de la Promotion feu Capitaine Sékou TRAORE et du Cycle Spécial, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bon courage et bon vent en vous demandant d’être des dignes fils de vos pays respectifs que chacun voudrait unis, laïcs et prospères./.

Je vous remercie