Visite des chefs de la diplomatie allemande et française à Gao Soutien de l’Europe aux forces partenaires et à la reconstruction des FAMa dans la lutte contre le terrorisme

image-804aab61eaa6e57315f8d677192a5db5dc3e4470b063586c2316667c97dd18ce-VLes ministres des affaires étrangères Allemand et français, respectivement Frank Walter Steinmeier, Jean Marc Ayrault et celui de la Défense et des Anciens Combattants du Mali, Tiéman H. Coulibaly ont effectué le lundi 02 mars 2016, une visite au camp de l’opération Barkhane basé à Gao. Ils étaient accompagnés pour la circonstance par l’ambassadeur de la France au Mali, M. Giles Huberson.

A leur descente d’avion, ils ont été accueillis par le ministre de la Réconciliation Nationale, M. Zahabi Ould Sidy Mohamed et le commandant de l’opération Barkhane, le Général de Division Patrick Bréthous.

Les deux Ministres des affaires étrangères venus apporter leurs soutiens aux militaires français et allemands engagés au Mali dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Après le dépôt de gerbes de fleurs sur le monument des soldats français tombés au cours des opérations Barkhane et Serval, le chef de la diplomatie française Jean Marc Ayrault s’est dit profondément attristé par la mort de ces vaillants soldats fauchés par les narco terroristes. Il s’agit du Mdl chef Damien Noblet, le Brier Chef Michael Chauwin et le Brier Mickael Poo-Sing. De valeureux soldats qui servaient au sein du 511ème régiment du train d’Auxonne. Un dernier hommage leur a été rendu aux Invalides en présence du Président de la République du Mali, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéita, a-t-il précisé.

Le ministre français a rappelé que la mort de ces soldats s’ajoute à la disparition de ceux, trop nombreux, qui ont fait le sacrifice suprême dans le combat qui se poursuit encore au sahel contre le fanatisme et la barbarie.

La paix au Mali est essentielle « nous le savons bien, les terroristes qui, en janvier 2013, avaient entrepris de s’emparer de la totalité du Mali, sont les mêmes que ceux qui frappent partout dans le monde notamment au Proche Orient, à Grand Bassam, à Bruxelles ou à Paris », a-t-il souligné. « Face à cet ennemi commun, le constat s’impose : la sécurité du Mali est notre sécurité », a précisé le chef de la diplomatie française.

Jean Marc Ayrault a noté que l’unité de nos pays et leur mobilisation dans la lutte contre le terrorisme est la seule réponse face à ce défi. Il y a trois ans, Gao avait basculé dans l’obscurantisme et dans la terreur. « Grâce à vos sacrifices, aux sacrifices des forces des Nations Unies et ceux des FAMa, la menace a été repoussée et affaiblie » a-t-il ajouté.

M. Ayrault a réitéré le soutien de l’Europe toute entière qui est déterminée à accompagner le Mali dans sa politique de reconstruction de ses forces armées à travers sa mission d’appui aux forces de sécurité intérieure (EUCAP) et sa mission de formation (EUTM). Plus de sept bataillons conjoints et mixtes soit 7500 soldats maliens ont été formés à la lutte contre le terrorisme avec une ambition : celle de constituer une armée nationale du Mali, présente sur tout le territoire et assurant la pleine autorité de l’Etat, a-t-il martelé.

Pour sa part, le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants Tiéman H. Coulibaly a indiqué qu’il reste beaucoup à faire en termes de coopération militaire. Au-delà de l’entrainement, un effort doit être fait pour l’accès aux équipements car, les FAMa doivent se moderniser pour que leurs actions soient véritablement adaptées aux modes opératoires de l’ennemi en face.

Sgt Daouda Fofana (Gao)