Archives for janvier 2016

Communiqué du Ministre de la Défense

Ce jour jeudi 28 janvier 2016, aux environs de 07 heures, au cours d’une mission d’escorte de camions civils, un véhicule des Forces Armées maliennes (FAMa)a sauté sur un engin explosif improvisé (EEI) sur l’axe Gao –Gossi.
Suite à cette explosion, les FAMa ont perdu trois hommes en même temps qu’un véhicule, et enregistré trois blessés.
Les blessés ont été évacués sur Gao où ils reçoivent des soins. Aux familles éplorées des disparus, le ministre présente ses condoléances les plus attristées et souhaite prompt rétablissement aux blessés. .
Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, condamne de tels crimes à un moment où tous les efforts convergent vers la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.
Le ministre rassure que tout sera mis en œuvre pour traquer et punir les auteurs de ces crimes. Le ministre invite les populations à ne pas céder aux menaces et intimidations.
Le ministre en appelle à l’esprit de diligence de tous les signataires de l’accord afin de favoriser le démarrage rapide du processus de cantonnement, gage de l’efficacité de la lutte contre les attaques terroristes au Mali.

Bamako le 28 janvier 2016

Le Ministre de la Défense
et des Anciens Combattants
Tiéman Hubert Coulibaly
Chevalier de l’ordre national

Présentation des membres du cabinet au Ministre de la Défense et des Anciens Combattants

En 2016 les efforts porteront sur la consolidation des acquis
La salle de conférence du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants a abrité jeudi, 31 Décembre 2015, la cérémonie de présentation de vœux du personnel du Ministre Tiéman H Coulibaly. La cérémonie a enregistré la présence du Secrétaire général de la Défense, le Général de Division Mamadou Lamine Ballo, du Chef de Cabinet, Général Adama Dembélé, de l’Inspecteur Général des Armées et Services, le Général Salif Koné.
Le ministre Tiéman a affirmé que l’année 2015 s’achève et une nouvelle année pointe à l’horizon avec l’espoir de pouvoir continuer le travail de sécurisation et de stabilisation du territoire national.
Pendant l’année 2015, les forces armées et de sécurité ont multiplié les efforts de sécurisation du territoire national. Trois opérations majeures sont actuellement en cours. En plus de cela, de nombreuses missions sont régulièrement menées pour escorter les convois, protéger les points sensibles et sécuriser les grands projets de développement, les populations et leurs biens.
Le ministre a rappelé que du 10 au 15 Novembre dernier, une mission conjointe des FAMa et groupes armées signataires de l’accord a été initiée pour récupérer les véhicules militaires offerts au Mali par le gouvernement algérien. Ces véhicules étaient bloqués depuis 2014 à Bordj El Moktar, à la frontière avec l’Algérie.
Les forces armées et de sécurité dans le cadre du fonctionnement organique de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaires ont bénéficiéau cours de l’année 2015 des armes et des munitions, des moyens roulants, de dotation en effets d’habillements, des casques balistiques, des gilets pare-balles, de tentes collectives et de rations de combat.
Le programme EUTM a permis de former sept groupements tactiques interarmes (GTIA). La formation des pilotes et des équipages est également en cours. Il a souligné qu’un recrutement de 5000 hommes par état-major et services est aussi en cours.
En 2016, les efforts porteront notamment, sur la consolidation des acquis, la réalisation des projets inachevés de la LOPM et non exécutés en 2015 et celle prévue pour 2016 en vue de renforcer les capacités opérationnelles des forces, la réalisation des logements sociaux et la mise en place d’un fonds social pour le personnel de la Défense.
Le ministre a enfin souhaité aux personnels de son département bonne chance et plein de succès en 2016 dans leur mission sacerdotale de défense, de l’intégrité territoriale et de sauvegarde de la souveraineté du Mali.
La cérémonie a été mise à profit pour informer le ministre du départ à la retraite de certains éléments du cabinet.Il s’agissait des Colonels-Majors Mary Diarra, Mady Diakité et du Capitaine Alassane Yattara.
Selon le Colonel-Major Mary Diarra, l’admission à la retraite n’est pas synonyme d’adieu. Elle est plutôt un au revoir dans la mesure où vous vous retrouvés ailleurs.
Il a remercié le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants pour son courage, sa disponibilité et sa fermeté qui ont facilité l’accomplissement de la mission.
Le Colonel-Major Mary a, au nom des partants à la retraite, présenté des excuses les plus sincères au personnel du MDAC pour lesdésagréments qu’ils auraient causés dans l’exercice de leurs fonctions.

Av de 1°Classe Oumar Bagayoko

Célébration du 55ème anniversaire de l’Armée à Kati le 20 Janvier 2016

DSC_0210UNE ARMÉE DEBOUT ET FIÈRE
Le 55ème anniversaire de notre Vaillante Armée a été célébré le Mercredi 20 Janvier 2016 sur la Place d’Armes de la 3ème région militaire de Kati.
Cette cérémonie présidée par le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA a enregistré la présence des membres du gouvernement, des présidents des institutions, les membres du corps diplomatique et consulaire, de l’Assemblée Nationale, des responsables de la Minusma, de l’opération « Barkhane », de l’EUTM,d’EUCAP SAHEL MALI, de la hiérarchie militaire, des représentants des forces de sécurité.
Le traditionnel défilé militaire est un témoignage de la vivacité et de l’engagement de nos forces de défense et de sécurité envers la nation et la patrie. Elle est le signe de la maturité de 55 ans d’existence dans un contexte de renaissance et de réforme car, notre armée est en pleine mutation, suite à la crise politico-sécuritaire qui a secoué notre pays. L’Armée malienne monte en puissance et reprend confiance en elle.
A son arrivée à la Place d’Armes à 09h06 mn, le Chef suprême des Armées, Ibrahim Boubacar KEITA n’a pas dérogé à la tradition, salutation des autorités militaires et administratives de Kati, dépôt de gerbe de fleurs aux monuments du soldat inconnu, en hommage aux militaires tombés pour la défense de l’intégrité territoriale du Mali. Après ce fut la montée des couleurs, la revue des troupes des différents corps des forces armées et de sécurité, dans son véhicule de commandement, en compagnie du Chef d’Etat-major Général des Armées, le Général de Division Mahamane Touré.
Le Chef de l’Etat a ensuite pris place à la tribune officielle, aux côtés du président de l’Assemblée nationale, du Premier Ministre, des membres du gouvernement, des représentants du corps diplomatique et consulaires accrédités au Mali, ainsi qu’un parterre d’invités de marque.
Lors de cette cérémonie, une trentaine de militaires et de policiers ont été décorés de la médaille de la croix de la valeur militaire, du mérite militaire, de sauvetage, de la médaille des blessés et de la médaille commémorative de campagne.
Le Grand chancelier des Ordres Nationaux du Mali, le Colonel à la retraite Djingarey Touré a expliqué que les médailles sont une marque de reconnaissance et de mérite de la nation envers ceux qui ont fait preuve de sacrifice.
Il a précisé que la croix de la valeur militaire est décernée aux militaires ayant eu une action de courage et que la médaille du mérite militaire est donné aux militaires ayant 15 ans de service avec distinction au service. La médaille de sauvetage est accordé aux militaires ayant secouru leurs frères d’armes, la médaille des blessés est décerné aux blessés de guerre ou tout élément des forces de défense et de sécurité ayant enregistré une blessure au cour de sa mission. Quant à la médaille commémorative de campagne, le grand chancelier a fait savoir qu’elle est accordé aux militaires ayant effectués au moins 6 mois dans un théâtre d’opération.
Les médaillés ont reçu leurs décorations respectivement des mains du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, du Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Colonel-Major Salif Traoré, de l’Inspecteur Général des Armées et Services, le Général Salif Koné, du Chef d’Etat-Major Général des Armées, le Général Mahamane Touré et du Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, le Colonel-Major Ibrahim Fané.
Le défilé a été un des temps forts de cette cérémonie.
On a assisté ainsi aux passages successifs et au son des notes de la fanfare nationale, du drapeau et sa garde, des anciens du Service National des Jeunes (SNJ), des agents des eaux et forêts, de l’administration pénitenciere et l’éducation surveillé, de la douane, de la protection civile, de la police nationale, de la gendarmerie nationale, de la Garde Nationale, du Génie Militaire,de l’armée de l’Air et de l’Armée de Terre dont la marche a pris fin par le passage du régiment des Commandos Parachutistes. Le passage des éléments de la Direction du sport Militaire mis fin à ce défilé.
Visiblement ému, le Chef de l’Etat, Chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar Keïta dans l’interview accordée à la presse, a promis de redonner aux forces armées et de sécurité toutes les vertus de professionnalisme, de discipline et de cohésion.
Sgt Nassoun Fané

Cérémonie du 20 JANVIER 2016 à Koulikoro

DSC_3962Le « Méguétan » se mobilise pour la fête de l’armée
La population de Koulikoro est sortie massivement pour prendre part, et rehausser l’éclat des festivités marquant les 55 ans de notre Armée. Cette cérémonie était présidée par le représentant du Gouverneur de ladite Région, Mr Ouénégué Diarra.Les autorités administratives et militaires de la région se sont rendues à la Place d’Armes de Koulikoro pour célébrer l’événement.
C’est par une lettre du premier président malien Modibo Kéitaadressée au corps diplomatique accrédité au Mali que le 20 janvier 1961 le dernier soldat français quittera le Mali, a rappelé le représentant du chef de l’exécutif régional.
En revisitant l’histoire, le départ du dernier soldat français a ouvert la voie à la création de la jeune armée malienne. La nouvelle armée était composée de la compagnie de reconnaissance de Nioro, de la compagnie de reconnaissance de Gao et le détachement du bataillon du Mali à Ségou et comptait 1232 éléments dont un officier Général.Poursuivant sa montée en puissance, les FAMaforment aujourd’hui deux composantes à savoir : les forces de défense et les forces de sécurité.
Après le dépôt de la gerbe de fleurs au monument des Martyrs, le représentant du gouverneur de la région de Koulikoro, Ouénégué Diarra dira que c’est un devoir de mémoire qui impose ce jour solennel, il a émis une pensée pieuse pour nos illustres résistants tombés lors de la conquête coloniale et aux héros de l’indépendance du Mali. Un hommage mérité a été rendu aux défenseurs de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale à savoir les soldats maliens et les forces étrangers tombés pour la libération des régions du nord.Pour la réussite des missions régaliennes des FAMa, le représentant du Gouverneur Mr Diarra a sollicité le concours de la population.
Le commandant de la place d’armes de Koulikoro et commandant du centre d’instruction Boubacar Sada Sy, le colonel Nouhoun  M. Traoré a declaré que cette jeune armée bâtie au prix du courage, de la conviction et de la détermination a très vite su marquer les repères d’une institution intégrée et respectueuse au lendemain de sa création.
Face à la montée en puissance des FAMa, le colonel Traoré dira que : « le présent anniversaire se tient à un moment où les forces armées et de sécurité sont fortement engagées dans un processus de réforme et de renforcement capacitaire fondés sur la formation et l’entrainement ».« Face aux nouveaux défis qui s’imposent, il est plus que jamais urgent que notre armée soit dotée des fondamentaux adéquats et nécessaires à l’exercice de sa mission régalienne. C’est-à-dire ce dont elle a besoin aujourd’hui pour jouer pleinement son rôle de rempart de la nation et d’instrument de la démocratie, mais également parfaire ses capacités et accommoder ses structures à nos exigences tangibles de sécurité intégrale »,a-t-ilprécisé.
Le défilé militaire a concerné le drapeau et sa garde, une section de l’EMIA, de l’école d’état-major, de la gendarmerie Nationale, de garde, de l’armée de terre, de la police, de la protection civile. Le passage des pionniers a mis fin à cette cérémonie.
Le haut commandement militaire était représenté par le Général Didier Dacko Chef d’Etat-major Général Adjoint des Armées.

Sgt Daouda Fofana

Célébration du 55ème anniversaire de l’Armée à Ségou

DSC_4922HOMMAGE A TOUS CEUX QUI SE SONT BATTUS AVEC HONNEUR ET DÉTERMINATION

Les forces Armées et de sécurité réaffirme toute leur gratitude et leur reconnaissance au Président de la République chef suprême des Armées pour les sacrifices consenties afin d’améliorer les conditions de vie et de travail.

La place d’arme du camp Cheikou Amadou de Ségou a refusé du monde ce mercredi 20 janvier 2016. Depuis 06h 30, les chasseurs traditionnels, les troupes folkloriques de certains villages voisins ont tenu à répondre à l’appel de la fête des FAMAS.
Tous au rythme de la musique de leurs terroirs, ont rendu un vibrant hommage aux forces de défense et de sécurité pour leur engagement patriotique dans la défense de l’intégrité du territoire national des personnes et de leurs biens.
La montée des couleurs s’est déroulée à 08h 30 en présence des autorités civiles et militaires de la 2ème région militaire.
Le chef de l’exécutif régional, M. Georges TOGO est arrivé à 09h00 accompagné d’une forte délégation des chefs des institutions régionales des élus et de certaines notabilités. Il passa en revue les différentes unités de nos forces de défense et de sécurité avant de prendre place à la loge officielle en compagnie du commandant de la 2ème région militaire, le colonel-major NTacknit Ag Inticane.
La cérémonie débuta par le mot de bienvenue du commandant de la 2ème région militaire.
A l’entame de son allocution, il a fait observer une minute de silence en la mémoire de nos compagnons d’armes, des Forces françaises, Tchadiennes, de la MINUSMA, des Forces de défense et de sécurité du Mali, mais aussi de toutes les victimes civiles, qui ont payé de leurs vies la lutte contre le terrorisme.
La défense de la circonscription administrative de la région de Ségou est assurée par les forces de défense et de sécurité conformément à un découpage territorial qui a permis une présence permanente dans le temps et dans l’espace pour une meilleure opérationnalité, a-t-il souligné.
Les FAMa exécutent des missions de contrôle de zone, d’identification et d’interpellations de suspects dans certains cas, aussi bien à l’intérieur de la Région que sur les axes routiers, mais aussi sur les cordons frontaliers Mali- Mauritanie et Mali- Burkina dans le but d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.
L’Armée se réjouit des efforts consentis par les autorités dans le cadre de l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail mais attend beaucoup la réalisation du projet de réforme de l’Armée qui selon , le personnel va améliorer davantage leur condition à court, moyen et long terme.
Les projets en cours de réalisation à terme, pourraient résoudre les problèmes qui persistent à savoir le manque de logement, de bureaux, de moyens de locomotion et surtout le manque de couverture aérienne.
L’espoir de la relance économique et le démarrage des grands chantiers dans la région, lancés par le Président de la République lors de sa visite au mois de décembre passé, ont donné espoir aux populations, s’est réjoui le colonel-major NTackni Ag Inticane.
Un hommage a été rendu à tous ceux qui se sont battus avec honneur et déterminations. Le Colonel Major NTackni a souhaité que les âmes des disparus reposent en paix et un prompt rétablissement aux blessés.
L’occasion a été mise à profit par les forces Armées et de sécurité de réaffirmer toute leur gratitude et leurs reconnaissance envers le Président de la République, Chef suprême des Armées pour les sacrifices consentis afin d’améliorer les conditions de vie et de travail de son Armée.
« Que DIEU le tout-puissant fasse que cette année 2016 voit la consécration de notre réarmement moral, le renforcement de nos capacités, et le rétablissement de la confiance en nous et surtout entre nous, et qu’il nous donne la force et les conditions idoines pour sécuriser à souhait le retour total de l’administration, celui des personnes déplacées et des réfugiés, la reprise des activités socio-économiques, dans un environnement apaisé, pour que prospère le Mali, un et indivisible, fort et riche de sa diversité , a conclu le Colonel Major NTacknit.
Cent cinquante éléments du bataillon du Génie militaire basé à Bapho ont été décorés. Quinze ont reçu la médaille du mérite militaire, trois la médaille des blessés et cent trente-sept la médaille commémorative de campagne.
Les récipiendaires ont reçu leurs médailles de la main du gouverneur de la 4ème région Ségou M. Georges TOGO et du colonel-major NTackni Ag Inticane.

Lieutenant Mohamed B COULIBALY
Adjudant Mady COULIBALY
Garde Asseydou MAIGA

Présentation de vœux des Chefs d’Etat-major et Directeurs de Services au MDAC

DSC_0501Les grandes directives de 2016 seront exécutées dans l’intérêt supérieur de la nation
La salle de conférence du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants a abrité le Jeudi, 31 Décembre 2015 la présentation des vœux des Chefs d’Etats-Majors et Directeurs de Services au Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly.Le Directeur du Service Social des Armées, le Colonel Mariétou Dembélé a, au nom des Chefs d’états-majors et Directeurs de Services, présenté au ministre Tiéman Hubert Coulibaly, les meilleurs vœux de l’année 2016. Elle a affirmé au ministre que la hiérarchie militaire est disposée à faire aboutir les grandes directives dans l’intérêt supérieur de la nation tout en s’efforçant à maintenir la cohésion, l’entente et la discipline qui font la force principale des armées.
Le ministre Coulibaly a déclaré que certes l’année 2015 a été difficile mais elle a été aussi positive au regard du chemin parcouru par les forces Armées et de Sécurité. Les FAMa, dira Ministre, ont joué le rôle habituel de forces pré-positionnées pour marquer la souveraineté du Mali sur l’ensemble du territoire nationalà travers la surveillance des frontières. Il est à noter qu’ellesont travaillé dans des contextes opérationnels extrêmement contraignants. Les FAMa ont été sollicitées sur plusieurs fronts et ont répondu.
Le plus grand défi en 2015 a été pour les forces armées,la conjugaison des activités opérationnelles axées sur la sécurisation du territoire et des efforts de réorganisation et de renforcement des capacités.
Parlant des activités menées par les FAMa en 2015, le Ministre a relevé que l’opération Maliba continue de mobiliser plusieurs soldats dans la partie nord et au centre-ouest du pays. Mais avec la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation, elle s’est concentrée sur la lutte contre le terrorisme. A travers cette opération, les FAMa travaillent sans relâche à la sauvegarde de l’intégrité du pays, en promouvant la paix et la cohésion.
Il a affirmé qu’en marge de l’opération Maliba, elles mènent aussi l’opération SENO dans les cercles comme Mopti, Douentza, Koro,Bankass, Tominian, lesquels font l’objet d’attaques criminelles perpétrées par la secte d’AmadounKoufa. Cette opération vise à prévenir la menace de manière à maintenir la paix et la tranquillité des populations dans ces localités.
Dans la région de Sikasso, les FAMa ont promptement agi pour tuer le germe dans l’œuf des velléités de création d’une soi-disante branche-sud du groupe terroriste An sardine.
Le ministre a précisé que le professionnalisme des FAMa s’est manifesté de la manière la plus éclatante lors des prises d’otages survenus à Sévaré à l’hôtel Byblos et à Bamako à l’hôtel Radisson Blu. Le ministre de la Défense a rendu un vibrant hommage à ces hommes et femmes qui, malgré les énormes difficultés que constituent leurs tâches quotidiennes, répondent sans hésitation, à l’appel du devoir, parfois jusqu’au sacrifice ultime.
Il a rappelé qu’en Mars 2015, pour la première fois au Mali, une Loi d’Orientation et de Programmation Militaire a été votée, afin de répondre aux besoins des armées sur le long terme et combler les déficits capacitaires des soldats.
L’effort d’équipement des FAMa a été considérable au titre de cette année. Des armes et des munitions, des moyens roulants, des hélicoptères de combat et de manœuvre, des avions de chasse et de transport sont en cours de réalisation. Plus de 11 000 casques balistiques et 6 000 gilets pare-balles ont été distribués aux éléments déployés sur le théâtre des opérations.
S’agissant du renforcement des ressources humaines, le ministre Coulibaly a souligné qu’un recrutement de 5 000 hommes par les états-majors et services est en cours.
Concernant l’amélioration des conditions de vie des hommes, plusieurs actions ont été menées en 2015 notamment l’introduction de l’indemnité compensatrice de logement, l’augmentation de15% de la pension de retraite par l’intégration des 15% de la prime de risque et l’amélioration de la grille indiciaire.
Le Ministre ajouta que la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire a défini le bon cap qu’il conviendra de maintenir et de renforcer. En 2016, l’effort portera notamment sur le parachèvement du processus de recrutement, la construction d’infrastructures, notamment celles nécessaires à l’exploitation des vecteurs aériens, à l’entrainement des forces et à l’amélioration des conditions de vie des hommes à travers la réhabilitation des casernes et la réalisation de logements sociaux.
Le ministre a réitéré ses sincères félicitations pour le travail accompli en 2015. Il a formulé ses vœux les plus sincères de voir l’année 2016 couronnée de succès, de santé dans les trois domaines d’activités majeurs qui sont la vie individuelle, familiale et collective.
Av de 1°Classe Oumar Bagayoko

Cérémonie de présentation de vœux à l’IGAS

DSC_0570Des partants à la retraite heureux de passer le flambeau
L’Inspection Générale des Armées et Services du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, a abrité la cérémonie de présentation de vœux des partants à la retraite. La cérémonie était placée sous la présidence du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, en présence de l’Inspecteur Général des Armées et Services, le Général Salif KONE.
Ce sont les Colonels-Majors Gaoussou Coulibaly, FelixSagara, Madou Diarra et des Colonels Yayou Diamouténé et Mahamane Abidine Maiga qui ont fait le déplacement.
Le Colonel-Major Gaoussou Coulibaly a au nom des partants à la retraite exprimé au Général Salif Koné toutes leurs admirations pour les sollicitudes qu’il a toujours manifesté à leur endroit tant dans le domaine des activités professionnelles mais aussi dans le social.
S’adressant aux personnels de l’inspection général des Armées et Services, il leurs a remercié et présenté des excuses pour les désagréments survenus dans la gestion du quotidien tout en affirmant que le pardon est divin et l’excuse est humaine.
Pour lui, l’IGAS est une famille formidable caractérisée par la gentillesse, la disponibilité, la solidarité et l’esprit de sacrifice.
« Cette belle époque de notre vie, nous ne la regrettons pas car, elle est pour nous révolue et, nous sommes heureux de passer le flambeau à la nouvelle génération pleine de promesse » a-t-ilajouté.
Il a enfin souhaité une bonne et heureuse année 2016 à tout le personnel du ministère de la Défense et des Anciens Combattants pour un mali un et indivisible.
Av de 1°Classe Oumar Bagayoko

OPERATION « SENO » La grande offensive contre les ennemis de la paix se poursuit

Depuis un certain temps, les cercles de Bankass, Koro, Douentza, Bandiagara, Djenné dans la région de Mopti et Tominian dans lerégion de Ségou, connaissent une recrudescence des attaques de bandits armés et des groupes terroristes. Face à cette situation et en vue de mieux protéger les populations, le haut commandement a lancé une opération dénommée ‘’ SENO ‘’. Cette opération estune offensive musclée des FAMa contre les terroristes dans la partie Est de la région de Mopti, le long de la frontière avec le Burkina-Faso. Cette zone montagneuse était devenue le sanctuaire des djihadistes.

La zone était devenue ces derniers temps une véritable poudrière avec son corollaire d’assassinats, d’enlèvements d’animaux et des pillages de paisibles populations dont le seul tort est de vivre dans cette partie du pays.
La fréquence des attaques à Dioura, Boni, Boulkessi, Ténénkou, Diafarabé, et Kouleinzéa créé non seulement la psychose chez les populations, mais a provoqué aussi la reponse de la hiérarchie militaire. Face à cette situation dramatique, les chefs d’Etat-major et Directeurs de service sous l’impulsion du ministre de la Défense et des anciens combattants se sont réunisau Camp Ba-Lobbo de la 6ème région militaire à Sévaré pour mettre en place urgemment une opération afin de faire face à ce narco-terrorisme d’où la naissance de l’Opération SENO.
L’opération porte le nom de la plus grande plaine de la région de Mopti qui s’étend sur tous les cercles de ladite région. Elle a été planifiée au mois d’octobre dernier pour une durée de trois (03) mois.
Elle a pour mission de bouter hors de la zone les terroristes et les narcotrafiquants et appréhender leurs complices pour des fin d’enquête, ce qui va instaurer un climat de paix et de quiétude dans la région.
Ladite opération s’étend de Tominian à Mondoro sur une distance de 290 Km d’Ouest en Est et de 105 Km du Nord au Sud.
Sa composition est mixte et comprend les éléments des armées de Terre, de l’Air et des forces de Sécurité.
Après sa mise en place et son déploiement sur le terrain, ‘’SENO ‘’ a commencé d’abord par le renseignement auprès des populations, la reconnaissance aérienne et enfin le démantèlement des réseaux terroristes.
Dans sa mission de sécurisation, SENO a organisé des patrouilles de grandes envergures avec toutes les forces de Défense et de Sécurité en compagnie de la MINUSMA, de jour comme de nuit, pour sillonner la ville de Sévaré et environs. Une patrouille exceptionnelle est aussi organisée tous les vendredispour la sécurisation de la prière de ‘’Jouma’’.
Depuis la prise d’otage de l’hôtel BYBLOS de Sévaréla psychose, même si elle se dissipe progressivement, avait gagné les esprits d’une bonne partie de la population de la Venise malienne.Pour leChef de BataillonTièmoko Mamadou Coulibaly commandantdu 61ème Régiment et Coordinateur sous-secteur 4 de Sévaré, cette patrouille organisée par les FAMa a pour but non seulement de sécuriser les populations et leurs biens, mais aussi de rassurer cette population par la présence de l’armée nationale.
Pour la réussite de l’opération ‘’SENO’’, l’armée de l’Air amené des missions de reconnaissance aérienne, la surveillance, le guidage des troupes au solet en cas de necessité des appuis feux.Ses missions de reconnaissance sont effectuées par des avions Tétras qui font des photos.
Au cours de l’opération, les appareils ont effectué plus d’une quarantaine de sorties aériennes soit à peu près 100 heures de vol. Selon,le Capitaine d’aviation Abdoulaye Diakité, Chef de Centre de coordination des opérations aériennes du théâtre (CCOAT), les difficultés majeures rencontrées sont le manque de couverture aérienne efficiente de la zone d’extension de l’opération dans un temps record et le passage des populations dans des zones suspectées lors desmanœuvres.
La Gendarmerienationale aégalement joué une part active lors des opérations à travers ses brigades territoriales basées àYouwarou, Ténénkou, Douentza, Hombori et Boni. Elle aaussi assuré la protection des points sensibles de la région et la recherche de renseignements au profit du poste de commandement. Elle a déployé un peloton de gendarmes en vue d’assurer la mission de prévôté.
Le commandant de la 5ème Légion de Gendarmerie de Mopti à Sévaré, le lieutenant-colonel Olivier Diassana a précisé qu’avec l’opération SENO, 45 présumés terroristes ont déjà été déférés devant le juge anti-terroriste à Bamako.
Présente sur toute l’étendue du territoire national, même dans les hameaux, la Garde nationale a un Peloton à Mondoro et une unité spécialisée dans la lutte anticriminalité qui est une composante de l’opération SENO.
La Police et la Protection civile participent respectivement à la fouille systématique des véhicules, des sacs, l’identification des personnes suspectes en vue de les conduire à la Gendarmerie ou au commissariat de police le plus proche. Elles assurent aussi l’évacuation des blessés, etc…
Pour le Directeur régional de la Protection civile de Sévaré, le commandant Naman Keïta, depuis le début de l’opération SENO, la Protection civile n’a enregistré aucun cas d’évacuation comme pour dire que tout se passe dans un professionnalisme envié.
A l’Est de Sévaré dans les montagnes escarpées et difficiles d’accès aux véhicules, les terroristescommettaient leurs forfaitsen opérant sur motos et par petit groupe de 2 à 4, voir au maximum 10 personnes. Leur mode opératoire étant connu, les FAMas’y adaptent d’où l’envoie de plusieurs motos par le ministère de la Défense et des anciens combattants.
Au cours d’une offensive contre les terroristes et leurs alliés, les FAMa ont réalisé une bonne moisson en saisissant sur l’ennemi une vingtaine de motos Sanily, des ordinateurs portables, des clés USB, des téléviseurs, des téléphones fixes, des tenues treillis, des munitions de calibres différentes et des armes. Cette offensive a permis aussi la destruction des réseaux de communicationsterroristes.
Selon, le colonel Daoud Aly MohammedineCommandant de la 6ème région militaire, le début de l’opération n’a pas été facile puisque la collaboration de la population manquait, elle se montrait méfiante craignant les représailles des éléments terroristes. Mais à travers la communication et des missions de sensibilisation des FAMa, l’opération ‘’SENO’’ a portéses fruits grâce aux soutiens despopulations qui ont compris l’importance de la mission. Cette collaboration a abouti à des arrestations et des démantèlements de groupes terroristes, etc. Il soutient que lapopulation constitue un maillon solide pour les FAMa.
Pour le colonel Daoud,les FAMa ne ménageront aucun effort pour la sécurisation des personnes et leurs biens. Il les a invités à maintenir ce niveau de collaboration avec les FAMa pour réussir ce combat contre le terrorisme qui est une lutte de longue haleine.
Quant au moral de la troupe, le colonel a profité de l’occasion pour féliciter ses hommes et les encourager. Il n’a pas caché sa satisfaction et sa fierté à l’endroit de ses hommes pour le travail accompli avant d’affirmer que l’opération ‘’SENO’’ se porte à merveille et l’espoir est permis.
A Bankassoù se trouve déployée une unité de la force, le préfet, le maire et le président du Conseil de Cercle ont tous apprécié l’opération. Le président du Conseil de cercle de Bankass, Amadou Yarro a lancé un appel solennel à l’endroit de la jeunesse pour qu’elle dénonce les ennemis de la Nation quel que soit le prix à payer, car, pour lui, la jeunesse constitue le bras valide des djihadistes, elle a intérêt à se ressaisir, a-t-il prévenu.
Pour honorer la mémoire des soldats tombés en janvier 2013 à Konna, le Col Daoud Aly Mohammedine, les élus et les notabilités deKonnaont rendu un hommage à plus de 50 soldats qui reposent désormais dans le cimetière de Sama-Konna.
Dans sa déclaration le Gouverneur de la région de Mopti, KamanKanéavant de saluer l’opération a fait un rétrospectif sur les attaques des djihadistes courant 2015. Il a indiqué que le 6 janvier 2015 l’arrondissement de Dioura a été attaqué par les Djihadistes qui ont ensuite brûlé l’arrondissement et les locaux de la mairie. Peu après le préfet de Ténénkou sera assassiné. Ces forfaits ont été suivis par plusieurs meurtres, a déploré le chef de l’exécutif régional.
Selon le gouverneur, depuis la mise en place de l’opération ‘’SENO’’, la région de Mopti a connu une accalmie, même si elle reste relative. Dans les cercles de Bankass etKoro les populations vaquent tranquillement à leurs occupations. Ténénkou qui était l’épicentre même de l’insécurité dans la région renoue avec les activités, a indiqué le gouverneur. Il a souhaité une extension de l’opération ‘’SENO’’aux cercles de Ténénkou et de Youwarou.

Envoyé spécial
Sgt d’aviation Malamine TANGARA

Cérémonie de remise de décoration à l’Attaché de Défense Mauritanien au MDAC Le colonel Hassane Koné reçoit la reconnaissance du Mali

Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants a abrité le jeudi 21 janvier 2016, la cérémonie de décoration de l’attaché de défense de l’ambassade de la République Islamique de la Mauritanie, le colonel Hassane Koné en fin de mission dans notre pays. Cette cérémonie qui était présidée par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants Tiéman H. Coulibaly a enregistré la présence de l’honorable Aguissa S. Touré, représentant le président de la Commission Défense, Sécurité et Protection civile de l’Assemblée Nationale.

Le colonel Hassane Koné a été fait Chevalier de l’ordre national du Mali à titre étranger par le ministre de la défense. Cette noble distinction témoigne de la reconnaissance du Président de la République, Chef Suprême des Armées, son Excellence Ibrahim B. Kéita pour les efforts consentis par le colonel Hassane dans sa mission de raffermissement de la coopération entre les deux Etats.

L’attaché de défense, le colonel Hassane s’est dit très honoré de recevoir cette distinction après 3 ans passés sur le sol malien. Selon le récipiendaire, cette décoration revêt une importance particulière car, elle marque une reconnaissance des efforts consentis et donne une nouvelle vie à tous les projets de coopération bilatérale. Il soutient qu’elle a permis de faciliter les contacts dans le cadre des crises qui ont ébranlé le Mali ces dernières années.

Selon l’officier mauritanien, cet honneur est un motif de satisfaction parce qu’il coïncide avec le 20 janvier, date anniversaire de l’Armée malienne, héritière de glorieux soldats qui se sont vaillamment battus pour défendre la liberté et la dignité humaine, a-t-il rappelé.

Le récipiendaire, tout en souhaitant voir les efforts des Forces Armées et de Sécurité couronnés de succès, il a souligné que l’Armée malienne monte en puissance et retrouvera bientôt ses capacités et son lustre d’antan. Il a aussi souhaité que 2016 soit une année où le Mali tournera définitivement la page des crises cycliques, pour renouer avec la paix, la stabilité et l’essor économique auxquels aspire le peuple.

Sgt Daouda Fofana

EUCAP Sahel Mali dresse le bilan de sa première année d’activité : Les Forces de sécurité maliennes en bonne voie de modernisation

Il y a un an, EUCAP Sahel Mali a commencé à former et conseiller la Police, la Gendarmerie et la Garde nationale du Mali. Le 14 janvier 2016, les membres des forces de sécurité maliennes et de la mission européenne ont célébré l’achèvement d’une première année de travail commun visant à améliorer la sécurité de la population du Mali. Le bilan dressé par le Chef de la Mission lors du premier anniversaire de la mission s’avère très encourageant.
Douze mois après le lancement officiel de la mission civile européenne EUCAP Sahel Mali, près de 700 agents ont achevé leur formation. « Tous les cadres qui ont reçu une formation ou les conseils d’EUCAP Sahel Mali en 2015 ont démontré leur volonté de répondre à la demande de leurs concitoyens pour une meilleure protection. Leur dévouement est impressionnant. Ils sont déterminés à changer l’image de leurs corps qui s’était ternie au cours de la crise profonde qu’a dû traverser le Mali. Je suis confiant qu’à travers l’approfondissement de cette collaboration au cours de l’année 2016, la sécurité des habitants des villes et des villages du pays continuera à s’améliorer. », constate le Chef de Mission Albrecht Conze.
La plupart des formations livrées par EUCAP s’inscrivent dans les modules généralistes, où chaque cadre reçoit une formation de quatre semaines. Les formations couvrent tout le spectre des savoirs faire nécessaires au bon fonctionnement des forces de sécurité intérieure : du management à l’éthique, la déontologie, les droits de l’homme et le genre ; de l’intervention professionnelle au maintien de l’ordre et la protection des hautes personnalités ; de la police judiciaire à la sécurité publique générale, en passant par la police technique et scientifique et la sécurité des frontières.
La mission comprend également une équipe de conseillers qui travaillent avec les forces de sécurité intérieure et les ministères en charge de la Sécurité et de la Défense pour améliorer le système des ressources humaines et réorganiser la formation. Par ailleurs, EUCAP Sahel Mali se coordonne d’une manière étroite avec la société civile et les acteurs internationaux.
« Durant cette année, ces professionnels maliens et européens ont tous fourni des efforts remarquables pour commencer les changements nécessaires à la réforme du secteur de la sécurité qu’a souhaitée le Président de la République du Mali en dédiant l’année 2015 à la restructuration des forces de défense et de sécurité », se félicite le Chef de Mission Albrecht Conze.
En 2016, la mission continuera des actions de formation et de conseil, mais lancera aussi un ensemble de nouvelles activités pour renforcer son action en matière de gestion des frontières, des questions migratoires et de criminalité associée, tout en évaluant progressivement ses capacités d’action hors de Bamako.

ACTION CIVILO MILITAIRE FAMa et MINUSMA autour d’un CIMIC DAY A NAMPALA

Dans le cadre de l’opération LUKCHAM, une journée CIMIC DAY a été organisée le 15 Décembre 2045 à Nampala. Cette journée initiée par la Minusma à travers l’hôpital nigérian a connu la participation des FAMa et d’un Bataillon burkinabè.
En marge de l’opération LUKCHAM, la commune de Nampala a bénéficié d’un CIMIC Day (Journée de CIMIC) à laquelle ont participé plusieurs autorités militaires dont le Général Hervé GOMA, chef d’Etat-major général des forces de la minusma à Bamako, le Général Sidiki Daniel TRAORE, commandant du Secteur Ouest de la MINUSMA à Tombouctou et le Colonel Oumar DIARRA, commandant le secteur 3 de l’Opération MALIBA. Avant d’atterrir à Nampala, la délégation a effectué une escale à Léré où elle a pris contact avec le Bataillon burkinabé stationné dans cette localité dans le cadre de l’opération Gergovie.
C’est dans une atmosphère de liesse populaire que les autorités militaires ont été accueillies à l’école de Nampala où se déroulera la cérémonie de donations en présence du chef de village, le 1er adjoint au maire, le représentant du CSCOM de Nampala par l’intermédiaire de la matrone, le directeur de l’école et d’une foule nombreuse sortie massivement pour manifester leur joie.
DSC_2282Prenant la parole, le directeur de l’école a souhaité la bienvenue à la délégation et remercié les forces qui, grâce à leurs efforts et sacrifices, ont concouru au retour de la paix.
Le Général Sidiki Daniel TRAORE, commandant le Secteur Ouest de la MINUSMA, qui après avoir remercié la population de l’accueil, a donné un aperçu de la cérémonie du jour. Il s’agit, a dit le Général TRAORE, de l’accomplissement des activités civilo-militaires qui se focaliseront sur une donation de médicament au CSCOM de Nampala par l’hôpital du Nigeria, des vivres offerts par les Famas et des kits scolaires par le Bataillon Burkinabé. Pour lui, le seul but de cette activité est le rapprochement des populations aux forces en présence dans la localité.
Quant au Colonel Oumar DIARRA, commandant le Secteur-3 de l’Opération MALIBA, il a évoqué les missions de sécurisation, de protection des personnes et des biens des FAMa à l’endroit des populations bien qu’elles soient épaulées par d’autres forces multinationales. Il a également sollicité une franche collaboration des populations dans la sécurisation et surtout les a exhorté à une communication rapide de tout fait qui leur semble étrange. Le Colonel DIARRA a ensuite remis au premier adjoint du maire de Nampala l’échantillon du vivre que les Famas ont offert à la population nécessiteuse avant de rendre visite aux check points en vue de prodiguer des conseils aux militaires s’y trouvant.
Même son de cloche chez le Colonel nigérian O. Adibayor qui a remercié la population de l’accueil avant de remettre à la matrone l’échantillon des médicaments offert par l’hôpital Nigérian au sein de la MINUSMA à Tombouctou.
Le Général Hervé GOMA a aussi remercié la population de l’accueil qui leur a été réservé avant d’annoncer que la seule et unique mission des forces présentes est d’assurer la protection des populations afin qu’elles puissent jouir des soins de santé, de l’instruction et du développement économique.
Avant de prendre congé de la population de Nampala après un repas copieux partagé avec les autorités locales, la délégation s’est ensuite envolée pour Tombouctou via Léré où elle s’est entretenue avec le BAT Burkina s’y trouvant.
Cette journée de CIMIC DAY à Nampala a véritablement été une réussite ayant permis de capturer la perception de la population vis-à-vis des forces. Perception qui, à partir de ces actions, a amorcé la flèche ascendante.
Lt MAIGA, OFFICIER ACM
Lt-Col DEMBELE, DIRPA