Archives for août 2016

Session extraordinaire du Conseil supérieur de la fonction militaire Vers une harmonisation des textes

La session extraordinaire du Conseil Supérieur de la fonction militaire s’est déroulée le mardi 23 août 2016 dans la salle d’audience de la direction de la Justice Militaire. Cette session était présidée par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly en présence du Général Gabriel Poudiougou Inspecteur général des Armées et Services, du chef d’Etat-major général des armées, le Général de Division Didier Dacko, du président du conseil supérieur de la fonction militaire, le colonel-major Zakaria Koné et du Directeur adjoint de la justice militaire le colonel Abdoulaye Hamidou.

La cérémonie a également enregistré la présence du Secrétaire Général du ministère de la Défense et des Anciens Combattants, le Général Salifou Koné, du chef de cabinet, le Général Adama Dembélé, des chefs d’Etat-major et directeurs de services des forces armées ainsi que plusieurs officiers, sous-officiers et militaires du rang des forces armées et de sécurité.

Cette session extraordinaire du conseil supérieur de la fonction militaire visait à faire de la réforme des forces armées le chantier de la modernisation. Il s’agissait d’examiner le projet de décret fixant les conditions des militaires et les possibilités d’avancements des Officiers, sous-officiers et militaires du rang, ainsi que le projet de loi partant modification du décret n°05 002PRM du 07 janvier 2007 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement de l’Etat-major général des armées.

Selon le président du conseil, le colonel-major Zakaria Koné, le premier projet consacre la vision de l’ensemble des textes régissant l’avancement des militaires et le 2ème projet répond à un besoin d’adaptation à la réalité actuelle, notamment la prise en compte de certains facteurs dans un contexte sécuritaire marqué par la recrudescence du terrorisme. Il a noté que les participants ont la lourde tâche d’examiner ces projets en vue de formuler des recommandations devant contribuer à leur amélioration. Il les a exhortés à faire preuve de curiosité pour la réussite de la session.

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, quant à lui, a affirmé que le conseil supérieur de le fonction militaire est un cadre institutionnel très utile visant à faire passer les préoccupations des militaires au niveau de la hiérarchie dans l’ordre et la discipline. Pour lui, il permet à la hiérarchie de partager les informations importantes avec la troupe afin d’aboutir à l’initiation de cette troupe. Il a noté que cette session doit examiner des textes et l’exercice consiste à recueillir l’avis des participants avant de les mettre dans le circuit d’approbation du gouvernement. Le Ministre Coulibaly a signalé que l’avancement est l’aspect sensible de la carrière militaire car, chaque changement de grade est un moment important dans la vie du militaire.

Il a saisi l’occasion pour signaler que nous traversons des moments difficiles et qu’aucune difficulté n’est sans fin. Il a aussi noté que c’est au bout de l’effort qu’on viendra à bout des difficultés avant de déclarer que les difficultés ne doivent pas nous amener à ne pas être concentrés sur l’essentiel.

Selon le ministre de la Défense, les périodes difficiles doivent être une raison de motivation afin que notre armée se redresse enfin. Il a souligné qu’il faut tout faire pour éviter de jeter l’opprobre sur l’armée tout en invitant à la cohésion et à la discipline pour faire face aux différents enjeux qui sont les nôtres. Il a affirmé que quelle que soit la vitesse à laquelle le mensonge se propage, selon un dicton bien connu chez nous, la vérité finira toujours par triompher.

Le ministre Coulibaly a déclaré que l’armée malienne s’occupe des militaires aussi bien de leur vivant qu’en cas de décès. «Ce que nous faisons aujourd’hui pour l’armée est inédit y compris les investissements pour la reconstruction de l’armée, l’accroissement de la puissance de feu et le renforcement des capacités », a-t-il précisé.

Il a ajouté que les autorités travaillent pour le Mali et que c’est pourquoi les travaux de cette session sont importants afin que les textes présentés à l’armée fassent l’objet d’harmonisation. Le ministre a rappelé aux participants que les textes qui seront examinés vont régir la vie des militaires et qu’il faut faire en sorte que nul ne puisse contester leur pertinence. Il a enfin invité les participants au courage et à l’engagement.

A/C.N.Dakouo

Contingent 2015 Le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre rend visite aux centres de Faladiè et N’Tomikorobougou

Après Bapho, Markala, Tiby, Ségala, Yanfohila et Koutiala, le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, le Colonel-major Abdrahamane Baby s’est rendu le samedi 20 août 2016 dans les centres de formation de Faladiè et de N’Tomikorobougou. L’objectif de cette visite était non seulement de s’enquérir des conditions de vie et de travail des futurs défenseurs de l’intégrité du territoire mais surtout d’apporter le message des plus hautes autorités.

A un peu plus de deux mois de formation, l’assurance a été donnée au CEM-AT par les directeurs des deux centres que tout est mis en œuvre afin de donner aux forces armées maliennes des produits de bonnes qualités. Les deux Directeurs de centres estiment que les autorités peuvent compter sur les nouvelles recrues pour l’accomplissement des missions futures. Car leur dévouement et loyauté sont inconditionnels envers la nation malienne. ‘’Votre passage dans les centres ne fera que renforcer le sens élevé du devoir’’, a déclaré le capitaine Samassekou, directeur du centre de Faladiè.

Comme pour joindre l’acte à la parole, place a été donné aux jeunes recrues de procéder à la démonstration de démontage et remontage des armes. Les yeux fermés, elles (les recrues) ont remarquablement effectué l’exercice avec les armes comme la carabine chinoise ou le Fusil semi-automatique (FSA), le Pistolet mitrailleur (PM) et même les 12,7 mm.

Les directeurs des centres ont fait savoir au CEM-AT que les programmes ont été exécutés à ce jour à hauteur de 75°/o.

Prenant la parole, le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, le Colonel-major Abdrahamane Baby a tenu à observer une minute de silence à la mémoire de nos compagnons nationaux et internationaux tombés sur le champ de l’honneur. Selon lui, l’heure est grave pour notre pays qui vit l’une des périodes les plus difficiles de son histoire. C’est pourquoi, il a invité les jeunes recrues à accepter les contraintes de la formation militaire pour pouvoir relever les défis qui s’imposent en elles dans le futur.

‘’ Nous avons besoin des hommes qui peuvent nous aider dans la restructuration de notre outil de Défense. Ceux qui ne sont pas prêts à consentir cet effort et ce sacrifice feront mieux d’aller voir ailleurs pour le bien être de la patrie’’, a insisté le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, le Colonel Abdrahamane Baby. Puis de poursuivre que tout le monde n’est pas fait pour le métier des armes qui ne se résume pas seulement au port de l’uniforme.

En outre, il a expliqué aux jeunes militaires que l’amour, la confiance et la cohésion doivent être leurs maîtres mots durant toute leur carrière. Pour cela, il a confié qu’un drapeau aux couleurs nationales sera remis à chacune des recrues pour les exhorter davantage au dévouement et au sacrifice dans leur mission de défense de la patrie. Pour le Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre, cela contribuera à rehausser les couleurs nationales.

Il a rappelé cependant qu’il va personnellement veiller sur la formation et la préparation pour que l’armée puisse satisfaire son serment par la plus belle des manières. Aux encadreurs, il les a invités à travailler dans le cadre du règlement et de la formation militaire.

Le chef d’Etat-major de l’armée de terre, a clôturé son séjour dans chacun des centres de Faladiè et de N’Tomikorobougou par la visite des dortoirs, de l’infirmerie et de la cuisine. Il a aussi profité de l’occasion pour rendre visite aux éléments de la nouvelle unité des Forces Spéciales Antiterroristes (FORSAT) installée dans le camp de garde.

Il était accompagné du commandant de zone de la 3ème région militaire, le colonel Mamary Camara, du coordinateur des centres, le lieutenant-colonel Daouda Sagara et plusieurs officiers de son cabinet.

Notons enfin que c’est un Chef d’Etat-major visiblement satisfait de sa visite qui a assisté aux défilés des jeunes recrues organisé à cet effet dans les deux centres pour la circonstance.

Sgt Aly I. Maïga

IBA FAYE (STAGIAIRE)

Coopération militaire Mali- Chine L’AXE PEKIN -BAMAKO SE RENFORCE

La République Populaire de Chine a toujours assisté le Mali et dans tous les domaines. Cette Coopération ne cesse de se renforcer dans le domaine militaire à cause surtout du terrorisme. La visite du Vice-Amiral Guan YOUFEI la semaine dernière s’inscrit dans ce cadre. Au cours de sa visite il a été reçu par le Ministre de la Défense et des Anciens combattants Tiéman Hubert Coulibaly. La rencontre a eu lieu dans les locaux du département de la Défense le vendredi 12 Août 2016 en présence de l’Ambassadeur de la Chine au Mali Mme Lu Huiying, du Secrétaire général du Ministère de la Défense le Général Salifou Koné, du chef de Cabinet le Général Adama Dembelé, du Chef d’Etat-major Général des armées le Général Didier Dacko et de plusieurs personnalités civiles et militaires.

Cette entrevue qui est la suite logique de la visite du Ministre malien de la Défense à Pékin s’est déroulée à huis -clos loin des caméras. Faut-il le rappeler au cours de son séjour chinois Tieman Hubert Coulibaly a eu une séance de travail avec son homologue chinois le Général Chang Wanquan

A sa sortie d’audience le Vice-Amiral Guan a déclaré que les discussions ont été dominées par la situation sécuritaire dans le nord et le centre du Mali.

Il est à noter que depuis le début des événements en 2012, la chine a envoyé un contingent pour aider le Mali à retrouver son intégrité territoriale mais aussi à participer à la stabilisation du pays.

La photo de famille et la remise d’un cadeau symbolique offert par le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman H COULIBALY au Vice-Amiral Guan YOUFEI ont mis fin à la rencontre.

Aiché SYLLA Stagiaire

Coopération Mali-USA : La sécurité malienne outillée face au terrorisme

Le Département d’Etat des Etats-Unis via son ambassade a procédé vendredi 19 août 2016, à l’école de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye à la remise de matériels pour soutenir le Ministère de la Sécurité et de la protection Civile dans sa lutte contre le terrorisme, outre cette donation, 24 agents des forces de sécurité ont reçu leurs attestations de fin de formation.

Cette cérémonie à double portées était coprésidée par le Secrétaire Général du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, M. Azer KAMATE et le Chargé des Affaires de l’ambassade des Etats-Unis au Mali, Jeffrey Salaiz.

La remise de matériels aidant à la lutte contre le terrorisme et la formation des agents pour leurs utilisations sont pour le Département d’Etat des Etats-Unis des actions qui rentrent dans le cadre du renforcement des capacités du Mali pour répondre aux incidents critiques. Un volet important pris en compte par son programme d’Assistance de Lutte contre le Terrorisme qui a déjà fourni six (06) stages de formation au cours de l’année 2016.

Cette donation estimée à plus de 25.000.000 de Francs CFA est composée d’ordinateurs portables, de caméras, d’outils de collecte de preuves et de 24 Kits portables pour aider aux enquêtes de scène de crime.

En plus des matériels, le département a procédé à la remise des attestions de fin de formations inclus dans son programme d’Assistance Anti-Terroriste (ATA) à 24 Agents issus de la Police, la Garde Nationale et la Gendarmerie.

Ces agents ont reçus durant 2 semaines une formation d’enquêteurs de bombe incluant les techniques d’enquête d’une scène d’explosion, les méthodes d’identification de matériaux et l’analyse des éléments de preuve requis pour identifier l’auteur d’un attentat à la bombe. Cette formation est le troisième du genre au titre de 2015-2016 et dont les deux précédentes se sont tenues aux Etats-Unis.

L’adjoint au chef de la sécurité de l’ambassade, Randall Smith a déclaré que cette donation est une suite logique des différentes formations dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Selon M. Smith plus de 250 millions de francs CFA sont prévus par an pour le programme d’Assistance Anti-Terroriste (ATA) en faveur du Mali, notifiant que l’ATA a déjà fourni 06 stages de formation courant 2016. Il a rassuré de la pérennisation du programme qui d’ores et déjà se projette sur 2017.

M. Randall a félicité les stagiaires et remercié les autorités qui ont rendu possible la participation de ces derniers. Il n’a pas caché son admiration pour nos forces de sécurité qui a-t-il dit sont des éléments courtois et respectueux.

Le Secrétaire Général du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, Azer Kamaté a remercié l’Ambassade des Etats-Unis pour ses actions en faveur de la sécurité, qu’il a apprécié à sa juste valeur et qu’il considère comme un défi dans l’exécution des missions régaliennes. Le Secrétaire Général Kamaté a estimé que ces matériels essentiellement dédiés à la police technique et scientifique seront d’un grand apport dans la quête quotidienne de sécurité sur l’ensemble du territoire. M. Kamaté a exhorté les stagiaires de tirer le meilleur bénéfice de cette formation.

Passation de commandement à la 1ère Région Aérienne: Le colonel Mohamed A. Dolo succède au Colonel-major Raphael Fomba

Le Colonel d’Aviation Mohamed A. Dolo est le tout nouveau commandant de la région aérienne no1 de l’Armée de l’Air. Il a pris fonction le Mardi 16 août 2016, sous la supervision de l’Inspecteur en Chef de l’Armée de L’Air, le Colonel-major Satigui Sidibé. Cette cérémonie de passation de témoin entre le sortant, le Colonel-major Raphael Fomba et le rentrant, le colonel Mohamed A. Dolo s’est déroulée sur le parking de la Base Aérienne 101 Sénou sous la présidence du chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Colonel-major Souleymane Bamba.

L’Inspecteur en chef de l’Armée de l’Air, le colonel-major Satigui Sidibé a invité les aviateurs de reconnaitre désormais comme Commandant de la Région Aérienne N°1, le colonel d’Aviation Mohamed A. Dolo et de lui obéir pour le bien du service et l’avenir du pays.

Dans son intervention, le nouveau patron de la Région Aérienne N°1, le Colonel d’Aviation Mohamed A. Dolo après avoir reconnu les qualités de son prédécesseur se dit conscient des nombreux défis qui l’attendent dans sa nouvelle mission. C’est pourquoi, il a martelé que cette marque de confiance placée en lui sera sans nul doute une motivation supplémentaire pour l’atteinte des objectifs assignés par la hiérarchie militaire.

Parmi ces objectifs, le Colonel Dolo a fait allusion aux formations du personnel et l’acquisition de matériels adéquats. Aussi, il a soutenu que des avions, tels que des aéronefs seront bientôt à Bamako pour redonner à l’Armée de l’Air son lustre d’antan. Et de poursuivre que l’Armée de l’Air dispose aujourd’hui de jeunes pilotes très qualifiés sortis des grandes écoles militaires et sont prêts à servir le pays. Ce qui, selon lui, permettra à l’Armée de l’Air d’être à la hauteur des défis majeurs qui lui sont assignés par les plus hautes autorités et tout le peuple malien.

Par ailleurs, le nouveau commandant de la Région aérienne ambitionne d’instaurer au sein de sa base le monitoring, le professionnalisme et le coaching. C’est dans ce cadre qu’il a appelé tout le monde à l’union sacrée autour de l’Armée de l’Air pour qu’elle puisse pleinement jouer son rôle non seulement dans la défense de l’intégrité du territoire, mais aussi de participer au développement socio-économique du pays.

Sgt M. TANGARA

Etat-Major Armée de Terre Le commandement met son personnel détaché au même niveau d’information

Du 26 au 28 juillet 2016, le Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre le Colonel-Major Abdrahamane BABY a organisé dans l’enceinte de l’Etat-Major des réunions des personnels officier, sous- officier et militaires du rang du PC et du 31° RCS

Le Chef d’Etat –Major a participé à toutes les activités. Outre le Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, les conférenciers étaient composés du Sous-CEM OPS, du Sous-CEM Log et deux membres de l’Instance Nationale de Coordination pour la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali.

Les thèmes de la rencontre étaient relatifs à certaines préoccupations majeures du moment, à savoir :

La situation opérationnelle actuelle ;
La réforme des FAMa ;
L’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger.

Au terme des échanges, le personnel a été suffisamment édifié et a souhaité la multiplication de telles rencontres.

Enfin, le CEM-AT a invité les uns et les autres à être des relais pour la diffusion de la bonne information auprès des autres frères d’armes, afin de mettre à l’abri les militaires des rumeurs.

Major Mansa Doumbia

Cellule Com-EMAT

Renforcement des capacités opérationnelles de la DIRPA Des équipements de dernière génération pour la communication des Armées

Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants, à travers la Direction des Finances et du Matériel, vient de mettre à la disposition de la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées un lot de matériel de communication de dernière génération.

Cette première donation offerte le 17 Août 2016 se compose d’ordinateurs portables et bureautiques, des caméras professionnelles, des appareils photos, des scanners, un appareil de sonorisation, des mobiliers, des onduleurs, etc.

Le directeur de l’Information et des Relations Publiques des Armées, le Colonel Souleymane Maiga estime que la balle est désormais dans le camp des techniciens de l’information et des relations publiques des armées. Pour le DIRPA cette acquisition ôte une grosse épine des pieds du service. L’existant est obsolète et le personnel qualifié presque inexistant posaient une sérieuse équation au jeune service qu’est la DIRPA. Le directeur se dit satisfait même si beaucoup de choses restent à faire au niveau de la formation du personnel qualifié; il promet que bon usage sera fait de ce premier lot.

Il a enfin précisé que son service est désormais prêt à répondre aux nombreuses sollicitations de couverture médiatique et ne manquera plus les grands rendez-vous surtout avec l’arrivée très prochaine du reste du matériel.

Il remercie la hiérarchie pour ce clin d’œil et souhaite que de pareils gestes continuent pour faire de la jeune structure encore plus professionnelle, afin de renforcer sa présence sur le terrain dans les régions militaires.

Sgt Malamine Tangara

Opération conjointe FAMa/Barkhane ‘’EYGAUX’’

Reconnaissance du village de "Inadiatafene" par les éléments français du Détachement de Liaison et d'Appui Opérationnel (DLAO3) d'Asongo et les forces armées malienne (FAMa), à l'occasion de l'opération "Eygaux", dans la région du Gourma au mali, le 3 août 2016.

Le 31 juillet 2014, l’opération Serval s’achève. Déclenchée le 11 janvier 2013 à la demande du gouvernement malien, celle-ci a mobilisé jusqu’à 4 500 soldats français. Cette intervention militaire a permis de stopper l’offensive djihadiste qui menaçait Bamako, de mettre fin à l’organisation industrielle du terrorisme qui s’était développée dans le désert du Nord Mali et de transférer la mission de stabilisation du Mali à nos partenaires maliens ainsi qu’aux forces de l’ONU (MINUSMA). Le caractère transfrontalier de la menace terroriste, notamment lié à la nature désertique de la zone sahélienne, requiert une approche régionale pour appuyer les forces armées des pays partenaires de la Bande Sahelo-Saharienne (BSS), renforcer la coordination des moyens militaires internationaux, empêcher la reconstitution de zones refuges terroristes dans la région. C’est dans cet esprit que l’opération Barkhane est lancée le 1er août 2014. Elle répond aujourd’hui à une triple logique : une logique de partenariat avec les pays du « G5 Sahel », cadre institutionnel qui regroupe depuis le mois de février 2014 la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Ces pays ont décidé d’apporter une réponse régionale et coordonnée aux défis sécuritaires, ainsi qu’aux menaces que font peser sur eux les Groupes Armés Terroristes (GAT) ; une logique de soutien à la MINUSMA, encadrée par la résolution 2 227 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui autorise l’armée française à intervenir en soutien d’éléments de la mission en cas de danger grave et imminent ; une logique de répons

Reconnaissance du village de « Inadiatafene » par les éléments français du Détachement de Liaison et d’Appui Opérationnel (DLAO3) d’Asongo et les forces armées malienne (FAMa), à l’occasion de l’opération « Eygaux », dans la région du Gourma au mali, le 3 août 2016.

Le 31 juillet 2014, l’opération Serval s’achève. Déclenchée le 11 janvier 2013 à la demande du gouvernement malien, celle-ci a mobilisé jusqu’à 4 500 soldats français. Cette intervention militaire a permis de stopper l’offensive djihadiste qui menaçait Bamako, de mettre fin à l’organisation industrielle du terrorisme qui s’était développée dans le désert du Nord Mali et de transférer la mission de stabilisation du Mali à nos partenaires maliens ainsi qu’aux forces de l’ONU (MINUSMA).
Le caractère transfrontalier de la menace terroriste, notamment lié à la nature désertique de la zone sahélienne, requiert une approche régionale pour appuyer les forces armées des pays partenaires de la Bande Sahelo-Saharienne (BSS), renforcer la coordination des moyens militaires internationaux, empêcher la reconstitution de zones refuges terroristes dans la région.
C’est dans cet esprit que l’opération Barkhane est lancée le 1er août 2014. Elle répond aujourd’hui à une triple logique :
une logique de partenariat avec les pays du « G5 Sahel », cadre institutionnel qui regroupe depuis le mois de février 2014 la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Ces pays ont décidé d’apporter une réponse régionale et coordonnée aux défis sécuritaires, ainsi qu’aux menaces que font peser sur eux les Groupes Armés Terroristes (GAT) ;
une logique de soutien à la MINUSMA, encadrée par la résolution 2 227 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui autorise l’armée française à intervenir en soutien d’éléments de la mission en cas de danger grave et imminent ;
une logique de répons

L’opération EYGAUX s’est déroulée du 31 juillet au 6 août 2016 et avait pour objectif de contrôler la région centre du Gourma. Planifiée et commandée par les forces armées maliennes (FAMa), elle a été conduite en partenariat avec les détachements de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) d’Ansongo et de Tombouctou de la force Barkhane.

Cette opération  s’est déroulée dans le centre du Gourma au Mali, secteur où demeurent présents les groupes armés terroristes. Conduite depuis un poste de commandement tactique franco-malien, elle a engagé cinq compagnies maliennes, soit environ 350 militaires, appuyés par les deux DLAO de la force Barkhane.

Après deux journées de mise en place, le groupement tactique interarmes malien Debo a débuté une reconnaissance offensive vers Inadiattafene, soupçonnée de servir de refuge aux groupes armés terroristes. Si la saison des pluies a compliqué la progression des unités sur le terrain, en transformant certaines pistes en cours d’eau infranchissables, la détermination des soldats maliens et les conseils de la population locale ont permis au détachement de poursuivre sa route.

Malgré ces conditions climatiques particulièrement rudes, les unités FAMa ont effectué plusieurs fouilles de villages, avec l’appui de Barkhane, ce qui représente des actions directes et dissuasives contre l’ennemi. Ces opérations coordonnées ont mis en avant les progrès accomplis dans le domaine de l’interopérabilité et du renseignement, tout en améliorant l’indispensable connaissance du terrain.

Entravant les agissements des groupes terroristes par leur présence dans la région, les forces armées maliennes ont surtout montré à la population qu’elle pouvait compter sur elles, et l’accueil a été souvent fort chaleureux. En effet, plusieurs actions en faveur des populations ont été conduites en marge des opérations strictement militaires, en particulier des aides médicales gratuites.

Les forces armées maliennes se félicitent de ces succès, qui concrétisent la notion de partenariat avec l’opération Barkhane. C’est d’ailleurs l’un des piliers de cette opération française, qui vise en priorité à accompagner les pays du G5 Sahel dans leur lutte contre les groupes armés terroristes dans l’ensemble de la bande sahélo-saharienne. Cette lutte conjointe, contre un ennemi commun passant d’un pays à l’autre, prend notamment tout son sens quand il s’agit de contrôler les espaces frontaliers. Unanimement soulignée comme une belle réussite par les FAMa et les soldats de Barkhane, l’opération EYGAUX appelle à reconduire très prochainement ce type d’opération conjointe.

Bamako, le 18 août 2016

DIRPA/Cell.COM  Barkhane

Communiqué de presse MDAC sur le cas du soldat Samaké

Colonel-Abdoulaye-SidibeLe porte-parole du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants :

      • Au regard des actions malveillantes et subversives en cours, tendant à décrédibiliser les forces armées et de sécurité et à saper le moral de la troupe ;
      • Vu la nécessité d’apporter la bonne information aux militaires et à leurs familles ;
      • Conscient de la nécessité d’informer et de bien informer l’ensemble des populations du Mali sur les efforts consentis dans le cadre du renouveau de l’Armée ;

apporte un démenti formel aux allégations tendant à faire croire que le soldat dénommé Diarra dit Seydou SAMAKE, blessé lors d’une mission d’escorte en 2014, est laissé à son propre sort sans prise en charge médicale adéquate.

Le porte-parole du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, confirme que DIARRA dit Seydou SAMAKE a été évacué en Tunisie sur civière le 06 juillet 2015, accompagné d’un médecin militaire. Il y a été pris en charge le 07 juillet pour sortir le 31 octobre 2015, après quatre mois d’hospitalisation qui ont coûté près de 10 millions de francs CFA.

Une deuxième évacuation du même soldat est programmée pour le 20 août 2016 avec un coût prévisionnel de plus de 08 millions de nos francs.

Entre les différentes évacuations, l’intéressé a bénéficié d’un suivi médical régulier. Il a notamment séjourné à l’Infirmerie hôpital militaire et a subit des examens cliniques à la psychiatrie de l’Hôpital du Point G, aux frais de l’Armée.

Le montant total des dépenses engagées ou en cours d’engagement au profit de monsieur SAMAKE, avoisine les 20 millions de francs CFA.

Porte-parole du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants

Colonel Abdoulaye SIDIBE
Chevalier de l’Ordre National

Cérémonie de sortie de la 37ème Promotion de l’EMIA HOMMAGE AU CAPITAINE SEKOU TRAORE ET A SES HOMMES

La promotion feu capitaine Sékou Traoré compte 36 officiers dont 31 nationaux, 03 Béninois et 02 Togolais. Quatre personnels féminins et 03 spécialistes figurent parmi les nationaux.
Le centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro a abrité le vendredi 5 Août 2016, la cérémonie de sortie de la 37ème promotion de l’Ecole Militaire Interarmes sous la présidence du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef suprême des Armées, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita.
Cette cérémonie a également enregistré la présence de plusieurs personnalités, notamment le Premier Ministre Modibo Keita, le Ministre de la Défense et des Anciens Combattant Tiéman Huber Coulibaly, et les autres membres du Gouvernement, le chef d’état-major général des armées, le Général Didier Dacko, les Chefs d’Etats-majors et Directeurs de services des forces Armées et de Sécurité, les diplomates accrédités au Mali ainsi que les membres des familles et des amis des nouveaux officiers.
La promotion feu capitaine Sékou Traoré compte 36 officiers dont 31 nationaux, 03 Béninois et 02 Togolais. Quatre personnels féminins et 03 spécialistes figurent parmi les nationaux. Le major de cette promotion est le Sous-lieutenant Aliou Abou du Benin, suivi du Sous-lieutenant Astan Nah Tangara du Mali et Nambinouni Oukati du Togo . Ils ont reçu respectivement une enveloppe de (10), (05) et (2,5) millions de FCFA.
Le Chef d’Etat-major Général des Armées, le General de Division Didier Dacko a déclaré que le choix porté sur le feu capitaine Sékou Traoré n’est pas fortuit. Selon lui, Son courage, sa bravoure et son refus de céder une portion du territoire à l’ennemi en engageant le combat avec ses hommes jusqu’à l’épuisement total de ses moyens doit inciter les nouveaux promus à s’inspirer de l’exemple de ce jeune officier symbole d’héroïsme.
S’adressant à la 37ème promotion, le CEMGA a incité les jeunes officiers à être des guerriers, des meneurs d’hommes et de véritables managers. Il a soutenu que ceux-ci ne s’apprennent pas forcément à l’école mais à partir des résultats et des efforts personnels soutenus sur le chantier de la construction personnelle dont ils sont les seuls ouvriers.
Par ailleurs, le Chef d’Etat-major Général des Armées a expliqué que l’adoption de la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM) qui couvre la période 2015-2019 devra en effet permettre aux Forces Armées Maliennes, qui ont entamé dans le même temps une profonde restructuration, d’accomplir plus efficacement leur mission de défense de l’Intégrité territoriale et de protection des citoyens et de leurs biens.
Pour sa part, le Commandant de l’école militaire interarmes de Koulikoro, le lieutenant-colonel Issa Kaloga a précisé que durant 03 ans, ces nouveaux officiers ont été soumis à d’intense travail intellectuel, physique, moral, de convivialité et ont su partager avec courage et abnégation leur expérience pour acquérir le savoir-faire et le savoir être de l’officier apte à répondre dignement à la devise de l’école « s’instruire, instruire et vaincre ».
Il a ajouté que l’EMIA a ouvert ses portes au reste du continent africain en 1993, par la formation des élèves officiers venus de 12 pays amis. Pour cette année, 02 de ces pays en plus le Mali sont représentés dans cette promotion et leur Drapeaux ont été apportés sur la place d’armes par les 03 premiers de la 2ème année.
Après avoir reçu leurs épaulettes les nouveaux officiers ont juré de servir la patrie avec honneur loyauté et dévouement de respecter et de faire respecter les institutions de la République. Un défilé militaire et un cocktail ont mis fin à la cérémonie.
Après le défilé clôturant la cérémonie le Président IBK s’est adressé à la presse. « Tout malien soucieux de la stabilité et de la défense de son pays dans un monde en mouvement et en mutation constant a le souci des Forces Armées du Mali », a déclaré le Président de la République, Chef Suprême des Armées, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita. Il a signalé que lors du dernier conseil supérieur de la Défense, il a été surtout question de la nouvelle loi d’orientation et de programmation militaire dont la vocation est de donner à l’armée malienne des moyens à la hauteur de ses missions.
Le Président a estimé que ces jeunes de la 37ème promotion porte un nom fabuleux (Feu Capitaine Sékou Traoré) qui est un modèle pour la future génération. IBK a affirmé que les moyens sont en train d’être mis à disposition pour que cette armée soit mieux formée et dotée en matériel lui permettant d’être au diapason des autres armées modernes dans ce contexte de guerre asymétrique. C’est pourquoi, il a reconnu que ces jeunes seront l’Elite attractive pour que les autres maliens sachent, comprennent et aiment le métier des armes.

Sgt d’Aviation Nassoun Fané

Secteur de Ténenkou : Cinq corps de militaires retrouvés sans vie dans les eaux du fleuve Niger

DSC_2176Reconnus comme portés disparus dans un communiqué du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants les corps de cinq militaires ont été repêchés dans les eaux du fleuve Niger et inhumés sur place.

Dans le but d’apporter plus de précision sur la double attaque terroriste dont a été victime un convoi de ravitaillement de l’armée malienne le dimanche 07 Août dernier entre Ténenkou et Diafarabé, le ministère de la Défense et des Anciens Combattants à travers son porte parole, le Colonel Abdoulaye Sidibé était face à la presse pour revenir sur les cas des cinq (05) militaires qui avaient été déclarés précédemment disparus. C’était le mercredi 10 août 2016 dans la salle de conférence de la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA).

Dans ses propos , le conférencier, en occurrence le Colonel Abdoulaye Sidibé a expliqué que les corps sans vie des 05 soldats déclarés précédemment disparus, à savoir le lieutenant Ibrahim Nama Dembélé, les soldats de 2ème classe, Boukary Traoré, Mahamane Cissé, Lassine Hissouri et le 2ème cavalier Alfousseyni M. Maiga ont tous été repêchés dans les eaux du fleuve Niger par les populations des villages environnants du lieu de l’attaque. Il a précisé que les corps du lieutenant Ibrahim N. Dembélé et du 2ème cavalier Alfousseyni M.Maiga ont été repêchés dans le secteur de Dia. Celui du soldat de 2ème classe Lassine Hissouri a été retrouvé à Tologo non loin de Kera.

Le Colonel Abdoulaye Sidibé a affirmé que des cérémonies funèbres ont été organisées par les FAMa et les populations locales des dites localités. Puis de poursuivre que tous les corps reposent désormais à Pinga, une localité située à 5km au sud de Tenenkou.

Selon le porte parole du MDAC, le gouvernement malien reste déterminé quelque soit les justifications qui peuvent être données par les groupes armées terroristes, à continuer constamment et continuellement la lutte jusqu’à la victoire finale. Qui consiste selon lui, à réduire le niveau de l’impact du terrorisme jusqu’à ce qu’il ne soit plus une menace, à la continuité de l’action gouvernementale sur l’ensemble du territoire national.

Pour le colonel Abdoulaye Sidibé, ce combat contre le terrorisme est loin d’être personnel. C’est pourquoi il a tenu à rappeler que l’occasion est bonne pour lui d’inviter l’ensemble du peuple à rejoindre et à soutenir l’armée malienne dans ce combat noble.

A la question de savoir si des otages ont été fait prisonnier dans les rangs des FAMa, le conférencier a répondu sans ambage il n’y a aucun terroriste entre les mains des terroristes.

Par ailleurs, parlant de l’identité des assaillants, le Colonel Sidibé a tenu à apporter une précision de taille sur ce sujet. Aussi, il a déclaré que le niveau des investigations ne permet pas encore de confirmer avec certitude leurs identités. Et d’ajouter que la tendance est à croire qu’il s’agirait des éléments de la Katiba d’Ançar-Dine du sud.

Cependant, le porte parole du ministère de la Défense a prévenu que le pays fait face à une guerre asymétrique où les coups les plus bas sont menés par le côté adverse. « Nous avons une réglementation à respecter. Nous avons une législation internationale en matière de la conduite des opérations militaires à respecter. Ce qui n’est pas le cas du camp adverse », a-t-il déclaré.

Enfin, le conférencier a expliqué que des investigations approfondies sont actuellement en cours afin de chercher à connaitre les causes réelles de ces noyades.

MDL Dramane Dembélé

Cérémonie de clôture de la Colonie de vacances des enfants militaires et paramilitaires L’ESPRIT DE CIVISME ET DE PATRIOTISME CONFORTÉ

DSC_1842Les rideaux sont tombés jeudi 4 juillet 2016, au Prytanée Militaire de Kati sur la colonie de vacances des enfants de militaires et paramilitaires. Organisée par la Direction du Service Social des Armées, cette colonie visait à cultiver chez les  enfants un esprit de civisme, de patriotisme et de responsabilité à l’égard de la Patrie et donner une bonne image à l’Armée, ses principes et règlements.

DSC_1801La cérémonie était présidée par la Directrice du Service Social des Armées le Colonel Samaké Mariétou Dembélé qui avait à ses côtes le représentant du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Monsieur Abdoulaye Diabaté chargé de mission au dit département, le représentant du Chef d’Etat-major Général des Armées le colonel Solomani Doumbia, le représentant d’UNICEF-MALI, Monsieur Ismaël Maiga ainsi que plusieurs autorités militaires et civiles.

DSC_1793Pendant 12 jours, les enfants ont été outillés sur des programmes tels que l’éducation civique et morale, l’histoire et ses grands hommes, les droits des enfants, les visites guidés au mémorial Modibo Keita, au Musée des Armées et d’autres espaces d’attraction de la place.

Ainsi, la directrice du service social des armées, le Colonel Mariétou Dembélé a exhorté les enfants à traduire cela en acte dans leur comportement quotidien. C’est-à-dire respecter les parents, les vielles personnes, le drapeau national et les institutions de la république. « C’est ainsi que vous serez de bons citoyens demain dont notre pays a tant besoin pour une paix durable dans un Mali un et indivisible », a-t-elle souligné.

Elle a soutenu que les enseignements dispensés aux enfants aux cours de cette colonie de vacances vont contribuer sans nul doute à développer chez eux un esprit de patriotisme qui permettra de grandir avec un comportement citoyen et responsable à un moment où l’éducation des enfants est mise en mal dans sa globalité.

Le représentant UNICEF-MALI Monsieur Ismaël Maiga a déclaré que la méthode stratégie reste le meilleur moyen et qu’il faut intensifier les activités de proximité. Selon lui, il convient d’investir dans la décentralisation afin de mieux appliquer les principes d’équité envers les populations les plus vulnérables, mais aussi de s’assurer que la mise  en œuvre et le suivi des politiques publiques touchent les populations locales, et mobilisent davantage de ressources en faveur des services sociaux.

Quant au représentant des enfants, Ibrahim Ousmane Samaké, il a noté que cette colonie a été une chance pour eux car, elle les a permis d’exercer plusieurs activités sportives, artistiques et culturelles qui vont surement contribuer à leur formation civique et morale.

Sgt d’Aviation Nassoun Fané &

Alimata Berthé (stagiaire)

Cérémonie funéraire du Capitaine HAMATA AG OUMALHA à Tombouctou Les FAMa lui ont rendu hommage

image-0-02-01-60d1826af6e493082d30b6e8581170a34712a5f5cd54f035c1b517728310b94f-VDans la nuit du 31 juillet 2016, le capitaine Hamata Ag Oumalha de l’Armée de Terre a été tué chez lui dans le quartier Hamabangou à Tombouctou par des inconnus. Deux individus dont un à moto se sont présentés devant sa porte pour l’abattre après qu’il soit appelé au téléphone par l’un de ses assassins, selon les témoignages. Le Cne Hamata repose désormais dans son village à Tinbagana, un village près de Goundam. Il a bénéficié de tous les honneurs dus à son rang par les autorités militaires.

Une délégation conduite par le Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, le Colonel-major Abdrahamane Baby, s’est rendue à Tombouctou pour les obsèques du capitaine Hamata Ag Oulmaha au lendemain de l’assassinat.

Le Commandement Militaire de la région, par la voix du lieutenant-colonel Aboubacar Sermé, s’est adressé à la famille du défunt, les connaissances, les amis et la population de Tombouctou : ‘’Il m’est particulièrement douloureux ce jour, de m’acquitter d’une tâche pénible qu’est l’oraison funèbre d’un de nos vaillants compagnons d’arme qui vient de tomber sous les balles victime de la haine gratuite et de l’intolérance. J’ai nommé feu le Capitaine Hamata Ag OUMALHA’’.

image-0-02-01-ad2f3624925e8f907fda511ef24f9c041b1278cb0dd64636ceed7a3c33ee5a4b-VNé vers 1959 dans le cercle de Douentza (Mopti), il est incorporé dans l’armée comme engagé volontaire le 19 juillet 1979 et nommé soldat de 2ème classe.

Le sérieux, le patriotisme et l’abnégation pour le travail bien fait ont permis au jeune soldat de gravir les grades ci-après :

Caporal le 1er Avril 1984
Caporal-chef le 1er Octobre 1984
Sergent à titre exceptionnel le 1er Juin 1992
Sergent-chef le 1er Janvier 1994
Adjudant le 1er Janvier 1996
Adjudant-chef le 1er Janvier 2000

Grâce à sa détermination, son courage, son abnégation à la tâche et à son dévouement, il sera distingué par ses supérieurs hiérarchique et sera promu Sous-lieutenant le 1er Octobre 2006, puis Lieutenant le 1er Octobre 2008 et passera Capitaine le 1er Octobre 2011.

image-0-02-01-bdbaf0d4170c548cedd11feedec7722783e6ce92516405a4114e1b8fc537f3d9-VCet officier plein de qualité et doté d’un courage exceptionnel ayant servi successivement à la 132ème CIM, à la 131ème CCAS et à la 511ème CCAS a rendu de nombreux services à son pays en accomplissant avec succès toutes les missions qui lui ont été confiées par le commandement.

image-0-02-01-d1e0df59d56401ebe0f99db9e262788e88680bf32039e1641700be4d06960121-VC’est ainsi qu’il a été décoré de la médaille du mérite militaire le 14 septembre 1991, de la Croix de la Valeur militaire 1er janvier 1996 et de la médaille commémorative de campagne le 20 septembre 1996.

Il lui a été adressé une lettre de félicitations par le Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, par la lettre N°00980/CEM-AT-D-OPS du 02 juin 1997. « Nous restons convaincus que cet officier allait gravir encore plus d’échelon, si ce n’est qu’il nous a été arraché cruellement par la mort en laissant derrière lui une veuve et 11 enfants inconsolables ».

‘’En cette triste circonstance, les Forces Armées et de Sécurité du Mali à travers ma modeste personne présentent à sa famille durement éplorée leurs condoléances les plus attristés et prient pour le repos éternel de son âme’’.

Le Cne Hamata a été décoré de la médaille de la Croix de la Valeur militaire à titre posthume

Qu’Allah le tout puissant l’accueille dans son paradis éternel.

Cal Alhassane ALDJOUMATI