Archives for mars 2019

Génie Militaire : Le Directeur promu Général de Brigade

Depuis le 14 février 2017, le Général de Brigade Boubacar Diallo est nommé à la tête de la Direction du Génie Militaire (DGM) après avoir gravi tous les échelons de commandement de cette entité. Et c’est à la faveur du conseil des ministres extraordinaire du 24 Mars 2019 que ce natif de Bamako a été promu au grade de général de Brigade. Né le 23 juin 1970 à Bamako, le général Diallo est marié et père de quatre enfants.

Le général Boubacar Diallo intègre le 1er octobre 1983 le Prytanée militaire de Kati; après avoir brillement décroché son baccalauréat 2ème partie il est envoyé le 1er décembre 1989 pour une formation d’officier à l’EMIA de Koulikoro. Comme c’était de coutume pendant sa formation d’officier à Koulikoro, il fait une virgule à Djikoroni-Para et à Kati pour le brevet para et la conduite auto. Nous pouvons dire sans nous tromper que le Général Boubacar Diallo est un produit fini de la Bundeswehr pour y avoir passé presque la moitié de ses formations dans ce pays.

Il obtint en 1996 un Certificat Militaire de langue Allemande 1er degré, la même année le  Cours d’Application logistique. Deux ans plus tard, il est détenteur du Certificat Militaire de langue Allemande 2ème degré. Cet officier polyvalent obtient en 1999 le Diplôme d’Officier Active Matériel et en 2000 le Diplôme de l’Ecole Militaire d’Administration. En 2003, le général fut  Diplômé de l’Ecole d’Etat-major. De 2011 à 2016 le tout nouveau général obtient le 3ème degré de la langue allemande et décroche en RFA son Diplôme d’Ecole de Guerre. Il a une liste très longue de séminaires.

Mars 2004 : il Participe à la formation de pré-déploiement des cadres du PC de la mission des Nations Unies en Côte d’Ivoire (centre Koffi Annan).

Novembre de la même année : il est retenu pour un séminaire de formation des acteurs africains de l’action contre les mines et reste d’explosifs de guerre à Dakar ;

2003 : Participation au séminaire sur les armes de destruction massive avec le département d’Etat américain à la sécurité ;

Juin 2003 : Participation au séminaire sur la gestion intégrée des urgences en République du Mali ;

29 septembre 2012 au 30 octobre 2012 : Participation au séminaire sur la lutte contre le terrorisme des officiers de sécurité et des forces de défense du Mali à Pékin (Chine).

 OPERATIONS

 11 juillet 2004 au 11 juillet 2005 : Mission d’observation des Nations Unies en République du Burundi.

De la fonction Chef du service des Effectifs DGM en 1995 jusqu’au Directeur du Génie Militaire, le natif de Bamako n’a sauté aucune étape.

Fait ou façonné par la RFA, ce polyglotte parle Bambara, parle et écrit Anglais, Français et naturellement Allemand.  Il a la Médaille  de campagne de l’ONU, Chevalier de l’Ordre National du Mali, Et la Médaille du Mérite Militaire ;

Comme loisirs il pratique la Natation et le Jogging.

Armée : Un nouveau patron pour la poursuite de l’envol du vecteur aérien

L’Armée de l’Air du Mali est désormais de la responsabilité du général de brigade Daouda Dembélé. Né à San (région Ségou) le 4 Août 1972, le général Dembélé est marié et père de cinq enfants.

Après son entrée en service le 2 novembre 1990, le général Daouda Dembélé est parti pour  un  tableau flatteur dans les domaines des formations militaires et de séminaires.  Ainsi de 1990-1993,  Il suit l’Ecole Militaire Interarmes (EMIA), Koulikoro, Mali.

Il décroche successivement  de 1993-1997  son Diplôme de pilotage en Algérie à  l’Ecole Supérieure de l’Air (ES Air), Tafaraoui, son diplôme Ecole d’Etat- Major (EEM), à Koulikoro (Mali), de 2004-2005, 2005, juste après son obtention de  l’EEM la même année il poursuit un Séminaire sur la citoyenneté, à l’EMP de Bamako, en 2008, un Séminaire d’analyse et d’exploitation de renseignements à Bamako (Mali), en 2010, un Séminaire du Centre d’Etudes Stratégiques pour l’Afrique, Washington DC (USA).

De 2011-2012, Cours Supérieur Interarmées de Défense CSID (école de guerre), Yaoundé, Cameroun, communément appelé  le BEMS2 (Brevet d’Enseignement Supérieur Militaire 2ème Degré) et au cours de la même formation il est détenteur  d’un Master 2 en Stratégie, Défense, Sécurité, Gestion des Conflits et des Catastrophes, Université de Yaoundé II Soa, Cameroun.

Comme activités professionnelles de : 1997-1999, commandant adjoint Escadrille de Chasse, Base Aérienne 101,1999-2000, commandant Groupe de Défense Anti- Aérienne, Base Aérienne 101,Janvier 2001 à Août 2005, chef Secrétariat Général, Etat-Major Armée de l’Air, Octobre 2005 à Septembre 2008, Chef des Moyens Généraux et de Protection et Chef du Centre de Direction des Opérations, Base aérienne 102,Novembre 2006 à Novembre 2007, Mission d’observation de l’Union Africaine au Darfour, Soudan, Septembre 2008 à Octobre 2009, Commandant en second, Base Aérienne 102,Octobre 2009 à Juillet 2012, Commandant en Second, Prytanée Militaire de Kati, Août 2010-Août 2011, Commandant par intérim, Prytanée Militaire de Kati, Août 2012-Mai 2013, Commandant, Base Aérienne 102, et Commandant du Centre de Coordination des Opérations Aériennes de Théâtre de l’opération Badenko, Juin 2013-Mars 2015, Directeur Général Adjoint et Président Directeur Général par intérim des Aéroports du Mali, de Mars 2015- à Mai 2017, Président Directeur Général, Aéroports du Mali, Octobre 2017-Décembre 2018, Commandant par intérim, Centre d’Instruction Boubacar Sada  SY de  Koulikoro.

Et Janvier 2019, il est nommé Chef d’Etat-Major Adjoint, de l’Armée de l’Air.

Sa riche expérience professionnelle le fait nommer aujourd’hui Chef d’état-major de l’armée de l’air.  Il parle couramment bambara, français, anglais.

Il est décoré de la Médaille de la Mission de l’Union Africaine au Darfour, Soudan 2007, Médaille Commémorative de Campagne, Mali 2014, Médaille Européenne de Défense et de Sécurité Commune (EUTM), 2018 et Médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mali, 2018.

EMPABB : 21 pays à l’école de paix pour la paix

L’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye (EMPABB) a abrité, le vendredi 29 mars 2019, la cérémonie de fin de formation des cours des Nations Unies pour les officiers d’état-major (UNSOC), de la Gestion des Risques et Catastrophes (GRC), de la Gestion des Projets Sensibles aux Conflits (GSPC) et des Droits de l’Homme du G5-Sahel. Ils sont au total 99 stagiaires venus de 21 pays dont 14 pays africains et ayant à son actif 17 du personnel féminin. Ils étaient militaires, paramilitaires et civils. Cofinancé par le Japon, le Canada et le PNUD. Le Représentant du Directeur Général de l’EMPABB, le colonel Joseph Calvez, se dit heureux et fier de l’intérêt porté à ces différents cours. Il a remercié les bailleurs de l’EMPABB tels le Canada, le Japon, l’Allemagne les Pays Bas les partenaires du PNUD, de la MINUSMA, ainsi que les experts formateurs qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de ces stages.Selon le colonel Calvez la formation est le fondement de l’EMPABB qui œuvre toujours dans le secteur de la paix et par conséquent de nouveaux modules sont toujours à la pointe. Pour lui, les malheureux évènements qui se sont déroulés dernièrement doivent nous montrer que la tâche est immense et qu’il ne faut jamais baisser les bras. Les responsables des formations ont chacun évoqué les enjeux et les grands défis auxquels feront désormais face les stagiaires.Les représentants des stagiaires ont aussi déclaré qu’ils ont été honorés de suivre ces stages qui n’ont fait que renforcer leurs connaissances dans les modules enseignés par les différents formateurs.

Le Général Baby remet l’Armée de Terre au Général Sangaré

La cérémonie de passation de commandement entre le chef d’état-major de l’Armée de Terre sortant, le Général Abdrahamane Baby et chef d’état-major entrant, le général Kéba Sangaré s’est déroulée le vendredi 29 mars 2019 sur la place d’Armes de Kati. Les deux généraux ont été nommés au cours du conseil extraordinaire des ministres tenu le dimanche 24 mars 2019 à Koulouba. Sous le patronage du chef d’état-major Général des Armées, le général Abdoulaye Coulibaly, ils se transmettent le commandement. La revue de troupe et un défilé militaire ont été les temps forts de cette cérémonie.  Le chef d’état-major sortant, le général Baby, a remercié les autorités pour leur confiance et leur soutien qui lui ont permis d’exercer ce haut commandement de l’Armée de Terre pendant trois ans. Il a exprimé toute sa gratitude aux épouses des militaires et à ses collaborateurs.  En signalant la gravité de l’insécurité dans le pays, le CEM- AT sortant a rendu hommage aux soldats tombés pour la sécurisation des personnes et de leurs biens. Il a ensuite souhaité prompt rétablissement aux blessés.Le chef d’état-major entrant de l’Armée de Terre, le général Kéba Sangaré a observé une minute de silence à la mémoire de tous les militaires tombés dans les opérations. Le nouveau CEM-AT a souligné que notre pays traverse une période particulièrement complexe marquée par la terreur dans le centre du Mali. Malgré les efforts consentis par les FAMa, la barbarie entre deux ethnies prend de l’ampleur. Le général Kéba Sangaré a déclaré que l’Armée de Terre contribuera au retour de l’administration et de la paix sur toute l’étendue du territoire.

Il a rassuré que toutes les ressources de l’Armée de Terre seront mises à l’épreuve pour répondre rapidement au besoin des opérations militaires et au bien-être des soldats pendant et après leur carrière. Le général Kéba a rendu hommage à sa famille et à tous ses collaborateurs qui lui donnent la force à surmonter les épreuves pour relever le défi.

COOPERATION GERMANO-MALIENNE : Un gîte pour une compagnie

Le partenaire privilégié dans la coopération militaire élargit son aide à l’Armée de l’Air qui bénéficie d’un camp flambant neuf très prochainement. La pose de la première pierre de cette caserne du Génie Militaire pour une compagnie de campement a eu lieu, le jeudi 28 mars 2019 à Sénou, sur le site de l’Armée de l’Air. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale entre la République Fédérale d’Allemagne et le Mali pour son ‘’ Programme Aide à l’Equipement’’.Cette caserne servira à la formation opérationnelle de ladite compagnie. Cette dernière sera transférée à Bapho une fois la formation terminée. M. Simon Herchen, chargé des affaires à l’Ambassade d’Allemagne s’est félicité de la tenue de cette cérémonie. Selon lui ces infrastructures sont destinées à l’entrainement et à la formation, afin de renforcer les capacités du Génie militaire malien. Il a rassuré la hiérarchie  militaire du soutien  total de l’Allemagne dans le cadre de ce projet à hauteur 2,3 milliard de F CFA avant de conclure que c’est un premier pas et que d’autres étapes de mise en œuvre seront bientôt achevés.

Le Directeur du Génie Militaire, le Général de Brigade Boubacar Diallo, a adressé ses sincères remerciements au nom du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants et de l’ensemble du personnel des Forces Armées et de Sécurité pour tous les efforts que l’Allemagne ne cesse de consentir pour le Mali.Les FAMa seront toujours heureuses de la présence constante de ce partenaire privilégié, surtout dans des moments difficiles. Cette coopération est aujourd’hui une fierté pour nos deux pays a-t-il déclaré. Le Général Diallo a rassuré l’Allemagne de l’entière disponibilité des plus hautes autorités Maliennes, pour non seulement pérenniser ces acquis, mais aussi maintenir plus haut le flambeau de cette coopération.               

AA : Les Généraux se passent le témoin

La cérémonie de passation de commandement entre le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air sortant le Général de Brigade Souleymane Bamba et le Chef d’Etat-major entrant le Général de Brigade Daouda Dembélé, a eu lieu ce jeudi 28 mars 2019 à la Base 101 de Sénou.

Ces deux généraux ont été nommés au cours du conseil extraordinaire des ministres tenu le dimanche 24 mars 2019. Respectivement Chef d’Etat-major général adjoint et chef d’état-major de l’armée de l’air, il se transmet le commandement sous les auspices du CEM-GA, le Général de Division Abdoulaye Coulibaly. Le moment était opportun pour le nouveau chef d’Etat de l’Armée de l’Air de remercier les autorités et la hiérarchie pour cette marque de confiance. Le général Dembélé s’est dit fier et avoir mesurer l’ampleur de la tâche qu’on vient de lui confier. Le Général de Brigade Daouda Dembélé a sollicité le soutien du peuple malien, des forces armées de défense et de sécurité, plus précisément celui de l’Armée de l’Air avant d’ajouter que la cohésion est un atout indispensable pour l’atteinte des objectifs assignés. Il déclare compter sur beaucoup composantes entrant dans la consolidation des acquis. L’Armée de l’Air s’attèlera à ce qu’il y ait une certaine harmonie dans les opérations interarmes conclu-t-il. La cérémonie a pris fin par un défilé militaire.

Passation de commandement : Le Général de Division Abdoulaye Coulibaly tient désormais le témoin du commandement de l’état-major général des armées

Promu  Général de Division et  Chef d’état-major général des Armées le 24 mars 2019 à l’issu d’un conseil des Ministres extraordinaire, le  Général de Division  Abdoulaye Coulibaly remplace, le Général de Division M’Bemba Moussa Keïta, la cérémonie de passation de témoin s’est déroulée   ce mardi 26 mars 2019 à la place d’Armes du camp Soundiata Keïta de Kati. C’était en présence du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Pr Tièmoko Sangaré et de plusieurs responsables militaires dont le général de Division Ibrahima Dahirou Dembélé Inspecteur général des Armées et services, le secrétaire général du ministère de la défense et des Anciens Combattants le général de Division Ibrahima Fané et les CEM et Directeurs de services. 

Le moment était solennel et plein d’émotions. Le tout nouveau Chef d’Etat-major Général des Armées (CEMGA), le Général de Division  Abdoulaye Coulibaly, qui succède à son ancien patron dit mesurer le poids de la confiance placée en lui par les plus hautes autorités du pays. Le général Coulibaly en appelle à l’union sacrée autour de notre héritage commun qu’est le Mali. Il dit qu’il place cette prise de fonction sous le signe de la cohésion entre tous les porteurs d’uniforme d’une part et d’autre part entre le peuple malien et son outil de défense. Le nouveau CEMGA, le Général Coulibaly, vise    comme actions prioritaires  le rétablissement de la sécurité dans le nord et le centre du pays, l’effectivité de la libre circulation des personnes et  la poursuite de la mise en œuvre correcte de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale.

Commandement des armées : le Général de Division Abdoulaye Coulibaly prend fonction

Les opérations faites homme

A l’issue du Conseil extraordinaire du dimanche 24 mars 2019, le Général de brigade Abdoulaye est promu Divisionnaire et nommé Chef d’état-major général des armées (CEMGA). Jusqu’à cette date il était adjoint au général M’Bemba Moussa Kéita.

La passation de commandement a eu lieu le mardi 26 mars 2019 sur la place d’armes de Kati. La cinquantaine, le natif de N’Tiobougou-Koulikoro (Sikasso), est en terrain connu.  

Son parcours en dit long.

En effet, il a été Commandant du Théâtre de l’Opération Maliba (2013-2014), Chef d’Etat-major de l’Opération Badenko  (2012- 2013), Chef de Division du Centre Opérationnel Interarmées, Etat-major Général des Armées, décembre 2010, Chef d’Etat-major de la 1ère Région Militaire (Juillet-Décembre 2010) Gao, Commandant 12ème Régiment Mixte (2008-2010), Kidal, Commandant 13ème Régiment Mixte (15 Février 2007) – GAO, Chef d’Etat-major de la 5ème Région Militaire (Août 2005 –   Tombouctou).

Il est aussi un formateur avéré pour avoir été Officier d’Etat-major à la mission des Nation Unies au Burundi (ONUB), charge de la formation (Juin 2004 – Juin 2005), Directeur Adjoint de l’Ecole des Sous-officiers de Banankoro Sept 2003 – Août 2005, Instructeur permanent à l’Ecole Militaire Inter Armes (EMIA), Koulikoro, (Jan 1997 – Sept 1999).

Le nouveau CEMGA a également commandé les petites unités, telles l’Escadron de Chars de Sévaré (Août 1999 – Sep 2003), l’Escadron de Reconnaissance de Tombouctou (Avril 1994 – Jan 1997) où il faisait office d’adjoint.

Marié et père de six enfants, l’ancien du Prytanée Militaire de Kati (1982-1989) est un produit de l’EMIA de Koulikoro, Mali, 1989-Juin1993.

Après le Mali, son cursus indexe plutôt les USA où il a suivi les cours d’application de l’Arme Blindée Cavalerie à Fort Knox, USA (Oct-Dec 1993) ; le cours d’Etat -Major et de Commandement à Fort Leavenworth, (Juin2002-Juin 2003).

Le général Abdoulaye Coulibaly est aussi passé par le Canada. Notamment il a été au Centre de formation pour le soutien de la paix, 2006. L’auditeur de l’Ecole de Guerre Armée de Terre USA (2009 – 2010) a aussi passé par l’Atelier pour les Officiers Supérieurs sur les Règles Internationales Régissant les Operations Militaires (SWIRMO 2014)

Son cours de capitaine a été effectué à Jaji, au Nigéria en 2000.

Dans sa besace, il garde de nombreux diplômes et certificats dont, entre autres, le Baccalauréat malien, le diplôme de l’Ecole Militaire Interarmes, le diplôme de l’Ecole de Maintien de la Paix, le Certificat du Centre de Maintien pour la Paix (Juin 2006 Canada), le diplôme de l’Ecole de Guerre de l’Armée de Terre (USA) ; une Maitrise en Etudes Militaires Stratégiques, Université de Pennsylvanie (USA), un Certificat de l’Atelier pour les Officiers Supérieurs sur les Règles Internationales Régissant les Operations Militaires (SWIRMO 2014)

Une expérience professionnelle riche et variée en opérations  

Encore adjoint au chef d’état-major général des armées, le nouveau CEMGA commandait le Poste de commandement avancé de l’opération Dambé basé à Ségou (2017-2018). A cette occasion il a surtout sillonné la quasi-totalité des localités centre de la région de Segou et une bonne partie de la région de Mopti.

L’ancien Chef d’Etat-major adjoint de l’Armée de Terre (2012-2015) est un homme d’expérience opérationnelle. Sion expérience permet de lire : Sous-Chef d’Etat Chargé des Operations EMGA (2016-). Il a été, entre autres, Commandant du Théâtre de l’Opération Maliba (2013-2014), Chef d’Etat-major de l’Opération Badenko (2012- 2013), Chef de Division du Centre Opérationnel Interarmées, Etat-major Général des Armées, Décembre 2010 ; Directeur Adjoint de l’Ecole des Sous-officiers de Banankoro Sept 2003 – Août 2005.

Distinctions Honorifiques

  • Chevalier de l’Ordre National du Mali
  • Médaille du Mérite Militaire
  • Médaille Commémorative de Campagne des UN
  • Médaille Commémorative de Campagne “FLAMME DE LA PAIX” Mali
  • Médaille Commémorative de Campagne Opération “DJIGUITOUGOU” Mali
  • Médaille Commémorative de Campagne Opération “MALIBA” Mali

Il parle, lit et écrit couramment le Français et l’Anglais. Il parle aussi couramment le Bambara. Comme loisirs, il pratique : le Volley-Ball, et aime la Pêche et la Lecture.

Service National des Jeunes new-look : la citoyenneté et le civisme recherchés

La cérémonie de présentation au Drapeau des recrues 2018 du Service National des Jeunes (SNJ) a eu lieu, le jeudi 21 mars 2019, à la place d’armes du 34ème Bataillon du Génie Militaire. Placée sous la présidence de son excellence Ibrahim Boubacar Keïta, elle a regroupé la présence du Premier ministre, du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, du ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, des autorités militaires,  administratives, civiles et des anciens du SNJ.

Ils sont environ 600 jeunes  de 18 à 35 ans dont 110 personnels féminins à prendre part à la  Formation Commune de Base (FCB). Pendant 6 mois,  ces jeunes se sont familiarisés avec des matières comme  la tactique, la topographie, le règlement du service dans l’Armée, le service en campagne, entre autres. Ils sont désormais des réservistes de l’armée au service de la nation malienne. Après cette étape, ces nouvelles recrues suivront une formation professionnelle de 10 mois et un stage de 2 mois au sein des différentes administrations publiques.

Le  Directeur du Service National des Jeunes, le Colonel-major Kéba Sangaré,  a souhaité la bienvenue à tous ceux qui ont effectué le déplacement à cette cérémonie. Il a salué le Chef de l’Etat pour l’effort qu’il mène afin de redorer l’image de l’Armée malienne. Selon lui, cette cérémonie marque  la fin de la formation commune de base de la cohorte 2018 du Service National des Jeunes d’une part et d’autre part la renaissance du SNJ par la loi n°038 du 07 juillet 2016.Cette loi traduit la vision du président de la République pour parfaire l’éducation des jeunes et préparer leur mobilisation pour les besoins de la défense nationale. Par sa renaissance, l’Etat entend rehausser l’esprit de discipline et de patriotisme, qui rappelleront les souvenirs de ces dames et hommes en treillis marron à Djicoroni Para, à Kati, à Ségou, Koulikoro, au point A et à Dougabougou a noté le col-major Kéba. Selon lui, ce passage noble et éprouvant était un préalable à l’entrée en fonction des admis de la fonction publique,  c’est dans cette dynamique que la présente disposition a été élargie aux fonctionnaires de l’Etat des collectivités nationales ainsi qu’aux jeunes non fonctionnaires. Elle visera tout en générant des emplois indirects à transformer le citoyen à un homme nouveau imbibé des valeurs physiques et sociétales, s’intégrant harmonieusement dans le processus de développement économique, social et culturel de sa communauté a-t-il martelé. Pour lui  le service national des jeunes dans sa renaissance a pour mission de contribuer à parfaire l’éducation, la formation physique, civique et professionnelle des jeunes d’où la devise ‘’ Apprendre, servir et défendre’’.Pour le Directeur du SNJ, les numéros matricules de ces jeunes s’inscrivent dans la suite de leurs ainés de 1980 et des attestations seront délivrées à la fin de la formation.

Selon le ministre de la jeunesse, de l’EMPLOI  et de la Construction citoyenne Amadou Koita c’est l’expression pour le président de la République de faire du Malien, un citoyen pétri de valeurs conscient de ces droits et devoirs et capable de bâtir un Mali fort et prospère dans le concert des Nations. Selon lui la création d’un ministère dédié à cette mission et l’adoption d’une politique nationale de la citoyenneté et du civisme assorti d’un plan d’actions quinquennal montre à suffisance l’engagement et la détermination du président de la République à promouvoir l’émergence de citoyen ancré dans les réalités maliennes et ouvert à l’idéal universel.

Pour le ministre Koïta, le service national des jeunes s’est assigné trois fonctions principales à savoir la formation physique pour façonner des jeunes pétris du sens de la maîtrise et de la connaissance de soi, capables en tout lieu et en toute circonstance de défendre ; de développer l’esprit civique et le loyalisme ; et enfin de renforcer l’employabilité et l’insertion des jeunes en vue de contribuer à l’émergence économique et sociale du pays.

Le président de la République Ibrahim Boubacar  Keita a salué le Génie Militaire pour l’organisation de cette cérémonie sur sa place d’armes. S’il fallait se convaincre de la pertinence du retour du Service National des Jeunes, il aurait fallu assister à ce à quoi on assiste, s’est-il confié. Ce besoin est imminent, la défense est une mission collective et  tous les segments de la société en devraient faire son devoir car le Mali est en guerre a noté le président IBK. Selon lui la société dans son ensemble est meurtrie et les jeunes sont formés afin de relever les défis futurs. Ainsi, il a exhorté les chefs militaires à prendre des dispositions afin d’imposer la paix et la quiétude dans le pays.

La cérémonie a pris fin par des sketchs à l’avantage de la citoyenneté et l’importance du service national des jeunes au sein de la société ainsi qu’un défilé des jeunes recrues de la cohorte 2018.

Coopération Militaire : Le Général De Division M’Bemba Moussa Keita et ses homologues français et britannique planchent sur la sécurité au Mali

Le Chef d’état-major général des Armées, le Général de Division M’bemba Moussa Keita, a reçu en audience ses homologues français et britannique, le mercredi 20 mars 2019, dans la salle de conférence de l’Etat-major général des Armées.

Le chef d’état-major des armées  françaises, le général d’armées  François Lecointre et le général  Nick Carter, chef d’état major des armées du Royaume Unis,  se sont entretenus avec le général Keïta pendant une heure. Cette entrevue a essentiellement porté sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Le Chef d’état-major malien et ses homologues ont aussi fait le point de la situation sécuritaire qui leur a permis de constater les grands progrès qui ont été réalisés depuis quelques années.

Visiblement rassuré, le Chef d’état-major des armées françaises, le général François Lecointre notera que ‘’les choses progressent ’’. Il s’est dit confiant en la capacité de notre pays de pouvoir traiter ses sujets à fond, des sujets qui paraissent complexes et difficiles, mais qui sont abordés avec beaucoup de détermination par les autorités maliennes. Le général français s’est dit satisfait de voir que « les débris » de l’Armée malienne de 2013 ont donné aujourd’hui une armée en pleine phase de reconstruction, qui se bat, qui est une armée de la Nation malienne et qui agit sur la totalité du territoire malien avec courage contre des groupes terroristes certes puissants et qui ne reculent devant aucun mode d’action mais qui sont de plus en plus affaiblis face à une armée qui est au combat avec énergie. L’officier général français se dit confiant en la capacité de l’armée malienne  d’intégrer dans ses rangs les gens du nord comme ceux du sud, facteur clé de la reconstruction d’un Mali fort et réconcilié. Le général Lecointre fait le constat d’une armée mieux équipée et bien commandée. Il a enfin réitéré son soutien au général Keïta dans son œuvre de reconstruction de l’Armée malienne.

Le CEMGA au chevet des malades

Le Chef d’état-major général des Armées (CEMGA) a rendu visite aux malades à la Polyclinique des Armées à Kati. C’était ce mercredi 20 mars 2019 dans la matinée. Il s’agissait pour le Général M’Bemba Kéita de constater de visu l’état de santé des blessés de guerre.

Il a pu constater les améliorations dans l’état de santé des blessés de guerre hospitalisés à la polyclinique à Kati.

Il vous faut tenir. Les techniciens mettent en œuvre tout ce qui est du possible pour soulager la douleur que vous supportez en ce moment, du fait des opérations, leur a-t-il demandé.

Votre sacrifice ne sera pas vain. La nation vous est reconnaissante. Au nom du chef suprême des Armées, au nom du ministre, au nom de toutes les FAMa et à mon propre, nous sommes venus vous souhaiter un prompt rétablissement, confie-t-il.

Le CEMGA invite les malades à l’observation des consignes sanitaires et médicales en vue de faciliter leur guérison.

Ségou : le gouverneur Biramou Cissoko au chevet des blessés de Dioura

Accompagné par le représentant de la Chambre de Commerce et d’Industrie, Ibrahim Doucouré PDG de Doucouré et Partenaire Agro-industrie (DPA) et certaines autorités militaires, le gouverneur Birouma Cissoko a rendu visite, le lundi 18 mars 2019, aux blessés de Dioura admis à l’infirmerie du camp Cheick Amadou Tall de Ségou.

Il s’agissait pour le responsable de la région de s’enquérir de l’état de santé des militaires blessés lors de l’attaque du poste et de s’assurer de leur prise en charge. Le PDG de DPA Ibrahim Doucouré  a offert la somme d’un million de F CFA pour les soins.

Le gouverneur a remercié le geste de la chambre de commerce et d’industrie. Le gouverneur salue à sa juste valeur le geste patriotique du généreux donateurs. Il a promis que l’argent sera utilisé à bon échéant. Les blessés sont dans de meilleures conditions, a souligné le gouverneur.

Il a aussi précisé que le Ministère de la Solidarité et de l’action Humanitaire est attendu pour accompagner les FAMa dans la prise en charge des blessés.

Pour rappel ces militaires ont été blessés dans l’attaque du poste de Dioura, survenue le 17 mars 2019. Ils sont 21 dans la région de Ségou repartis entre l’hôpital et l’infirmerie de la garnison.

Ségou : la remise de médaille commémorative de campagne

La place d’armes du camp Cheickou Amadou Tall de ségou a abrité, le lundi 18 mars 2019, la cérémonie de décoration de la médaille commémorative de campagne de la relève  de Youarou et le peloton blindé de Nampala.

C’est une reconnaissance de la nation pour mission bien accomplie sur les théâtres d’opération.Le colonel Toumani Koné commandant  la  zone de défense n°2 dans son allocution a parlé de l’attaque contre le poste de Dioura. Il s’est incliné  devant la mémoire des disparus et a souhaité prompt rétablissement aux blessés. Cette  attaque s’est passée le dimanche 17 mars. Le colonel Toumani Koné a invité les militaires à rester plus   déterminés à vaincre les ennemis de la paix.