Coopération militaire sino-malienne : une vieille amitié

Le chef suprême des Armées, le président Ibrahim Boubacar Keïta a décerné aux militaires chinois en fin de carrière des mérites nationaux à titre étranger. La Direction des Transmissions et des Télécommunications des Armées (DTTA) a ainsi remis, le vendredi 7 décembre 2018, des décorations sur ladite place d’armes. C’était dans le cadre de la coopération militaire sino-malienne.

Engagée en République du Mali depuis septembre 2017 dans le cadre de la coopération militaire, l’équipe composée de 07 coopérants militaires et dirigée par le colonel supérieur Yang Xing Guo s’est investie au maintien des équipements de transmissions fournis par la République populaire de Chine et au perfectionnement du personnel de la DTTA. C’est dire combien la coopération entre les deux armées constitue un volet important de la coopération traditionnelle sino-malienne. De commandeur de l’ordre national, de la médaille du mérite militaire, de la médaille du mérite national avec effigie  lion débout,  les coopérants chinois ont été remerciés de leur lourde tâche par ces distinctions selon leur grade. Cette équipe dynamique et responsable avec une facilité naturelle à la collaboration et à la coopération a formé des dizaines de stagiaires en fibre optique, commutation, radio, froid et sources d’énergie. Elle a également formée les techniciens de la DTTA à l’installation du nouveau matériel radio numérique ‘’Hytera’’ fourni par la Chine. Ce nouveau matériel permettra une couverture en communication GSM hautement sécurisée à Bamako, Sénou, Kati et leurs environs.

L’équipe chinoise qui s’apprête donc à rentrer s’est illustrée par son engagement et son professionnalisme a déclaré le Directeur des Télécommunications et des Transmissions des Armées, le colonel-major Moussa Moriba Traoré.

Le chef d’état-major général des armées, le général M’Bemba Moussa Keïta, a souligné la reconnaissance des techniciens militaires chinois. Il apprécie ce partenariat stratégique car la chine a-t-il signalé est restée un partenaire constant qui n’a jamais vacillé pour le Mali.

Pour finir, le colonel-major Moussa Moriba Traoré se dit entièrement satisfait pour le courage, la disponibilité, la courtoisie et surtout l’expertise dans le domaine des transmissions avec l’équipe chinoise.

FAMa La volonté et l’engagement du président pour leur modernisation

Quand on met les FAMa en mission on leur en donne les moyens. Ces propos traduisent la volonté inébranlable et l’engagement du Chef Suprême des Armées à redonner à notre outil de défense son lustre d’antan   

Le Président de la République, son excellence Ibrahim Boubacar Keita se félicite de ce que les FAMa progressivement reprennent confiance. Elles incarnent l’espoir d’un Mali débout. Les premiers fruits des efforts qui ont été engagés commencent à se faire sentir. Et IBK de rappeler l’acquisition de nouveaux aéronefs de transport et de combat. Toutes choses constituant une plus-value à la qualité des opérations, donc à la protection des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue du territoire national.

Penser à l’armée, à ses braves hommes sur le terrain, sans couverture aérienne, constituait un cauchemar, voire une tragédie pour le chef suprême des armées.  Aujourd’hui donc, notre armée commence à sortir la tête dans l’eau. L’engagement et la détermination des soldats maliens dans la lutte contre le terrorisme, notamment l’évènement douloureux du campement Kangaba, rappellent à plus d’un titre la bravoure des éléments de la force spéciale antiterroriste.

Il faut récompenser les méritants de leur vivant et pas à titre posthume toujours, instruit alors le président IBK. Les repas de corps que le chef suprême des armées partage avec la troupe dans les différentes garnisons viennent renforcer sa détermination et son engagement de hisser à hauteur de mission l’armée malienne.

Renforcement des capacités

Barkhane aux côtés des FAMa

Dans le cadre du renforcement des capacités, la force Barkhane a organisé du 05 au 25 février 2017, une formation commando de haut niveau au profit d’une section de Commandos FAMa dans le Secteur 1. Une trentaine de commandos maliens ont bénéficié de cette formation de trois semaines à Gao. Cette formation leur a permis d’apprendre  les techniques d’embarquement et de débarquement dans un hélicoptère en opérations rapides et secrètes. Les méthodes de secourisme y ont été aussi rappelées.

Le chef du Groupement Tactique Désert AEROCOMBAT de la force Barkhane, le Commandant Djedjé se félicite le partenariat fécond et opérationnel entre FAMa et Barkhane.  Il a salué le climat de sérénité et d’assiduité dans lequel s’est déroulée cette formation. Il prévoit d’autres formations à programmer au profit des FAMa.

Le chef de section des Commandos des FAMa à Gao, l’Adjudant-chef Zoumana Traoré a salué le dévouement et le soutien de la force Barkhane en faveur des FAMa avant de rassurer de leur disponibilité à relever le défi sécuritaire partout où besoin sera. Selon lui, sa section est beaucoup sollicitée au niveau de la 1ère région militaire grâce à la formation reçue auprès du groupement aérien et des Commandos de Montagne de la force Barkhane.

L’adjudant-chef Traoré a souligné que sa section a été dotée de 30 tenues à la fin de la formation par le Commandant du Secteur, le Colonel Félix Diallo. Il a remercié le commandement du secteur 1 pour avoir pris  l’initiative de cette formation de haut niveau auprès de la force Barkhane. L’adjudant-chef Traoré souhaite la pérennisation de ce genre de formation.

[Read more…]

Garde Nationale

Le Chef d’Etat-Major  galvanise sa troupe à Koulikoro

[Read more…]

Tournant de football féminin de l’Association des Policières du Mali : L’Armée de l’Air s’adjuge le trophée de la 1ère édition

Le coup d’essai du commissaire principal Tenimba Sangaré a été assurément un coup de maitre. Cette internationale athlète des années 80 vient d’initier à travers l’Association des Policières du Mali (APM) une édition sportive dont le premier trophée a été enlevé par l’équipe féminine de l’armée de l’air.

Le tournant de football organisé par l’Association des Policières du Mali (APM) en partenariat avec le Pari Mutuel Urbain (PMU) a connu son épilogue mardi 04 Octobre 2016, au Stade Mamadou Konaté. La finale mettait aux prises l’équipe féminine de l’Armée de l’Air à celle de la Police Nationale qui a vu les policières perdre devant leurs homologues de l’armée de l’air sur le score étriqué de 1but à zéro.

Cette rencontre était présidée par le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général de Brigade Salif Traoré en compagnie du Directeur Général de la Police Nationale, le Contrôleur Général Moussa Ag Infahi, le représentant du Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le Colonel-major Raphael Fomba.

Après le coup d’envoi symbolique donné par le Ministre Salif Traoré, les 22 joueuses se sont affrontées sportivement sur le terrain. Les filles de l’Armée de l’Air furent les premières à créer la première occasion de but de la partie. Suite à un très bon mouvement collectif à la 10ème mn, l’Aviateur de1ere classe Hawa Tangara se joue de toute la défense adverse avant de battre d’une frappe limpide le portier de la Police qui n’y pouvait pratiquement rien sur le coup. Après ce but libérateur, les Aviateurs gèrent le reste du temps jusqu’aux citrons sans être sérieusement inquiétés par une équipe de la Police qui peinait à trouver ses marques.

A la pause, l’entraineur de la Police a procédé à de nombreux changements afin de donner un nouveau souffle à son équipe. Ces changements ont failli porter fruit car, à plusieurs reprises les Policières sont passées à côté de l’égalisation. N’eut été la vigilance de la gardienne de l’équipe des Aviateurs la victoire aurait pu changer de camp. Score final 1à 0 pour les Aviateurs.

Après la rencontre, l’entraineur des filles de l’Armée de l’Air le Sergent-chef d’Aviation Daouda Coulibaly a reconnu que ses joueuses ont toujours mouillé le maillot à chaque compétition. Depuis 1994 à nos jours, l’Armée de l’Air n’a jamais échoué sur le plan sportif. Ainsi, il a exhorté les autorités militaires à mettre l’accent sur le sport car, soutiendra –t-il, le sport est un facteur de cohésion entre les compagnons d’armes.

Quant à l’entraineur des policières, l’Inspecteur Principal Karounga Paul Soumano, il a estimé que son équipe n’a pas démérité. ‘’Nous nous sommes créé beaucoup d’occasions, mais on n’a pas pu les concrétiser. Ça fait partie du sport. On va se préparer encore pour la prochaine édition’’, a-t-il déclaré.

La présidente de la 1ère édition du tournoi de la paix et de la sécurité le Commissaire principal Tenimba Sangaré s’est réjouie du bon déroulement du tournant. ‘’Le match s’est déroulé dans le fair-play et l’entente. L’objectif recherché est que tous les corps habillés puissent s’entendre sur un seul objectif. Nous (APM) souhaitons organiser d’autres activités différentes du domaine sportif’’, a-t-elle ajouté.

Le Ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, le Général de Brigade Salif Traoré s’est dit comblé par l’initiative du commissaire principal Tenimba Sangaré qui a un passé sportif très flatteur. Assister à cette finale du match du tournant de la paix et sécurité, est très réconfortant puisqu’elle participe à la culture de la cohésion, la fraternité et l’esprit de corps. Il a félicité toutes les joueuses du tournant et en les souhaitant une bonne carrière de vie militaire et aussi sportive.

La cérémonie a pris fin par une remise de diplômes de reconnaissance et de prix aux différentes équipes participantes. La meilleure gardienne du tournant, Sergent de Police Asitan Traoré et la meilleure joueuse sergent de Police Maimouna Taoré ont reçu une enveloppe symbolique et le trophée est revenu à l’Armée de l’Air.

Sergent d’Aviation Nassoun Fané

EUCAP invite un magistrat à la formation « Directeur d’enquête »

Le 20 avril, un magistrat de la Cour d’appel de Bamako a été invité à échanger avec un groupe
d’Officiers de Police Judiciaire (OPJ), composé de sept policiers et sept gendarmes. Cette rencontre
était organisée par la mission EUCAP Sahel Mali dans le cadre d’une formation d’experts « Directeur
d’enquête ».
L’intervention du magistrat Karamoko DIAKITE, Substitut Général près la Cour d’Appel de BAMAKO,
était très appréciée par les stagiaires de la Police Judiciaire (PJ). La Police Judiciaire constitue l’un des
rouages indispensables de la procédure pénale : travaillant sous le contrôle des magistrats, elle est
chargée de la mise en œuvre concrète de l’enquête. Les Officiers de Police Judiciaire peuvent entre
autres constater des infractions, en rechercher des auteurs, rassembler les preuves, préparer des
procès-verbaux. Les personnes spécialement désignées « Directeurs d’enquête » sont chargées de
conduire ces enquêtes de PJ. Les hommes – et une femme – en uniforme composant la classe, ont
posé beaucoup de questions au magistrat Karamoko DIAKITE, et ont partagé quelques difficultés
auxquelles ils font face au quotidien.
« Selon la loi, celui qui a effectué l’acte d’enquête doit signer le procès-verbal », a confirmé le
magistrat. Cette réponse était liée au constat des stagiaires qu’en réalité ce sont les commandants de
brigade ou les commissaires de police qui signent les P.V., et pas les officiers qui accomplissent et
rédigent effectivement les actes. Le manque de capacité matérielle et technique a également été
abordé. Policiers ou gendarmes, inspecteurs ou adjudant-chefs, tous se sont prononcés pour plus de
contact direct avec les procureurs. L’organisation des rencontres entre les OPJ et les Procureurs a été
évoquée.
Le magistrat DIAKITE a fait savoir que ces échanges pourraient participer aux changements
nécessaires pour garantir le bon fonctionnement de la procédure et un renforcement de la chaîne
pénale. Il a qualifié l’échange d’une grande importance : « Je suis content qu’eux-mêmes soient
conscients de leur rôle de directeur d’enquête – y compris leurs droits qui viennent avec – mais ça
nous a aussi permis de savoir que les OPJ ne jouissent pas toujours de la plénitude de leurs
enquêtes », a-t-il ajouté.
A travers les initiatives de ce genre, la mission EUCAP Sahel Mali invite les différents acteurs du
secteur de la sécurité et de la société civile à se rencontrer et à mieux se connaitre. Pour les
formateurs de la mission EUCAP, les échanges parfois passionnés auxquels ils ont assisté à l’occasion
de cette rencontre témoignent de l’engagement professionnel d’un bon nombre de policiers et de
gendarmes, Officiers de Police Judiciaire, de leur volonté de voir le système évoluer vers une
pratique plus moderne de leur métier. Celle qui leur permettrait d’assumer pleinement les
responsabilités que leur confie la loi, faisant d’eux de véritables acteurs de la chaîne pénale,
jouissant d’initiative et bénéficiant de la confiance, tant de leur hiérarchie propre que de l’autorité
judiciaire

EUCAP Sahel Mali donne du matériel informatique à la Police nationale pour faciliter une meilleure gestion des services

30 ordinateurs et 16 imprimantes : voici le « noyau dur » d’un projet EUCAP Sahel Mali visant
à améliorer la gestion des services de la Direction Générale de la Police nationale. Ce don sera
accompagné des accessoires et des logiciels ainsi que de l’assistance nécessaire pour leur
utilisation et s’inscrit dans une volonté commune de réforme et de modernisation des
services.
La cérémonie de remise s’est déroulée dans la cour de la Direction Générale de la Police
nationale, en présence du Directeur General de la Police Moussa Ag Infahi, accompagné par
toute son équipe de Directeurs et de Chefs de Service. Côté EUCAP Sahel Mali, c’est le Chef
de Mission EUCAP Sahel Mali Albrecht Conze qui a symboliquement remis le matériel
informatique aux mains du DGPN, accompagné par ses trois conseillers travaillant au sein de
la Police Nationale et du représentant de la cellule «Projets» de la Mission.
Dans son discours, le Chef de Mission a rappelé que l’action d’EUCAP portait particulièrement
sur la délivrance de formations et de conseils auprès des trois forces de sécurité intérieure (la
Police, la Gendarmerie et la Garde nationale), mais que grâce à sa cellule «Projets», la
mission avait également une capacité de conduire un certain nombre d’actions pour répondre
aux besoins matériels exprimés par les forces de sécurité intérieure.
Ce projet EUCAP permettra aujourd’hui d’équiper la police, notamment les bureaux du
Directeur Général et son adjoint, du Directeur de la formation, de l’Ecole de Police, de
l’Inspection de la Police nationale, de la Direction du personnel, des Finances et du Matériel y
compris la Division du Matériel et l’archivage ainsi que de la Brigade Anti-criminalité (BAC).
Le Directeur Général de la Police nationale Moussa Ag Infahi remerciait vivement le Chef de la
mission européenne pour son soutien apporté à la Police Nationale en soulignant le bénéfice
de la présence des conseillers EUCAP qui sont au quotidien aux côtés des responsables de la
Direction Générale de la Police Nationale.
Depuis l’arrivée de la Mission EUCAP à Bamako en juillet 2014, les conseillers EUCAP assistent
leurs homologues policiers maliens à améliorer leur gestion des ressources humaines et de la
formation, visant à rénover les contenus des formations initiales, à moderniser les pratiques
de gestion et de contrôle de leurs services, et à mettre en place de nouvelles procédures pour
le recrutement des futurs effectifs au sein des trois forces.
Il est à noter que la Gendarmerie et la Garde Nationales bénéficieront d’un don équivalent de
matériels informatique