Soutien aux opérations: des infrastructures pour renforcer les capacités de la Garde nationale du Mali

 

Des châteaux d’eau, des latrines publiques, une route bitumée, un centre social, tels sont entre autres les domaines d’infrastructures dont bénéficie la Garde nationale du Mali. Leur réception a été officiellement faite le 5 décembre 2017. C’était sur la place d’armes dudit corps lors d’une cérémonie présidée par le général Moussa Diawara, l’auteur des réalisations.

 

Désormais l’eau coule à flot, tout le monde boit à sa soif. Nous avons désormais hâte de recevoir un étranger chez nous pour le conduire dans nos nouvelles toilettes modernes, se réjouissent les personnels de la Garde et leurs familles.

Toutes les casernes de la garde de Bamako (Darsalam, N’tomikorobougou, et Dravela-Ouolofobougou) ont été dotées de châteaux d’eau. Toutes ont aussi bénéficié de latrines modernes. Le bitume d’un mètre et demi a été réalisé au camp CCS à N’tomikorobougou.

Une délivrance, une assistance humanitaire, une dignité humaine retrouvée, selon certains. Un renforcement de capacités opérationnelles, qualifient les autres. En tous les cas, les personnels sont désormais à l’abri des déplacements hors caserne en quête du liquide précieux.

Le centre de coupe et couture offre du travail aux enfants et aux femmes de gardes en difficulté de scolarisation et même de travail.

Cette contribution à la sécurité des gardes et de leurs familles est l’œuvre du général Moussa Diawara, un ancien CEM/GNM.

Une telle stratégie participe non seulement de la Sécurité humaine, mais en plus elle améliore la qualité opérationnelle des personnels de la Garde nationale.