Concertations nationales : Pour une nouvelle ère

 

Les rideaux sont tombés le samedi 12 septembre 2020 sur les travaux des journées de concertations nationales. L’objectif était de réunir les forces vives de la nation pour convenir des modalités pratiques de la transition. Il s’agissait de fixer les grands axes de la feuille de route de la transition, d’élaborer la charte de la transition à savoir les organes, les attributions, le mode de désignation et la durée.

Au cours des travaux, cinq groupes constitués ont travaillé sur les mêmes sujets avec le même mandat. Il s’agissait d’examiner, d’enrichir et d’amender les projets de documents relatifs aux grands axes de la feuille de route, de la charte de la transition. Les activités ont été organisées en séance plénière et en travaux de groupe. La cérémonie de clôture était placée sous la présidence du colonel Assimi Goïta, président du CNSP.

Au terme des débats, des recommandations ont été formulées par les partisans. Ainsi, sur le projet de feuille de route de la transition 6 axes ont été retenus à savoir le rétablissement et le renforcement de la défense et de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, la promotion de la bonne gouvernance, la refondation d’un système éducatif solide, les réformes politiques et institutionnelles, l’adoption d’un pacte de stabilité sociale, l’organisation des élections générales. Il a été magnifié le rôle historique joué par le CNSP et le M5-RFP.

Les grandes conclusions des concertations nationales sont :

Le président et le vice-président de la transition seront désignés par un collège sous la direction du CNSP.

-Un gouvernement de 25 membres sera désigné par un Premier Ministre nommé par le président de la transition conformément à la constitution du 25 février 1992.

-Un conseil national de transition composé de 121 membres représentant l’ensemble des acteurs nationaux. Son président sera nommé par ses pairs.

-La durée de la transition sera de 18 mois.